Archive pour septembre 2010

« 1 2 3 »

Dans un rapport remis en fin de semaine dernière à Jean-Louis Borloo, les experts mandatés par l’Etat en Vendée recommandent la destruction de 761 habitations à l’Aiguillon-sur-Mer et la Faute-sur-Mer, contre 945 initialement.

La cartographie des «zones noires», établie au lendemain du passage de la tempête Xynthia par les services de l’Etat, vient d’être revue sensiblement à la baisse. Dans un rapport remis vendredi dernier au ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, les experts chargés de proposer un nouveau découpage recommandent de soumettre 761 habitations à une procédure d’expropriation. Initialement, 945 maisons devaient être concernées. Entre l’Aiguillon-sur-Mer et la Faute-sur-Mer, ce sont 195 constructions qui, ciblées au printemps par les pouvoirs publics, devraient en définitive échapper à la démolition. Dans ce dernier village, cependant, onze maisons qui n’étaient à l’origine pas menacées de destruction sont désormais incluses dans la zone noire.

Pour les services de l’Etat, qui avaient procédé durant le printemps au premier découpage, la nouvelle cartographie sonne comme un désaveu. Lundi, c’est d’ailleurs dans un contexte passablement tendu que le rapport a été présenté aux élus locaux. Le président du conseil général de Vendée, Philippe de Villiers, a jugé le nouveau tracé «inacceptable». Sans attendre, il a écrit au premier ministre afin de déplorer que les experts n’aient pris attache «ni avec le conseil général, ni même avec les conseillers généraux directement concernés ou les parlementaires, qui n’ont pas été consultés et, encore moins écoutés».

Pendant trois mois, les experts se sont rendus dans les communes sinistrées et ont étudié les relevés topographiques des quartiers concernés. Sur place, ils ont rencontré les maires et les associations de victimes. «Pour définir le périmètre des zones dangereuses, ils ont tenu compte des projets de sécurisation et autres ouvrages de protections que les élus locaux se sont engagés à réaliser ou à conforter au lendemain de la tempête», explique un haut fonctionnaire. Un autre relate : «Les experts ont fait une analyse quartier par quartier afin de définir les situations les plus dangereuses».

A la Faute-sur-Mer, 472 habitations sont désormais susceptibles d’être visées par une procédure d’expropriation contre plus de 600 initialement. A l’Aiguillon-sur-Mer, ce sont 289 maisons qui sont concernées elles étaient 337 avant l’été. Ce revirement risque de susciter un nouvel épisode de confusion, alors que l’Etat a déjà racheté plusieurs dizaines de maisons ciblées par la première cartographie et que de nombreuses promesses de vente ont été signées. De source proche du dossier, on confie ainsi qu’une vingtaine d’habitations échappant finalement au zonage auraient d’ores et déjà fait l’objet d’une promesse de vente.

Le Président du Conseil Général met en garde le Premier Ministre contre « une conception technocratique du zonage, qui ne tient pas compte des réalités du terrain ».
Les conclusions du rapport sur les zones « de solidarité » en Vendée sont inacceptables

Sept mois après le passage de la tempête Xynthia sur le littoral vendéen, suivi d’un grand nombre de réunions relatives aux zones de solidarité et à l’avenir des habitations touchées, le Premier Ministre vient de faire parvenir au Président du Conseil Général de la Vendée le rapport ministériel de la mission chargée par le Gouvernement d’une expertise complémentaire sur les zones de solidarité définies dans notre département.

Dans un courrier envoyé à François Fillon lundi 20 septembre, le président du Conseil Général ne cache pas sa colère :
Philippe de Villiers relève tout d’abord que les deux experts missionnés par l’Etat  pour effectuer l’enquête n’ont pris contact « ni avec le Conseil Général, ni même avec les Conseillers Généraux directement concernés ou les Parlementaires, qui n’ont pas été consultés et, encore moins écoutés ».

Il souligne par ailleurs que « les conclusions du rapport ne tiennent strictement aucun compte de la proposition établie dans un large consensus au printemps dernier (…) de créer une nouvelle catégorie de maisons : les maisons à prescription, c’est-à-dire des maisons qui ont été pas ou peu inondées, et qu’il suffirait d’adapter pour permettre à leurs habitants de continuer à y vivre en sécurité ».

Destinée à mettre fin aux incompréhensions légitimes, cette proposition était née à la suite d’une table ronde à l’Hôtel du Département, réunissant l’ensemble des personnes concernées : le Préfet et ses services, le Conseil Général, les Maires, les Associations de victimes et riverains.

« Ces constatations m’amènent à vous mettre en garde contre une conception technocratique et dangereuse du zonage, qui ne tient pas compte des réalités du terrain » poursuit le Président de la Vendée qui demande à François Fillon de « revoir sa copie » en « reprenant contact avec tous les élus pour faire prévaloir enfin une approche humaine et de bon sens. »

  • Patrick Puech et Christian Pitié, les deux experts qui ont corrigé les «zones noires».

    Patrick Puech et Christian Pitié, les deux experts qui ont corrigé les «zones noires».

L’État s’était engagé à ajuster le périmètre des zones déclarées inhabitables après le passage de la tempête Xynthia fin février. En Vendée, les deux experts mandatés par le ministère de l’Écologie ont remis leur copie, hier. Près d’une quart des maisons sort du zonage initial. Ce sont désormais 761 biens qui sont désormais voués à la démolition, et non plus 945, comme cela avait été décidé en avril dernier.

A L’Aiguillon-sur-Mer, 289 habitations restent concernées au lieu de 337 à l’origine. A La Faute-sur-Mer, le nouveau zonage englobe 472 biens contre 608 dans le premier tracé. En revanche, 11 maisons font leur apparition dans la nouvelle version des « zones noires ». Les propriétaires, dont certains avaient engagé des travaux de rénovation, devaient être informés par la préfecture, en fin d’après-midi, de ce changement de statut…

NDLR : Vous pouvez voir l’article de l’AVIF à ce sujet

La direction générale de la gendarmerie nationale est désormais chargée des enquêtes conduites par les procureurs de la République de La Roche-sur-Yon, Les Sables-d’Olonne, la Rochelle et Rochefort concernant la tempête Xynthia, a annoncé vendredi la cour d’appel de Poitiers.
« A ce stade des enquêtes, les quatre procureurs de la République ont, en concertation, décidé de saisir un service national, dans un souci de cohérence et de parfaite coordination des investigations », dit la cour d’appel de Poitiers dans un communiqué.
« En conséquence, la Direction Générale de la gendarmerie nationale a été saisie le 16 septembre des enquêtes conduites par les quatre parquets relatives à la tempête Xynthia », poursuit la même source.
Les quatre parquets avaient confié des enquêtes, pour les faits relevant de leur compétence, aux sections de recherche de la gendarmerie des Pays de Loire et de Poitou-Charentes.
La saisie d’un seul service d’enquête devrait permettre « notamment la mise en commun des points communs des quatre enquêtes préliminaires, comme par exemple les conditions météo etc… », a-t-on précisé de source judiciaire.
La tempête Xynthia qui avait ravagé l’ouest de la France le 28 février a fait 47 morts.

Des gens dehors, une salle comble, deux salles annexes prises d’assaut pour suivre au moins par le son la réunion publique… Ce mardi soir, la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer n’a pas pu accueillir tout le monde. Le conseil municipal avait décidé de s’y réunir, avant de répondre aux questions du public sur l’avant-projet de Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) concernant la commune.

Principal sujet de mécontentement : l’obligation, pour les logements situés en zone rouge, de construire une pièce de survie à l’étage. Comme cet habitant de la commune depuis 1965 qui se demande comment des « personnes à faibles revenus, comme les retraités, pourront le faire alors que vu leur âge, ils n’obtiendront pas de prêt ». Une autre s’interroge sur l’utilité d’une telle mesure : « Ma mère a 83 ans. Si on doit construire une telle pièce, ce sera dans les cinq ans. Moi, je ne le ferai pas, elle ne sera sans doute pas capable de monter. Je préfère lui offrir un gilet de sauvetage », tonne-t-elle. Un autre habitant se demande ce qu’il va se passer pour les maisons initialement en « zone noire », qui ont déjà été vendues, et qui pourraient repasser en zone rouge : « Vont-elles être quand même détruites ? ».

Tout au long de la réunion, le maire, Maurice Milcent, a incité les habitants à se manifester, avant et pendant l’enquête publique, « pour faire comprendre à l’Etat qu’il ne faut pas aller trop loin ». Toutes les questions ont été notées et viendront compléter les exigences formulées par la commune auprès du préfet et de l’Etat.

Au final, la réunion s’est déroulée dans une ambiance parfois tendue, où émotion et énervement se sont entremêlés.

NDLR: Contrairement à ce qu’il fut annoncé par la commune de la Faute sur Mer le 6/09,

L’AVIF a contacté le lundi 13 septembre une personne responsable des dossiers à la direction départementale des finances publiques.

Il n’y aura pas de dégrèvement automatique de ces deux taxes. L’étude des dossiers se fera au cas par cas. C’est pourquoi les propriétaires sinistrés ont reçu leur avis d’imposition de taxe foncière. La remise se fera sur la somme globale ( taxes aux communes, au département, à la région, ordures ménagère, redevance audiovisuelle..) et sera supportée par l’Etat.

Il s’agit donc pour chaque sinistré de faire une demande de remise gracieuse pour ces taxes.

Voir la suite du texte sur le site officiel de l’AVIF

DIMANCHE 12 SEPTEMBRE 2010, 21:28 ENVIRONNEMENT
Près de 700 habitants de deux communes de Vendée sont descendus dans la rue pour protester contre les projets de Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI) établis suite à la tempête Xynthia.

La manifestation a rassemblé en milieu d’après-midi entre 640 (selon la gendarmerie) et 700 personnes (selon les organisateurs) sur le pont reliant les communes de La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer. En cause: les projets de Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI) établis suite à la tempête Xynthia.

Ces PPRI qui viennent en plus des zones éventuellement concernées par les expropriations « sont la 3e catastrophe » pour les habitants après la tempête, a estimé Renaud Pinoit, vice-président de l’Association des victimes de la catastrophe (AVIF) qui organisait la manifestation.

Les projets de PPRI des communes vendéennes de la Faute-sur-Mer (29 morts le 28 février après le passage de la tempête Xynthia) et de l’Aiguillon-sur-Mer ont été rendus publics fin août. Selon ces projets sur la commune de La Faute-sur-Mer par exemple, la grande majorité des zones constructibles de la commune ont été classées en zone rouge, « zone inconstructible sauf sous condition pour travaux spécifiques ».

Les cartes des PPRI font l’objet d’une phase de concertation avec les administrés et les conseils municipaux entre le 17 septembre et le 17 novembre 2010 avant d’être soumises à enquête publique. A l’issue de l’enquête publique et après l’avis des commissaires enquêteurs le préfet de la Vendée approuvera définitivement les PPRI de la Faute et de L’Aiguillon.

Six mois après le passage de la tempête en Vendée, certains habitants de La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon sont toujours dans l’incertitude sur l’avenir. Ils ont manifesté contre le projet de plan de prévention des risques d’inondation.

Lire la suite de cette entrée »

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
septembre 2010
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci