Archive pour septembre 2010

« 1 2 3
  • A l’appel de l’Avif, l’association de défense des sinistrés des inondations de la tempête Xynthia, 150 habitants de La Faute-sur-Mer et autant de L’Aiguillon-sur-Mer ont convergé en cortège vers le pont qui relie les deux communes au-dessus du Lay. La rencontre symbolique au milieu du pont visait à signifier au préfet de Vendée que le projet de plan de prévention des risques d’inondations (PPRI) qui instaure des zones rouges, bleues et blanches dans les deux communes de Vendée les plus touchées par la tempête de fin février ne satisfait pas les manifestants. Certains contestent leur classement en zone rouge et tous s’inquiètent des conséquences financières et techniques du plan de prévention définitif qui sera établi en février 2011.

    Rectification de l’AVIF, suivant les autorités environ 700 personnes étaient présentes.

Le 26 aout 2010

De forts coefficients attendus jusqu’à vendredi : les digues vendéennes passent un test grandeur nature. Un dispositif d’alerte est mis en place alors que s’achèvent les travaux d’urgence du plan digue.

Reportage

« Non, je n’ai pas d’appréhension particulière. » Ce retraité de la route de la Pointe, à L’Aiguillon-sur-Mer, en Vendée, dont la maison a eu 30 cm d’eau pendant la tempête Xynthia, ne fait que peu de cas des trois jours de grande marée qui s’achèvent vendredi soir. Non que le drame, qui fit 29 morts en Vendée, soit sorti des esprits.

Simplement, les coefficients de 113 à 116 annoncés sur ces trois jours sont loin de provoquer un vent de panique un peu plus de six mois après la nuit d’effroi du 28 février. Et c’est avec philosophie que la patronne du restaurant de poisson les « Viviers de la Dive », au bord de la route longée par la digue du Génie, aborde la grande marée d’équinoxe : « Je ne suis pas vraiment inquiète. Je dors même sur place. »

« Je ne suis pas inquiète »

Le traumatisme de Xynthia, toujours dans les coeurs, n’ôte pas leur bon sens aux Vendéens du littoral : « Je ne suis pas inquiète. La tempête était quelque chose d’exceptionnel ; ça n’arrive pas tous les ans », réfléchit cette habitante de Sainte-Radegonde-des-Noyers, dont la maison a pourtant été léchée par les eaux de Xynthia.

La météo optimiste de ces trois jours semble donner raison à cette approche faite de raison et de fatalisme. La station Météo France de La Roche, après avoir constaté, hier, des vents à 50 km/h sur le littoral, prévoit qu’ils vont tomber à 40 km/h ce jeudi et faiblir encore demain, vendredi. Installé sur la digue du Génie, à la pointe de L’Aiguillon, ce retraité de La Tranche s’inquiète plus de ses lignes de pêche que d’une éventuelle vague un peu forte !

Les autorités ont décidé de vivre l’événement tout autrement et d’en faire un test grandeur nature alors que s’achèvent les travaux d’urgence du plan digue. 30 millions d’euros mis sur la table par l’État (pour moitié), le conseil général de Vendée et le conseil régional pour 25 % chacun.

Jean-Jacques Brot, préfet de Vendée, accompagné, hier, par Philippe de Villiers, président du conseil général sur la digue du Génie, entend monter la garde sur les digues pendant ces trois jours, à l’instar de son homologue de Charente-Maritime : « On n’est jamais sûr à 100 % qu’il ne se passera rien. Ici, comme sur les autres digues, nous seront présents. »

Concrètement, un peu comme cela se fait régulièrement aux Pays-Bas en cas d’alerte avec un réseau de bénévoles, des patrouilles de surveillance visuelle ont été réparties le long des endroits à risque de submersion : Noirmoutier, La Faute et L’Aiguillon, Beauvoir, etc.

Patrouilles mobiles

Des sapeurs-pompiers, des gens des services communaux, des fonctionnaires de la direction départementale des territoires et de la mer sillonnent depuis hier les digues, avec mission de signaler toute anomalie de l’état de la mer. Un hélicoptère Dragon de la Sécurité civile survolera les côtes jusqu’à vendredi soir.

Répétition générale en attendant que le plan digue national soit définitivement voté ? Opération de communication ? Un peu des deux, sans doute. Philippe de Villiers y voit un bilan d’étape : « L’urgence se termine. Il va falloir désormais rehausser et consolider les digues. C’est à l’État et aux collectivités locales de faire face. »

Le préfet de Vendée estime que l’exercice contribue à rassurer les populations et à préparer les coups durs : « Nous sommes prêts. » Et en cas de vraie alerte rouge ? « Si on voit quelque chose qui risque de se produire, je réunirai la cellule de crise. »

Marc LAMBRECHTS.

Monsieur le Préfet, NON AU PPRI proposé!!!

– Notre commune est devenue rouge à 90 %, POURQUOI?
– Certains quartiers qui étaient bleus voire blancs deviennent rouges, POURQUOI?
– Nous sommes tous en rouge alors que tout est mis en œuvre pour renforcer les digues et le cordon dunaire, POURQUOI?
Nos terrains deviennent inconstructibles, tout agrandissement interdit sauf pour la création d’une pièce de survie d’une surface abusive de 20 m2 alors que beaucoup de maisons ne sont pas conçues pour ça.
Nos maisons principales ou secondaires, nos entreprises, nos commerces, tous ces biens acquis pour beaucoup toute une vie durant sont anéantis.
Les contraintes exigées suite à un drame que nous ne voulons pas revivre nous les comprenons mais nous ne voulons pas que, par une décision arbitraire, toute notre vie soit balayée.
Que deviendra la Faute une fois que tous ses habitants l’auront quittée car ils ne pourront pas assurer les travaux nécessaires, parce qu’ils ne pourront plus vivre économiquement et que petit à petit elle sera réduite à une peau de chagrin ?
Notre commune nous l’aimons que nous y soyons nés ou que nous y soyons arrivés parce que nous avons pu y apprécier la qualité et la douceur de vivre.
Nous voulons continuer à y vivre, garder nos biens et pouvoir les faire évoluer.
Ailleurs des solutions existent, pourquoi ne pas les exploiter?
REGROUPONS-NOUS POUR EXIGER LA REVISION DU PPRI, nous sommes conscients qu’il en faut un et que des contraintes sont incontournables mais nous ne pouvons pas nous résoudre à cette mort annoncée de notre village.
Ensemble, nous réussirons.

Serge Claveau, habitant de la Faute Sur Mer

Texte Pétition PPRI (original en PDF)

Pétition PPRI (original en PDF à imprimer)

Derrière l'image de carte postale, les habitués de la Faute-sur-Mer se remettent difficilement du drame Xynthia.

  • Derrière l’image de carte postale, les habitués de la Faute-sur-Mer se remettent difficilement du drame Xynthia.

Certains Fautais voient leur commune ensablée et personne pour les tirer d’affaire.

En apparence, rien n’a changé. A l’entrée de La Faute, sitôt franchi le pont festonné de pêcheurs au carrelet, il y a toujours le manège qui fait tourner la tête des petits. Toujours la confiserie et quelques attractions foraines qui mettent un peu d’animation. Un peu plus loin, à deux pas du club de boules en bois, aux bords du Lay, les joueurs de pétanque sont-là aussi. Ils taquinent le cochonnet en attendant que les odeurs de fritures viennent leur flatter les narines, signal qu’il est temps de lâcher les boules.

Tout ça a un petit air d’été. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Les joueurs de pétanque ? Ils sont dans la partie, mais la tête est buissonnière. Elle rode autour des cendres fumantes de Xynthia, pointe les responsabilités de l’Etat ou du maire.

« Mais j’aime La Faute »

Michel Pelletier fait partie de ceux-là. Il ne reconnaît plus « sa » Faute. La retraite se profilant –« dans deux ans »-, il faisait quelques beaux projets d’avenir. Il envisageait de venir la voir plus souvent, « six mois de l’année », comme une promesse que l’on fait à une compagne trop délaissée.

Mais le doux rêve de profiter plus longuement « de la tranquillité de cet endroit un peu paradisiaque » s’est envolé. Quelque chose s’est cassé. Michel, qui habite les Magnils-Régniers, le pressent, lui qui parle déjà, sans s’en rendre compte, de La Faute au passé.

A La Faute, cet été, il y est venu sur la pointe des pieds, à la dérobée, comme s’il volait quelques instants à cette compagne flétrie par les vagues, comme s’il avait l’intuition douloureusement que l’histoire touchait à sa fin. Comme s’il voulait reculer le moment de la séparation.

« Avec mon épouse, on vient la journée, on pique-nique, mais on ne reste plus dormir, c’est trop angoissant. » Et puis, il y a la vision de ces maisons, « vidées de leurs occupants, sans éclairage ». Insoutenable quand on a connu ces ruelles et villages pleins de vie, avec les mêmes têtes « que l’on croisait chaque année ». « Bien sûr, je pourrai vivre sans La Faute, se persuade Michel, mais j’aime La Faute. »

Gia et Ingrid

Gia Khanh Pham ne reconnaît plus, lui non plus, sa commune d’adoption. Et il craint de ne jamais plus la revoir comme elle était, drôlesse insouciante profitant à pleins poumons du vent et de la mer. Certains voient La Faute reprendre des couleurs, lui comme un bourg trop terne, qui ne parvient pas à remonter la pente. « C’est une station familiale d’habitués, rappelle-t-il. Or, quelque chose s’est brisé. Et on ne se reconstruit pas dans le doute. »

Le Casino de Gia, au pavillon des Dunes, sonne creux, le chiffre d’affaires est dans le rouge (-20%) et lui broie du noir, « même si je dois rester optimiste ». En temps normal, il aurait eu sa clientèle d’habitués. Celle du camping municipal. Ces indéboulonnables de la station donnaient le « la » de la saison estivale. Ils étaient une partie de la mémoire de la commune, mais la fermeture du camping municipal les a contraints à un exil forcé. « Sans qu’on cherche vraiment à les retenir ou les faire revenir », s’étonne Gia, qui voit La Faute comme livrée à elle-même. « Vous connaissez le film Y a-t-il pilote dans l’avion », interroge Gia.

Ceux qui tentent de sortir La Faute de son « linceul » invisible à l’oeil nu viennent parfois d’ailleurs. Comme Ingrid la berlinoise. Elle vient d’écrire à Nicolas Sarkozy. Une belle lettre, en français, où elle appelle à l’aide le Président et où elle clame tout son amour pour La Faute : « Presque mon deuxième chez moi ». Un « endroit où il n’y a pas les riches du monde, où on peut se sentir à l’aise ». Pour attendrir le Président, sa lettre est signée de toute sa petite famille, y compris de sa mère, 82 ans, « qui ne pouvait pas venir à cause de la situation difficile des maisons ». Rien n’a changé à La Faute. En apparence.

Philippe ECALLE

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
septembre 2010
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci