Archive pour avril 2010

« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »

Avec agence

XYNTHIA - Le détail des zones noires présenté aux habitants

Les propriétaires sinistrés vont savoir jeudi si leur maison sera ou non détruite, les autorités ayant prévu de les informer lors de réunions publiques © AFP

Cinq semaines après le passage de Xynthia, les autorités ont commencé, mercredi, à présenter la cartographie des « zones noires » où toute habitation sera rasée, ainsi que le processus d’indemnisation des propriétaires sinistrés. Jeudi, le détail des « zones noires » doit être dévoilé aux habitants de La Faute-sur-Mer et de L’Aiguillon-sur-Mer, deux stations balnéaires populaires vendéennes particulièrement touchées par le sinistre. Dans ces communes, les réunions au cours desquelles seront décrites les procédures pour les personnes dont la maison devra être détruite s’annoncent « douloureuses ». C’est « un traumatisme qui s’ajoute à celui des 29 morts », a reconnu le préfet de Vendée.

« Des gens vont faire des colères, vont être dans le désespoir », a prévenu Renaud Pinoit, l’un des fondateurs de l’association des habitants de La Faute-sur-Mer, en rappelant que certains habitaient les zones à risque depuis 30 à 40 ans. Avec 92 résidences principales et 582 résidences secondaires condamnées, les conséquences sur l’immobilier seront particulièrement lourdes pour La Faute-sur-Mer qui compte 3.737 logements, dont 2.569 maisons, selon le dernier recensement de l’Institut national des statistiques et des études économiques. Un millier de résidents permanents y vivent, plus de 40.000 en saison estivale. « On s’attendait à 300, voire 350 maisons détruites à La Faute-sur-Mer, et ça nous paraissait déjà beaucoup », a déploré Renaud Pinoit. « Je ne suis pas content du tout », a pour sa part commenté le maire Maurice Milcent de L’Aiguillon-sur-Mer après une réunion avec le préfet.

Rachat au prix du marché avant la tempête

Au total, près de 1.400 parcelles seront rendues à l’état naturel en Charente-Maritime et en Vendée, selon les chiffres communiqués mercredi par le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. Un total de 915 habitations seront détruites en Vendée, 674 à La Faute-sur-Mer et 241 à L’Aiguillon-sur-Mer.

« Nous ne répondons pas à un principe de précaution exacerbé, mais à un principe de bon sens », a assuré mercredi le préfet Jean-Jacques Brot au cours d’une conférence de presse. « Nous sommes conscients que les choix peuvent être douloureusement vécus », a-t-il ajouté. Même discours du côté du gouvernement, on estime que « dans les zones d’extrême danger, où les risques peuvent être mortels, il n’est pas acceptable de laisser les habitants se réinstaller », comme l’a dit un communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres de mercredi.

Des destructions d’habitations à la suite de catastrophe naturelle sont déjà intervenues par le passé, comme à Vaison-la-Romaine (Vaucluse), en 1992, après des inondations qui avaient fait 37 morts. Les 70 habitations les plus endommagées avaient à l’époque été rachetées par la commune, généralement au terme de procédures amiables, puis la zone transformée en parc. Pour ce qui concerne Xynthia, les procédures d’indemnisation et d’acquisition à l’amiable seront financées par le fonds Barnier et les assurances.

Des cellules seront mises en place pour informer les propriétaires concernés. Selon le préfet de Vendée, les habitations seront « acquises par l’État au prix du marché avant la tempête » – un prix comprenant l’habitation tout autant que le terrain -, les estimations pour les résidences principales seront prêtes avant la fin du mois de mai et les premières acquisitions amiables menées dans le courant de l’été.

France Info – 06:35

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Cinq semaines après le passage de la tempête Xynthia les habitants de Vendée et de Charente-Maritime ont appris que 1500 maisons seraient détruites le long du littoral. En Vendée ces destructions concernent 915 habitations, essentiellement à la Faute-sur-Mer.

Dans cette commune de la Faute-sur-Mer ce sont 670 maisons qui vont être détruites. Essentiellement des résidences secondaires. Près de 20% des maisons de la commune vont être rayées de la carte. Les terrains seront rachetés par l’État pour revenir à l’état naturel. Elles seront transformées le cas échéant en terres agricoles.

Pour le préfet, Jean-Michel Brot, il ne s’agit pas là de faire du zèle. Une zone aussi importante a été délimitée parce qu’elle présente « un réel danger pour la population ». Les critères retenus ont notamment été la hauteur d’eau, la force de la vague ou encore la possibilité ou non de se protéger.

Dans la foulée, Jean-Jacques Brot a annoncé que la maison et le terrain seront dédommagés. Le terrain, c’était le point crucial pour les personnes sinistrées. Dans le secteur il vaut souvent plus cher que l’habitation elle-même. Il n’est pas remboursé par les assurances.

Le préfet présentera la cartographie de ces zones au cours des deux réunions publiques. Elles vont ce se tenir ce matin à 10h30 à l’Aiguillon-sur-Mer et cet après-midi à 15h à la Faute-sur-Mer. Il redoute de vives réactions.
Certains habitants qui résident ici depuis plusieurs décennies ont annoncé qu’ils ne partiraient pas de chez eux. D’autres vont apprendre que leur maison, même épargnée par les inondations, sera quand même détruite car située dans une zone à risque.

Des cordons de CRS ont été prévus aux abords des réunions publiques. Le préfet prévoit de vives réactions et compte ménager les habitants. Des cellules d’écoute, de conseil pour le relogement et pour les indemnisations ont été crées.
Alice Serrano

Xynthia : « zones noires » et indemnisations,…

Lire la suite de cette entrée »

Maurice Milcent en direct de l’Aiguillon.

Lire la suite de cette entrée »

Quatre communes ne font pas l’objet d’un accord entre le gouvernement et les élus.

Lire la suite de cette entrée »

Catastrophe mercredi 07 avril 2010

La Faute-sur-Mer et l'Aiguillon-sur-Mer, communes les plus  touchées par la tempête Xynthia, attendent des réponses concernant la  destruction des maisons.

La Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer, communes les plus touchées par la tempête Xynthia, attendent des réponses concernant la destruction des maisons.

Photo : Marc Roger

+ Comment seront indemnisés les propriétaires ?

915 maisons seront détruites dans le seul département de Vendée. A l’Aiguillon-sur-Mer, 216 résidences secondaires et 25 résidences principales sont concernées. Sur la commune de La Faute-sur-Mer, la préfecture de Vendée a annoncé la destruction de 582 résidences secondaires et 92 résidences principales.

Elles s’ajouteront aux 595 en Charente-Maritime – situés en zones jugées d’« extrême danger » qui seront seront détruites dans les régions ravagées fin février par la tempête Xynthia, a annoncé mercredi le gouvernement. Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a précisé lors du compte rendu du conseil des ministres que ces habitations étaient situées en « zones appelées zones noires doivent donc retourner à l’état naturel (…). » Avant d’ajouter : « il n’est pas acceptable de laisser les habitants se réinstaller dans leurs logements ».

Trois secteurs sont concernés en Vendée et dix en Charente-Maritime.

Le maire de l’Aiguillon « pas content du tout »

Le maire de l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée), Maurice Milcent, s’est déclaré « pas content du tout » à l’issue de la réunion mercredi matin à huis clos avec le préfet de Vendée qui a notamment présenté la nouvelle cartographie des zones à risque de la commune après le passage de Xynthia.

Les conseillers municipaux sont sortis sans un mot de la mairie, le visage fermé. Seul le maire de l’Aiguillon s’est arrêté un instant devant les journalistes pour signifier « je ne suis pas content du tout », tout en précisant que sa colère, dont il n’a pas expliqué les raisons, ne concernait pas les mesures d’indemnisation. M. Milcent a simplement invité les journalistes à la réunion publique d’information jeudi à 10h30 dans sa commune.

Les propriétaires attendront jeudi

Lors de la réunion de mercredi qui a duré deux heures, la première en Vendée avant celle de La Faute-sur-Mer dans l’après-midi, le préfet Jean-Jacques Brot a présenté la nouvelle cartographie des zones à risque après le passage de la tempête Xynthia le 28 février ainsi que les mesures d’indemnisation et de relogement prévues pour les propriétaires qui ne pourront plus habiter sur les lieux. Les propriétaires sinistrés devront attendre jeudi pour savoir si leur maison sera ou non détruite, les autorités ayant prévu de les informer lors de réunions publiques.

Un millier de personnes ne pourra réemménager

Le préfet de Charente-Maritime devait lui aussi rencontrer des élus mercredi après-midi, selon le service communication de la préfecture à La Rochelle. Selon le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, au total, « ils seront un peu plus d’un millier qui ne pourront plus habiter dans leur maison », résidence principale ou secondaire. En France, Xynthia a causé la mort de 53 personnes et endommagé quelque 4 ,000 maisons au total.

Près de 1 400 habitations inondées lors du passage de la tempête Xynthia, qui avait fait 53 morts il y a un mois sur les côtes de Vendée et de Charente-Maritime, seront détruites car situées en zone «d’extrême danger», a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.
Seraient particulièrement concernées les communes de La Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer en Vendée. Selon nos informations, rien qu’à La Faute-sur-Mer, 540 foyers seront touchés et 216 à l’Aiguillon.

Ces logements, 798 en Vendée et 595 en Charente-Maritime, figurent dans les «zones noires» délimitées par l’Etat «où les risques peuvent être mortels» a précisé le porte-parole en rendant compte d’une communication du ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo pendant le Conseil des ministres. «Ces zones appelées zones noires doivent donc retourner à l’état naturel (…). Il n’est pas acceptable de laisser les habitants se réinstaller dans leurs logements», a-t-il expliqué, conformément aux souhaits de Nicolas Sarkozy.

Le déménagement des occupants de ces habitations pourra se faire soit par «acquisition à l’amiable des biens», soit par «procédure d’expropriation engagée par l’Etat». «Cette dernière procédure ne sera menée que si nécessaire», a-t-il ajouté, précisant que l’expropriation garantissait «le respect des droits et des intérêts des propriétaires».

L’Etat a par ailleurs défini des «zones jaunes», c’est-à-dire des «zones exposées au risques mais qui peuvent être protégées», a poursuivi le ministre de l’Education. Ces secteurs «devront faire l’objet d’un programme de protection basés sur des systèmes d’alerte, d’évacuation, de prescription technique sur les bâtiments ou encore de protection collective», a-t-il dit.

L’angoisse de certains habitants

Les maires des communes sinistrées sont informés ce mercredi à huis clos par leurs préfectures respectives du nombre de maisons vouées à la destruction. A l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée), le maire n’a pas caché sa colère après la réunion sur les zones non reconstructibles.

A La Faute-sur-Mer, l’inquiétude plane. Dans l’attente des zonages officiels , «il y a des gens qui sont très angoissés», a expliqué Xavier Machuron-Mandard, de l’association des habitants de La Faute-sur-Mer (AVIF).Les propriétaires seront officiellement avertis jeudi.

Un total de 1.393 logements – 798 en Vendée et 595 en Charente-Maritime – situés en zones jugées d’ « extrême danger » seront détruits dans les régions ravagées fin février par la tempête Xynthia, a annoncé mercredi le gouvernement.

07/04/2010 | Mise à jour : 13:37

Le maire de l’Aiguillon-sur-mer, Maurice Milcent, s’est déclaré « pas content du tout » à l’issue de la réunion ce matin à huis clos avec le préfet de Vendée qui a notamment présenté la nouvelle cartographie des zones à risque de la commune après le passage de Xynthia

Les conseillers municipaux sont sortis sans un mot de la mairie, le visage fermé. Seul le maire de l’Aiguillon s’est arrêté un instant devant les journalistes pour signifier « je ne suis pas content du tout », tout en précisant que sa colère, dont il n’a pas expliqué les raisons, ne concernait pas les mesures d’indemnisation. Maurice Milcent a simplement invité les journalistes à la réunion publique d’information jeudi à 10h30 dans sa commune.

Lors de cette réunion qui a duré deux heures, la première en Vendée avant celle de La Faute-sur-mer dans l’après-midi, le préfet Jean-Jacques Brot a présenté la nouvelle cartographie des zones à risque après le passage de la tempête Xynthia le 28 février ainsi que les mesures d’indemnisation et de relogement prévues pour les propriétaires qui ne pourront plus habiter sur les lieux.

les sinistrés inquiets

Lire la suite de cette entrée »

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2010
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci