Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les dégâts causés par la tempête Xynthia étaient « aussi le résultat d’une cascade de décisions litigieuses ou contraires au bon sens, de négligences, de prescriptions non respectées, d’expertises négligées ».

Lors d’un déplacement en Charente-Maritime et en Vendée, le président a demandé « aux préfets et aux maires concernés de prendre sans délai les mesures destinées à éviter la réoccupation à des fins d’habitation » des sites qui ont été dévastés par la tempête Xynthia le 28 février dernier.

« Là où il y a un risque mortel, personne ne reviendra », a-t-il promis dans un discours prononcé devant les secouristes, au conseil général de Vendée, à La Roche-sur-Yon.

« Dans ces zones, il est indispensable que toutes les reconstructions et aménagements soumis à permis de construire soient désormais interdits », a-t-il poursuivi. « Dans le même temps, les personnes qui ne pourront retrouver leur domicile ravagé par Xynthia seront indemnisées pour la perte de leur maison ».

Le président a également demandé aux préfets « de coordonner les actions des élus locaux, des assureurs et de l’Etat pour faire en sorte que les personnes qui ne pourront plus habiter dans les zones à risques puissent retrouver un logement ou en reconstruire un autre dans une zone à proximité, mais sans risque ». AP

3 réponses à to “Xynthia: le résultat « d’une cascade de décisions litigieuses » et de « négligences », selon Sarkozy (AP)”

  • julie says:

    Merci pour ces renseignements. Je crois que beaucoup de Fautais se posent cette question: la mairie a-t-elle été informée du risque d’inondation, qui a reçu le fax s’il y en a eu un et pourquoi les habitants n’ont-ils pas été prévenus? Le samedi après midi la mairie est fermée mais je pense qu’il doit y avoir un responsable « de garde ». Rien ne filtre pour l’instant. J’espère qu’il y aura une enquête et que les résultats seront rendus publics. Il ne s’agit pas de polémique mais de sécurité !

  • Joel says:

    Chaque année, 10% des communes et un quart de la population française sont frappés par un arrêté de catastrophe naturelle. Certains départements sont plus touchés que d’autres, comme le 06, le 31, le 33, le 13 ….. mais toutes les communes sont concernées par ces risques météo qui affectent les populations, l’habitat, les cultures, etc.. Et il y a d’autres risques (pollutions, risques sanitaires, etc.) dont les impacts peuvent être comparables.
    Dans l’organisation actuelle de l’information en cas de crise, c’est aux Collectivités qu’il appartient d’informer la population, et de coordonner les opérations. En cas de défaut d’information de la population, la mairie peut voir sa responsabilité engagée.

    Par exemple, les articles L.2212-2-5° et L.2212-4 du Code Général des Collectivités Territoriales mettent à la charge du maire, titulaire des pouvoirs de police municipale, deux séries d’obligations en matière de risques, qui se traduisent par deux types de responsabilité à assumer :

    * une obligation générale de prévention des accidents naturels et des fléaux de toute nature, de mesures d’assistance et de secours et de provoquer l’intervention de l’autorité supérieure si nécessaire (article L. 2212-2-5°),
    * une obligation spéciale de prendre, en cas de danger grave ou imminent, les mesures imposées par les circonstances et d’information à l’autorité supérieure (article L.2212-4).

    Pour simplifier, la responsabilité du maire ou de la Mairie peuvent être engagées en cas de manquement à cette double responsabilité.

    Question écrite au Ministre de l’Intérieur

    Dans une question écrite Nº 13985 du 07/10/2004 posée au Sénat par M. MOULY (Georges) du groupe RDSE au Ministre de l’Intérieur, il lui a été répondu ce qui suit :

    Une nouvelle procédure de vigilance et d’alerte météorologique , organisée par la circulaire interministérielle INT/E/01/00268/C du 28 septembre 2001, est entrée en vigueur le ler octobre 2001. Cette nouvelle procédure a pour objectif de permettre une large diffusion de l’information sur les risques naturels auprès des maires notamment, la mise en place de mesures éventuelles de vigilance, de prévention, et, le cas échéant, l’organisation des secours. Depuis l’entrée en vigueur de ces mesures, Météo-France élabore deux fois par jour une carte de vigilance météorologique, établie à partir d’un code de couleurs (vert/jaune/orange/rouge) indiquant les dangers potentiels associés aux conditions météorologiques prévues. Cette carte ainsi que les bulletins de suivi, publiés régulièrement en période d’alerte orange ou rouge, sont disponibles en permanence sur le site Internet de Météo-France (www.meteo.fr).

    Ces mesures doivent permettre aux maires de disposer des outils de prévision et de suivi nécessaires pour leur permettre de préparer et de gérer au mieux les risques naturels. Par ailleurs, cette circulaire prescrit expressément aux préfets de prévoir et de mettre en oeuvre un schéma de liaisons avec les communes concernées par les phénomènes météorologiques dangereux annoncés. Les maires peuvent donc se renseigner directement auprès de la préfecture, afin de prendre connaissance de l’expertise locale de l’évolution de la situation au plan départemental et des mesures de prévention à mettre en oeuvre localement. L’ensemble de ces mesures sont de nature à aider le maire à apprécier la gravité de la situation et à le conseiller quant aux mesures à prendre. En effet, il appartient au maire de prévenir et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches ou autres accidents naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d’urgence à toutes les mesures d’assistance et de secours, et s’il y a lieu, de provoquer l’intervention de l’administration supérieure.

    Cette obligation est rappelée à l’article L. 2212-4 du code général des collectivités territoriales qui précise que dans de telles circonstances le maire prescrit l’exécution des mesures de sûreté exigées par les circonstances. Les plans d’alerte météorologiques prévoient que les préfectures informent immédiatement les élus concernés des bulletins d’alerte, quand les prévisions météorologiques prévoient un danger pour la population. Il appartient aux maires, localement, d’informer la population et de prendre les mesures prescrites par les articles L. 2212-2-5° et L. 2212-4 du CGCT. L’alerte diffusée par la préfecture est effectuée par envoi de fax ou, en cas d’extrême urgence, par la mobilisation des forces de l’ordre.

    Il appartient à chaque commune de se doter des moyens matériels nécessaires pour recevoir ces informations, et de s’assurer de leur réception, à tout moment par des personnes responsables. Il s’agit là d’une question d’organisation des services municipaux, sur lesquels le représentant de l’Etat n’a pas la capacité d’agir ni de possibilité de substitution. A la réception du message de la préfecture, le maire doit informer la population avec les moyens dont il dispose : la mobilisation du personnel communal, des forces de l’ordre ou de secours, par haut-parleur, téléphone, information préalable des dispositifs de secours dans le bulletin municipal.

    En cas de menace grave, d’accident majeur ou de catastrophe, le maire autorité de police peut déclencher le signal national d’alerte. Le décret n° 90-394 du 11 mai 1990 relatif au code d’alerte national prévoit qu’il appartient au maire de définir et de mettre en oeuvre les mesures destinées à informer en toutes circonstances la population d’une menace grave ou de l’existence d’un accident majeur ou d’une catastrophe. En termes de responsabilité, la loi n° 2000-647 du 10 juillet 2000 relative à la définition des délits non intentionnels a modifié l’article L. 2123-34 du code général des collectivités territoriales (CGCT).

    En vertu de ces nouvelles dispositions, le maire  » ne peut être condamné sur le fondement du troisième alinéa de l’article 121-3 du code pénal pour des faits non intentionnels commis dans l’exercice de ses fonctions que s’il est établi qu’il n’a pas accompli les diligences normales compte tenu de ses compétences, du pouvoir et des moyens dont il disposait ainsi que des difficultés propres aux missions que la loi lui confie « . La responsabilité du maire ne pourra par conséquent pas être retenue si ce dernier a pris les mesures nécessaires compte tenu de l’information dont il disposait. En outre, l’article L. 2216-2 du code général des collectivités territoriales dispose que  » Sans préjudice des dispositions de l’article L. 2216-1, les communes sont civilement responsables des dommages qui résultent de l’exercice des attributions de police municipale, quel que soit le statut des agents qui y concourent. Toutefois, au cas où le dommage résulte, en tout ou partie, de la faute d’un agent ou du mauvais fonctionnement d’un service ne relevant pas de la commune, la responsabilité de celle-ci est atténuée à due concurrence… « . Ce principe a été consacré par la jurisprudence (notamment cour d’appel administrative de Bordeaux le 18 décembre 1990).

  • Le fautais says:

    Nicolas Sarkozy a estimé mardi que les dégâts causés par la tempête Xynthia étaient « aussi le résultat d’une cascade de décisions litigieuses ou contraires au bon sens, de négligences, de prescriptions non respectées, d’expertises négligées ».

    Ce n’est pas nouveau voir :

    http://www.lexeek.com/jus-luminum/decision-caa-nantes-27-03-2007-06nt01269,203713.htm

    http://www.lexeek.com/jus-luminum/decision-caa-nantes-11-07-2001-01nt00815,206974.htm

    et

    http://www.bdidu.fr/index-3.html

    D’autre part, l’alinéa 5 de l’article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&idArticle=LEGIARTI000019983190&dateTexte=20100318

    annonce clairement les responsabilités.

    « Quelle que soit la région que l’on habite, personne ne pouvait ignorer qu’une alerte rouge avait été déclenchée sur les côtes atlantiques si durement touchées. Qu’il y ait eu des phénomènes qui soient venus se conjuguer, soit, mais la question est de savoir quelle vigilance avait été mise en place, car il paraît inconcevable que les seules consignes données à la population de cette zone inondable se limitent à « restez bien enfermés chez vous, ne bougez pas » compte tenu du « péril de la mer » qu’évoque même le site de la commune.

    Les décisions d’évacuer ou non appartiennent aux autorités préfectorales et aux maires. La décision de ne pas évacuer (les habitants auraient peut-être rechigné à abandonner leurs maisons) n’empêchait pas de mettre en place un plan d’intervention rapide et des « guetteurs » qui auraient donné l’alerte. Il semble invraisembable que chacun se soit endormi comme si rien ne pouvait se produire. »

    et lisez ça aussi

    http://www.mementodumaire.net/04responsabilites/R12.htm

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

8 + 1 =

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
mars 2010
L M M J V S D
    Avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci