DIMANCHE 12 SEPTEMBRE 2010, 21:28 ENVIRONNEMENT
Près de 700 habitants de deux communes de Vendée sont descendus dans la rue pour protester contre les projets de Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI) établis suite à la tempête Xynthia.

La manifestation a rassemblé en milieu d’après-midi entre 640 (selon la gendarmerie) et 700 personnes (selon les organisateurs) sur le pont reliant les communes de La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer. En cause: les projets de Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI) établis suite à la tempête Xynthia.

Ces PPRI qui viennent en plus des zones éventuellement concernées par les expropriations « sont la 3e catastrophe » pour les habitants après la tempête, a estimé Renaud Pinoit, vice-président de l’Association des victimes de la catastrophe (AVIF) qui organisait la manifestation.

Les projets de PPRI des communes vendéennes de la Faute-sur-Mer (29 morts le 28 février après le passage de la tempête Xynthia) et de l’Aiguillon-sur-Mer ont été rendus publics fin août. Selon ces projets sur la commune de La Faute-sur-Mer par exemple, la grande majorité des zones constructibles de la commune ont été classées en zone rouge, « zone inconstructible sauf sous condition pour travaux spécifiques ».

Les cartes des PPRI font l’objet d’une phase de concertation avec les administrés et les conseils municipaux entre le 17 septembre et le 17 novembre 2010 avant d’être soumises à enquête publique. A l’issue de l’enquête publique et après l’avis des commissaires enquêteurs le préfet de la Vendée approuvera définitivement les PPRI de la Faute et de L’Aiguillon.

48 réponses à to “Xynthia: des Vendéens en colère (AFP)”

  • Musette says:

    Merci à Brigitte et Fourment, je n’avais pas saisi cette question de la bonne manière. Autant pour moi ..

  • FOURMENT says:

    A Musette
    comme l’exprimait l’un d’entre nous ,il se peut ,selon la morphologie du terrain ,qu’à 50m on soit moins inondé qu’à 100m …donc terrain plus en hauteur mais
    puisqu ‘il faut une règle générale (sans rentrer dans le cas particuler ou l’exception) ,une mesure conservatoire en retenant les 100m serait globalement plus protectrice (et réduirait toute vélléité d’expansion démesurée!)

  • Brigitte Devilez says:

    Désolée de te détromper Musette, mais je crois que tu fais une confusion. Le domaine public maritime, n’a rien à voir avec la notion de danger dans la zone des 100m derrière une digue.
    Exemple, l’ex camping municipal est sur le Domaine public maritime, le port, les concession ostréicoles aussi. Je pense que le long du Lay, la digue (hormis au camping) doit être la limite du DPM. Tout ce qui est de l’autre côté de la digue, « coté terre » n’est pas sur le DPM. Mais la préfecture juge que la proximité d’une digue est dangereuse dans la mesure où, si elle casse, les domages seraient pires que s’il n’y en avait pas. Pourquoi cette limite a-t-elle été mise à 100m au lieu de 50m, je n’en sais rien et c’est peut-être, effectivement une bonne question à poser.

  • Musette says:

    Mais 100m est la distance prescrite pour délimiter PARTOUT le Domaine maritime et donc la zone d’inconstructibilité. C’est ce qu’a transgressé délibérément le maire., et c’est ce qui est à l’origine du grand nombre de morts. Est ce qu’on peut imaginer revenir sur cette limite ?
    Par ailleurs, le maire et sa clique avaient sûrement en tête d’ urbaniser ce qu’ils venaient d’annexer avec le syndicat du marais, encore plus près de l’eau…Je constate que c’est l’État et / ou les collectivités locales qui se sont occupés des digues, et c’est tant mieux pour la sécurité de tous. Mais, n’était ce pas à ce syndicat de s’en occuper ? Quand l’a t’on entendu sur cette question, par la voix de Philippe Babin, son responsable ? On veut les terrains, mais pas les obligations du syndicat ?
    Si je me trompe, corrigez moi !

  • FOURMENT says:

    A jacquotte et à Claude 77
    Il semble que la cote de 100m pourrait faire l’objet d’une dérogation et passer à 50m ,en effet ,cette dérogation apparait dans le compte rendu émis par le président de l’association des boucholeurs concernant la mission des 2 délégués détachés par Mr Borloo (vous le trouverez sur le site des boucholeurs)

  • jacquotte says:

    a claude 77
    dans la rue de l’estuaire certaines maisons ont eu entre 1m et 1m50 d’eau alors qu’elles étaient au delà des 100 mètres.La mienne entre les 50 M et les 100 m n’a eu que 20 cms.IL ne faut pas tenir compte uniquement de la distance,mais également la hauteur et bien sûr de la vitesse du courant.
    Pour les maisons juste derière la digue le combat sera difficile dans la zone de solidarité.

  • Claude 77 says:

    A KIWI
    Dans votre dernier message vous semblez admettre que la distance de 100 mètres par rapport à une digue, implique automatiquement la zone ROUGE pour terrains et maisons.
    Dans le précédent PPRI (refusé) la distance était de 5O mètres.
    De ce fait des centaines de maisons ou terrains initialement en zone bleue se retrouvent en ROUGE.(je ne parle plus des hauteurs d’eau)
    Jusqu’à présent je n’ai pas noté de remarques de propriétaires concernés par ce doublement de la distance…peut-être une majorité silencieuse qui n’a pas acces à ce blog.
    C’est le cas de toutes les maisons situées entre le Pont et le barrage du Brault et de l’autre côté du pont jusqu’à la route d’accès au port.
    Je propose que cette distance de 100 mètres soit ramenée à sa cote initiale de 5O mètres ou alors que l’on nous prouve que cette cote résulte d’une étude scientifique ou bien sort du chapeau de certains fonctionnaires. (comme d’autres)

  • FOURMENT says:

    oui Kiwi ,il faut continuer à se battre pour faire reconnaître nos droits d’autant que nous sommes victimes de l’Etat qui n’a pas su nous protéger et qui ,depuis 6 mois , traite les réticents au départ comme des « activistes » de zones !!
    Honte à l’Etat d’avoir pris une décision arbitraire de créér des zones noires et de laisser les citoyens dans l’ignorance et le silence !
    Elargir le PPRI avec 90% de la commune en zone rouge :
    est-ce pour nous protéger ou se protège-t-il lui-même ?
    n’est-ce pas un moyen pour justement amplifier les départs et masquer la gestion maladroite de la zone de solidarité ?
    courage

  • FOURMENT says:

    oui Kiwi ,il faut continuer à se battre pour faire reconnaître nos droits d’autant que nous sommes victimes de l’Etat qui n’a pas su nous protéger et qui ,depuis 6 mois , traite les réticents au départ comme des « activistes » de zones !!
    Honte à l’Etat d’avoir pris une décision arbitraire de créér des zones noires et de laisser les citoyens dans l’ignorance et le silence !
    Elargir le PPRI avec 90% de la commune en zone rouge :
    est-ce pour nous protéger ou se protège-t-il lui-même ?
    n’est-ce pas un moyen pour justement amplifier les départs et masquer la gestion maladroite de la zone de solidarité ?

  • kiwi says:

    Chers amis,

    Si je n’avais eu que très peu d’eau je vivrais dans ma maison pendant encore dx ans profiterai de ce lieu et attendrai la justice(votre maison expertisée vaudra paut être même plus) vous profiterez de votre maison vous voterez ici pour choisir votre maire, calculez bien partir en vacances X fois par an combien cela vous couterait?
    Il faut rester si vous le sentez, ne vous laissez pas impressioner, coisissez en votre âme et conscience. Il faut sentir les choses, pour ceux dont l’état se moque d’eux, sachez que 40000 euros c’est rien, pour avoir des vacances.
    Ecrivez au prefet en recommandé des fois que l’avif arrive à faire baisser le délai après le PPRI
    Si vous êtes à plus de 100m des digues si vous faites calculez vote hauteur de maison plus élévée que celle annoncée par la prefecture, si vous n’avez presque pas d’eau(la preuve le maire de la faute se bat que dans ce cas là lisez sa lettre ici même) Battez vous si comme moi votre vie était là.
    Battez vous si vous vous sentez solides, car je vous assure qu’il vous faut être solides, car la déprime vient vite si vous n’êtes pas épaulés, mais ne vous battez pas seuls. Rejoignez un petit groupe de votre quartier. Dans le mien les gens ont été divisés puisque ayant déménagés et ne se sont pas concertés, remarquez ils étaient en principal, ça se comprend.
    Bon courage, mais si comme vous je n’avais que très peu d’eau ou du moins jusqu’à un mètre j’espèrerai.

  • lafaute says:

    Merci Brigitte Devilez pour cette réponse et surtout pour la conclusion qui nous redonne un peu d’espoir…

  • Brigitte Devilez says:

    à ceux qui hésitent à vendre aux Domaines,
    Attendez la dernière limite pour répondre ou ne répondez pas si vous voulez vraiment rester.
    Si vous êtes exproprié officièllement, ou vous aurez la même proposition des Domaines ou vous pourrez défendre vos droits devant un tribunal( demande de choix sans connaissance des conséqunces, peu d’eau, niveau faux, prix trop bas…). Attaquer au tribunal pour le moment ne vous donnera rien : ce ne sont que des « propositions amiables ».
    Si vous êtes persuadé d’être dans votre droit, tenez bon et courage…. Mon petit doigt m’a dit que vous aurez peut-être la réponse avant la fin du mois ( et oui, ce n’est pas ce qui était prévu mais on a beaucoup d’imprévu depuis le début de cette affaire)

  • FOURMENT says:

    à Patrick
    merci sachant que la question était posée par la faute et que pour ma part ,je n’ai absolument pas l’intention de négocier un départ :la justice nous portera ,il n’est pas question d’être victime des dysfonctionnements et faiblesses des différents rouages étatiques …
    proposition: pourquoi , entre autre ,ne pas attaquer collectivement au TA la cartographie NGF qui est fausse ?

  • corinne says:

    je suis dans le même cas que vous, il faut donner une réponse pour la fin du mois, nous avons eu environ 2 mètres d’eau dans la maison.
    Nous aurions aimé quitter notre bien, mais la proposition ne nous satisfait pas .
    Nous ne pourrions rien racheter de semblable, sur la côte Vendéenne.
    Que voulez-vous racheter avec 40500 euros?
    Alors que ce bien a été évalué plus du double par un expert indépendant.

    Nous allons rester bien malgré nous. Nous ne donnerons pas réponse à leur proposition.

  • pour répondre à fourment, avec les dominaines c’est LAPIDAIRE, passez la date c’est terminé. Je l’avais expliqué en détail en avril : si la proposition ne vous convenait pas vous aviez 15 jours par recommandé avec AR pour faire votre proposition de prix, passé ce délais plus d’accès ! Pour la date indiqué le Préfet ne répondra pas. C’est la date de la proposition qui reste valable au jour près !!!

  • Lafaute says:

    Merci à FOURMENT et à Patrick Delavaud pour vos réponses. En fait nous avons eu 1m60 d’eau dans la maison comme pratiquement tout notre secteur. Concernant l’environnement, c’était déjà un « coin » très calme et il nous est arrivé de nous y retrouver pratiquement seul pendant certaines vacances (Toussain, Pâques). Il reste effectivement peu de résistants, mais quelques-uns quand même !
    Nous avons écris à la Préfecture pour demander un report, pas de réponse à ce jour !
    Pouvons-nous dans un premier temps accepter l’offre des domaines, repousser la date de signature au maximum pour gagner du temps et revenir sur notre décision de céder ? (avant signature chez le notaire bien sûr) Ceci nous donnerait le temps d’avoir des précisions, zones d’extremes dangers, prescriptions ….

  • Pour répondre à « Lafaute » sur sa question:~~Que doit-on faire lorsque l’on souhaite rester, et que l’on se trouve dans la zone de solidarité et qu’il ne nous reste que 2 semaines pour accepter l’offre des domaines ?~~
    Si l’offre des domaines correspond à la valeur de votre bien, c’est à vous de voir avec comme critères: Où se trouve ma maison, et qu’elle est la hauteur d’eau lors de la tempête ?
    S’il y a pas eu très peu d’eau, et que vous avez envie de rester, vous avisez les domaines par courrier que vous restez.
    S’il a eu 2m d’eau, ne gardez pas ce bien si l’estimation est bonne par les domaines, car l’environnement autour de votre propriété risque d’être triste…
    Les obligations du PPRI qui sera rendu public l’année prochaine, risque d’engendrer des frais important.

  • FOURMENT says:

    à la faute
    je suis dans le même cas que vous (et je pense que nous sommes nombreux),je dois répondre sous 2 semaines .
    je veux rester (ma famille et moi-même n’avons pas été mis en danger) d’autant qu’il y a pour la majorité d’entre nous des solutions pour réduire et limiter le risque et donc pour ce qui me concerne ,je n’accepterai pas de perdre ma maison.
    Je pense qu’il faut continuer à batailler et à montrer aux différents représentants et élus que nous ne sommes pas suicidaires ,nous sommes des gens responsables , prêts au dialogue en vue d’aboutir à une décision collective et responsable :que les représentants parisiens ,énarques,polytechniciens et autres nous conseillent ,pourquoi pas mais qu’ils nous laissent décider de notre sort: il n’y a pas 3000 autruches à la Faute sur mer pour justifier l’arbitraire!!!

  • Lafaute says:

    bonjour à tous,
    Que doit-on faire lorsque l’on souhaite rester et que l’on se trouve dans la zone de solidarité et qu’il ne nous reste que 2 semaines pour accepter l’offre des domaines ?
    D’avance merci

  • Bonjour, pour répondre à Claude77, ne vous inquittez pas des pouces rouges, il y en a 3 de la Faute et 3 d’ailleurs dont un de Paris Montsouris qui surveille…un ministère probablement. Mais ne vous faites pas de soucis.

  • FOURMENT says:

    Musette
    bien vu pour les pouces!tu as piégé 1 rouge !(Staline doit se retourner dans sa tombe!

  • corinne says:

    J’ai regardé la chaine LCP PUBLIC SENAT à 22h30 hier soir mais le programme devait être modifié.

  • Musette says:

    Je propose que nous n’utilisions plus le systême des pouces, qui a quelques défauts
    1) c’est manichéen et un tantinet scolaire …
    2) c’est utilisé par des « visiteurs » pas toujours bien intentionnés ( suivez mon regard récemment)
    3) l’essentiel, comme dit Elfes, ce sont les ECHANGES.

  • corinne says:

    Sur le programme télévisé de ce soir je lis

    sur la chaine LCP PUBLIC SENAT à 22h30 :

    Reportage Mission Xynthia (durée 15 minutes)

  • Elfes says:

    @ Claude77
    Voulez-vous bien me redonner le lien vers ce texte d’il y a un mois, s’il vous plait (je me souviens l’avoir lu avec intérêt mais j’ai bêtement oublié de noter la source)
    Merci d’avance
    ps : pour ce qui est des « pouces », je pense qu’il ne faut pas y accorder d’importance : seuls sont intéressants les avis (pour ou contre un post) exprimés franchement avec des mots, à mon humble avis
    Cordialement

  • Loutron says:

    A Claude 77 :
    D’une part, vous interprétez mon propos, en vous méprenant, et vous vous autorisez de conclure par un jugement… De quoi rendre la discussion difficile.
    D’une part, je ne revendique rien ; et je considère n’avoir rien à revendiquer, car il est bien certain que dans la situation que j’ai décrite et qui me concerne, je n’ai pas engagé un centime, au contraire de quelqu’un qui aurait acheté un terrain constructible et qui se trouverait aujourd’hui confronté à un nouveau classement.
    Mais Abasourdi parlait bien de parcelles « héritées ou achetées », non ?

  • Claude 77 says:

    A Patrick DELAVAUX
    Merci pour toutes les informations que vous nous donnez et je suis certain que nous aurons encore besoin de vos conseils dans les jours sombres à venir.
    Je voudrais revenir sur le texte du « Journal of Géophysical Research » que vous avez bien voulu nous donner et nous traduire le 14 septembre.
    Il est dit dans ce texte que la montée des eaux serait de l’ordre de 2 à 3mm par an soit 30 cm au maximum en 2100. J’avais dit la même chose à partir d’une autre source il y a un mois.
    Alors le suis extrêmement surpris et vous aussi sans doute, car vous avez 5 pouces verts et 6 rouges.
    Comment expliquer ce score qui ne doit pas être dirigé contre vous, mais contre le TEXTE.
    J’ai l’impresssion que certains veulent absolument adhérer à cette élévation des eaux de 1 mètre dans le siècle…pour quelle raison ?? peut-être qu’un courageux pouce rouge nous le dira prochainement.

  • Claude 77 says:

    A l’attention de LOUTRON
    D’abord merci à Abasourdi .
    Vous avez hérité , LOUTRON, de grands espaces agricoles non constructibles. C’est bien dommage mais ces terrains ne vous ont pas couté beaucoup d’argenr et ces terres , si elles ne sont pas en jachères peuvent produire (légumes ou grains) ou bien nourrir du bétail.
    Bien sûr vous auriez aimé comme certains, faire « fortune » en les transformant en lotissements .
    Partant de ce principe vous considérez que celui qui a acheté un terrain constructible au prix du marché, qui a acquitté les droits et taxes correspondants doit se résigner à « DONNER » son bien à l’Etat au prix d’une terre agricole, voire ne rien obtenir du tout.
    Pourquoi vous dites celà ??par rancoeur, par jalousie, par égoïsme??
    Ce raisonnement manque d’élégance .

  • Loutron says:

    Abasourdi, vous écrivez : « je proposerais un fond de solidarité pour que l’Etat finance au prix du marché tous les terrains devenus inconstructibles et que ces terrains redeviennent propriété de la Commune ».
    Par financer au prix du marché, vous voulez dire, si je comprends bien, que l’Etat doit se porter acquéreur. Là, il y a de quoi être abasourdi, en effet !
    Être propriétaire d’un terrain, où qu’il soit, n’a jamais signifié qu’on y était titulaire d’un droit à construire. Et imaginez la facture, si votre proposition devait être généralisée au nom du droit de propriété, ne serait-ce que sur le littoral !
    Pour information, ma famille est propriétaire de très longue date et en indivision de terrains qui ont été classés inconstructibles au titre de la loi littoral (art. L146-6). Ces terrains, autrefois exploités par une agriculture de subsistance, sont proches de la mer, mais pas en zone inondable, et dans une commune très touristique. Aucune indemnisation, aucune perspective de rachat… C’est sans doute désolant du point de vue de la fortune personnelle, mais c’est excellent du point de vue de l’intérêt général.
    Pour ma part, je ne vois rien à y redire, et je n’imagine vraiment pas qu’on l’on puisse s’aventure à ouvrir ce qui serait une vraie boîte de Pandore !

  • Abasourdi says:

    A Brigitte Devilez et à tous,

    Péssimiste, nous a posé une question qui est la suivante ;
    « et pour les terrains au-dessus du niveau de la mer et inondés malgré tout vous en pensez quoi »

    Madame Brigitte Devilez, merci d’avoir répondu à ma proposition qui se veut positive. Péssimiste nous demande notre avis pour des terrains inondés situés « au-dessus du niveau de la mer », sans préciser leurs cotes niveau.(voir de 0 à 4.10m). mais, il met le doigt sur un problème majeur sur des injustices réelles sur lesquelles nous devons y apporter réflexions. Ils s’agit de parcelles situées trop basses, héritées ou achetées qui ne sont plus constructibles et appartenant à des personnes modestes qui se trouvent fortement pénalisées !

    Volontairement, j’ai pris un point de départ à la cote 0, en précisant, « y compris ceux au niveau 0 » et en conclusion d’ajouter, « Ceci n’est qu’une proposition ! qui se veut positive ! » Positive parceque je souhaite, qu’une solution égalitaire soit trouvée pour tous et qu’avec plusieurs réponses qui semblent mauvaises en fini toujours par en trouver un bonne !

    Vous avez très bien imagé mon commentaire en appuyant sur le fait que des constructions sur des niveaux trop bas seraient ridicules. Je suis entièrement d’accord avec vous !

    Mais comment régler les cas ou des gents modestes qui ont hérité de leurs ancêtres de petits terrains en zones très basses et qui se trouvent interdit de construction ! Auriez-vous une solution autre que l’élévation d’un bâti pour ses personnes ?

    Mois, je proposerais un fond de solidarité pour que l’Etat finance au prix du marché tous les terrains devenus inconstructibles et que ces terrains redeviennent propriété de la Commune.

    Pour votre deuxième paragraphe , pour moi les choses sont simples : nous sommes belle et bien sous l’application de la loi littoral, l’état doit financer tous les terrains non bâtis, en dessous des 5mètres ( hauteur de la Mairie) avec une interdiction de toutes constructions. Toutes les zones en dessus des 5 mètres seraient constructibles sous conditions sécuritaires !

    A partir de là, nous serions dans une situation clairement définit pour tous, et il ne serait plus utile de placer de repères , mais simplement un monument pour nos 29 victimes rappelant que l’absence de mémoire du passé nous a couté très chers en vie humaine !

    Je rappelle que, « Ceci n’est qu’une proposition ! » et je remercie « péssimiste » pour sa très bonne question !

    Salutations à tous.

  • LaFaute says:

    Qui à des nouvelles de la réunion publique d’hier soir à l’Aiguillon ?

  • LaFaute says:

    Qui à des nouvelles concernant la réunion publique d’hier soir à l’Aiguillon ?

  • pessimiste says:

    Et voici cette fameuse « cuvette » qui revient sur le tapis !
    Qui en a la délimitation ?

  • Musette says:

    Tu as raison, Brigitte, ça nous donnera une juste représentation des choses.

  • Brigitte Devilez says:

    A Abasourdi,
    J’imagine mal des constructions à 5,30 de hauteur plancher sur des terrains de bas niveau !! Cela sans remblai bien sûr puisque celui-ci empêche l’eau de s’écouler ! Des maisons sur pilotis fichés dans la vase ? Avec plein d’étages pour en minimiser le coût ?
    Il faut rester raisonnable….
    L’expansion à tout prix a coûté la vie à 29 personnes. « Deux ou trois rangs de parpaings en plus» n’auraient rien changé, ne recommençons pas à jouer aux apprentis sorciers. Sauvons déjà ce qui existe et les terrains qui n’ont pas été inondés par Xynthia.
    Pour l’avenir je propose qu’on mette dans la commune, au point le plus bas, un repère qui indique le niveau de l’eau atteint cette nuit là. Cela ferait réfléchir les générations futures….
    Deuxième rang des tuiles du toit dans la cuvette !!!

  • Abasourdi says:

    Péssimiste, tu nous a posé une question:
    « et pour les terrains au-dessus du niveau de la mer et inondés malgré tout vous en pensez quoi »

    Je te fais une proposition :

    Suivant le plan PPRI et dans le cadre de modifications pour un passage en zone bleue sur tout le territoire de La Faute sur mer,
    suivant le niveau des digues restaurées actuellement à 5.10m,
    et suivant le niveau des inondation par Xynthia aux environs des 4 mètres :

    tous les terrains non bâtis actuellement, y compris ceux au niveau 0, seraient constructibles sous obligations d’une élévation fermée, avec un niveau planché pour toutes nouvelles constructions à 5, 30 mètres.
    avec une pièce de survie au dessus, ce qui la porterait à 7,80 mètres.

    Sachant que la Mairie, l’Ecole et l’Eglise ce situent aux environs des 4.80m à 5.10m ,la cote de 5.30m minimum comme nouveau niveau planché obligatoire me parait convenable.

    Ceci n’est qu’une proposition ! qui se veut positive !
    Cordialement !

  • Cosyns dit « La polémique de la Vendée est médiatique » !
    c’est très vrai, mais la Faute et l’Aiguilon sur mer sont pour l’Etat Français un laboratoire à ciel ouvert ! Une Expérience de labo …..
    Regardez, la fameuse loi Barnier…adaptée pour les Eaux de mer !
    Souvenez vous :  » Raser la zone Mortifère  » avait dit l’élu Président !
    Rappelez vous : Zone noire…transformées en zone de « solidarité » !
    La faute est bien une zone d’expérience humaines, où la population est mise à l’épreuve par Ce Gouvernement qui n’avait pas les moyens de racheter 1520 maisons, et qui change ses règles glauques…pendant la partie !
    Dans 50ans la Faute sera une référence, mais il faudra avant penser à remettre les digues pour sauvegarder les terres agricoles, terrains nus , et toutes vies.
    Les médias sont là pour relayer votre souffrance, vos douleurs, parler de nos morts, et faire voir les biens détruis ! ! !
    Essayez donc de faire sans eux …c’est impossible !
    Avez vous un jour envoyez une lettre à un ministre , avez vous eu une réponse ?
    C’est souvent une lettre type qui vous revient, sauf cas rare !
    Alors oui, les médias sont  » le trait d’union  » indispensable pour que cela change, et que ceux qui souhaitent rester le puissent ! à la Faute comme à L’aiguillon !

  • cosyns says:

    Bonjour,
    Je vois simplement les faits, (je n’accuse personne)
    Je m’aperçois sur les cartes que des maisons inondées sont en zone bleu et d’autres non touchées sont en zone rouge ?!!
    La polémique de la Vendée est médiatique, il y a aussi des inondations dans les Bouches du Rhône etc…
    Maintenant le problème est bien là.
    On prend un crédit pour acquérir un bien qui devient un gouffre.
    Mais personne est coupable …(ok dieu seul le sais)

  • pessimiste says:

    et pour les terrains au-dessus du niveau de la mer et inondés malgré tout vous en pensez quoi ?

  • Pour dialoguer avec « cosyns » en toute simplicité, et en toute complicité, si les océans montent, c’est juste avec l’augmentation de leur température, mais les glaciers ne représenteront que peu de chose. Vous faites chauffer de l’eau dans une casserole le volume augmente, vous mettez un glaçon dans un verre il ne déborde pas, je sais c’est simplet.
    Pour les terrains qui ont été vendus à la Faute, puis autorisés à construire depuis plus de 20ans par Marratier en dessous du niveau de la Mer, ce sera une autre procédure, pas de débordement, mais une casserole à barreaux.

  • cosyns says:

    Bonjour à tous,
    Depuis des années on entend dire que la fonte des glaciers va engendrer une hausse des océans. Malgré cela des constructions et terrains à bâtir ont été vendus sur nos côtes.
    Qui sont les dindons de la farce ????????

  • Bonjour, juste à lire pour comprendre, que l’Océan ne sera pas d’UN mètre plus haut en 2100…je vous ai laissé le texte d’origine, suivit de la traduction.~
    – Voici donc l’évolution de 1900 à 2006 –
    – Publication Août 2010 –
    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
    Journal of Geophysical Research, VOL. 115, C08013, 15 PP., 2010 115, C08013, 15 pp., 2010
    doi:10.1029/2009JC005630 DOI: 10.1029/2009JC005630

    Reconstruction of regional mean sea level anomalies from tide gauges using neural networks Reconstruction de la moyenne régionale des anomalies au niveau de la mer des marégraphes utilisant des réseaux neuronaux

    Reconstruction of regional mean sea level anomalies from tide gauges using neural networks Reconstruction de la moyenne régionale des anomalies au niveau de la mer des marégraphes utilisant des réseaux neuronaux
    Manfred Wenzel Manfred Wenzel

    Alfred Wegener Institute for Polar and Marine Research, Bremerhaven, Germany Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine, Bremerhaven, en Allemagne

    Jens Schröter Jens Schröter

    Alfred Wegener Institute for Polar and Marine Research, Bremerhaven, Germany Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine, Bremerhaven, en Allemagne

    The 20th century regional and global sea level variations are estimated based on long-term tide gauge records. Le 20ème siècle régional et mondial variations du niveau de la mer sont estimées sur la base à long terme les enregistrements marégraphiques. For this the neural network technique is utilized that connects the coastal sea level with the regional and global mean via a nonlinear empirical relationship. Pour cette technique de réseau de neurones est utilisé qui relie le niveau de la mer côtière à la moyenne régionale et mondiale par une relation non linéaire empirique. Two major difficulties are overcome this way: the vertical movement of tide gauges over time and the problem of what weighting function to choose for each individual tide gauge record. Deux difficultés majeures sont à surmonter cette manière: le mouvement vertical de marégraphes dans le temps et le problème de ce fonction de pondération, de choisir pour chaque enregistrement de marégraphes individuels. Neural networks are also used to fill data gaps in the tide gauge records, which is a prerequisite for our analysis technique. Les réseaux de neurones sont également utilisés pour combler les lacunes des données dans les registres des marégraphes, qui est une condition préalable à notre technique d’analyse. A suite of different gap-filling strategies is tested which provides information about stability and variance of the results. Une suite de différentes stratégies pour combler l’écart qui est testé fournit des informations sur la stabilité et la variance des résultats. The global mean sea level for the period January 1900 to December 2006 is estimated to rise at a rate of 1.56 ± 0.25 mm/yr which is reasonably consistent with earlier estimates, but we do not find significant acceleration. Le niveau de la mer moyenne globale pour la période Janvier 1900 Décembre to 2006 est estimé à augmenter à un rythme de 1,56 ± 0,25 mm / an qui est raisonnablement compatible avec les estimations antérieures, mais nous ne trouvons pas d’accélération significative. The regional mean sea level of the single ocean basins show mixed long-term behavior. Le niveau de la mer moyenne régionale des bassins océaniques unique montrent mixte comportement à long terme. While most of the basins show a sea level rise of varying strength there is an indication for a mean sea level fall in the southern Indian Ocean. Alors que la plupart des bassins montrent une élévation du niveau de la mer de force variable, il ya une indication pour une baisse du niveau moyen de la mer dans le sud de l’océan Indien. Also for the the tropical Indian and the South Atlantic no significant trend can be detected. Aussi pour l’Indien tropical et l’Atlantique Sud le pas de tendance significative peut être détectée. Nevertheless, the South Atlantic as well as the tropical Atlantic are the only basins that show significant acceleration. Néanmoins, l’Atlantique Sud, ainsi que l’Atlantique tropical sont les bassins qui montrent que l’accélération significative. On shorter timescales, but longer than the annual cycle, the basins sea level are dominated by oscillations with periods of about 50–75 years and of about 25 years. Le plus court des délais, mais plus long que le cycle annuel, le niveau de la mer bassins sont dominées par des oscillations avec des périodes d’environ 50-75 ans et d’environ 25 ans. Consequently, we find high (lagged) correlations between the single basins. Par conséquent, nous trouvons de haut (retardé) des corrélations entre les bassins unique.

  • houla says:

    C’est quoi les pétitions qui circulent? Une à La Faute, une à l’Aiguillon, toutes deux émanant d’un élu. Est ce logique que des personnes qui ont rejetées en bloc l’ancien PPRI ou les communes étaient en bleu voir en blanc soient actuellement les initiateurs de ces pétitions? Vue de l’extérieur ça sent la récupération…

  • FOURMENT says:

    à P Delavaud : bien vu ,le coup du PPRI d’Arcachon ! ce type d’incohérence reflète bien ,jusqu’au niveau national ,à la fois le manque de coordination ,de concertation ainsi que l’arbitraire que nous subissons depuis le 28 février !!
    Ce manque de coordination et de concertation a été clairement mis en exergue dans le rapport de MM Retailleau et Bonot et cela continue de plus belle !!!
    J’étais présent hier à la manifestation ,c’était bien ,il faut continuer
    Un grand Bravo à Kiwi qui a fait du bon boulot et qui s’est époumonée à en perdre la voix !!
    et puis ,apprécions aussi ensemble ,le compteur qui a franchi allégrement la barre des 6000 soutiens et qui continue allégrement sa course…
    salutations

  • Cosyns says:

    Bonjour à tous,
    En 1970, personne ne nous à informé que nous étions dans les marais poitevin. Aujourd’hui, on nous place nos maisons en zone rouge malgré que l’eau ne soit pas arrivé chez nous et les habitations du centre ville qui ont eu 1M20 (voir plus) d’eau, ce retrouve aujourd’hui en zone bleu.
    Pourtant dans les années 1940, il y à déjà eu des inondations.
    Le problème a t-il été pris à la légère à l’époque ?
    Aujourd’hui, qui va payer. Toute une vie pour économisée et avoir un patrimoine qui ce transforme en une allumette.
    Dans ce cas évacuons toute notre côte Française.
    Et l’addition ?……

  • BILDAN says:

    LA FAUTE ET L’AIGUILLON sont découpés en 3 zones bleu, blanc et surtout rouge.
    La zone blanche n’est pas constructible puisqu’il s’agit des dunes, (loi littoral…)
    La zone bleu aura peut être encore pieds en 2100, selon les augures, et les boules de cristal…
    Pour la zone rouge, là on nous prédit le pire. Mais est-ce que ce sera le pire PIRE ou le pire pas si pire??? Si c’est le pire PIRE l’état ne peut pas rester insensible à la détresse de toutes ces futures victimes, l’état doit aller jusqu’au bout de son raisonnement: pourquoi attendre une submersion, il vaut mieux évacuer tout de suite avant le prochain drame…

    Quelles seront les zones à La Faute ET à L’aiguillon qui subiront le même sort que le quartier de La Bouille à Blois.
    Il est important de le savoir avant d’engager des travaux de mise en conformité onéreux et inutiles ??..

    A Blois il y a A1 A2 A3 A4 B1 B2 B3 le pire étant la zone A4. Sur ces zones A4 il a été décidé au début de cette année de mettre en adéquation le PPRI et donc il a été décidé de détruire des maisons en zone A4
    «  »aléa très fort – aléa 4 : profondeur de submersion supérieure à 2 m avec une vitesse de courant moyenne à forte, ou zone de danger particulier (aval d’un déversoir, débouché d’ouvrage,…….). » »

    http://www.europe1.fr/France/Blois-Un-quartier-rase-pour-canaliser-les-crues-150755/
    L’arrêté de BLOIS du 18/5/2010
    http://www.loir-et-cher.pref.gouv.fr/sections/securite/securite_civile/arrete/downloadFile/file/arrete_18_mai_2010.pdf?nocache=1276508820.89

  • Bonjour à tous et félicitations pour votre présence ! ! !
    Ils nous est agréables, nous qui sommes loin (les Alpes plus de 800km) de voir les habitants de ces deux communes, la Faute sur Mer et l’Aiguillon sur mer, main dans la main pour une même défense de leurs Biens.
    Que ce soit un terrain nu, un mobilhome, ou une maison, le préfet aura fort à faire avec toute la France contre lui ! ! !
    Car nous sommes en face d’un injustice flagrante, qui nous donne dans un PPRI une hauteur d’eau en 2100 qui n’a aucune valeur juridique, et là je sens que je vais m’amuser devant le TA en tant que scientique : prévision 1m pour la Faute et le PPRI d’Arcachon 44centimètres en 2100… lequel sera retenu par le TA de Nantes ?
    En disant seulement 3 millimètres par an pendant 100 ans, sans aucune CERTITUDE cela est loin des prévision du GIEC payé par les Etat.
    Pour vous rassurer, dans dix ans je ne suis pas sur que l’Etat Français aura exproprié un seul propriétaire à la Faute ! ! !
    ~~Car les prévisions réalisé par nos ENARC, comparable à la grippe de cet Hiver H1N1, était elle bien calculée ?
    ~~Combien nous coûtera telle, dans notre prochaine Feuille d’Impôt ?
    ~~Si le chiffre de 90 millions de vaccins commandés pour 60 millions d’habitants, a autant de valeur que la hauteur de la mer, à la faute sur Mer en 2100 avec  » 1 mètre  » ….alors là Nous pouvons nous inquieter SUR QUI NOUS GOUVERNE !
    Ou avec plus d’humour : QUI SABORDE LE NAVIRE
    Ayons juste un peu de patience, en attendant les deux enquêtes publiques qui vont avoir lieu cet automne. Car c’est bien Là qu’il faudra être présent, agir et écrire sur le registre ! ! !
    Le Tribunal Administratif va nommer les commissaires enquêteurs, ceux-çi indiqueront par voix de presse les jours où ils seront en rendez-vous en mairie pour recevoir le public. Et c’est bien là qu’il faut envisager une manifestation d’Ampleur Nationale qui soit relayée par tous les Média….utiliserons nous Facebook pour une déculotée géante sans alcool, le préfet peut déjà prévoir 10 000 personnes …alors aura t’il assez de CRS pour nous taper dessus ?
    Marratier et son conseil vont être dans « leurs petits souliers », car l’enquête se fait en Mairie…et ils ont obligation d’être présents dans les locaux.
    Patrick Delavaud Maître de Conférences.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

+ 69 = 77

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
septembre 2010
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci