Archive pour le 16 mars 2010

Le président Sarkozy, ici aux côtés de Chantal Jouanno, secrétaire  d'Etat à l'Ecologie, est revenu en Vendée, 15 jours après le passage de  la tempête Xynthia.

Le président Sarkozy, ici aux côtés de Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, est revenu en Vendée, 15 jours après le passage de la tempête Xynthia.

Photo : Franck Dubray

Photo : Marc Roger

Photo : Philippe Chérel

Lors de son déplacement en Vendée, le chef de l’État a annoncé des mesures importantes en faveur des victimes de la tempête Xynthia, dans la nuit du 28 février au 1er mars. « Les dégâts matériels sont considérables. Mille maisons ont été sinistrées en Vendée, 767 personnes ont dû être évacuées, 192 exploitations agricoles ont été inondées. La profession ostréicole a également payé un lourd tribut. Aujourd’hui, 75 kilomètres de digues sont à reconstruire. »

Pas seulement un catastrophe climatique

Le président Sarkozy l’affirme : « La catastrophe du 28 février n’est pas seulement le produit d’évènements climatiques. Elle est aussi le résultat d’une cascade de décisions litigieuses ou contraires au bon sens, de négligences, de prescriptions non respectées, d’expertises négligées. » Mais pour l’heure, la priorité absolue est « la solidarité nationale. L’heure est à l’indemnisation des victimes et à la réparation des dégâts. »

Efficacité optimale demandée aux assureurs

L’Etat déballe ainsi une série de mesures, allant au-delà de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, votée dès le 2 mars. « D’ores et déjà, les sinistres de moins de 2 000 euros seront indemnisés, sans expertise, dans les délais les plus rapides, inférieurs à un mois. Je tiens à assurer de ma détermination absolue à obtenir des compagnies d’assurances une célérité et une efficacité optimales. » Nicolas Sarkozy appelle les banques à faciliter l’étalement des échéances de prêts immobiliers « pour que les victimes ne soient pas confrontés à des difficultés supplémentaires de trésorerie. »

Pas de taxe d’habitation et de taxe foncière pour les personnes privées de maisons

Les entreprises touchées par la tempête ont également le soutien de Gérard Rameix, médiateur national des crédits. « A titre exceptionnel, les personnes ayant perdu leur maison dans les zones les plus touchées peuvent faite appel au représentant local du médiateur du crédit, en lien avec Yann Boaretto, le  »monsieur assurances », pour les aider en cas de difficultés éventuelles avec leurs banques. »

Pour les particuliers, le président de la République annonce que « les cotisations de l’année 2010 de taxe d’habitation et de taxe foncière sur les propriétés bâties seront remises en totalité, sur demande du contribuable, lorsque les locaux ont été détruits ou ont subi des dégâts tels, qu’après expertise, ils sont voués à démolition. »

Un mot enfin sur le relogement provisoire des victimes de Xynthia : le chef de l’État affirme que « le groupement des entreprises mutuelles d’assurances a accepté de financer le relogement provisoire pendant six mois de personnes évacuées. »

mardi 16 mars 2010

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, vient de finir son discours au conseil général de Vendée. Le chef de l’État réaffirme les propos tenus en Charente-Maritime en matinée. « Au-delà de l’urgence, il faut que nous nous interrogions sur la question de l’urbanisation des zones à risques. »

Et d’exposer très clairement : « Dans les zones les plus exposées, nous n’avons pas le droit de laisser nos concitoyens se réinstaller comme si de rien n’était. Ce serait irresponsable. D’aileurs, l’idée même de revenir habiter sur les lieux de la catastrophe est impensable pour beaucoup de personnes sinistrées. Comment imaginer reconstruire où il y a eu des morts, où la mort peut de nouveau frapper ? »

Interdire des permis de construire

A La Faute-sur-Mer, où le passage de la tempête Xynthia a provoqué 29 morts, de nombreux lotissements sont concernés par les propos de Nicolas Sarkozy. « Je demande au préfet et aux maires concernés de prendre sans délai les mesures destinées à éviter la réoccupation à des fins d’habitation des sites qui ont été dévastés par la mer. Il en va de la sécurité des personnes. Chacun doit le comprendre. Dans ces zones, il est indispensable que toutes les reconstructions et les aménagements soumis à permis de construire soient désormais interdits. »

Sarkozy prévient les assureurs

Nicolas Sarkozy a un mot d’ordre pour les assureurs des personnes ayant perdu leurs biens dans les inondations. « La solidarité nationale trouvera à s’appliquer, le cas échéant, dans le cadre de procédures d’acquisition amiable ou au travers de mesures d’expropriation pour utilité publique. Mais les assureurs devront aussi prendre leur part à cette charge, en acceptant d’indemniser les sinistrés même lorsqu’ils reconstruiront hors du site où se trouvait leur maison. »

Xynthia certains ne pourront rentrer chez eux dit Sarkozy

Lire la suite de cette entrée »

« Nous ne laisserons pas se réinstaller des gens dans des maisons situées dans des lieux où il y a un risque mortel », a déclaré le chef de l’État
Écouter l’extrait:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

France Info - Un groupe de maisons inondées à La-Faute-sur-Mer, en  Vendée.

Un groupe de maisons inondées à La-Faute-sur-Mer, en Vendée.
© REUTERS / Regis Duvignau

France Info – 12:46

Le président de la République s’est de nouveau rendu en Charente-Maritime et en Vendée, les deux départements les plus touchés par la tempête Xynthia. A La Rochelle, il a annoncé que certains habitants ne pourraient pas retourner vivre dans leur maison : « Là où il y a un risque mortel ». Il assure que les dispositifs d’assurance seront modifiés en conséquence.

Depuis La Rochelle, première étape de son second déplacement dans les départements les plus touchés par la tempête Xynthia du 28 février, Nicolas Sarkozy a annoncé de premières “mesures concrètes” après la catastrophe qui a fait 53 morts, dont 41 en Vendée et en Charente-Maritime.

Les habitants des littoraux vendéen et charentais dont les maisons ont été inondées lors de la tempête Xynthia ne pourront pas réintégrer leur habitation si “un risque mortel” est avéré, a déclaré le chef de l’Etat.

“Nous ne laisserons pas se réinstaller des gens dans des maisons situées dans des lieux où il y a un risque mortel, a-t-il déclaré à l’issue d’une table ronde à la préfecture de La Rochelle avec des élus et des assureurs, notamment.

“C’est un choix lourd, mais nous l’assumons, il n’y aura pas de retour pour un certain nombre de personnes”, a souligné Nicolas Sarkozy.

Le président de la République a évoqué la nécessaire modification de certains dispositifs d’assurance “pour indemniser des personnes qui ne retrouveront pas leurs maisons car elles sont en zone trop dangereuse”.

Nicolas Sarkozy était ensuite attendue à Charron, une commune sinistrée de Charente-Maritime, puis à La Roche-sur-Yon où il prononcera un discours.

mardi 16 mars 2010
Parmi les sujets que doit aborder le président de la République,  l'état des digues en France. Ici celle de la commune de La Faute, après  le passage de la tempête.

Parmi les sujets que doit aborder le président de la République, l’état des digues en France. Ici celle de la commune de La Faute, après le passage de la tempête.

Philippe Chérel

Le chef de l’État doit y tenir un discours, aujourd’hui, après une visite en Charente-Maritime. Au programme, le plan digue et l’avenir des communes sinistrées.

Visite officielle

Il avait promis qu’il reviendrait faire le point avant l’été. Nicolas Sarkozy est déjà de retour, aujourd’hui, sur les lieux du sinistre, juste entre les deux tours des élections régionales. Il sera accompagné de quatre ministres : Jean-Louis Borloo (Écologie), Brice Hortefeux (Intérieur), Bruno Le Maire (Agriculture), Dominique Bussereau (Transports), et la secrétaire d’État à l’Écologie, Chantal Jouanno.

Tous seront reçus à la préfecture de La Rochelle, puis à Charron, commune sinistrée de Charente-Maritime. Ensuite direction la Vendée pour une rencontre avec les ostréiculteurs de Bouin. Au conseil général de Vendée, Nicolas Sarkozy devrait remercier tous ceux qui se sont mobilisés pour aider les victimes, mais surtout aborder le plan digue et l’urbanisation des zones côtières

Des digues en question

Les inondations causées par Xynthia ont relancé le débat sur l’état et l’efficacité des digues. On compte environ 8 000 km de digues en France, pour la plupart du XIXe siècle. Pour un tiers d’entre elles, les propriétaires sont peu ou pas identifiés, et leur état laisse à désirer.

Depuis 2007, toutes les digues de plus d’un mètre de hauteur (environ 5 600 km) sont considérées comme des « ouvrages de danger » censés protéger la population. Elles doivent donc être entretenues et « faire l’objet d’une étude tous les dix ans ». C’est ce que le ministère de l’Écologie a été chargé de vérifier.

Des constructions en danger

Fallait-il construire autant à La Faute-sur-Mer, commune de Vendée cruellement touchée par le drame (29 morts) ? Très rapidement, Philippe de Villiers, président du conseil général, a mis en cause les promoteurs qui « ont bétonné la côte », souhaitant que les zones sinistrées « ne soient plus jamais habitées ».

Les habitants vont-ils pouvoir retourner habiter chez eux ? La question n’est pour l’instant pas tranchée. 329 habitations sont jugées inhabitables à La Faute, 209 à L’Aiguillon et 25 à La Tranche. En France, une commune sur trois est concernée, à des degrés divers, par un risque d’inondation. 100 000 logements ont été construits dans des zones inondables, entre 1999 et 2006.

Des plans de prévention

Après la catastrophe de Vaison-la-Romaine, en 1992, des plans de prévention des risques d’inondations (PPRI) ont été mis en place sous le contrôle des services de l’État. Leur couverture géographique et leur niveau d’exigence sont variables, mais ils permettent de classer en zone rouge, et donc non constructible, certains secteurs. La Faute-sur-Mer n’en est toujours pas dotée. En 2009, le conseil municipal avait demandé au préfet de surseoir à l’enquête concernant son nouveau plan.

Philippe LEMOINE.
Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

43 + = 46

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
mars 2010
L M M J V S D
    Avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci