Archive pour août 2010

« 1 2

De Alexandra TURCAT (AFP)

LA FAUTE-SUR-MER — Près de six mois après Xynthia, près d’un millier de personnes ont formé une chaîne humaine sur la grande digue de la Faute-sur-Mer (Vendée) jeudi soir, pour manifester leur inquiétude avant les grandes marées à venir.

« N’oublions pas les victimes de la tempête Xynthia », indiquait sur la digue une banderole mentionnant le prénom des morts de la tempête (29 en Vendée, essentiellement à la Faute-sur-Mer) et leur âge, et parsemée de roses.

Emus, les participants se sont donnés la main pour observer une minute de silence, alignés sur la digue qui surplombe notamment les quartiers les plus mortifères de la Faute-sur-Mer.

La nuit de la tempête meurtrière, le 28 février, le coefficient était de 102, « et le 10 septembre prochain, pour la première grande marée du début d’automne, le coefficient sera de 116 (sur une échelle de 120, ndlr) », explique Eric Racofier, de l’Association des victimes de la Faute-sur-mer et de ses environs (AVIF).

« Nous sommes inquiets parce que sur cette digue, les seuls travaux qui ont été faits depuis Xynthia, sont soit des travaux d’urgence, soit des travaux prévus selon des plans établis avant cette tempête », explique-t-il.

Le maire de la Faute-sur-Mer, René Marratier, s’est exprimé à plusieurs reprises pour assurer que sa municipalité a bien fait le nécessaire pour assurer la sécurité de ses habitants.

La Faute-sur-mer est une langue de terre pratiquement entourée d’eau avec la mer à l’ouest, un lien avec le continent au nord, et l’estuaire du fleuve Lay à l’Est.

Pour résister aux flots, elle compte sur le cordon dunaire côté mer, en partie submergé lors de la tempête, ainsi que sur des digues côté fleuve.

Alors que les estivants sont revenus sur les plages, moins nombreux de 20%, selon le restaurateur de plage Brahim Briguen, à quelques pas de la digue, les zones où il y a eu des morts et des blessés sont restées intouchées.

Sanctuaires glaçants interdits aux visiteurs sous peine de PV avec portes qui claquent, matelas sortis à la hâte dans le jardin en train de pourrir, chaussure abandonnée dans le jardin, carcasse de voiture mangée par le sel.

De ces zones là, les propriétaires, souvent parents de victimes, s’expriment peu ou pas.

En revanche les habitants, parfois des rues juste mitoyennes, qui n’ont pas eu à déplorer de perte humaine, se montrent inquiets.

Eric Racofier ne souhaite pas quitter l’endroit, même s’il reconnaît qu’il y a eu des victimes non loin de là. Sa maison, construite par ses parents en 1964, est située en zone noire, que l’Etat veut vider de ses habitations.

Philippe Barbier, résident de la Pointe de l’Aiguillon-sur-mer, chez qui la mer n’a fait que passer, sans stagner, dont la maison est tout de même classée en zone noire, hésite à saisir l’offre de rachat de l’Etat.

Mais Elisabeth et André Jacquot, retraités, ont fait partie des huit premiers sinistrés vendéens à vendre leur maison à l’Etat lundi.

Ils ne veulent plus revenir dans leur maison mais sont heureux de montrer celle qu’ils viennent de racheter, à La Faute-sur-mer toujours, mais dans une zone non inondée, et, espèrent-ils, non inondable.

Cinq mois et demi après la tempête qui a coûté la vie à 47 personnes au total, les rachats à l’amiable de maisons de sinistrés de la tempête Xynthia par l’Etat ont commencé lundi en Vendée, le département le plus touché par la catastrophe. Le préfet de Vendée Jean-Jacques Brot « a signé ce jour les huit premiers actes d’acquisition par l’Etat de maisons appartenant à des personnes sinistrées par le passage de la tempête Xynthia », sur les communes de La Faute-sur-mer et de L’Aiguillon-sur-mer, a indiqué la préfecture dans un communiqué. Le préfet a en outre signé lundi « deux arrêtés prescrivant les Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI) » de ces deux communes, dont la cartographie sera communiquée dans les jours à venir aux conseils municipaux concernés. Cette signature ouvre « une phase de concertation avec chacun des conseils municipaux » qui sera suivie d’enquêtes publiques qui « permettront à tous les intéressés de s’exprimer », indique la préfecture. Selon le directeur des affaires économiques et immobilières du conseil supérieur du notariat Me Olivier Pavy, en charge du dossier des rachats de maison par l’Etat, le déblocage des fonds après signature du rachat devrait prendre une quinzaine de jours. Les propriétaires de maisons sinistrées de La Faute-sur-mer et l’Aiguillon-sur-mer qui ont accepté les estimations de l’Etat au printemps attendent impatiemment de pouvoir signer l’acte de vente définitif. « On a signé un compromis d’achat d’une autre maison en repoussant la date d’achat définitif le plus loin possible, mais nous sommes inquiets », explique Annie Nicolaizeau, déçue de ne pas faire partie des premiers signataires. Sa résidence principale est inhabitable depuis la tempête et elle vit dans une location. « Je ne veux pas m’engager dans une nouvelle acquisition avant d’avoir l’argent », précise quant à elle Danielle Le Gavrian, une habitante de La Faute-sur-mer qui espère signer « dans les quinze jours ». Les propriétaires signant lundi avaient pour la plupart préféré la discrétion. Pour ceux qui n’ont pas encore choisi de vendre leur maison à l’Etat, l’Association des victimes de la Faute-sur-mer et de ses environs (AVIF) demande « que les offres des Domaines ne soient pas assorties comme actuellement d’un délai de validité de trois mois à compter de l’estimation mais de trois mois après la communication du PPRI », a expliqué Eric Rouffier à l’AFP. « Les gens ne peuvent pas décider de l’avenir de leur bien sans savoir si dans le PPRI il sera en zone noire (non constructible) ou en zone rouge (assorti de mesures de sécurité obligatoires pour faire face à d’éventuelles inondations comme des trappes d’accès au toit par l’intérieur de la maison, ndlr) », a-t-il ajouté. Après le passage de la tempête Xynthia le 28 février, un zonage des endroits trop dangereux pour y permettre la reconstruction ou le maintien d’habitations avait été établi le 8 avril. Baptisées d’abord « zones noires », elles ont ensuite été rebaptisées « zones de solidarité » car elles permettent aux propriétaires de revendre leur bien à l’Etat au prix du marché avant la tempête. Ces indemnisations sont couvertes par le fonds de prévention des risques naturels majeurs dit « fonds Barnier ». 915 habitations sont concernées en Vendée. A l’issue des enquête publiques destinées à définir la zone définitive vouée à retourner à l’état naturel, si des propriétaires n’ont pas choisi la vente à l’amiable à l’Etat, les maisons situées dans cette zone feront l’objet d’une procédure d’expropriation.

LA ROCHE-SUR-YON — Les premiers rachats à l’amiable de maisons de sinistrés de la tempête Xynthia par l’Etat auront lieu en Vendée à partir de la semaine prochaine, a-t-on appris auprès de la préfecture de Vendée.

« Le processus d’acquisition doit commencer en début de semaine », a indiqué jeudi la préfecture.

Les propriétaires de maisons sinistrées de La Faute-sur-mer et l’Aiguillon-sur-mer situées dans les « zones de solidarité » qui ont accepté les estimations de l’Etat attendent pour certains depuis près de trois mois de pouvoir signer l’acte de vente définitif de leur bien à l’Etat.

Après le passage de la tempête Xynthia le 28 février, un zonage des endroits trop dangereux pour y permettre la reconstruction ou le maintien d’habitations avait été établi le 8 avril.

Baptisées d’abord « zones noires » elles ont ensuite été rebaptisées « zones de solidarité » car elles permettent aux propriétaires de revendre leur bien à l’Etat au prix du marché avant la tempête.

Ces indemnisations sont couvertes par le fonds de prévention des risques naturels majeurs dit « fonds Barnier ». Neuf cent quinze habitations sont concernées en Vendée.

Le zonage doit être revu après le passage de deux experts de l’Etat afin de présenter à l’automne, lors d’une enquête publique, la zone définitive qui sera vouée à retourner à l’état naturel et où les maisons, si les propriétaires n’ont pas choisi la solution de vente à l’amiable à l’Etat, feront l’objet de la procédure légale d’expropriation.

En tout, 47 personnes ont trouvé la mort sur la façade Atlantique lors de cette tempête.

Six mois après la tempête Xynthia, les travaux de construction de digues ont commencé en prévision des grandes marées de la mi-août.

Lire la suite de cette entrée »

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
août 2010
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci