Archive pour mai 2010

« 1 2 3 4 5 6 »

Malgré des inondations importantes, l'État n'a pas tracé de zones  noires sur l'île de Ré.

Malgré des inondations importantes, l’État n’a pas tracé de zones noires sur l’île de Ré.

AFP

Sur l’île, moins de vingt maisons seront rasées. Une clémence qui étonne les élus vendéens et crée la polémique en Charente-Maritime.

Reportage

« Ces quatre maisons, je peux vous dire qu’on les sauvera. » Léon Gendre, le maire de La Flotte, sur l’île de Ré, ne doute pas de son succès. Bravache, le vieux « gaulliste » a fait voter, en conseil municipal, une délibération pour construire un parapet en plus de la digue. « Comme ça, les maisons seront bien protégées. »

Dans sa commune, il ne restera plus que 8 maisons en « zone noire ». Contre 23 initialement. Son voisin de Loix, Lionel Quillet (divers droite), se bagarre aussi pour reprendre à l’État les maisons rayées de la carte. Sur les 60 habitations menacées à l’origine, il en a déjà sorti 50. L’île de Ré a pourtant été sévèrement secouée par la tempête : 13 kilomètres de digues endommagées, plus d’une centaine d’habitants évacués, un centre de thalasso envahi par la boue…

Entre 3 et 12 millions d’euros

« L’iniquité, elle est certaine, accuse Thierry Debaegdt, président de l’association Reconstruire Charron, commune du littoral charentais où 150 maisons figurent en « zone noire ». Il y a des non-dits qui ne sont pas dignes d’un État. Comme les enjeux financiers. »

À Portes-en-Ré, les propriétés se négocient entre 3 et 12 millions d’euros. L’État, qui indemnise en rachetant le foncier et le bâti au prix du marché, n’y a pas tracé de « zone noire ». Pourtant, les inondations y ont été importantes. Une situation qui suscite l’incompréhension chez les élus vendéens de La Faute et de L’Aiguillon. Mais aussi sur l’île. « Le zonage n’a jamais collé », affirme Lionel Quillet. En le découvrant, le maire de Loix avait été jusqu’à présenter sa démission au préfet : « Moi, j’ai trop de maisons en zone noire. Ailleurs, il n’y a même pas de zones jaunes. »

Ailleurs ? Les regards se tournent vers le nord de l’île. « C’est là que les risques d’inondation sont les plus forts », assure le maire de La Flotte. Mais c’est là-bas, aussi, que l’administration a « oublié » de colorier les cartes en noir, voire en jaune. « C’est vrai que ça surprend. »

Léon Gendre s’en amuse, bien conscient que l’État est embarrassé par le dossier. « Ce que je trouve anormal, c’est que des gens du Cac 40 ou des vedettes du show-biz, nombreux ici, n’aient pas droit à la même protection de la part de l’État que mon petit vieux qui a 800 € de retraite », ironise l’élu.

Plus sérieusement, il ajoute : « Mais je ne pense pas que des gens aient usé de leur influence pour qu’il n’y ait pas de zones noires dans leur secteur. » Dans les communes vendéennes sinistrées, on n’ose pas non plus l’imaginer.

« Si aucune maison n’est rasée à l’île de Ré, je ne vois pas pourquoi on devrait en abattre autant chez nous », déclare Alain Barraud, adjoint à L’Aiguillon, en Vendée, où 915 maisons figurent toujours en « zone noire ».

Philippe ÉCALLE.

Malgré l’ordonnance du Tribunal Administratif de Nantes daté du 29 avril 2010, enjoignant au Préfet de Vendée de communiquer à l’AVIF dans un délai de 15 jours l’ensemble des avis, analyses et études ayant conduit à la définition des zonages, aucun document n’a été fourni par la Préfecture en ce lundi 17 mai, ni à l’AVIF, ni au cabinet Huglo-Lepage.

Or, à plusieurs reprises, le Préfet de Vendée et certains hauts responsables politiques ont déclaré que le zonage reposait sur l’examen de dossiers multiples établis par des experts. Ces documents devaient dont exister bien avant le 29 avril.

Ces dossiers sur lesquels reposeraient les décisions du Préfet, où sont-ils ?
Sur quoi l’Etat a-t-il donc établi sa politique de rachat amiable de milliers d’habitations, sinon la mise en place d’une stratégie d’expropriation ?
Pourquoi mettre plus de 15 jours pour fournir ces documents ? Les experts auraient-ils réalisé un travail à ce point critiquable qu’il faille probablement le refaire à la hâte ? Le mystère persiste !

Au vu de cette situation, l’AVIF envisage, par le biais de ses avocats, de saisir le juge d’exécution pour qu’un nouveau délai soit fixé de toute urgence, ainsi qu’une astreinte par jour de retard.

Sans un mot et avec dignité, entre 200 et 300 personnes ont  participé hier après-midi à la marche silencieuse organisée à La  Faute-sur-Mer.

Sans un mot et avec dignité, entre 200 et 300 personnes ont participé hier après-midi à la marche silencieuse organisée à La Faute-sur-Mer.

Xynthia, c’est un drame humain avant toute polémique. Pour ne pas l’oublier, entre 200 et 300 personnes ont participé à une marche silencieuse, hier, à La Faute-sur-Mer.

29 prénoms, 29 âges portés à bout de bras. Hier après-midi, dans les rues de La Faute-sur-Mer, 29 pancartes sont venues rappeler le drame qui s’est noué ici dans la nuit du 27 au 28 février. Une marche silencieuse voulue par l’Avif, l’Association des victimes des inondations de La Faute-sur-Mer et de ses environs.« Plus personne ne se soucie des victimes, tout le monde parle de finances, de zones noires », fulmine Jacqueline. « Mais les 29 victimes, c’étaient des voisins, des gens qui faisaient partie des mêmes associations que nous. Des gens qui n’auraient pas dû mourir », lâche-t-elle, résignée.

Hier, elle a donc tenu à se joindre au cortège silencieux, comme de nombreuses autres personnes. Un rassemblement à la fois digne et émouvant, chargé de symbole. « Avant d’aller jeter des roses dans le Lay, qui les a emportés, nous allons observer une minute de silence pour Maggy, Ismaël, Camil, Nora, Yamina, Patrice, Muriel » égrène le président de l’Avif. La litanie fait trembler quelques jambes, couler quelques larmes. Certains craquent, sans doute rattrapés par des images trop douloureuses.

Les autres se serrent un peu plus les coudes, avant de reprendre la marche jusqu’à ce pont qui enjambe le Lay, d’où sont jetées 29 roses blanches. « Si ça pouvait au moins servir d’exemple, prévenir d’autre catastrophe », soupire Marie-Madeleine, avant de retrouver le silence.

Les promeneurs attirés par le soleil

Mais curieusement, ce samedi est aussi celui de la vie qui reprend à La Faute-sur-Mer. Dans les ruelles, les promeneurs se laissent guider par les rayons du soleil. Quelques odeurs de gaufre s’échappent des échoppes estivales. Les maillots de bain ont retrouvé les portiques extérieurs. Quelques caisses de kiwis et tomates sont empilées sur le trottoir.

Mais l’équilibre est fragile. Quand le cortège passe, le silence contamine tous les recoins des magasins, se diffuse dans les cafés. « Papa, qu’est-ce qui se passe ? », interroge ce petit garçon. Lui n’a pas connu le drame.

D’autres s’en souviendront longtemps. « Les petits-enfants, les femmes, les parents des victimes ne pourront pas oublier. Ici, comme chez nous », conclut Guy Fourest, le président de l’association de défense des victimes de l’usine AZF de Toulouse, venu apporter son soutien et un chèque de 1 500 € à l’Avif.

Marylise KERJOUAN.

Marche en souvenir des victimes de Xynthia à La Faute sur mer le 15 mai 2010.
Minute de silence, puis remise d’un don à l’ AVIF par Le président du « Comité de défense des victimes de l’AZF », Monsieur Guy FOUREST.

Une marche silencieuse regroupant quelque 200 personnes s’est déroulée samedi après-midi à La Faute-sur-Mer (Vendée) en mémoire aux 29 victimes de la tempête Xynthia du 28 février.

Lire la suite de cette entrée »

Une marche silencieuse regroupant quelque 200 personnes s’est déroulée aujourd’hui  après-midi à La Faute-sur-Mer (Vendée) en mémoire aux 29 victimes de la tempête Xynthia du 28 février et pour soutenir leurs proches, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Une banderole affirmant « N’oublions pas les victimes de la tempête Xynthia » avait été déployée et des marcheurs arboraient des pancartes rappelant les prénoms et l’âge des victimes.

« Les problèmes matériels de zonage, c’est une chose, mais il faut également toujours penser aux personnes décédées », a indiqué à l’AFP Renaud Pinoit, de l’association des victimes des inondations de la Faute-sur-Mer (Avif).

Une première plainte contre X pour « homicide involontaire » a été déposée fin avril par une femme qui a perdu son père âgé de 75 ans à La Faute-sur-Mer lors de la tempête.
Les manifestations des propriétaires opposés à la destruction de leurs maisons situées dans les zones noires ont été suspendues début mai après des annonces de la préfecture sur des études au cas par cas.

Le mot d’ordre : se souvenir avant tout du drame humain. A l’initiative de l’association des victimes des inondations fautaises (Avif), une marche silencieuse réunit cet après-midi deux cents personnes, en mémoire des 29 victimes de la tempête. Le rassemblement se veut avant tout symbolique, pour soutenir les proches des disparus. Les participants à la marche ont jeté 29 roses blanches dans le Lay.

Samedi 15 Mai à 15 H GRAND RASSEMBLEMENT au pavillon des dunes (casino) avec les représentants de l’association des Victimes d’AZF qui viennent nous soutenir et nous remettre un chèque à l’association afin de nous aider pour l’avenir. Nous aurons une réunion du CA avec eux en petit comité afin qu’il fassent part au conseil d’administration de leurs déboires et de leurs avancées. L’expérience nous aidera à aller plus vite et mieux pour vous.

Dimanche ils veulent rencontrer des familles qui sont dans la peine d’avoir perdu des proches et pour ceux qui le veulent ce sera au bar « La terrasse » (lieu neutre) a 10h ils y tiennent car ils ont voulu faire la route pour vous soutenir moralement ce n’est pas uniquement un geste symbolique, mais c’est moralement qu’ils tiennent à être à vos côtés. Ils repartiront après vous avoir rencontrés.

Nous avons besoin de votre soutien à tous dans cette marche du souvenir

Corinne Lepage, avocate de l'Avif.

Corinne Lepage, avocate de l’Avif.

Saisi fin avril par l’association des victimes des inondations du sud Vendée (Avif), le tribunal administratif de Nantes a ordonné à la préfecture de Vendée d’envoyer à l’Avif les documents ayant servi de base à l’établissement des zones noires à La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer. Le délai de 15 jours était écoulé ce vendredi. Ni le cabinet d’avocats Lepage qui défend l’Avif, ni l’association des sinistrés ne les avaient reçus. De son côté, la préfecture de Vendée assure «que les documents seront envoyés en début de semaine».

zonage: 1 ère phase, zones de solidarité avec acquisition amiable identiques, ni restreintes , ni étendues, pas de procédures d’expropriation.

2 éme phase, enquête publique avec une mission d’expertise pour revoir les marges intérieures et extérieures de la zone de solidarité,pour permettre à certains de rentrer en zone noire et à d’autres de sortir de cette zone noire.

Cette mission d’appui indépendante doit être mise en place d’ici fin mai ou début juin, et devra donner une réponse claire par rapport au zonage futur. La zone d’expropriation sera restreinte aux zones de danger.

Il pourra y avoir une certaine léopardisation de la zone… indemnisations: une réunion avec les assurances et la préfecture a lieu tous les jeudi, un médiateur interdépartemental devrait être nommé.soucis avec les assurances: niveau d’indemnisation par les assurances minimisé, à ce jour une seule maison déclarée sinistrée? (c’est à dire détruite à plus de 50% de sa valeur) quelle va être la position des assureurs pour les maisons maintenues qui devront respecter les prescriptions du PPRI alors qu’elles prévoient une indemnisation à l’identique.

Le préfet avoue n’avoir aucune prise sur les assureurs…Les estimations par les domaines devraient être conclues au 15 juin, 3 mois pour accepter, problème d’engorgement au niveau des notaires et pas d’actes administratifs pour la vente aux domaines afin de limiter le coût des procédures et faciliter leur déroulement.

Utilisation des dons: 2 millions et demi d’euros de dons non encore utilisés, la préfecture a organisé avec les CCASS des 2 communes une procédure simplifiée pour venir en aide aux sinistrés, il se trouve que la mairie de la Faute ne s’est pas rendue au rendez-vous et le préfet a rappelé à l’ordre M Gaborit.

Il s’agit d’aide au remeublement, à la mobilité ,il y a même des véhicules de France Domaine bloqués à Paris pour les sinistrés et personne n’en fait la demande. Pour limiter les effets d’aubaine, il y a des grilles d’analyse.

Nous avons rappelé au préfet qu’il y avait un gros problème de communication entre les communes, la préfecture et les sinistrés, l’AVIF allait s’efforcer de servir de relai.

La Chambre de commerce suit les dons pour les commerçants. L’AVIF a relancé la demande de liste des sinistrés. problème des terrains nus: n’étant pas assurés, il ne peuvent bénéficier du fonds Barnier, il relèveront d’une procédure d’expropriation (devant le juge).

Leur constructibilité dépendra du zonage et du PPRI. PPRI: le dernier était tout rouge,sur le prochain devraient voir apparaître du bleu et du jaune…

Le préfet confirme qu’il n’y aura pas de construction à venir dans les zones rouges.

Les maisons seront détruites après cession aux domaines. Les mesures d’expropriation seront longues, voire > 10 ans… modification de la loi Barnier adaptée à la « submersion marine » et à des valeurs supérieures à 60 000 euros.

Confirmation du préfet de fonds disponible.

Eau / électricité: maison avec arrêté de mise en sureté, pas de retour,mais les maires peuvent lever les arrêtés, pour les autres, accord de la préfecture, mais c’est à ERDF et la SAUR de remettre les services et il y a parfois des travaux de remise en état qu’ils ne veulent pas faire…

Les travaux ne seront peut être pas fait dans les zones qui « sautent » dixit le préfet :aucun sinistré ne devrait être sans logement à l’approche de la saison touristique. Pour autant des mobilhomes sont arrivés sur la commune de la Faute mais n’ont pas de terrain disponible…

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci