Près de 23 millions d'euros investis dans les digues vendéennes depuis Xynthia

Près de 23 millions d’euros sont investis en travaux d’urgence dans les digues de Vendée, a indiqué vendredi la préfecture du département, au lendemain d’une manifestation d’un millier de personnes sur la digue de La Faute-sur-mer, commune la plus touchée par la tempête Xynthia.

« Depuis le mois de mars près de 23 millions d’euros sont consacrés aux opérations d’urgence de reconstruction des ouvrages de défense contre la mer en Vendée. L’Etat a pris en charge plus de la moitié de ces investissements », indique la préfecture dans un communiqué.

« Les travaux se poursuivent chaque jour sur l’ensemble du littoral et en particulier sur les abords de l’Estuaire du Lay (…). Des aménagements significatifs d’un montant de 900.000 euros viennent d’être réalisés sur la digue Est de la Faute-sur-Mer (dont la commune est propriétaire) au titre de la défense contre la mer », ajoute le communiqué.

« Un financement supplémentaire a été accordé par l’Etat pour permettre à la commune de la Faute d’effectuer des travaux complémentaire », précise-t-il.

« L’ensemble des services de l’Etat est mobilisé pour faire face aux grandes marées de septembre et assurer la protection des habitants du littoral », conclut la préfecture.

Le 28 février dernier, la tempête Xynthia a fait 47 victimes sur la façade atlantique, dont 29 en Vendée, principalement à la Faute-sur-Mer.

Plus d’un millier d’habitants de cette commune ont formé une chaîne humaine jeudi soir sur la digue Est de leur village pour manifester leur inquiétude quant à l’efficacité des travaux entrepris pour éviter de nouvelles inondations.

Les prochaines grandes marées, d’un coefficient supérieur à 100 (sur une échelle de 120), auront lieu entre le 8 et le 11 septembre, avec un pic à 116 le 10 septembre. Le 28 février, l’association d’un coefficient de marée de 102 avec une forte tempête avait causé les inondations.

57 réponses à to “Près de 23 millions d’euros investis dans les digues vendéennes depuis Xynthia (AFP)”

  • LB says:

    Je me pose une question. Est-ce que les mêmes considérations seront prises en compte pour l’établissement (ou le renouvellement) des PPRI de toutes les communes côtieres? Logiquement, les mêmes critères devraient s’appliquer à l’Ile de Ré par exemple qui a connu une situation proche et serait probablement en quasi totalité en zone rouge. Sans même parler de Xynthia, si on prend une hypothèse d’élévation de 1 m de la mer à l’horizon 2100, de très nombreuses communes de l’atlantique ou de la méditerranée vont passer intégralement en zone rouge. Ou s’agit-il d’un traitement d’exception pour l’Aiguillon et la Faute?

  • MA says:

    à jacques Guémard
    suis d’accord avec ton analyse
    C’est vrai qu’on pourra toujours augmenter la hauteur des digues plus tard et qu’il serait bien déjà que la hauteur soit fixée dans le PPRI avec un dispositif de vigilance pour voir comment les hauteurs d’eau évoluent dans le temps afin de vérifier que le dispositif en place est toujours suffisant.

    le problème c’est qu’on a un peu perdu confiance et qu’on devient un peu parano peut-être, car une fois la pression médiatique un peu relâchée, l’état et les collectivités locales pourraient bien reprendre leurs vieilles habitudes…on oublie vite.
    Il faut effectivement que ce soit inscrit dans le PPRI

  • prune says:

    Bravo kiwi , merci à l’AVIF ,
    Nous serons présent ,ils se moquent de nous , continuons de manifester .
    Estimation faite . mais nous voulons garder notre maison , il faut absolument repousser cette date pour la signature ,
    alors que nous n’avons pas l’application du PPRI ( est-ce que quelqu’un a eu une réponse à sa demande de report)
    Donc il faut la foule sur le pont le 12/09/

  • Jacques Ghémard says:

    (quelqu’un) MA dit : « Donc pour les maisons on tient compte d’une cote de 5,7m mais pour les digues , on s’arreterait à 5,1m …. étrange »

    On peut comprendre que pour le moment la digue soit prévue pour les hauteurs d’eaux actuelles et qu’elle soit surélevée par la suite, si effectivement il y a une élévation des océans d’un mètre en un siècle.

    Pour les maison, par contre on peut comprendre que les travaux demandés ne soit pas à refaire tous les 4 matins et qu’on demande tout de suite quelque chose de suffisant pour 100 ans.

    Mais 5,1m ce n’est donc que 40 cm de plus que Xynthia. La marge n’est pas bien grande.

    A mon humble avis, il faudrait que la hauteur des digues soit imposée par le PPRI. D’après ce plan, le maître d’ouvrage des digues aura obligation de les entretenir mais si il n’y a rien de précis sur les caractéristiques de ce qu’il doit entretenir, ça ne veut rien dire. Si la hauteur est clairement fixée, alors vous pourrez vous plaindre dès qu’il y aura la moindre brèche dans la digue.

    Et « Article 6 – Infractions et sanctions
    Le non respect des dispositions d’un PPR constitue une infraction. […] En outre, en cas de récidive, la peine d’amende peut être complétée par un emprisonnement de six mois. »

  • Musette says:

    A Kiwi
    les manifestations prévues par l’AVIF ont toujours eu du succès. Ceci explique sans doute les non réponses directes à ton info. Pour notre part, nous ne serons plus à La Faute. Boulot oblige ! Et impossible pour nous aussi de revenir. Sans doute, ce sera le cas pour un certain nombre de résidents secondaires. Non ?Mais, il y en aura encore suffisamment pour manifester.

  • JL says:

    à Kiwi
    Nous reviendrons peut être mardi pour qq jours avant la rentrée (nous avons tjs les gabarits!) mais malheureusement impossible d’être là le 12 sept (1400 km AR).
    Offre Domaines pas reçue (visite le 15/07 seulement).

  • kiwi says:

    A TOUS
    Je ne vous comprend pas je vous propose avec l’avif une manif le 12/9 et vous ne me dites pas si vous serez nombreux à manifester.Seriez vous tous toutes contents (es) de notre sort fautais.
    Avez vous tous touchés l’argent promis par sarko, avez vous une date pour la signature de l’acte?Avez vous seulement eu votre estimation (pour ma part un mois et demi de retard.
    Etes vous satisfait des plue value pour certains du délai de trois mois après votre offre alors même que le PPRI n’est pas encore applicable
    Etes vous tous sortis de la zone de solidarité NON ALORS venez dire votre mecontentement sur le pont.
    Venez afin de faire à nouveau connaître votre cause à la France entière qui croit que tous nous allons toucher notre argent nous les nantis secondaires ou pas qui vions mal choisis notre ville.

  • JL says:

    J’ai peut-être manqué une étape, ayant été absente quelque temps, mais la digue va t-elle être continue ? Y aura t-il une fermeture au niveau du port de plaisance ? Autrement, est-il bien utile de la remonter ? En cas de montée des eaux, elles pourront toujours s’engouffrer par là non ?

  • MA says:

    Donc pour les maisons on tient compte d’une cote de 5,7m mais pour les digues , on s’arreterait à 5,1m …. étrange
    donc ca veut dire qu’on retient une cote inférieure à la hauteur d’eau potentielle attendue à la fin du siecle (en cas de tempête equivalent Xynthia + hausse du niveau de la mer de + 1 mètre)
    donc ils partiraient sur l’hypothèse de choisir de couvrir en terme de digues un aléa different de celui qu’ils considèrent comme probable sur les maisons
    Rappelez moi, on parle bien pour les maisons et pour la digue du même lieu,non ?

    Cela voudrait donc dire qu’ils acceptent l’hypothèse comme quoi , dans ce cas les digues subiraient une submersion. Je suppose qu’ils vont donc prévoir l’évacuation de l’eau alors , sinon ce serait pas très cohérent ……
    alors buses ? portes ?

    Bon c’est sur, deja ca rassure de penser qu’ils vont continuer les travaux et que le petit morceau qui a été fait ne se trouve plus isolé 🙁 , mais que d’autres morceaux le rejoigne afin que ca ne fasse plus qu’une seule digue, enfin…une vraie digue quoi…
    Maintenant qu’on a vu la digue « pilote », la démo , eh bien on voudrait bien voir l’ouvrage complet !
    Sauf que pour nous rassurer vraiment il faudrait nous montrer le sérieux de la démarche :
    – qu’ils publient le planning de réalisation
    – et les grandes lignes de son contenu (confirmer ou infirmer la cote qu’ils visent , quels dispositifs éventuels pour évacuer l’eau etc…)

    ou alors il faudra prévoir de pomper
    et ça, ça vous rappelle rien ?
    Si l’issue n’avait pas été aussi tragique en février, je dirais bien que ca me rappelle une histoire de Shadoks tout ca, sauf que les shadoks, ils me faisaient rire , eux …..

    je vais réviser mes classiques Shadok, ca m’aidera peut être.
    que pensez vous de :
    « il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes  »

    A+ bon courage à tous

  • MA says:

    pour la limonade, je ne sais pas , mais pour les digues voici un article de Ouest france du dimanche 22 Aout :
    (j’ai pas mon imprimante / scanner avec moi donc j’ai resaisi, donc peut être une virgule ou 2 oubliées, désolée)

    Des travaux d’urgence sur la digue Est – Ouest France

    Le maire de la faute, René Marratier, a annoncé l’engagement des travaux sur la digue Est, lors d’une réunion préparatoire au chantier qui s’est déroulée le 19 aout

    Dans le cadre du plan d’urgence et en concertation avec les services de l’état, dont en particulier le préfet de la Vendée, ainsi que la DREAL, la DDTM, l’ONCFS. il est envisagé de réaliser les travaux de confortement et de rehaussement de la digue Est. Ils portent sur un linéaire d’environ 3,6 km en partant des anciens établissements Marcel Renaud rachetés par le conservatoire du littoral, pour se terminer au pont, ainsi que sur la partie longeant le CD 46, en continuité de la digue réalisée en 2001 par la vallée du lay

    Ces travaux doivent débuter le lundi 23 aout. Ils seront effectués par la vallée du Lay et l’entreprise Palardy
    La commune en assurera la maitrise d’ouvrage , et le cabinet Arcadis la maitrise d’oeuvre . ils porteront la hauteur de la digue à une cote de référence de 5,1m, en regard de celle des secteurs E et H déja réalisés par l’entrepris Guintoli.

    Le cofinancement attendu de cette opération provient pour 50% de l’état, pour 25% de la région et pour 25% du département.

  • Musette says:

    A  » Fan de connerie antinomique » ( j’adore !)
    Comme dirait Brigitte, je suis très mauvaise langue, et mon interprétation de ce zèle soudain à publier, sur le site de la mairie, les éléments d’informations sur le PPRI, alors que ce site est désertique, c’est pour fuir tout contact avec la population ..
    C’est trop dégoûtant à fréquenter ! Sauf pour leur vendre de la limonade le samedi soir…ou du coca !

  • kiwi says:

    peut être que la mairie au lieu d’afficher après l’aiguillon aurait mieux fait de faire une réunion générale afin de sécuriser au mieux le petit peuple que nous sommes,
    aussi l’avif se tient elle à votre disposition si la mairie le veut bien nous laisser vous informer sur les marchés de comment vous vivrez en zone rouge(plutôt que de tout faire pour nous faire arrêter nos infos et pétitions sur ces mêmes marchés) car il existe des solutions ne paniquez pas.
    Manifestation prévue le 12 SEPTEMBRE SUR LE PORT DE L AIGUILLON car nos amis souffrent aussi de la maladie rouge.le thème vous sera donné en dernier lieu.
    Comme c’est amusant ceci est la deuxième version de la préfecture modifiée par qui de droit afin de …….qui sait…. Pourquoi ne pas avoir connu la première version?
    Bref il est urgent de sortir de cette histoire de PPRI afin de savoir notre avenir.

  • fan de "connerie antinomique" says:

    Pour une fois, merci à la mairie de La Faute (et à « ceux » qui ont su convaincre)pour la publication du PPRI .
    Tout le monde l’attendait et pour une fois, nous sommes en avance sur l’Aiguillon puisqu’il est sur le site de la Mairie .

  • Jacques Ghémard says:

    Concernant les digues, il est serait rendu obligatoire dans un délais de 6 mois au maître d’ouvrage (le propriétaire ou son délégué) la mise en place :
    – d’une veille régulière et formalisée de tous les ouvrages,
    – d’un entretien préventif des dits-ouvrages,
    – de dispositifs d’intervention rapide à mobiliser en cas de crise,

    Mais aucune précision sur ce qui est demandé à cette digue. Il pourrait tout aussi bien veiller sur un petit pâté de sable de 10 cm de haut.

    Il me semble qu’il faudrait que le plan précise la nature du phénomène que l’on demande à la digue de supporter, non ? Au moins une hauteur d’eau et ça ne peut pas être moins que la hauteur d’eau envisagée, soit 5,7m, plus les vagues possibles. Et il faut par exemple que l’ouvrage puisse résister dans ces conditions, au choc d’un bateau à la dérive. En général, dans la Sèvre niortaise, ce sont eux qui percent les digues.

  • Jacques Ghémard says:

    Bon, OK, je parle trop vite.

    5,7 m c’est la cote de référence. au dessus, pas d’inondation possible, en dessous, ça risque d’inonder en 2100.

    3,7 m c’est la cote mini pour ne pas être en zone rouge. En dessous de cette cote il y aurait plus de 2 m d’eau en cas d’inondation type Xynthia en 2100. Et en plus sont en zone rouge tout ce qui est à moins de 100m d’un digue.

    Donc le maire de l’aiguillon parle de ce seuil pour la zone rouge et pas de la cote de référence.

  • Jacques Ghémard says:

    Sur le site de l’Aiguillon, je ne trouve actuellement qu’une lettre du maire assez bizarre

    http://laiguillonsurmer.fr/actualites/444-nouveau-ppri-presente-aux-aiguillonnais.html

    Il réclame l’abaissement de la cote de référence retenue en parlant de 3,7m. Dans les documents concernant la Faute, c’est 5,7m donc c’est probablement 5,7m à l’aiguillon aussi.

    Par ailleurs il réclame que cette référence ne soit pas le terrain mais le niveau du plancher des maisons. Dans ce cas, on pourrait construire partout en mettant le plancher suffisamment haut. Il me semble donc qu’il demande purement et simplement qu’il n’y ait pas de zones pour le PPRI et juste une cote minimal de plancher à respecter.

    C’est étrange.

  • Jacques Ghémard says:

    Ha, non j’ai rien dit, c’est dans le mail qu’il passe mal.

  • Jacques Ghémard says:

    Le lien est mal passé je ne sais pas pourquoi, et j’essaye de le redonner

    http://www.lafautesurmer.com/index.php?module=Contenus&func=viewpub&tid=3&pid=104

    Sinon on trouve la page en passant par « service intrenet » « actualité » « toutes les actualités »

  • JL says:

    Le PPR, son réglement ainsi que le zonage (bien détaillé avec les parcelles) sont sur le site de la commune.
    http://www.lafautesurmer.com/index.php?module=Contenus&func=viewpub&tid=3&pid=104

  • Jacques Ghémard says:

    Je retiens que pour les zones rouges, « Le principe retenu par le PPRI est donc d’interdire toute nouvelle construction et de prohiber la création de logement ou d’hébergement dans le bâti existant. Par contre, les interventions sur le bâti existant maintenu, sont encouragées voire rendues obligatoires telles la création de niveaux ou de zones refuge. »

    Donc pas de destructions mais construction d’étages et de refuges sans que cela puisse augmenter la capacité d’hébergement.

    Et par ailleurs Xynthia plus une élévation de la mer de 1m en 2100, ça donne une hauteur d’eau de 5,7 m. Il faut donc que nous obtenions la construction de digues d’au moins 6 m de haut pour protéger tout le marais poitevin de façon durable.

  • Jacques Ghémard says:

    Ca commence mal

    « Le PPR anticipe l’éventualité d’évènements climatiques encore plus
    intenses que la tempête « Xynthia » du 28 février 2010, et qui provoqueraient alors des inondations majeures causant de nombreuses victimes humaines et des dégâts matériels très importants. »

    En fait, ça ne provoqueraient alors des inondations majeures que si aucune mesures ne sont prises pour éviter ces inondations. Ce plan part donc du principe que les défenses contre la mer restent inchangées.

    Si des travaux sont entrepris sur les digues pour tenir comptes d’évènements climatiques encore plus intenses que la tempête « Xynthia » alors ces évènements « pourraient provoquer … » mais ne provoqueraient pas forcément.

  • Brigitte Devilez says:

    Vous pouvez télécharger le dossier fourni avec le projet de PPRI sur le site AVIF. Bonne lecture et peut-être à demain sur le marché.

  • FOURMENT says:

    L’article R111-2 cité ,repris ci-dessous ,mentionne effectivement des prescriptions spéciales dans certaines situations (il s’agit du code national de l’urbanisme )néanmoins s’orienter vers des expropriations au travers de prescriptions spéciales lors de la phase d’application reste un cheminement étonnant…
    A mon sens ,cela manque de cohérence …
    comme d’ailleurs la phrase utilisée dans l’Arrêté Prefectoral sur les digues:
    « considérant que les digues de protection contre la mer sont des ouvrages susceptibles de rompre ,d’être submergés ou d’être contournés…. »

    Art R111-2:
     »
    Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales s’il est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d’autres installations. »

  • Musette says:

    On se réveille un peu avec la gueule bois, se demandant ce que signifie cette extension de la zone innondable, à 90% de La Faute comme annoncé…On se dit qu’on a beaucoup de chance, c’est notre cas, d’être en zone non rouge.
    Je pense à vous tous qui avez des décisions à prendre, et qui errez encore dans ce dédale catographique, l’isuffisance des informations etc..
    Je salue les responsables de l’AVIF pour leur nouveau statut devant les tribunaux, et je souhaite à tous beaucoup de courage.

  • lafautakidon says:

    il s’agit tout simplement de l’application de l’article R.111-2 du code de l’urbanisme qui permet de définir les parcelles d’extrême danger pour lesquelles l’application des prescriptions de la zone rouge est jugée insuffisante.
    Cette application réglementaire permettra à ceux situés en zone de solidarité
    d’avoir les arguements juridiques pour s’opposer à une mesure d’expropriation qui ne serait pas conforme à la réalité
    nous sortons de la période d’appréciation, rapide et parfois injuste,
    pour entrer deans la période d’application de la réglementation par nature longue
    Exemple avec la publication du projet de PPRI: il faut un mois pour mettre en place les mesures de concertation et de mise à disposition du public des documents

  • FOURMENT says:

    Brigitte
    sur quel document officiel vous référez-vous pour écrire qu’il y aura ensuite ,aprés approbation du PPRI l’Etat ,une deuxième phase avec nouvelle enquête publique ?
    cela serait illogique et incohérent,voire extravagant comme dirait Jacques!

  • Jacques Ghémard says:

    C’est Kafka sur mer !

  • Brigitte Devilez says:

    à jacques,
    Cela te parait extravagant mais c’est bien ce qui va se passer! Les expropriations seront définies plus tard et étudiées parcelle par parcelle dans une nouvelle enquête publique.
    Bon courage à tous!

  • Brigitte Devilez says:

    Lorsque ce PPRI aura été définitivement entériné (après enquête publique et décision du préfet), il est prévu une deuxième phase : détermination des parcelles à exproprier avec nouvelle enquête publique donc nouveaux délais, donc nouveau stress pour les habitants.
    Bon courage à tous!

  • FOURMENT says:

    Jacques
    Nous avons la cartographie des zones (rouge,bleues..) sur ce site mais pas encore les définitions et conditions qu’elles impliquent neanmoins une extrapolation à l’image de la définition des zones selon l’ancien PPRI en projet ,permettrait de conclure qu’il n’y a plus de zone noire.
    Dans ce cas ,pour ceux qui étaient en zone de solidarité ,l’interprêtation suivante vient à l’esprit:

    ceux qui veulent partir partiront via la phase amiable,pas de changement
    ceux qui veulent rester devraient pouvoir rester moyennant l’application et le respect des conditions imposées par la zone rouge ,cela serait un grand changement puisque élimination de la phase d’expropriation pour les non volontaires au départ
    et dans ce cas ,la cuvette étant en zone rouge ,devrait être traitée comme ci-dessus , ce qui parait trés étonnant à moins que la grosse majorité des propriétaires ait déjà traité à l’amiable : cela pourrait peut-être expliquer ce fort retour en arrière de l’Etat…
    conclusion:il faut absolument que l’AVIF nous confirme ,sur la base de ce nouveau PPRI , que seule la phase amiable continue et que la phase expropriation est définitivement abandonnée (pour ceux qui veulent rester)

  • Jacques Ghémard says:

    Je me pose la question suivante : est-ce que c’est la fin des zones noires, c’est à dire des zones ou l’état voulait tout détruire ? Est-ce qu’il pourrait y avoir une procédure séparée, en plus du PPRI et donc n’apparaissant pas dans le PPRI pour définir des mesures de destructions qui ne seraient donc pas mentionnées dans ce PPRI ? Ca me paraîtrait extravagant de faire cette séparation et donc de faire deux procédures, deux enquêtes, etc.

    Donc finalement le résultat des zones noires se limiteraient à ce qui a déjà été fait, des rachats « à l’amiables ».

  • MA says:

    article du point.fr
    http://www.lepoint.fr/societe/la-faute-sur-mer-le-plan-de-prevention-place-la-majorite-de-la-ville-en-zone-rouge-20-08-2010-1227160_23.php

    « Sur la commune de La Faute-sur-Mer par exemple, la grande majorité des zones constructibles de la commune ont été classées en zone rouge, « zone inconstructible sauf sous condition pour travaux spécifiques ». Ces cartes seront soumises à une phase de concertation avec les administrés et les conseils municipaux entre le 17 septembre et le 17 novembre 2010. Puis, une fois le projet de PPRI remodelé par les services de l’État pour tenir compte des remarques formulées, « il sera soumis à enquête publique ». « Ce n’est qu’à l’issue de l’enquête publique et après l’avis des commissaires enquêteurs que le préfet de la Vendée approuvera définitivement les PPRI de la Faute et de L’Aiguillon », a indiqué la préfecture dans un communiqué. »

  • Jacques Ghémard says:

    Pas si mal les photos, je vois bien « les caves » en rouge et du bleu pour le petit bout qui était en blanc auparavant.

    Le supermarché U est en rouge aussi !

    Mais il manque les plans 2 et 3 pour l’Aiguillon et donc la pointe.

    Toutes les « zones noires » sont en rouge en fait. Le Havre aussi, évidemment.

    Mais est-ce que la réglementation pour ces zones sera la même que celle d’avant ?

  • Brigitte Devilez says:

    Les projets sont consultables dans les deux mairies depuis ce soir (aux heures d’ouverture). Des photos sont disponibles sur le site des adhérents AVIF mais il est parfois difficile de s’y retrouver.

  • Jacques Ghémard says:

    Oui, Prune, d’abord la carte dont j’ai donné l’adresse est l’ancienne carte et en plus elle est à peu pres illisible puisque les couleurs bleues et rouge ne sont pas transparentes et recouvre ce qui permet de se retrouver habituellement sur une carte.

    Je pense que les caves sont en dessous du rond avec écrit 3.9m, juste à la limite entre du rouge et du bleu, pas loin du milieu de la page. Il y a une petite zone qui était restée blanche dans ce quartier mais je ne sais pas si c’est toujours le cas et le bleu serait donc devenu rouge.

    En plus je ne sais pas si les prescriptions pour les zones rouges sont les mêmes qu’avant.

    Les anciennes prescriptions pour les zones http://laiguillonsurmer.fr/media/reglement_ppri_anticipe__019857300_1101_30062009.pdf

    Et pour m’aider à reconnaître quelque chose, j’utilise le géoportail en visualisant les cartes plutôt que les photos http://www.geoportail.fr/visu2D.do?ter=metropole

  • prune says:

    je ne comprend rien à cette carte , est ce que quelqu’un peut m ‘éclairer

    ou se trouve les caves à l’Aiguillon merci

  • Brigitte Devilez says:

    Selon une source bien informée, le projet de PPRI Fautais devrait être affiché en mairie EN FIN D’APRES MIDI AUJOURD’HUI

    A 14h, la mairie de La faute annonçait un affichage pour mardi (excuse : les conseillers ne l’avaient pas tous vus, un conseil était prévu lundi). Les choses BOUGENT

  • Brigitte Devilez says:

    Pour te donner une idée, il semble que toute la patie bleu ciel sur l’ancienne carte est passée en rouge et la « feuille de chêne » bleu foncé aux abords du pont est elle aussi en rouge. Je reconnais que mes explications ne sont pas très détaillées mais sur une photo c’est difficile de voir. Je n’ai pas de renseignements sur la pointe.

  • Jacques Ghémard says:

    Et c’est vraiment différent du plan précédent http://laiguillonsurmer.fr/media/ppri__carte_et_legende__067686700_1102_30062009.pdf?

    Je vois de 3,7 mais surtout 3,9 NGF

    Et la pointe de l’Aiguillon n’existe pas.

  • Jacques Ghémard says:

    Pas sûr d’avoir tout compris ??? 80% en zone rouge parce que moins haut que 3,7 m ?

    Et la pointe de l’Aiguillon ?

  • Gnuyk says:

    Tout à fait d’accord, il faut exiger dès aujourd’hui la communication publique du PPRI de La Faute comme l’a déjà fait le maire de l’Aiguillon
    D’autant que le préfet par communiqué de presse demande aux maires « dès à présent de communiquer ce projet à leurs administrés afin qu’ils bénéficient,…., de la meilleure information possible »
    A défaut, il faut écrire au préfet et informer Ouest France de ce manquement très grave aux règles élémentaires de la démocratie : l’accès à l’information
    Peut-être aussi que les cabinets d’avocats assurant la défense des fautais interpellent aussi la mairie.
    La pression sur R Marratier doit être au maximum

  • Brigitte Devilez says:

    le maire de l’Aiguillon a « joué le jeu »!!
    Le projet de PPRI est affiché depuis ce matin en mairie : le plan cadastrale avec les couleurs de zones
    La limite de constructibilité ou zone rouge est la cote NGF 3,70 m (soit aux alentours de 80 % de la zone habitée de la commune)
    La zone bleue foncée: à préscription.
    Encore un coup de massue pour les habitants.
    Faisons pression auprès du maire de La Faute pour qu’il en fasse autant!Si vous êtes sur place, rendez vous à la mairie en début d’après midi pour exiger d’être informés.

  • Brigitte Devilez says:

    Dans un article de OF du 19 aout, la préfecture nous dit que les documents ont été remis « en mains propres » aux deux Maires et que le Préfet pousse à ce que les sinistrés connaissent le plus rapidement possible ( c a d avant le 17 septembre)leur situation. La balle est donc dans le camp des mairies, les Fautais et les Aiguillonnais ne comprendraient pas que leurs élus leur cachent la vérité!
    à JL,
    je n’ai pas l’impression que Me Cassara démente la longueur de la procédure pour les futures expropriations. Une seule chose m’étonne dans ces propos : « le PPRI déterminera les conditions financières de ces expropriations ». Quelqu’un peut-il m’éclairer? peut-être fait-il allusion à l’application ou non de la nouvelle mouture de la loi Barnier?

  • JL says:

    Quel micmac … Si une maison qui était en zone noire n’est même plus en zone rouge, l’offre de rachat sera t-elle toujours valable ? (offre que nous n’avons toujours pas, plus d’un mois après la « visite » des Domaines, qui a duré à peine 10 mn… Mais c’est plutôt une bonne chose compte tenu de toutes les incertitudes et des autres délais à prévoir mentionnés par Brigitte).
    D’ailleurs, quelqu’un a t-il fait une demande de prorogation de l’offre des Domaines à laquelle il lui aurait été répondu ?

  • Jacques Ghémard says:

    Hervé Cassara, avocat de l’Avif, l’une des associations de défense des victimes de la tempête, répond aux questions du Point.fr.

    http://www.lepoint.fr/societe/interview-bientot-un-debut-de-reponse-pour-les-habitants-de-la-faute-sur-mer-19-08-2010-1226514_23.php

  • Brigitte Devilez says:

    Oui, on va bientôt connaitre le projet de PPRI et c’est bien. Mais tout ne sera pas dit pour autant. Les parcelles à exproprier ne seront pas connues dans ce projet de zonage (elles seront dans les zones rouges, c’est sûr, mais où?)Il faudra attendre la fin de l’enquête publique, la décision du préfet puis une nouvelle enquête publique, par parcelles cette fois-ci. La tension va encore être grande et durer logtemps….

  • Jacques Ghémard says:

    « la préfecture devrait communiquer, vendredi, le nouveau Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) de La Faute »

    http://www.lepoint.fr/societe/xynthia-la-faute-sur-mer-entre-attentes-et-tensions-avant-la-publication-du-nouveau-plan-de-prevention-19-08-2010-1226515_23.php

    [img]http://www.lepoint.fr/images/2010/08/19/145782-diguelafaute-une-jpg_52479.jpg[/img]

  • Jacques Ghémard says:

    Kiwi, je ne sais pas qui est ce pécheur. C’est ce que l’on m’a raconté sans plus de précision et donc j’aurais voulu avoir confirmation.

    La suite de l’histoire, c’est que les pompiers ne l’auraient pas cru et n’ont donc pas tenu compte de cette information. Mais ils se seraient ensuite excusés.

    Ca montrerait que prévoir et agir aurait été possible mais que malgré toute leur bonne volonté il y a des évènements que les humains ont du mal à imaginer et à accepter comme vrais, s’ils n’y sont pas préparés.

  • kiwi says:

    iL AURA FALLU TOUT CE TEMPS ET CETTE MOBILISATION POUR QUE LE LENDEMAIN L ON PARLE DE SOUS DANS LA PRESSE POUR NOS DIGUES
    MANIFESTONS LE 11 SEPTEMBRE APRES MIDI JUSTE AVANT LA GRANDE MAREE POUR QUE LES TELES SOIENT LA A LA MONTEE ET QUE L ON PUISSE MANIFESTER AVANT SUR LE PONT TOUS ENSEMBLE POUR FAIRE SAVOIR QUE NOUS LE PEUPLE EXIGEONS LE ppri d urgence afin de connaître si l’on peut rester.
    peut être que le lendemain dans la presse on connaîtra enfin le PPRI que l’on nous cache. Donc le 11 SEPTEMBRE CA FAIT PENSER A D AUTRES MALHEURS ET CA MARQUE
    et puis ça fera un mois que les maires l’auront bien appris par coeur donc on sera en mesure de manifester car les zones rouges seront tellement multipliées que le monde viendra tout seul, triste constation COMBIEN D ENTRE CEUX QUI SE CROIENT PROTEGES CAR PAS EN ZONES NOIRES NE POURRONT PLUS CONSTRUIRE

  • kiwi says:

    A JACQUES

    QUI EST CE PËCHEUR QUI LE CONNAIT COMMENT LE RENCONTRER POUR AVOIR SA VERSION
    QU EN PENSE T IL

  • Brigitte Devilez says:

    Vieuhavre je vois que nos points de vue ne sont pas si éloignés.
    Sur le point 2 ( la surverse) la discussion pourrait se poursuivre mais je t’avoue que je n’ai pas tous les éléments.
    En tous les cas je pense que l’échange et l’information sont indispensables et qu’elles manquent cruellement du côté municipalité. La population est en droit de savoir et de comprendre. N’hésite pas à nous « éclairer » à nouveau.

  • Vieuhavre says:

    Très bien BRIGITTE, ton exposé du 16 août à 8h30 est très bon. Mais il mériterait une longue réponse pour éclairer nos lecteurs en quête de vérité ! Il me faudrait plusieurs pages !
    Hélas je m’en tiendrai à te donner mon point de vue sur six points :
    1 – Je parlais bien du Havre inondé du côte Lay , le côté mer et forêt n’a pas été inondé !
    2 – Les surverses et le trou dont tu parles n’étaient pas d’importances pour combler le havre comme il l’a été ! Mais n’aurais-tu pas oublié d’observer autre chose de plus important . . . !
    3 – Je ne vois pas en quoi le Conservatoire serait responsable ! Il faut rappeler que l’ancien établissement Renaud est au niveau zéro et en partie non protégé par les digues en limite de la commune qui se prolongent dans la Forêt. Il ne pouvait pas être épargné en bordure de l’estuaire, logique !
    4 – D’accord pour la réfection des digues, mais attention, pas avec du sable comme nous le voyons actuellement, et attention également à tous les passages sur les digues qui sont bien trop bas pour certains !
    5 – D’accord également pour créer de sérieuses évacuations des eaux en cas de surverses !
    Le 28 février nous avons été ridicule avec toutes ces pompes, si notre Maire et certains Anciens habitants de la commune avaient été entendu nous pouvions faire le vide dés le dimanche soir par le mécanisme des marées !
    6- Enfin , j’écoute, j’observe, je lis les différentes infos et ce blog pour constater que la population est et restera pour longtemps dans la confusion et la difficulté … !

    Pour terminer, je te remercie de ton sincère échange et te souhaite une bonne journée !

  • Brigitte Devilez says:

    Vieuhavre,
    Quand tu parles d’inondation indirecte du havre, tu fait sans doute allusion à la partie située côté mer. pour la partie située coté lay, il me semble qu’elle était tout de même en première ligne puisque notre municipalité essaie de nous convaincre que toute l’eau est passsée par les établissements Renaud…(le conservatoire du littoral serait donc responsable?)
    J’avoue ne pas avoir une connaissance précise de ce qui s’est passé dans le Havre cette nuit là mais l’état de la face interne des digues à ce niveau me semble tout de même indiquer une surverse. Quid de l’énorme trou dans le chemin du pied de digue au niveau de la rue des écureuils (rebouché depuis?)
    Trois à 4 m de niveau de terrain à cet endroit assure-t-il la même sécurité que dans le bourg? On n’est pas à la même distance de l’estuaire.
    En 1941, le havre n’avait pas été inondé, dis-tu. Mais y a-t-il eu des mesures précises le jour-même dans un endroit non habité et sans doute inaccessible?
    Les digues moins hautes voire inexistantes à cette époque ont certainement évité ce phénomène de rétension d’eau mais faut-il pour autant les laisser en l’état et condamner des constructions qui existent depuis les années 70 pour protéger des constructions qui n’existent pas encore? cela mérite réflexion!
    Il ne s’agit pas de maintenir les gens dans la peur mais dans la vigilance. Un phénomène qui a eu lieu en 40, 41 ( tu reconnais toi même qu’ils étaient semblables) et en 2010 est un phénomène dont il faut tenir compte pour les générations futures. Deux mètres d’eau dans une caravanne (que se soit par submersion ou écoulement) risque de faire beaucoup de dégats humains…surtout quand l’eau est glaciale!
    Combien de résidents à évacuer au havre en cas d’alerte en septembre (cette année ou une autre proche…)? Là encore la réflexion est à mener.
    Je suis d’accord avec toi sur l’alerte, elle est primordiale, vitale. Mais une réfection totale de la digue est également indispensable. La possibilité d’évacuer les eaux en cas de surverse me semble aussi un point à étudier car je suis bien consciente qu’une digue n’est pas une protection totale.
    Je comprends que les habitants du Havre veuillent défendre leurs droits mais il faut absolument éviter les erreurs du passé et rester conscient que s’il y avait eu des habitants ce soir là, le bilan aurait été beaucoup plus lourd.

  • Vieuhavre says:

    A GIGI, mon message du 15 août à 19h42, évoque le cas de la zone du havre seulement et les heureux bénéficiaires de cette zone ne devrons pas ignorer que les risques zéros n’existent pas sur l’ensemble du territoire de La Faute. A bon entendeur salut ! j’espère tout simplement que l’aménagement du Havre sera bien étudié pour ne pas recommencer le piège des Doris.

    Pour le reste, tu as raison, ce n’est pas les services de la météo les responsables, mais bien les FORCES METEOROLOGIQUES qui avec la tempête Xynthia et sa très forte intensité ont meurtri toute la façade atlantique et en particulier le golfe de la baie de l’Aiguillon et notre petite communauté de La Faute sur Mer.

    Si GIGI, la météo n’est pas responsable mais elle est notre premier outil d’information pour chacun d’entre nous, l’ALERTE ROUGE annoncé en disait long, et pour ceux qui connaissaient bien l’histoire de la région une nuit blanche était nécessaire pour surveiller son entourage et ne pas être prisonnier des eaux. Nous sommes dans une très belle région mais il faut apprendre à y vivre. Le problème de notre drame se situe là, dans la méconnaissance des risques à apprivoiser ! C’est une affaire d’histoire ! et tu le dis toi-même dans ta phrase :

    ‘’NOUS ne SAVIONS pas qu’un TEL PHENOMENE ALLAIT ARRIVER ‘’

    Tu peux trouver là un début de réponse au mystère qui entoure l’arrivée des pompiers avant 20 heures et le temps disponible non utilisé pour évacuer les plus exposés !
    Et bien, je pense que la génération responsables de nos différents services de sauvegarde ne SAVAIENT pas, ou avaient OUBLIE , d’apprendre l’histoire de la région et ont sous-estimé l’importance du PHENOMEME ARRIVE dans la nuit du 27 au 28 février !

    Courage et bonsoir GIGI !

  • GIGI says:

    a vieu havre ,certe la météo netai pas pour nous , mais les pompiers étaient déja la avu 20 h nous disposions de 4 a 5 h pour nous faire évacuer, il ne faut pas sen prendre a la météo moi meme je lai regarder et nous a prévenues que nou étions en alerte rouge, mais et alors …. nous ne savions pas que de tel phénomène allait arriver ……… la météo na rien a voir …….

  • Vieuhavre says:

    Pour ton info Jacques, il est vrai que le havre n’a pas été inondé directement par l’estuaire.

    Mais il l’a été indirectement par une mise à niveau venue de la zone noire et par les canalisations des eaux de pluie dans la matinée du 28 février et par l’impasse des chalutiers !

    Par ce circuit, l ’inondation a couvert une bonne moitié de la zone du havre. Le niveau maxi à été de 1 mètre environ avec une immersion des caravanes ( voir 2 à 2.5m d’eau) dans la cuvette des petites mizottes en bordure de la zone basse face au clapet d’évacuation.
    Pour l’avenir des clapets anti-retour et un barrage en bout de l’impasse seront nécessaires.

    La grande majorité de cette zone est au niveau de la Mairie et des écoles de la Faute, voir 3 a 4 mètres d’altitude et protégée par la grande dune du côté mer avec des altitudes maxi de 13 mètres, donc pas plus de dangers que dans le centre de la Faute !

    Il faut rappeler que le 28 février 2010 est la résultante d’un événement météorologique d’exception qui dépasse de loin les querelles de digues que nous connaissons actuellement , ridicules… ! Revisionnez les vues aériennes et vous comprendrez mieux !

    En 1892, en 1940 et 1941 le même phénomène c’est produit , avec les mêmes niveaux à 20 cm prêt , pourtant à cette époque les digues étaient encore plus basses, voir même inexistantes ! Le havre n’avait pas été inondé !

    En 2010, et après cet épisode douloureux, nous devons nous mobiliser en utilisant tous les moyens modernes pour nous alerter en cas de dangers prochains.( Voir tempête proche de nos côtes ou au large avec coefficient fort)

    IL EST BON DE TEMPS EN TEMPS DE RASSURER TOUS CEUX QUI SONT MAINTENUS DANS LA PEUR ET QUI ONT LE DROIT DE VIVRE SEREINEMENT AFIN DE BENEFICIER DE CES MOMENTS DE BONHEURS QUE NOUS OFFRE LA FAUTE SUR MER EN TOUTES SAISONS!

  • Jacques Ghémard says:

    Donc tout va bien alors, dormez braves gens, la préfecture et le maire s’occupent de tout …

    Je viens de lire un autre article qui m’a surpris :

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_–Les-proprietaires-du-Havre-veulent-positiver-apres-Xynthia-_85307-avd-20100812-58774931_actuLocale.Htm

    « Les constatations faites sont à la fois surprenantes et encourageantes pour le Hâvre. « Le débordement au-dessus de la digue n’a été que de quelques centimètres, comme l’attestent les laisses dans les grillages. »
    La preuve est ainsi faite que, même en période d’occupation, il n’y aurait eu aucune victime par submersion dans cette zone. »

    Heu, cette zone est isolée des autres ? Quand ils disent « la digue » ils en ont fait tout le tour ? Et sur les terrains, c’est monté jusqu’où ?

    Bref il me semble que chacun cherche à se rassurer comme il peut et se voile la face.

    Ha, et une question, quelqu’un a entendu parler du pécheur de l’Aiguillon qui était sur son bateau à l’embouchure du Lay pendant Xynthia et qui a alerté les pompiers 2 heures avant la marée haute parce que son sondeur lui indiquait 1 m de plus que prévu ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

48 + = 50

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Sondage récent

Trouvez vous judicieux l'implantation d'un golf à la Faute sur Mer dans la cuvette ?

  • Non (53%, 117 Votes)
  • Oui (45%, 98 Votes)
  • Pas d'avis (2%, 4 Votes)

Votants: 219

Loading ... Loading ...
Historique
août 2010
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci