L’Expansion.com –  30/04/2010 16:35:00


Reuters
La tempête Xynthia a frappé violemment la Vendée dimanche 28 février par des inondations provoquées par la conjonction de vents violents et de fortes marées.

Après avoir assuré que les zones noires étaient toutes des « zones de danger mortel » et que par conséquent toutes les habitations situées dans ces zones allaient « être détruites », le cabinet du ministre de l’Ecologie organise une réunion afin de « rediscuter l’ensemble ».

Les députés de Charente-Maritime Jean-Louis Léonard (UMP) et Maxime Bono (PS) ont annoncé vendredi 30 avril aux maires des communes victimes de la tempête Xynthia que les zones noires seraient rediscutées la semaine prochaine au cabinet du ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo.

« La semaine prochaine il y a une réunion avec le directeur de cabinet du ministre d’Etat (Jean-Louis Borloo, NDLR). Il m’a dit: « On va revoir l’ensemble, et on va rediscuter l’ensemble, je veux avoir une idée précise sur l’ensemble des zones« , a indiqué Jean-Louis Léonard.

M. Léonard, député-maire de Châtelaillon, et M. Bono, député-maire de La Rochelle, ont fait cette annonce à La Rochelle au cours d’une réunion de tous les maires concernés par les zones noires, décrétées inhabitables par les services de l’Etat après le passage de la tempête Xynthia, et contestées par des élus comme des habitants, a constaté un correspondant de l’AFP.

« Il y a ceux qui ont eu très peur et qui veulent s’en aller, et qui ne sont pas forcément en zone noire (…) Il faut permettre à ces gens d’avoir l’espoir de pouvoir partir« , a expliqué M. Léonard, et « il y a aussi ceux qui sont en zone noire et qui n’ont pas vu d’eau et qui n’ont pas couru de danger mortel ou en zone orange et qu’on voudrait mettre en zone noire (…) et là il n’en est pas question« .

Maxime Bono a pour sa part dénoncé les nombreuses « incohérences dans ce dossier au plus haut niveau« . « Les maires sont d’accord pour un zonage, certes, à condition que ce zonage permette un examen à la parcelle avant même tout début de procédure, toute déclaration d’utilité publique préalable à l’expropriation« , a ajouté l’édile rochelais.

30 réponses à to “Le gouvernement accepte de revoir les zones noires (L’expansion avec AFP)”

  • Brigitte Devilez says:

    Merci Jacquotte,
    C’est vrai révoltée qu’il y a de l’amertume dans mes paroles mais la cause n’est pas d’avoir perdu une élection : je suis amère devant les 29 décès qui auraient sans doute pu être évités et devant le désastre immobilier qui menace notre petite commune.
    PLUS JAMAIS CA!!!

  • jacquotte says:

    réponse à révoltée
    quel dommage de ramener ces évênements à une liste électorale
    surtout que cette liste est la seule à avoir été consciente des problèmes de sécurité. mr le maire a tout balayé en disant que çà n’arriverait jamais qu’ils affilaient tout le monde pour un danger qui n’existait pas……alors qui avait raison.
    sans vouloir faire de politique je pense qu’à la faute toute vérité n’est pas bonne à dire sans s’attirer les foudres de la municipalité…..

  • révoltée says:

    à brigitte devilez
    quel acharnement qui fait sentir votre amertume, car votre liste n’arrive pas à mobiliser les fautaises et fautais lors des élections municipales.

  • bruno thuriblet says:

    pour rejoindre jacques et défendre le préfet (dans la gastion de la crise j’entends bien, je ne parle pas de zones noires après la tempête !), il a insisté sur le fait que des alertes avaient été transmises à toutes les mairies de vendée et que pendant la nuit, il n’a eu AUCUNE nouvelle des maires concernés !!! Même en temps que préfet, n’ayant aucune nouvelle du terrain, il ne pouvait pas se rendre à la faute ou chercher à gérer la crise qui s’annoncçait ! cela aurait pu tout aussi bien se passer chez moi, à Bouin, ou à beauvoir, ou encore noirmoutier !

  • bruno thuriblet says:

    pour réponse, les écluses séparant le marais de la mer sont gérées par la préfecture selon des cotes fixées pour une période d’un an en fonction des coefficient de marée ! c’est souvent, dans les faits, un agriculteur qui ouvre et ferme ces écluses en respectant le document préfectoral ! Une anecdote racontée par mon père, dans les années 75-80, à la barre-de-monts, l’éclusier, ayant vraissemblablement abusé de la bouteille, n’a pas fermé l’écluse du grand pont alors que la mer montait ; résultat, une partie des marais en amont a été complètement inondée !!!!

  • Brigitte Devilez says:

    A J Ghémard,
    Vous parlez de salaire dérisoire pour les maires des petites communes. N’oubliez pas que si La faute n’a que 1000 habitants l’hiver, c’est aussi une commune estivale et que l’indemnité du maire et de ses adjoints est calculée en conséquence. Ce serait à vérifier mais celle du maire de la Faute est de l’ordre de 2000 euros mensuels pour un travail qui est loin d’être à temps plein et il est secondé par un secrétaire de mairie parfaitement au courant des textes et des lois. Un autre avantage non négligeable en ces temps difficiles : la commune lui paie une assurance qui choisit les meilleurs avocats pour le défendre en cas de pépin….
    Mais par contre il serait peut-être intéressant d’exiger des maires un petit examen de passage…

  • kiwi says:

    A MARYLINR une de mes voisines DANS LE LOTISSEMENT DU VIRLY NORD n’ jamais vu du haut de son étage la nuit du 27/28/2( SURPLOMBANT LA DIGUE ET LE LAY) rue du pertuis breton à la faute, donc a aucun moment la rivière n’a débordé derrière chez elle, LA DIGUE EST TOUJOURS RESTEE A VUE derrière chez nous aussi, l’eau est venue insidieusement et silencieusement pénétrer nos maisons (et IL EST TRES IMPORTANT DE LE SOUTENIR LORS DE L ENQUETE QU IL NE MANQUERA PAS D Y AVOIR) Non savez vous ce que personne ne dit c’est que nos digues ont résisté n en déplaise à nos détracteurs, mais l’eau est venue tout bonnement par la route qui rejoind le port de plaisance du virly nord car cette route coupe la digue et descend 5(COMME UN TOTOGAN) en contr(on protéger les habitants par des DIGUES qui sont COUPEES soit par des ROUTES PLUS BASSES, soit par des CALES A BATEAUX ; qui a décidé de ces routes??? QUI PEUT ME DIRE SI LE BARRAGE OU ECLUSE DU PONT DU BRO.. ETAIT OUVERT OU FERME A L HEURE DE LA TEMPETE??? QUI DONNE L ORDRE D OUVRIR LE BARRAGE, qui je le précise a été construit afin de bloquer les crues et ne pas innonder les terres agricoles (ça me rappelle un vieux souvenir de batiment célèbre en normandie lui aussi envasé de la même façon comment est ce son nom déjà? ah oui LE MONT SAINT MICHEL!!! comme notre LAY envasé de la même façon mais là personne n’en parle AVEZ VOUS LA REPONSE OFFICIELLE ET SURE?

  • Jacques Ghémard says:

    Oui Maryline, vous le manquez pas d’arguments et pour le téléphone satellitaire, je ne pense pas que le préfet n’ait pas reconnu une erreur de sa part même s’il a expliqué les circonstances autour de son erreur. On fait tous pareil : « oui, je me suis trompé, mai … »

    Pour le reste, je ne sais pas quel est au juste le rôle d’un préfet dans le dispositif de sécurité. Est-il le général en chef chargé d’initiative ou un maillon de transmission chargé de surveiller la mise en application des plans prévus, je n’en sais rien.

    C’est comme pour les maires, je suis souvent surpris par tout ce qu’on attend d’eux pour un salaire dérisoire dans nos petites communes et à leur âge qui est souvent celui de la retraite.

    Bref, on peut certainement critiquer mais il me semble que l’erreur de base, c’est que rien n’ait été anticipé depuis des années. Il n’a pas eu tort de ressortir des discussions semblables sur les digues, datant du début du siècle passé. Et donc je ne pense pas que la solution soit la nomination de superpréfets infaillibles mais plutôt la prévision des risques et la mise en place des moyens adaptés à ces risques.

  • Maryline says:

    Jacques, votre commentaire est assez indulgent avec le préfet, je respecte votre point de vue, cependant j’ai plusieurs remarques à vous soumettre :

    – pour la check-list, Mr Brot a été préfet à de nombreux endroits et doit donc savoir parfaitement ce qu’il a à faire dans ce genre de situation, du point de vue théorique au moins. Mais quand en plus il s’enorgueillit d’une très grande expérience, il est difficile de la prendre pour un débutant, même si il a l’excuse d’être arrivé 13 jours seulement avant la catastrophe. On peut ne pas connaître l’équipe avec laquelle on doit travailler, cela n’empêche pas de prendre des décisions et d’agir.

    – pour le téléphone satellitaire, le préfet avoue qu’il était parfaitement au courant de la procédure et qu’en DOM-TOM il ne se déplaçait jamais sans cette valise lors des gestions de crise. Il avait donc parfaitement conscience de son importance, surtout dans des territoires où un ouragan peut couper tous les moyens de communication classiques et où les zones d’intervention et de sauvetage des populations sont souvent peu accessibles. Avec Xynthia, il se retrouvait donc complètement dans son élément.

    Donc franchement, c’est aberrant qu’il n’ait pas réussi à trouver cette valise entre 17h (annonce de méteo-france) et 22h (1ère réunion de crise), voire qu’il ne s’en soit pas soucié plus que ça par la suite.

    C’est aussi très laxiste de sa part qu’il ne se soit pas soucié de savoir si les maires des communes sensibles avaient ou non reçu ses recommandations et avaient l’intention ou pas de prendre des mesures, et le cas échéant quelles étaient ces mesures.

    Alors oui, j’appelle ça de l’amateurisme.

    Et quand on vient nous donner des leçons par la suite (zones noires, expropriations sauvages), alors oui j’accorde d’autant plus d’importance aux agissement du préfet avant la catastrophe.
    Il n’a pas à nous donner de leçons d’une telle ampleur puisqu’il fait lui aussi partie de la chaîne de responsabilité, et à un niveau non négligeable. Si tout préfet agissait exactement comme Mr Brot l’a fait lors de la gestion de crise du 27-28 février, alors n’importe quel endroit normalement sécurisé pourrait tomber dans le chaos total en cas de tempête du siècle:
    – risque non apprécié à sa juste valeur malgré des infos météos pertinentes
    – risque très mal communiqué aux autorité locales et non accompagné de recommandations.
    – aucune concertation avec les communes présentant des points sensibles
    – non assistance à personne en danger (il vaut effectivement mieux sauver les morts quand la tempête est finie et qu’il y a 3 m d’eau dans les maisons)
    – cafouillage dans l’organisation des secours (je ne jette pas la pierre aux sauveteurs, au contraire, je pointe le manque de moyens de communication, essentiels dans ces cas-là)

    Plusieurs maillons dans la chaine de sauvegarde d’urgence des populations n’ont pas fonctionné, et c’est le fait de cette accumulation qui nous conduit à ce nombre élevé de victimes. Après bien sûr, on peut et on doit aussi s’attaquer aux problèmes de fond dont le préfet n’est bien évidemment pas responsable : lotissements construits dans la cuvette, digues non entretenues, non acceptation des PPRI, absence de procédure locale d’évacuation, désintérêt des maires concernant la gestion de crise, etc, etc…

    Cependant, le nombre de morts aurait pu être diminué si le dernier maillon de la chaîne avait fonctionné, ce qui après visionnage de cette vidéo, n’est absolument pas le cas. Certes le préfet n’a pas tous les torts dans ce cafouillage concernant la gestion de crise, mais quand même, il est préfet, personne ne l’a forcé, il devait donc prendre ses responsabilités, mission à laquelle il a failli.

    Ah aussi, une dernière remarque : sans cette mission d’information parlementaire, réalisez que nous n’aurions jamais eu vent de toutes ces choses édifiantes. Et que va-t-on encore apprendre dans l’avenir sur les errements des uns et des autres…

  • Jacques Ghémard says:

    Oui, moi aussi j’ai veillé tard à cause de cette vidéo et je suis pas très frais du coup.

    J’en retire un certain nombre de critiques par rapport au préfet mais pas toujours celles de Maryline. Je vais donc commencer par le défendre.

    J’ai un beau-frère qui habite à Tahiti et qui est appelé régulièrement à évacuer son habitation ou son lieu de travail et à se réfugier dans les hauteurs pour cause de cyclone ou de tsunami et il dit qu’à chaque fois ces évacuations se passent très bien. Elles sont planifiées d’avance et chacun sait ce qu’il y a à faire. Le préfet n’a donc rien à organiser à la dernière minute, il a juste à prendre la décision et à suivre la procédure prévue.

    En Vendée rien de tel et c’est pas le préfet de Charente Maritime qui allait improviser un truc à la place du préfet de Vendée. D’ailleurs il y a eu un quiproquo sur le rôle de ce préfet de CM. Bussereau à parlé d’instructions de la part du préfet pour les évacuations, puis s’est repris et a parlé d’informations et c’est donc les maires qui ont, en réalité, pris des décisions et là aussi pour des chose planifiées comme les évacuations de camping et de quartiers précédemment sinistrés.

    Pour son téléphone satellite, est-ce lui l’amateur ou son prédécesseur qui ne lui a pas laissé une check-liste complète des choses importantes à savoir ?

    Bien vu par contre pour le temps de prescription pour l’occupation illégale du territoire maritime. Trois ans lui ont rappelé les sénateurs ! Donc la dent qu’il semble visiblement avoir contre la pointe de l’aiguillon, pour ça et pour des raisons esthétiques tout à fait déplacées, n’a pas lieu d’être. Et Millecent qui demande un permis de construire pour rétablir eau et électricité, il faut l’envoyer sur les roses aussi.

    Bon, je crois avoir compris que le Préfet n’avait pas d’études à présenter pour les zones noires. Chacun a griffonné sa petite carte dans son coin et ensuite ils ont harmonisé tout ça à la bonne franquette. Va être bien embêté suite à sa condamnation et il n’a dit que des vacheries sur Corinne Lepage encore une fois.

    Il faut d’ailleurs des fixations qu’il n’explique pas du tout mais qu’il essaye d’imposer sur un ton d’autorité. Il se prend pour le Haussmann de la Faute en quelque sorte et veut un habitat homogène pour faciliter l’intervention des secours. Tremblez brave gens qui vivez un peu partout dans des habitats dispersés, s’il y a des trous entre les maisons, les pompiers s’y perdent, probablement. Bref son argumentation anti peau de léopard, me semble plus lubique que réfléchie. (j’ai pas dit lubrique ni ludique mais provenant d’une lubie)

    Et moi ma lubie ne s’exerce pas contre les poissonniers mais contre les marchands de tapis. Pour le poisson, c’est certain qu’il vaut mieux l’acheter rapidement si on veut qu’il soit frais mais pour les maisons, une promotion à « prendre tout de suite sinon demain ça sera moins intéressant », me semble illégale. Les prix d’achat à l’amiable feront référence pour ceux qui seront obligés de partir par décision de justice.

    http://www.mementodumaire.net/03dispositions/DGu8.htm

    « Le prix fixé pour ces acquisitions ne doit pas excéder le montant des indemnités d’expropriation. »

  • kiwi says:

    bravo Marilynebeau résumé c’est vrai notre bien a basculé en 3minutes grâce à des experts qui ont décidé par VIDEO CONFERENCES AVEC LE PREFET ? on apprend aussi dans cette commission d’enquête au sénat que les experts ne sont jamais venus chez nous, donc il faut demander l’anulation de la mairie reçue en recommandé pour vis de forme qu’en pensez vous car cela reposait sur » la visite de l’apave  »
    relatant la vétusté de nos plafonds et dangerosité. A demain au pavillon des dunes pour poser des questions aux avocats et Mme LEPAGE; SI PAS EXPERT MOI RENTRER MAISON CASA TOUJOURS FAIT BEAU (un peu d’humour ne fera pas de mal)

  • Maryline says:

    Loutron, je suis PRESQUE d’accord avec vous, mais la nuance est cependant de taille : le préfet a en effet, en APPARENCE, un discours ouvert et responsable, mais dans la PRATIQUE, c’est une tout autre histoire :

    – il décharge sa responsabilité sur tous les points, sur tous les services de l’état, accuse constamment les autres (mais à son niveau se trouve irréprochable), et se permet dans le même temps de pointer du doigt l’incompétence et l’imbécilité de la terre entière
    – il utilise le mensonge et la désinformation quand il n’arrive pas à trouver d’argument de défense
    – il use d’argument fallacieux afin de catégoriser les sinistrés comme de vulgaires idiots irresponsables qu’il faut mettre sous tutelle
    – de manière générale, tous ses arguments se contredisent à un moment ou à un autre (ex : la France métropolitaine n’a pas la culture du risque, moi je suis expert en catastrophes naturelles dans les DOM-TOM alors je sais de quoi je parle / dans le même temps compte tenu de son expérience, il gère de façon édifiante la journée du 27 et du 28).
    – il utilise l’intimidation pour forcer les gens à prendre des décisions dans la précipitation (au sujet des expropriations).
    – il refuse de prendre en compte l’aspect humain (il méprise les hommes), et pire, il nie les droits élémentaires de tout citoyen.
    – il se dit favorable au dialogue avec tous les acteurs et ce dans tous les cas de figure mais préconise pourtant à chaque problème des actions rapides, radicales, non concertées, et en violation avec le droit en vigueur.
    – il se permet de critiquer constamment le système administratif français qui a des dysfonctionnement réels sur le long terme, mais ne s’interroge pas sur ce qu’il fallait faire sur le court terme, avant l’arrivée de la tempête. Il aurait pu sauver des vies, il a décidé que c’était superflu. Dans le même temps il se félicite chaleureusement que le système de surveillance de la crue du Lay ait parfaitement fonctionné, comme si c’était un succès dont on peut se vanter quand il y a eu tous ces morts !
    – de manière générale, concernant les évacuations auxquelles il n’a pas pensé, sa ligne de défense est la suivante : quand il y a un plan on applique le plan, quand il n’y a pas de plan on ne fait rien. Donc en cas de danger mortel, selon lui, si il n’y a pas de plan on laisse les gens mourir.
    – enfin, ses expressions favorites, récurrentes : « si on m’avait dit… » ou bien « si j’avais été au courant… », ou encore « si les maires m’avaient informé », etc, etc, etc…
    Euh, ça sert à quoi un préfet ? A prendre des décisions et gérer l’urgence, non ?

    Je peux continuer toute la journée si vous voulez, le discours du préfet est de la rhétorique bas de gamme (hélas c’est bien huilé et très vicieux), qui au final ne démontre qu’une chose : une incompétence grave dans la gestion de la crise.
    Pour rappel, il a été informé à 17h des risques réels, mais la 1ère réunion de crise a eu lieu à 22h, et la seconde réunion à 5h du mat.
    Dans le même temps, il ne communique pas avec ses maires : il envoie des textos, des faxs aux mairies, rien de concret ! Un samedi après-midi, dans les petites communes de vendée, c’est sûr que la probabilité que la mairie soit ouverte est prodigieusement élevée ! Ensuite Mr le préfet attend gentiment d’être contacté par les communes en difficulté ! Argument irrecevable puisqu’en cas de tempête, on imagine bien que les lignes téléphoniques ou les relais peuvent être en panne. Et bien, non, Mr le Préfet est un optimiste, pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! De plus, il n’a même pas pris la précaution de poster des hommes pour surveiller les estuaires. On imagine qu’il trouvait cette mesure superflue.
    Il accuse même les maires et les sinistrés de n’avoir pas allumé la télévision, la radio, d’être sourd ou aveugle, car, selon lui il était bêtement obligatoire d’écouter les médias pour avoir le droit de ne pas mourir ! Ca c’est assumer ses responsabilités au sujet de la non-communication de l’information du risque vers le niveau local.

    Bref, le préfet est indéfendable. Les maires ont leur part de responsabilité au sujet de la non évacuation des communes de Vendée et de la non surveillance de l’élévation des eaux par rapport aux digues, mais au final elle est bien moins grande que ce qu’il semblait apparaitre au départ. Même des maires vigilants qui auraient surveillé les digues auraient été complètement démunis pour organiser les secours en plein milieu de la nuit, puisque les moyens de communication étaient aléatoires et que de toute façon le préfet ne prévoyait aucune mesure d’aide aux habitants avant la fin de la tempête.

    Et après tout ça, Mr Brot veut nous expulser et raser nos maisons ? Il rêve !

  • JL says:

    Tout à fait d’accord avec le résumé de Maryline.
    Je n’ai pas visionné la video en totalité (quelques avances rapides !!!) mais j’ajouterais que Mr Brot a indiqué que le cas des zones noires vendéennes avait été réglé en 3 minutes !!! alors qu’il a fallu discuter davantage pour la Charente Maritime ….
    J’ai veillé tard également et mes esprits n’étaient peut-être pas suffisamment clairs. Il a fortement insisté sur le fait qu’il voulait des zones homogènes, sans pour autant me semble-t-il parler des digues. J’ai compris qu’il voulait laisser des zones intermédiaires qui feraient tampon ou buvard lors des prochaines inondations. Et l’eau s’arrêterait à la route de la pointe d’Arcay bien entendu ????

  • Loutron says:

    à Maryline

    Votre résumé est en effet très à charge ! Je mettrais pour ma part au crédit de ce préfet au moins sa capacité à parler sans langue de bois, ce qui tranche totalement avec la manière de faire du secrétaire d’État qui le précède. Le préfet aurait pu faire profil bas et se contenter d’enfiler le même genre de banalités que ce membre du gouvernement qu’il est sensé représenter dans son département. Il est allé beaucoup plus loin, et cela me semble être le signe d’un homme courageux et droit, bien que que d’un « être vicieux » et atteint d’une « pathologie incurable », comme vous dites ! On peut évidemment ne pas être d’accord avec lui et contester ses décisions, mais le fonctionnaire d’autorité qu’il est me paraît être de grande (et désormais rare) qualité.

  • Maryline says:

    La vidéo sur La mission d’information du Sénat est TRES INTERESSANTE, merci pour le lien, Loutron. C’est sûr que c’est long, très long, mais en même temps quand on a des troubles du sommeil à cause de Xynthia et des zones noires, ça occupe l’esprit à autre chose.

    La 1ère partie concerne Mr Bussereau et la Charente-Maritime, c’est assez lénifiant, trop généraliste et l’on n’y apprend concrètement pas grand chose : Mr Bussereau évite les questions, retombe habilement sur ses pattes, et la majeure partie du temps reste dans l’approximation la plus absolue. Les membres de la commission sont aussi très silencieux, hésitants, et on sent bien qu’ils n’osent pas poser les vraies questions face à ce membre du gouvernement et qu’ils ont du mal à diriger le débat et à le mener à terme.

    La 2e partie qui concerne le préfet de Vendée est au contraire très pertinente : on peut en effet se rendre compte de l’inaptitude de Mr Brot à prendre des décisions de sa propre initiative : ce type est 300% fonctionnaire dans sa tête et dans ses actes, mais le plus effrayant est sans doute son double discours (je suis expérimenté/je suis nouveau j’y connais rien ; je suis pour la concertation la plus totale / je passe en force et je rase tout ; j’assume mes responsabilités actuelles, je joue franc-jeu / je nie mes responsabilités du 27/28 février, etc…). Au final, cet entretien fort sympathique nous dévoile sa grave incompétence et son pouvoir de nuisance incommensurable, qui sont assez déconcertants au vu de son intelligence et de sa vision fort respectable de la république et de ses missions : on pourrait croire, à l’entendre et sans le connaître (ni connaître ses faits d’armes), qu’il va tout faire pour régler les choses au mieux, en concertation avec les élus locaux, l’état, et les populations. Ce n’est en réalité qu’une façade, car ce type qui s’intronise comme le sauveur humaniste et républicain apparait en réalité comme un être vicieux atteint d’une pathologie incurable et d’un ego surdimensionné.

    On voit en effet Mr Brot se désigner comme étant très expérimenté en terme de gestion de catastrophes naturelles (il se targue d’avoir officié à Mayotte et en Guadeloupe). Il se permet même de critiquer la culture du risque qui est inexistante en France métropolitaine. Soit.
    Mais alors, dans ce cas-là, même si il n’était en place que depuis 2 semaines, et tenant compte des avis précis et alarmants de Météo-France, pourquoi a-t-il préconisé aux gens de rester chez eux au lieu de procéder à une évacuation pour les points sensibles, comme le préfet de Charente-Maritime a pu le faire ?
    Là, réponse hallucinante : il nous explique que durant la gestion de crise, il n’a jamais communiqué avec son homologue de Charente-Maritime et que par conséquent il n’a pas été au courant qu’il y avait eu des mesures d’évacuation décidées dans le département voisin. Puis il nous fait une pirouette en affirmant que l’évacuation aurait été très dangereuse en pleine tempête, à 4 ou 5h du matin. Bien sûr, il oublie de préciser que l’évacuation était tout à fait possible dans la journée du 27 février, bien avant l’arrivée de la tempête, comme il a été procédé en Charente-Maritime !
    Le préfet de Vendée nous dit aussi que vu sa récente nomination, il n’avait que peu de connaissance du terrain et des zones sensibles, et que par conséquent il appartenait aux maires concernés de se manifester auprès de la préfecture. Il dit bien qu’il a contacté les maires concernés dans la journée du 27 pour les avertir du bulletin d’alerte, mais on ne sait pas si il leur a parlé personnellement (il reste très très vague sur ce point). Toujours est-il qu’il a attendu toute la nuit sans prendre de nouvelles des communes se situant près d’un estuaire (zone sensible pointée par Météo-France), et que la submersion des digues survenue à La Faute et à L’Aiguillon a été connue très tardivement.
    Franchement, c’est édifiant.

    Ensuite, concernant la gestion de crise : en Vendée, il y a eu une panne généralisée des moyens de communication et les téléphones portables utilisés par la cellule de crise sur le terrain (à l’Aiguillon) n’étaient pas opérationnels (incident sur un relais SFR, qui durera 4 jours).
    En conséquence, la cellule n’avait qu’un téléphone en état de marche pour communiquer avec la préfecture et coordonner les missions de secours. Le préfet avoue même qu’il aurait dû avoir un téléphone satellitaire de secours à sa disposition, mais que comme il était nouveau à la préfecture il n’avait pas réussi à trouver la valise spéciale de gestion de crise ! Quel amateurisme grandiose pour un gars qui vante son expérience des DOM-TOM.

    Après, concernant les zones noires, il y a toujours autant de vice et d’arrogance dans ses propos, résumant tous les sinistrés à des gens ayant construit illégalement sur le domaine maritime, bref, de la désinformation absolue. Mais ce qu’il oublie de dire, et que la commission lui rappelle, c’est que même pour les gens ultra minoritaires qui se trouvent dans cette situation, ils sont désormais légalement propriétaires de leurs maisons puisque l’état qui avait 3 ans pour contester ces habitations ne s’est jamais manifesté !

    Pour ce qui est des experts qui ont décidés du tracé, et ce très rapidement, le préfet se contredit à plusieurs reprises quant au fait qu’ils se soient réellement déplacés sur le terrain, alors que la plupart de la mission a été organisée par vidéo-conférence de l’aveu même du ministre Bussereau !
    Concernant la rapidité de la prise de décision, le préfet avoue que cela a été très vite puisque ce sont les PPRI proposés en 2001 qui ont été pris pour modèles des zones noires, PPRI qui ont toujours été contestés depuis 9 ans et qui par conséquent n’ont jamais été effectifs. Comme étude indépendante et comme façon de se concerter on a vu mieux ! Faire du neuf avec du vieux (qui n’a pas fonctionné), et ce pour soi-disant protéger les populations d’un risque de l’ordre d’un nouveau Xynthia mais en pire, bravo, c’est très pertinent !
    Il va même jusqu’à dire que si l’expertise n’avait dépendu que de lui, il aurait très largement étendu la zone noire de La Faute. Dans le même temps il nous répète à plusieurs reprises qu’il ne connait rien au terrain. Pour se dédouaner de n’avoir pas donné l’ordre d’évacuer, c’est un argument très faible mais compréhensible. Pour légitimer la logique du dessin des zones noires, c’est un aveu total d’incompétence et d’arbitraire!

    Toujours concernant la rapidité de la prise de décision qu’il juge adéquate et raisonnée, le préfet annonce qu’en fait certaines maisons non inondées se verront offrir un examen approfondi et devraient être reclassées hors zone noire (il cite des exemples). Bref, un désaveu affiché de la pertinence des zones et de la rapidité de leur désignation.

    Concernant les expropriations, encore une fois, Mr Brot plus poissonnier que jamais (pardon pour les poissonniers) met en avant, « l’indemnisation historique », « la chance unique » pour les sinistrés, gens dont il se contrefiche ouvertement car selon ses propres mots leurs maisons « à l’architecture douteuse » ne valent pas ce que l’état est prêt à payer.

    Voilà en gros ce que j’ai pu retenir des propos de cet imbuvable Mr Brot. Je vous conseille vivement de prendre le temps pour regarder cette vidéo, car mon commentaire n’est pas un résumé complet ni un modèle d’objectivité (c’est un commentaire à charge, je l’avoue), juste une mise en lumière sur la personnalité et les compétences de notre cher préfet adoré, sans compter son déni absolu de responsabilité et son mépris indécent envers les sinistrés.

    Bon visionnage.

  • kiwi says:

    reponse a loutron il est important de visionner votre reportage du sénat avec la commission d’enquête c’est un petit bijou en ce qui concerne les responsabilités et les constats d’incompétence il est 2h21 c’était long mais instructif préfet secrétaire d’état entendus sur les responsabilités. bon courage 1h49′!!!!

  • Loutron says:

    Audition de Dominique Bussereau et Jean-Jacques Brot

    La mission d’information du Sénat sur les conséquences de la tempête Xynthia a auditionné Dominique Bussereau, président (UMP) du conseil général de Charente-Maritime et secrétaire d’état aux Transports, ainsi que Jean-Jacques Brot, préfet de Vendée.
    Voir la video du 29/04/2010, durée : 149 minutes :
    http://videos.publicsenat.fr/vod/seance/audition-de-dominique-bussereau-et-jean-jacques-brot/dominique-bussereau/65356

  • Jacques Ghémard says:

    Bon, ben bémol :

    http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2010-04-30/xynthia-les-zones-noires-reexaminees-la-semaine-prochaine-elus/920/0/449950

    « Joints par l’AFP, les services de M. Borloo ont confirmé la réunion, mais précisé qu’il « ne s’agit pas de revoir le sort des zones déjà tranché ».

    « La réunion doit permettre, selon le processus convenu, de faire le point sur l’état d’avancement des expertises complémentaires demandées par le ministère à propos de deux zones » du département, a indiqué un porte-parole.

    « Il ne s’agit pas de revenir sur les zones déjà arrêtées, mais de finaliser le sort des deux zones restées en orange », a-t-il insisté. »

    ***

    Pour les nouvelles digues, pas de lien, enfin si, vers l’émission de TV Vendée

    http://www.tvvendee.fr/video-TVV_le_journal_20100429_01.aspx

    Et les zones noires sont définies sur le site de la préfecture

    http://www.vendee.pref.gouv.fr/ liens dans les deux gros rectangles rouges au centre de la page

  • JL says:

    Quelqu’un pourrait-il remettre le lien concernant la zone noire et d’éventuelles nouvelles digues? Je n’ai pas pu regarder tout de suite et maintenant je ne le retrouve plus! Merci

  • Brigitte Devilez says:

    Oui mais dans ce cas, comment définira-t-il les zones jaunes? Un demi étage et une trappe avec échelle?

  • Jacques Ghémard says:

    Je remet le lien ici pour ceux qui ne l’auraient pas vu

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Zones-noires-Xynthia-de-Villiers-veut-epargner-les-maisons-non-inondees_39382-1357513_actu.Htm

    « Zones noires Xynthia: de Villiers veut épargner les maisons non inondées »

    « i de créer une catégorie spéciale pour épargner les maisons classées en zones noires mais non inondées lors de la tempête Xynthia, avec des prescriptions de sécurité strictes.

    Certains propriétaires dont les maisons « n’ont pas été inondées, ont du mal à comprendre que leurs maisons soient incluses dans ces zones » noires, explique M. de Villiers dans un communiqué. Le président MPF du conseil général va donc proposer la création de « maisons à prescriptions ».

    Ils devront accepter des normes de sécurité

    « Cela veut dire que les maisons qui n’ont pas été inondées et dont les propriétaires sont prêts à accepter des prescriptions de sécurité nouvelles (création d’un étage, de trappes d’évacuation sur le toit, d’escaliers, etc…) pourraient être conservées », a-t-il dit. »

    Reste à faire accepter que 50 cm c’est pas vraiment inondé et tout le monde devrait être content, j’espère.

  • hks says:

    j’ai posté ce commentaire sur le Blog de Pierre Regnault
    ………………………………………………………………..
    M de villiers n’en parlez plus à la Faute sur mer .Il y est totalement discrédité .
    Mais il est a remarquer que les élus socialistes du département n’ont pas pris ce risque ,ils n’ont pris aucun risque à la différence de ce qui s’est passé en charente poitou .On a vu personne et particulierement pas M Auxiette .

    Or nous fautais et Aiguillonnais crions depuis un mois au scandale de ces zones noires mal tracées .
    Maintenant que le ministre ouvre une voie au dialogue aucun élu vendéen n’ est présent pour soutenir les sinistrés .

    Les socialistes vendéens ont fait moins que les UMP: JP Raffrin , D Bussereau , Jl Leonard

    Moins que le socialiste Maxime Bono …moins que Segolène Royal .
    Beaucoup moins , puisqu’en fait RIEN .
    On ne les a pas vu.

  • Brigitte Devilez says:

    ou Clémenceau peut-être?

  • hks says:

    C’est une preuve d’intelligence.

    Alors maintenant il reste aux maires ( de la faute et de l’ aiguillon) à assurer .
    Qui va représenter la Vendée?

    Le site du CONSEIL GENERAL est MUET sur Xynthia depuis le 01/04/2010.
    Bonchamps la force du pardon .. tu parles !
    Pas un article sur les zones noires on détourne le regard des pestiférés .

    Les malheureux fautais/ aiguillonnais semblent complétement délaissés par leurs élus .
    Il est remarquable de M Rafarin se soit exprimé dans le même sens que Mme Royal en Charente Poitou . En vendée …rien , néant, nada .

    Qui va bouger … Pierre Regnault ?

  • révoltée says:

    qui va nous représenté, en vendée personne pour le moment de Viliiers est trop occupé avec sa pub pour le puy du fou. Un fol espoir! peut-être a-t-il pensé une partie des recettes aux sinistrés

  • Jacques Ghémard says:

    Et qui va représenter la Vendée lors de ces discussions ?

    Deux députés maires en Charente Maritime, un ministre, une présidente de conseil général, et son prédécesseur ancien premier ministre.

    Et en Vendée ??? Dans les Pays de Loire ???

  • Jacques Ghémard says:

    Ne critiquons pas le pas en arrière, c’est une preuve d’intelligence.

  • cirem says:

    un petit pas en arriere ?…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

99 − = 90

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci