Ces relevés de niveaux datent de 2001 et ont été faits sur le principe de la photogrammétrie.

Cliquez sur une image pour l’agrandir.

L’AIGUILLON SUR MER

LA FAUTE SUR MER

73 réponses à to “Photos des cartes exposées en mairie avec les relevés topographiques”

  • Coco says:

    a escabourg :
    J’arrive seulement à ouvrir le premier !
    mais pas le deuxième, Certainement un problème de PC !

  • escabourg says:

    à Coco; si j’arrive à ouvrir les deux liens…alors pk pas toi…?

  • Coco says:

    A Jacques:
    Il est impossible d’ouvrir tes deux adresses.

  • Jacques Ghémard says:

    Ha je peux prendre mon vélo et aller photographier les repères de nivellement de Sainte Radegonde, mais pour ceux de la Faute et l’Aiguillon, je compte sur vous, hein.

  • OK says:

    Non Jacques, je ne vois pas le mal partout, mais je recherche une vérité la plus précise possible.
    Tu montre ici un repère à 164m + ou – 1 m et je comprends bien ton explication.
    Mais tu aurais du aussi nous mettre celle de l’Aiguillon qui elle, est bien à 6m et sans le + ou – !
    Pourquoi ne l’as-tu pas mise en comparaison ?

    Pour l’eau sur le petit pond, même plus bas que les 6 mètres du grand pont,
    si l’eau est monté au niveau des rampes de ce petit pont, et si elle avait resté, le rond point de la Faute ( face au Canot) aurait été noyé. Il suffi simplement de bien observer les lieux pour comprendre.
    Des personnes cette nuit là ont bien vu un peu d’eau passer sur la route, mais pas 1 mètre, qui est descendu en direction de la route de la tranche, simplement quelques centimètres.
    Allez Jacques , je pense inutile de continuer à perdre mon temps sur ce problème de niveau qui de toute façon ne règlera pas nos problèmes de PPRI . . .
    Salutations.

  • Jacques Ghémard says:

    OK dit : « il y bien eu de l’eau sur les deux ponts, mais de courte durée avec des paquets de mer. Imagine, la cote est à 6 mètres , placée au dessus du vieux pont, la Faute et l’Aiguillon aurait été complètement submergé. »

    Le vieux pont est au moins 1 mètre plus bas que le nouveau qui n’est pas à 6m au niveau de ses ancrages. Donc non, il est fort possible qu’il ait été au niveau atteint par la mer.

    Mais aucune importance, les témoignages sont nombreux pour montrer que les 4,5 m enregistrés par le SHOM à la Palisse sont le reflet de la réalité.

    « De plus pourquoi nous mètre des repères imprécis ? Pour noyer le poisson ? »

    Je pense que c’est plutôt une question de facilité. Fabriquer des repères pour chaque altitude arrondie au mètre, c’est plus facile que de le faire pour chaque millimètres. Moins de références, moins de stocks. Faut pas voir le mal partout.

    [img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/4/4e/Reperengfign.jpg/800px-Reperengfign.jpg[/img]

  • OK says:

    Et Jacques , tu t’enfonces dans ta folie , il y bien eu de l’eau sur les deux ponds, mais de courte durée avec des paquets de mer. Imagine, la cote est à 6 mètres , placée au dessus du vieux pond, la Faute et l’Aiguillon aurait été complètement submergé. De plus pourquoi nous mètre des repères imprécis. Pour noyer le poisson …

  • Jacques Ghémard says:

    OK dit : « le repère NGF scellé sur le côté du pond au niveau de la cote qui apparait sur le pond est à 6 mètres. »

    Non, il n’est pas à 6m. A quoi ça sert que je donne un lien vers sa fiche ?

    Il y a marqué 6m dessus mais c’est son altitude arrondie au mètre le plus proche. Donc il est bien à 5,779 m

    hks dit : « Conclusion l’eau n’était pas à une hauteur de 4,70m . »

    Ou bien elle était à 4,7 m mais la carte est fausse ou ne montre pas tout. Je ne vois pas les digues par exemple.

    En tout cas 4,5 m à la Rochelle sont attestés. Et des gens ont dit avoir vu de l’eau sur le pont. C’était à l’évidence l’ancien pont, heureusement.

    Mais vous avez raison, demandez comment ont été constatés ces 4,7 m. Demandez des vérifications d’altitudes là ou ça vous semble faux. Rendre tout un village inconstructible c’est grave et il faut que ceux qui le font se donnent la peine de démontrer patiemment qu’ils ne se trompent pas.

  • OK says:

    Drôle d’histoire;
    Suivant l’interprétation de la carte en mairie avec les lignes d’altitudes et les chiffres portés, l’eau serait arrivée soit à 4.10m ou soit à 3.10 m environ au pied du village de la Faute. Nous sommes au, Quitte ou double …
    Je crois qu’il nous faudra une bonne explication suivi d’une démonstration pratique pour bien comprendre cette fichu carte qui ne dispose pas de légende . Travail d’étude inachevée !

  • OK says:

    Bon Jacques ,
    le repère NGF scellé sur le côté du pond au niveau de la cote qui apparait sur le pond est à 6 mètres.
    Je dispose de la photo mais je sais pas comment la mettre avec mon texte !

  • hks says:

    à Jacques

    « Ce travail d’analyse des données mesurées in-situ a permis d’évaluer le niveau d’eau maximal atteint dans l’estuaire du Lay lors de la tempête Xynthia à 4,70m NGF. »

    Moi je fais simple .Si on me dit 4,70m ,je cherche des hauteurs de plus de 4,70m qui ont pu empêcher l’eau d’ envahir la partie bourg .
    Il n’y en a pas .
    Conclusion l’eau n’était pas à une hauteur de 4,70m . Je me demande bien où on a pu relever ce niveau de 4,70m.
    Si c’est un détail alors bref passons . Mais si c’est un détail erroné dont on tire argument c’est plus grave .
    hks

  • Jacques Ghémard says:

    Les violons me semblent accordés, au moins au niveau des repères de l’IGN

    Mon premier message étant passé à la page suivante, je le recopie

    « En tout cas, le niveau indiqué sur le pont, 5,72 correspond au repère de nivellement situé à 5,779 m »

    http://geodesie.ign.fr/fiches/pdf/O.H.A3C3-38_499187.pdf

    [img]http://jgh.7rdp.info/pages/telechar/modules/1274mod.jpg[/img]

    Et depuis j’ai vérifié d’autres points dans l’Aiguillon, et ça correspondait. Donc les cotes de la cartes sont bien NGF (pour niveau géographique français). Maintenant la carte est peut être complètement fausse. Mais n’oubliez pas que ce sont les cotes des terrains et que dans un milieu très construit, ce sont peut être les maisons, les clôtures, qui ont fait barrage.

    Et le marégraphe de la Rochelle a enregistré 4.5m NGF. Donc je crois volontiers ce 4,7m et j’accepte qu’on dise que c’est « mon 4,7m ». Mais c’est pas ma carte à part cette côte sur le pont.

  • hks says:

    cher Jacques

    « Ce travail d’analyse des données mesurées in-situ a permis d’évaluer le niveau d’eau maximal atteint dans l’estuaire du Lay lors de la tempête Xynthia à 4,70m NGF. »

    NGF Peut être, mais pas au vu des données de hauteur (des parcelles et de la plage) des cartes montrées en mairie .Il faudrait accorder les violons .

    Sur la plage la mer n’a pas passé la dune transversale limitant la lagune de la chenolette , dune notée à 4,20m.
    Bon avec 3 mètres je suis peut être en dessous disons 3,50m sur la plage .
    Vos 4,70m auraient amené à une inondation de toute la faute par le coté du lay car il n ‘y a depuis le lay aucun point(hors les dunes )à plus de 4,70m .

    hks

  • bruno thuriblet says:

    hks, je ne suis pas complètement sûr que la valeur de votre maison va baisser avec le nouveau PPRI, (même s’il est exact que vous ne pourrez pas l’agrandir !) car, si nulle part à la Faute on ne peut construire, vos maisons vont au-contraire prendre de la valeur dans l’avenir car personne ne pourra en avoir d’autres…. tout ce qui est rare est cher….

  • Jacques Ghémard says:

    La « fermeture annuelle obligatoire sur la période courant du 15 septembre au 15 avril de chaque année » concerne les campings en zones rouges ou bleues foncé.

    Il ne fallait pas oublier de lire ce qui précède : « Mise en œuvre par les gestionnaires de terrains de campings et caravanages existants et autorisés à la date d’approbation du PPR des prescriptions suivantes: »

    Donc c’est normal il me semble.

  • Gavelle says:

    Bonjour à tous,
    je viens de lire le PPRI de la Faute et parmi les énormités relevées, j’aimerais une précision sur la « fermeture annuelle obligatoire sur la période courant du 15 septembre au 15 avril de chaque année ».
    Quelqu’un peut-il me dire ce que cela signifie ??
    Merci.

  • Jacques Ghémard says:

    « Vous me parlez de 20 m2 … Qui croire ? »

    C’est simple, croyez ce qui est écrit dans le projet de règlement du PPRI.

    « ANNEXE AU RÈGLEMENT DU PPRI
    […]
    Refuge
    Il peut s’agir de niveaux refuge ou de zones refuge.
    Le niveau refuge s’applique aux habitations. Il correspond au niveau habitable dont la cote de plancher est supérieure à la cote de 5,70 m NGF. Sa surface doit être en rapport avec le nombre de pièces de sommeil du dit-logement et ne peut être inférieure à 20 m² dans le cas des petits logements de telle façon qu’aucune pièce de sommeil ne puisse être située en rez-de-chaussée En outre, chaque niveau refuge doit comporter au minimum un accès direct sur l’extérieur aux fins d’évacuation des occupants. La zone refuge est un espace ouvert ou fermé comportant un plancher dont la cote est supérieure à la cote de 5,70 m NGF. De plus, cet espace doit pouvoir être accessible depuis l’intérieur du bâtiment ; En outre, toute zone refuge fermée doit disposer d’un accès donnant sur l’extérieur pour une évacuation aisée de leurs occupants. Sa surface ne peut être inférieure à 20 m². Sont considérées comme zones refuge, les combles aménagés, mezzanines, terrasses (couvertes ou non) rendus accessibles par un escalier fixe ; les balcons et loggias directement attenants au logement sont également considérés comme zone refuge »

    « Vous écrivez « Et les zones bleues foncées sont celles qui étaient entre le niveau de Xynthia et 1 mètre en dessous »
    Certainement pas .

    Ben si, lisez ce même document ou le document de présentation.

    « Ce travail d’analyse des données mesurées in-situ a permis d’évaluer le niveau d’eau maximal atteint dans l’estuaire du Lay lors de la tempête Xynthia à 4,70m NGF. »

  • hks says:

    cher Jacques

    Vous me parlez de 20 m2 . D’ accord mais ce n’est pas ce que j’ avais entendu de la bouche d’ Eric Racofier lors dune réunion de l’AVIF sous les pins ,celui ci parlait d’ un espace ne permettant pas l’ accroissement démographique!! Qui croire ?
    Vous écrivez « Et les zones bleues foncées sont celles qui étaient entre le niveau de Xynthia et 1 mètre en dessous »
    Certainement pas .Les zones bleues foncées furent au dessus . Xynthia a atteint la cote 3 mètres des cartes ci dessus ( à mon avis, au vu de la plage)
    La zone rouge dont je parle ( vieux bourg au nord du casino ) est globalement à 2,50m et fut protégée par les élévations entourant ( digue en béton et route de la tranche )
    Et on me dit que les digues ou les remblais ça ne sert à rien !!

    Si le PPRI interdit justement tout remblai, c’ est stupide en théorie .
    Maintenant que Maratier rêve encore d’ expansion , c’est regrettable .Il n’y a plus guère de place , sinon sur une zone située en arrière du Platin ,zone globalement à 1,50m et elle a été inondée .

    hks

  • escabourg says:

    20 m2 sous des toits souvent très plats cela représentent des travaux conséquents,
    et mettre un escalier fixe dans de petites maisons, pas facile et quel système pour les personnes qui ne peuvent pas monter aisément un escalier? et qui va payer tout ça?

  • Jacques Ghémard says:

    Musette, je trouve qu’imposer 20m2, c’est excessif mais je n’ai rien contre le fait d’autoriser 20m2 ou plus.

  • Jacques Ghémard says:

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Apres-Xynthia-l-etat-securise-son-littoral-_3636-1493029_actu.Htm

    « À La Faute-sur-Mer (Vendée), le territoire « gelé » « atteint presque 90 % ». Le maire, René Marratier, est pessimiste : « Il ne me reste qu’une petite dizaine d’hectares constructibles. » Or, dit-il, « des moyens techniques existent pour construire en zone inondable, comme le remblayage qui permet de mettre les maisons en sécurité ». »

    Il semble qu’il n’a aucune honte a venir parler de sécurité … Un grand expert ! Seulement 29 morts dans sa commune.

    Remblayer pour construire de nouvelles maisons, c’est obliger l’eau à aller vers les anciennes en cas de Xynthia. Le PPRI interdit justement tout remblai. Mais bon, ce qui est vendu est vendu et l’important ce sont les nouveaux acheteurs, pas les anciens … (c’est de l’ironie, hein).

    A mon humble avis, si vous voulez un adoucissement du PPRI, changez d’abord de maire, de telles réflexions venant des maires de Xynthia ne feront que braquer la préfecture.

  • Jacques Ghémard says:

    hks, le projet de PPRI veut vous imposer un refuge en hauteur d’une surface minimum de 20 m2 ! Un peu somptueux comme cabine de douche. Dans la même surface, vous pouvez mettre 62 personnes faisant naufrage lors d’une croisière.

    http://www.hatecke.de/fileadmin/content/pdf/Gslm76.pdf

    Et les zones bleues foncées sont celles qui étaient entre le niveau de Xynthia et 1 mètre en dessous, donc si une inondation type Xynthia atteignait les zones bleues qui vous entourent, alors elles ne vous protégeraient pas et vous auriez entre 1 et 2 m d’eau chez vous et vous pourriez voir la mer depuis votre cabine de douche, quelle que soit la hauteur des maisons voisines.

    Mais une inondation par la mer, ce n’est pas une inondation de fleuve. C’est une montée des eaux brèves, de l’ordre de l’heure, pas plus. Et donc est-ce qu’en 1 heure l’eau peut arriver jusque chez vous ? Est-ce que lors de Xynthia 2, l’eau rencontrera les mêmes obstacles ? Si des maisons ont été rasées, vous serez peut être moins protégé. Si une digue casse ailleurs, vous serez peut être en première ligne.

    Bref, ce n’est pas simple de se faire une idée de la prochaine catastrophe et je vois qu’à l’inverse beaucoup sont prêts à faire leur Marratier en souhaitant que l’on oublie tout ça et que les affaires reprennent …

    Pour ma part, je pense qu’il faut cesser le développement de la Faute et de l’Aiguillon et permettre à ceux qui y habitent d’y rester s’ils le souhaitent mais dans de bonnes conditions de sécurité. Donc tout en rouge ça me paraît raisonnable, à condition que ce qui est imposé dans les zones rouges soit raisonnable. Et 20 m2 ce n’est pas raisonnable, par exemple.

  • JL says:

    Nous revenons de quelques jours à la Faute (les derniers ?). Je découvre les derniers messages et j’hallucine en découvrant l’interview du préfet. Je n’avais pas voulu y croire lorsque certains avaient évoqué il y a quelques mois la possibilité de zones de loisirs, j’étais assez naïve pour croire que les maisons allaient être détruites puisque c’était ce que les autorités nous annonçaient.
    Et voilà qu’une haute fonctionnaire y réfléchit avec les maires!!! Mais là on se moque de nous !!! Je suis étonnée aussi que l’on n’en parle pas plus dans les media … Alors si nous décidons de rester et que finalement nous ne sommes pas expropriés, nous risquons d’avoir la belle villa d’à côté que son propriétaire a été bien content de revendre à prix d’or pour payer ses fournisseurs transformée en mini parc d’attraction ou je ne sais quoi ? Et les petites maisons alentour deviendront peut-être des snack-bars ou autres pizzerias, kebabs etc …
    Je m’étais dit qu’au moins les écureuils et les chouettes reviendraient dans nos terrains, mais finalement ce seront peut être les vautours …

  • Musette says:

    Claude
    j’ai absolument vu que tu rappelais l’ouvrage d’Allègre. Lequel a une thèse connue qui s’oppose à toutes les autres. Évidemment contestée par les climatologues…Avec ça, il faut qu’on se débrouille !
    Si on doit faire un refuge de 20m2, on peut en faire ce qu’on veut, c’est un agrandissement possible du coup.
    Jacques, tu trouvais cela excessif, mais au fond ça permettra des agrandissements à certains qui en avaient le projet.
    Si j’ai bien compris un PPRI a vocation à être constamment revu en fonction de nouvelles circonstances…

  • Claude 77 says:

    Je suis d’accord avec Patrick en ce qui concerne le fonctionnement du GIEC et si vous voulez en savoir plus sur ce tentaculaire groupement qui a un seul but FAIRE PEUR aux Etats (qui pourtant le financent) et aux péquins que nous sommes, vous lisez le dernier livre de Claude ALLEGRE « l’IMPOSTURE CLIMATIQUE ».
    Vous découvrirez bien d’autres choses en particulier que le niveau de la mer pourrait s’élever de 20 à 30 cm maximum en un siècle.
    Je vous en avais déjà parlé sur ce blog il y a un mois, mais le message a été vite effacé et je n’ai pas lu de réactions??
    J’étais au lâché de ballons et sur la digue pour la chaine humaine.
    De retour dans le 77 après 2 mois à La Faute et disposé à revenir aussi souvent que nécessaire + les vacances scolaires avec les « petits ».

  • hks says:

    cher Jacques

    Qu’est ce qu’ on peut bien savoir de l’évolution du littoral fautais dans un siècle ?
    Moi je veux bien faire construire une douche sur ma maison actuellement sans étage, on ne me permettra pas plus grand … sous ma douche j’aurais vue sur la mer!
    Sauf si sur le terrain d’en face de l’autre coté de la rue lequel est lui en zone bleue on construit une maison à étage .

    Je précise sur le quartier au nord du casino : Il y a :la mer ,la plage ,les dunes ,400 mètres de landes sableuse, la digue en béton ,les terrains d’en face, la rue (tout ça en zone bleue ) et de l’autre coté de la rue ma maison ( zone rouge )et les quatre cinquièmes de la faute ,derrière, jusqu’au Lay, en zone rouge .
    Toute cette zone n ‘a pas été inondée en février.
    Je concède que ma maison est à un niveau bas mais elle est entourée de niveaux hauts .
    Et voila le problème .
    Un creux entouré de zones élevées est- il inondable ?
    hks

  • Jacques Ghémard says:

    hks « On ne sait quelles seront les obligations dans cette zones rouge ,certes, »

    Ben si, on sait ce qui est projeté pour ces zones

    http://www.lafautesurmer.com/index.php?module=Contenus&func=viewpub&tid=4&pid=56

    Et certes, Patrick, prendre 1 m de marge en prévision de 2100 est probablement une faute de communication. Se référer à des relevés d’altitude sortis d’un chapeau, en est peut être une autre. Ne pas plus tenir compte de l’éloignement par rapport aux digues, en est peut être une troisième. Mais à mon humble avis, une inondation réelle ou potentielle d’un mètre lors d’un évènement similaire à Xynthia, justifie un classement en zone rouge. Et ça justifie une dépréciation éventuelle des biens (quoiqu’elle ne soit pas certaine, la rareté faisant le prix et si l’on ne peut plus construire l’existant devient rare).

    Et la zone rouge, c’est effectivement un arrêt des constructions d’espaces habitables supplémentaires, mais c’est surtout l’obligation de construire des refuges en hauteur, et ça ce n’est quand même pas exagéré, il me semble. Et tant qu’à faire autant prévoir ces refuges pour une élévation de la mer de 1 m, que ce soit en 2100 ou plus tard.

  • escabourg says:

    Oui Patrick merci de ce complément, c’est vrai que ce n’est pas comparable;je trouvais intéressant de voir comment les pb se trouvent abordés, quels paramètres sont traités et de quelle façon et la description des réactions humaines; quels seraient les points communs que l’on pourrait retrouver dans ces différents projets de plans. A bien réfléchir peut être aussi une façon de vérifier que le projet pour la Faute et l’Aiguillon ne serait pas des petits morceaux de projets divers et différents ou des paramètres annoncés qui ne correspondraient pas au notre situation…(j’avoue que ce n’est pas sympas pour ceux qui ont travaillé dessus…)

  • Bonsoir, pour amener un complément d’information, à Escabourg et à Brigitte, il ne faut pas comparer le Bassin d’Arcachon, et la Faute sur mer, avec comme base cette thèse.
    ~~1) La thèse citée n’utilise pas les même données…le PPRI de la Faute prévoit en 2100 une augmentation de la hauteur d’eau de 100cm et la « thèse du Bassin » 44cm en 2100 !
    ~~2) le Bassin d’Arcachon puise toute son « Eau potable » dans la nappe phréatique qui est à 80cm sous le niveau moyen du sol, d’où les communes qui s’infoncent toutes de 2 millimètres par an !
    ~~ 3) Tout, le tout à l’égout du bassin qui fait tout le tour du bassin se déverse dans le Wharf de la Salie,(au sud Ouest d’Arcachon ville) avec un débit journalier qui est de 78.000 m cubes par jour, c’est la principale raison du terrain qui s’enfonce !
    Mais pas le cas à la Faute, ni à l’Aiguilon sur mer .
    Alors si le GIEC joue avec les données, quel sera le niveau de la mer en 2100, et bien pour moi, il n’est pas sur qu’elle aura montée de 100cm, La Mer !!!
    Je dirai même que personne le sait, car je GIEC est payé par les états qui ont de l’argent ! Et pour nous foutre la Trouille, il sont bien les rois…..
    Je reste un scientifique et je connais bien Audenge et Andernos (blogs), mais la Faute sur Mer existera toujours, soyez rassuré , mais dans 100ans le Bassin c’est moins sur…la mer n’entrera plus ! ! !

  • hks says:

    chère Brigitte

    Sur le PPRI, je tenais à ce que vous précisiez ce que vous souteniez et qui dites vous n’avait rien à voir avec ce qui semble se profiler de radical et de mon point de vue assez extravagant .
    Clairement, les quatre cinquièmes de la faute sont en zone rouge , c’est à dire bien au delà d ‘une inondation que l’on peut suspecter avoir été le pire des scénario .
    On ne sait quelles seront les obligations dans cette zones rouge ,certes, mais au bas mot aucune construction nouvelle ou extension au sol des habitations ne sera possible, ce qui implique pour le moins une dépréciation de la valeur des biens . Sur une parcelle construite l’ espoir d’agrandir ma maison est réduit à néant en espérant qu’elle ne flambe pas , la reconstruction étant alors interdite .
    Tout cela pour des prévisions à un siècle , car c’est un niveau très hypothétique de la mer en 2100 qui est invoqué .
    Je ne fais pas d’ amalgame entre l’ AVIF et l’ opposition à la municipalité actuelle (opposition qui nolens volens existe bel et bien )
    Je soutiens l ‘AVIF et j’ étais présent lors de la chaine humaine ,j’ ai eu le plaisir de vous y rencontrer.

    hks

  • escabourg says:

    Pour Brigitte qui aime bien les analyses: voici un rapport de thèse datant de juin 2009 sur les submersions marines en Bassin d’Arcachon représentations sociales et gouvernance du risque.Daphné ECHE analyse tous les paramètres, va sur le terrain et parle des différents acteurs face à la situation et prend en compte les tensions humaines générées…, il y a beaucoup de pages mais c’est bien lisible.

    http://littoral.aquitaine.fr/IMG/pdf/Eche_2009_submersions_marines_Arcachon.pdf

    c’est ce que j’ai trouvé de plus récent et au plus proche de notre situation…mais je n’ai pas tout regardé….(nb:je m’aperçois que les différents ppri n’utilise pas le même code couleur pour les zones inondables)

  • Musette says:

    L’AVIF est de plus aujourd’hui légitimée par son nouveau statut, et peut d’autant mieux soutenir l’ensemble des sinistrés qui qu’ils soient et qui adhèrent à son objet.
    Je la sais pointilleuse sur son apolitisme et le respecte .
    Mes remarques sur le politique ne sont pas les siennes. J’y insiste !

  • Brigitte Devilez says:

    Musette,
    J’aprécie toujours beaucoup tes analyses de la situation…

  • Musette says:

    A Brigitte :
    je n’avais pas lu ta réponse quand j’ai écrit à Patrick.
    Je t’entends parfaitement. Dans une commune où la loi est devenue perverse, puisqu’elle est confisquée au profit de quelques uns qui disent  » la loi, c’est moi « , toute contestation est retournée et c’est celui qui réclame l’application de la loi, qui devient objet de la critique la plus acerbe. C’est tout l’art du pervers de détourner sur ses opposants, ce qui LE concerne et d’amener par la séduction ou la menace, les autres à le soutenir.S’opposer dans ce cas est une bien lourde tâche, qui atteint même la santé, et use les plus courageux. Suivez mon regard …
    Il faut avoir les reins solides pour se lancer dans des opérations de longue haleine, Tu as raison de le souligner, pour le bien de TOUS, en sachant que certains voisins ne te salueront plus et changeront de trottoir pour ne pas te parler. Un délice !
    Comme d’habitude, il convient de compter ses divisions pour entrer en guerre.
    Moi, Brigitte, je ne reprocherai jamais à l’asso de ne pas avoir saisi le tribunal. Je la salue pour le travail CITOYEN qu’elle a essayé de faire.
    Quant à tenir l’AVIF pour responsable du zonage, c’est un nouveau retournement qui dénonce son auteur !
    il ne nous reste plus qu’à espérer que la justice enfin parle et dise la loi.

    PS :J’ai dit ailleurs, et ça n’engage que moi, que je pensais qu’il ne fallait pas se défendre d’être dans  » du politique », puiqu’il s’agit de défendre l’intérêt général et la cité. Cette attaque cherche à cacher précisément le VIDE POLITIQUE de cette municipalité.
    Vide qui sert à remplir les poches de quelques uns…

  • dominique says:

    Si mes souvenirs sont bons, c’est à la suite de l’évocation par l’Echo Fautais d’un conflit d’intérêt entre sa position au Conseil Municipal et ses fonctions d’Agent Immobilier que Mme Babin a « pris sa retraite » … et laissé sa place à son fils …
    Quelle probité !

  • Pour répondre à Musette , bien sur que le Préfet pouvait imposer le PPRI, et à cause de cette « faiblesse » il se retrouvera au tribunal, disons en septembre 2011, dans le début des procédures ! Le lien du promoteur Babin ne pouvant pas entrer dans cette première procédure, il y aura ici, une autre mise en examen.

  • Bonjour à tous, pour répondre à Brigitte il ne faut pas « avoir les reins solides pour saisir le TA » mais simplement être dans son bon droit. J’ai saisi le TA contre le Maire de ma commune allant jusqu’au Conseil d’Etat et la Cour Européenne des Droits de l’Homme où j’ai gagné mes procédures, c’est la commune qui paye tous les frais dans ces cas là. Pour le Conseil d’état c’est 4 ans et la CEDDH c’est 2ans(Dossier à votre disposition 22kg). C’est un tort de ne pas saisir le TA puisque vous n’avez pas besoin d’avocat, ni à la CEDDH, mais besoin à la Cour Administrative d’Appel suite au TA avant le CE. Cela est tout à fait réalisable si votre droit est bafoué !

  • Brigitte Devilez says:

    à hks,
    L’opposition à l’actuelle municipalité avait réclamé l’application du PRECEDENT PPRI (qui n’a pas grand chose à voir avec celui-ci) et un plan communal de sauvegarde. Bien sûr qu’elle est affaiblie puisqu’elle n’existe plus en tant que telle depuis deux ans (dernières élections municipale) !!!!
    Je vous rappelle également que l’AVIF n’est pas une force d’opposition à la municipalité mais une association de défense des sinistrés.
    Bien sûr que ce nouveau PPRI suscite l’incompréhension! j’espère que nous aurons des éclaircissements et des explications à partir du 17 septembre, phase officille de concertation. Mais je ne vois pas en quoi l’AVIF peut être tenue pour « responsable » des décisions préfectorales!!Je trouve cela un peu fort…

  • jacquotte says:

    il fallait bien que quelqu’un le réclame ce ppri sinon il aurait été comme le précédent, remis au calanques grècques, afin de permettre encore de boucher des dents creuses dans des terrains à moins de 50 m de la digue et les sinistrés auraient encore attendu de longs mois avant de pouvoir faire leurs travaux définitifs.
    c’est sûr c’est plus facile de critiquer et de ramener le débat sur le plan politique,que d’agir comme le fait l’AVIF.
    l’avif defends nos intérêts elle ne fait pas de politique , c’est la municipalité qui le fait croire. notre maire doit viser un nouveau mandat ,il oublie un peu facilement les 29 morts et tous les sinistrés

  • Musette says:

    A Patrick,
    « le Préfet a manqué d’autorité », dis-tu. Dans ce jeu là, pouvait-il l’imposer au Maire, en a t’il le pouvoir ? Car il me semble que c’est dans tous les interstices de la loi, des mollesses, des lâchetés et les complicités de tout genre, que les choses vont de jouer au pénal …De plus, un citoyen, si je te suis, pouvait faire ce que le Préfet n’a pas pu ou voulu faire, avec l’aide du TA ..
    Enfin, pouvait-on ignorer en préfecture et autres institutions, le lien de Babin avec son fils promoteur dans une société où elle avait des parts, alors que c’était elle qui signait les autorisations de construire?…

  • hks says:

    chère Brigitte

    Il n’ empêche que l’opposition (à l’actuelle municipalité) se trouve affaiblie.Vous aviez réclamé un PPRI et voila les quatre cinquièmes de la faute en zone rouge .Les premières réactions ( que j’ ai vu in vivo ) sont parlantes . C’est l’inquiétude générale voire la colère .En tout état de cause l’incompréhension .

    hks

  • Brigitte Devilez says:

    A Hélène,
    Pour les plus values, Monique94 vous a donné bonne piste. En ce qui concerne votre position en zone rouge, elle ne change rien, pour le moment, à votre échange avec les domaines. Elle ne donne aucun renseignement non plus sur la possibilité d’être ou non exproprié par la suite : pour le savoir, il faudra attendre début 2011, si j’ai bien compris le processus.

    A Patrick et Musette,
    Non, la liste d’opposition n’a pas saisi le TA . Seul le préfet a commencé des actions en 2007. Je crois que beaucoup d’entre nous se sont remis en question, à ce propos, à la suite de Xynthia. Sans vouloir se justifier, on peut tout de même trouver des explications.
    Toute action au TA contre la commune (certains l’ont fait à propos de l’association des marais de La Faute ou de la construction de l’école de char à voile sur la plage) demandait d’avoir les reins solides. On était sûr que les choses iraient jusqu’au conseil d’Etat, demanderaient des années et une bonne mise de fonds.
    Toute action contre une décision communale était l’objet d’une contre-publicité bien orchestrée : « défenseurs des petits oiseaux », « inconscients qui obligeaient les petits enfants de la commune à avoir une école de char à voile dangereuse », « sans cœurs qui ne pensaient pas aux pauvres gens ayant économisé toute leur vie pour acheter un terrain qui se trouvait maintenant en zone inconstructible » et j’en passe….
    Mais laissons là le passé. N’écoutons pas non plus les bruits qui courent actuellement : « l’AVIF est responsable du nouveau PPRI tout rouge à cause de sa lutte pour la réfection des digues », « l’AVIF est une association politique » ! Tout cela est minant, usant, décourageant. Heureusement, beaucoup ont maintenant compris et soutiennent l’AVIF dans ses actions, et c’est le principal. Merci à vous tous.

  • monique94 says:

    pour la plus value, va voir sur le site de l’AVIF la communication sur les assurances http://www.asso-avif.com/

  • Helene says:

    bonsoir à tous,
    je suis une sinistrée d’une maison secondaire à la pointe de l’aiguillon, je viens de prendre connaissance du PPRI: je n’y comprends plus rien ! quelqu’un peut-il m’expliquer?
    voila ma situation c’est une maison secondaire utilisée par toute la famille en juillet aout , etant en zone noire puis de solidarité on a fait venir les domaines qui ont evalué uniquement la maison ( sans les 1000 et quelques metres de terrain ! dur d!ur) nous avions jusque là une date butoir ( 29 septembre )pour donner notre réponse aux domaines. Avec le PPRI nous sommes désormais en zone rouge une solution de réabilitation pourrait etre envisagée mais si on refuse la proposition de l’etat peut on etre exproprié?
    une autre question à ceux qui ont vendu à l’état on me parle de plus values sur le prix annoncé par les domaines est ce vrai?

  • Pour répondre à Musette, non à la Faute le TA n’a pas été saisi, puisque le Maire n’avait pas accepté le PPRI , et c’est donc le Préfet qui a manqué d’autorité ! Mais un citoyen pouvait saisir le TA .

  • Musette says:

    Merci Patrick de ta réponse. Je sais que l’opposition fautaise s’est gendarmée longuement contre les positions du maire, concernant le PPRI, mais j’ignore si le TA a été saisi. Brigitte devrait nous éclairer sur ce point quand elle aura un moment.

  • Pour répondre à Musette, dans un PLU il y a des « dents creuses » (zone où il n’y a pas de maison) et le Conseil Municipal ne voulant pas suivre le PPRI , l’ a refusé, et a donné des PC dans ces dents creuses ! ! ! …tout simplement, maintenant si vous habitez La Faute , c’est à vous de juger. Ce phénomène ne se serait pas produit sur la commune où j’habite, car j’aurai saisi le TA de Grenoble, pour la sauvegarde des biens et des personnes et j’aurai eu gain de cause au TA sans aucun doute !

  • Bonjour tout le monde, ne perdez pas votre temps, les PPRI sont de part la loi obligatoires lorqu’un risque existe, en tout endroit du territoire. Je suis à st Offenge 600m d’altitude en Savoie, il y a un an, deux vrais gros orages ont fait descendre de la montagne un peu d’eau dans le village 4 maisons innondées ! Déclaration en catastrophe naturelle acceptée, passage au JO, et PPRI obligatoire ! En ce mois d’Août travaux obligatoire sinon le village sera déclaré en  » INCONSTRUCTIBLE  » ! Un PPRI se réécrit dès que le risque arrive, ou évolue, effaçant obligatoirement le précédent au yeux des tribunaux ! ! !

  • Jacques Ghémard says:

    abasourdi, en ce qui me concerne je ne peux pas cliquer sur les mains concernant mes propres messages ou les messages pour lesquels j’ai déjà cliqué. Rien remarqué d’autre.

    Pour les images, je n’ai effectivement pas de problème. Quel est donc votre problème à vous ?

    Pour insérer une image, il faut qu’elle soit déjà quelque part sur Internet. En ce qui me concerne, je les mets sur un de mes sites, mais vous pouvez trouver des sites spécialisés dans l’hébergement d’images comme http://imageshack.us/ ou d’autres.

  • Musette says:

    Brigitte
    Peux-tu, à la louche, nous expliquer en quoi l’ancien PPRI retoqué par le maire eût été plus avantageux et aurait éviter ce gâchis. Ce n’est pas sûr que tous le saisissent.
    Tu as sans doute raison pour le réemploi. Il faudra de toutes façons réaménager les lieux. On ne pourra laisser ces lieux fantomatiques tels qu’ils apparaissent déjà. Reste qu’aucun restaurant uniquement ouvert le midi ne pourra survivre…
    Alors quoi d’autres ? On peut avoir des idées, mais c’est la Prefecture qui semble s’en occuper, version natura 2000, sans doute…

  • bruno thuriblet says:

    Jacques, étant maraîchin (du nord-vendée !), je vous confirme qu’il y aura sans doute l’élaboration d’un PPRI pour les communes à l’intérieur du marais, mais il ne s’établira pas sur la base de 3,7 m, notammant parce que si inondation il devait y avoir à nouveau, celle-ci arriverait forcément de manière plus lente que sur le littoral et il n’y aura pour ainsi dire aucun enjeu humain. En gros, il y aura sans doute des zones bleu-clair (qui en plus n’obligerait pas à réaliser un étage ou une trappe sur le toit mais seulement à mettre les prises en hauteur, etc…), mais rien de plus !

    C’est ce que l’on nous prévoit en gros dans les communes maraîchines de Notre-dame-de-monts, de sallertaine, ou encore l’arrière du marais de Bouin (hormis la zone entre la digue et le bourg).

  • abasourdi says:

    A PROPO de ce Blog :

    Je me pose deux questions :

    1 – Pourquoi sur certains messages il est impossible de cliquer sans résultat, soit sur la main verte ou soit sur la main rouge, et que pour d’autre, toujours les mêmes, les deux mains restent actives.

    2 – Comment certains arrivent à incérer des images et des textes sans problèmes.

    Une personne pourrait-elle nous expliquer ?

  • escabourg says:

    Est-ce que les plans de préventions des risques d’inondations dans le var et les charentes ont limité les dégats?
    Si oui, pourquoi autant de dégat et de perte de vie? préventions insuffisantes et risques sous estimés?
    Si non, comment ont été fait ces plans: préventions inadéquates ou/et risques non cernés?
    ou pas d’argent pour « ça »?

  • Jacques Ghémard says:

    Mais de toute façon, il n’y avaient pas de PPRI en Charente maritime pour la plupart des communes touchées. Et en plus un PPRI, c’est pas la bible, si les évènements montrent qu’il est insuffisant, il est modifié.

    Donc il est normal que Xynthia provoque l’élaboration d’un nouveau PPRI à la Faute et à l’Aiguillon. Et il y aura des PPRI dans toutes les communes qui ont été touchées.

  • kiwi says:

    BRIGITTE

    SI LE PPRI ETAIT FIXE PAR ANTICIPATION C EST RECONNAITRE QU IL EXISTAIT? DONC S IL EXISTAIT POURQUOI NE PAS ADMETTRE QUE CE SOIT COMME NOS VOISINS QUI L AVAIENT ACCEPTE? OU EST LA DIFFERENCE SI CE N EST QUE CE SERAIT RECONNAITRE QUE CELUI CI EXISTANT LA PREFECTURE OU LA MAIRIE NE NOUS AVAIT PAS PREVENUS QUE NOUS ETIONS EN DANGER SUIS JE DANS LE VRAI OU JE RËVE

  • Jacques Ghémard says:

    J’ai trouvé ça

    http://www.charente-maritime.equipement.gouv.fr/IMG/jpg/carte_des_PPRN_juil_2010_cle5efbb5-1.jpg

    c’est daté de 4/2010

    Donc seules les îles avaient de PPR mais pas la côte.

  • Brigitte Devilez says:

    En lisant l’article de sud ouest dont le lien est donné par J Ghemard, j’en déduis que les communes de Charentes maritimes sinistrées avaient un PPRI avant Xynthia et qui n’a pas changé depuis Xynthia.En effet, elles en sont à la phase de délimitation des parcelles à exproprier.N’hésitez pas à me démentir si je me trompe!
    Donc, si je veux être mauvaise langue: si nos maires avaient accepté le précédent PPRI (proposé par la préfecture il y a 5 ans), beaucoup plus favorable que celui proposé aujourd’hui, nous n’en serions peut-être pas là….Quel gachis!
    Quant à la réutilisation possible des maisons rachetées par l’Etat, je comprends que cela en fasse bondir plus d’un. Pourront-elles être revendues si elle ne sont pas expropriables? On peut toujours se consoler en se disant que toutes ces maisons vides et laissées à l’abandon, ce serait terrible pendant des années encore et que ramener les lieux à l’état naturel, demandera énormément de travaux couteux. mais est-ce une consolation?

  • gigi says:

    ok, merci brigitte , oui effectivement beaucoup de monde venait se receuillir merci de m’avoir répondue car cela m’inquiétait

  • Brigitte Devilez says:

    Rassure-toi, Gigi, la banderole a été récupérée par l’AVIF. Les ouvriers l’avaient soigneusement roulée car elle gênait pour les travaux. Nous la remettrons dès que possible car beaucoup de monde venait s’y recueillir.

  • gigi says:

    bonsoir a tous et toutes , quelqun pourrait me dire si la banderole à été récupérer car la pelleteuse est sur lendroit ou était notre banderole , elle ni est plus , il ny a que les fleurs

  • Jacques Ghémard says:

    Ha, ça me parait vraiment ignoble, et quand certaine personne ici disaient que les terrains seraient réutilisés, je n’y croyais vraiment pas.

    A part ça, je ne vois pas comment des zones ou seules « Les activités diurnes » sont permises, pourraient ne pas apparaître, définies comme telles, dans le PPRI.

  • Musette says:

    Jacques,
    en effet, les bras m’en tombent. Resto, dans vos jolies maisons de vacances, Moi qui croyais que c’était retour à l’état sauvage ! Je n’y comprends plus rien à ce plan. Le « réemploi » est encore plus cruel, je trouve.
    Comment va t’on faire pour supporter tout ça ?

  • Jacques Ghémard says:

    Inrterview du préfet de Charente maritime

    http://www.sudouest.fr/2010/08/28/l-accompagnement-se-poursuit-171029-736.php

    « Que va-t-il se passer maintenant pour ceux qui ne veulent toujours pas vendre ?

    La procédure judiciaire va se mettre en place. Dès septembre, une mission de terrain va réexaminer les zones et maisons concernées. Ce qui se passe déjà en Vendée. Les inspecteurs généraux qui vont réaliser le travail dépendent du Conseil général de l’environnement et du développement durable. Ils devraient rester deux mois sur place.

    Ce n’est qu’à l’issue de cette mission que la procédure d’enquête publique préalable aux expropriations sera engagée. Ce ne sera plus alors du ressort de l’État, mais du juge.


    Et en attendant que vont devenir les zones de solidarité ?

    Je répète ce que j’ai déjà dit. Les activités diurnes, comme la restauration sont autorisées. Pour le reste, un débat est engagé avec les communes pour le devenir de chaque site. Les maisons dont nous allons devenir propriétaires peuvent très bien avoir d’autres usages et être mises à la disposition de la commune. Une haute fonctionnaire y travaille déjà avec les maires. »

    Intimidation pour pousser à partir et ensuite réutilisation … Ce pays n’a plus aucune retenue morale.

  • escabourg says:

    merci Jacques pour l’échelle,je fais comme ça!

  • Jacques Ghémard says:

    Pour l’échelle, il y a 450 mètres entre les deux ronds points de part et d’autre du pont, par exemple. Sinon vous devriez pouvoir repérer d’autres distances sur une carte et les retrouver sur les plans. Une échelle ne voudrait rien dire puisque la taille de l’image varie d’un écran à un autre.

    Pour les expropriations éventuelles j’imaginais des zones à exproprier et pas des parcelles au coup par coup. (Comme l’avocat de l’Avif en fait).

    Et je pense effectivement qu’ensuite viendront les PPRI des autres communes du marais ou ce serait à n’y rien comprendre. Et j’espère ne pas être plus bas que 3,7m, ou assez loin de la côte actuelle (8km à vol de héron) pour ne pas être dans le rouge.

  • escabourg says:

    quelqu’un peut-il m’indiquer l’échelle de ces plans? merci!

  • Bonsoir, en aucun cas un PPRI « ne peut montrer du doigt » une parcelle, c’est la procédure d’expropriation qui suivra en 2012 pas avant, et après enquête publique. Mais il n’y en aura que très peu, soyez rassurés. J’avoue que pour l’instant l’état essaie la formule sur Vous, et attend les réactions.
    Et vous êtes comme l’avocette…le bec dans l’eau.

  • Jacques Ghémard says:

    Ha ben alors !

    Dans ce cas je me demande si on ne pourrait pas opposer le PPRI à ces futures décisions et disant de bonne foi « mais je suis dans une zone rouge décidée après Xynthia et qui dit en connaissance de cause que je peux continuer à y habiter. »

    Pourvu qu’il soit adopté avant !

    Sinon, pour rire un peu, j’avais lu MEDEF et je me disais que non, quand même c’est pas encore un ministère malgré les copinages … et donc vérification faite ça doit être les MEEDDM pour « ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer »

  • Brigitte Devilez says:

    Jacques,
    Eric a raison,d’après des renseignements pris dans un service de la prefecture, après la validation du PPRI, il y aura un document technique avec enquête parcellaire indiquant les parcells susceptibles d’expropriation.
    Ce document devra ensuite être validé par les trois ministères concernés ( MEDEM,Finances et intérieur) .
    Puis il sera soumis à l’enquête publique pour des expropriations éventuelles.
    Décidément, j’ai l’impression que La Faute et l’Aiguillon sur Mer sont des cobails. Tout le monde s’y perd. Même les avocats?

  • Jacques Ghémard says:

    L’avocat de l’Avif semblait persuadé que les parcelles à raser seraient définis dans le PPRI.

    http://www.lepoint.fr/societe/interview-bientot-un-debut-de-reponse-pour-les-habitants-de-la-faute-sur-mer-19-08-2010-1226514_23.php

    « Qu’arrivera-t-il aux propriétaires d’habitations classées en zone rouge ?

    C’est le PPRI qui le dira. Il y a bien sûr la question de la perte de la valeur vénale de leur maison. Ils pourront aussi se voir imposer des travaux. Enfin, on peut envisager des procédures d’expropriation, même si l’expropriation n’est pas automatique lorsqu’on est classé en zone rouge. Cela étant dit, la possibilité d’expropriation en cas de risque de « submersion marine » a été ajoutée, le 12 juillet dernier, à la loi Barnier, dans le cadre du Grenelle 2, alors qu’elle n’y figurait pas avant la tempête Xynthia. Cela n’a rien d’un hasard évidemment.
    Le PPRI déterminera également les conditions financières de ces expropriations,… »

    Or, il n’en est rien. Je comprends donc qu’il y a des zones de solidarité avec des rachats de maison à l’amiable, mais que ça s’arrête là. Je n’imagine pas une procédure lancée en plus du PPRI et qui le contredirait. Les zones rouges sont déclarées inconstructibles mais sont considérées comme entièrement habitables, par le PPRI, à condition d’y effectuer les travaux requis.

    Il serait temps que cet avocat commente le projet de PPRI, et que le préfet précise ce point effectivement très important.

  • ERic says:

    Bonjour à tous
    Nous pouvons discuter longtemps sur les valeurs NGF des plans, le maillage et les repères.
    Hélas, ce faisant nous oublions un sujet fort important et non renseigné à ce jour.
    Les critéres/ paramêtres de sélection des parcelles à exproprier NE SONT PAS CONNUS.
    Désolé de vous inquiéter encore mais cette enquête publique va de nouveau secouer nos 2 communes d’ici peu. Nous espérons une réduction de la Zone Noire.
    Exigeons donc SVP de tout connaître des intentions de l’état….ensuite nous pourrons débattre.
    Merci pour votre attention

  • Jacques Ghémard says:

    En tout cas, le niveau indiqué sur le pont, 5,72 correspond au repère de nivellement situé à 5,779 m

    http://geodesie.ign.fr/fiches/pdf/O.H.A3C3-38_499187.pdf

    [img]http://jgh.7rdp.info/pages/telechar/modules/1274mod.jpg[/img]

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

+ 40 = 42

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
août 2010
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci