Archive pour octobre 2010

1 2 »

Réalisé dans le cadre du projet interrégional CLAREC, un survol du littoral de la Vendée à bord d’un avion bi-moteur de type Partenavia P68 embarquant un Lidar topographique a permis de dresser une carte topographique extrêmement fine d’une partie de la Faute-sur-mer, une des communes submergées lors de la tempête Xynthia en février dernier. D’une précision altimétrique sub-décimétrique associée à une densité de points de mesure inégalée dans ce secteur côtier, ces données permettent d’estimer les risques encourus par chaque habitation en cas d’inondation.

Le réchauffement climatique en cours devrait se traduire notamment par des tempêtes plus intenses et une élévation du niveau de la mer, menaces auxquelles les zones côtières sont particulièrement exposées. Or les caractéristiques physiques de ces milieux sont encore mal connues, notamment leur topographie précise, des données indispensables si l’on veut faire des prévisions.

Le projet interrégional CLAREC (Contrôle par laser aéroporté des risques environnementaux côtiers) a donc été mis en place en 2008 avec pour objectif d’améliorer la connaissance des risques environnementaux naturels encourus par les façades maritimes de la Manche et de la Mer du Nord dans le cadre du changement climatique, afin d’être à même de proposer des éléments d’aide à la décision pour minimiser l’impact de ces aléas climatiques.

Afin de dresser cette cartographie des risques littoraux, CLAREC s’est doté d’un instrument de très haute technologie, unique en France dans le domaine de la recherche publique, un scanner laser aéroporté appelé Lidar topographique, qui permet de dresser une topographie très fine du relief, avec une précision altimétrique et une densité de points au sol très élevées, tout en couvrant de grandes superficies avec un rendement pouvant aller jusqu’à 30 km2 à l’heure ce qui est d’un grand intérêt pour le suivi, par exemple, de l’évolution des plages.

L'avion bi-moteur de type Partenavia P68, vecteur d'acquisition des mesures lidar du projet CLAREC....
L’avion bi-moteur de type Partenavia P68, vecteur d’acquisition des mesures lidar du projet CLAREC. © Jean-Claude Brun-Cottan et Patrice BretelAu mois de juin dernier, à la demande et avec le soutien financier de l’INSU-CNRS, partenaire du GIS Clarec, un survol du littoral de la Vendée, en particulier de la commune de la Faute-sur-mer submergée lors de la tempête Xynthia en février, a été réalisé avec le Lidar topographique par l’équipe opérationnelle du projet Clarec afin d’en dresser une topographie aussi fine que possible.

Cette mission a été un succès. Pour la première fois sur de telles surfaces et dans ce secteur littoral, une précision altimétrique de l’ordre de 10 cm au sol et une densité brute d’acquisition des points laser de 9 points/m² ont été atteintes. Sur la carte ainsi obtenue, toutes les habitations, digues et arbres ainsi que de multiples petits détails sont parfaitement visibles.
Avec une telle topographie, il est possible moyennant des travaux de modélisation hydrodynamique de préciser l’extension d’une submersion, de désigner les maisons inondées, d’estimer les hauteurs d’eau dans chacune d’elle et donc d’évaluer la dangerosité de la zone littorale étudiée. Le zonage des dangers extrêmes sur les côtes de Vendée faisant encore débat, ces nouvelles données pourraient être particulièrement utiles pour améliorer de manière objective la connaissance des risques.

Par lettre adressée en mairie le 18 octobre 2010, monsieur le Préfet nous informe que la période de concertation initialement prévu du du 17 septembre au 17 novembre est prolongée jusqu’au 17 janvier 2011.
Voir l’original sur le site lafautesurmer.com

Le ministère de l’écologie a revu à la baisse le nombre de maison qui devront être détruites dans la cuvette de la Faute-sur-Mer, zone particulièrement touchée par la tempête Xynthia.

Lire la suite de cette entrée »

Xynthia : 632 maisons finalement en "zones d'expropriations" en Vendée

La préfecture de Vendée a indiqué lundi que 632 maisons figuraient au final dans les « zones d’expropriations » arrêtées par le gouvernement à La-Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer, victimes de la tempête Xynthia en février dernier.

La « zone d’expropriation » proposée lundi est plus restreinte que la « zone noire » ou « zone de solidarité » controversée qui avait été initialement annoncée le 7 avril, et qui touchait 823 maisons.

Sur les 632 maisons situées sur des parcelles jugées trop dangereuses pour être habitées, 494 ont déjà fait l’objet d’un accord de vente à l’amiable avec l’Etat, a précisé la préfecture lors d’un point presse.

Les propriétaires des 138 autres maisons, qui n’ont pas encore donné de réponse, attendaient la publication de ces zones d’expropriation, qui sont soumises à enquête publique, pour se prononcer.

Désormais, tous les habitants concernés « disposent d’un délai d’un mois, soit jusqu’au 18 novembre 2010, pour confirmer ou non leur intention de procéder à la vente amiable », a indiqué le ministère de l’Ecologie un peu plus tôt lundi dans un communiqué.

Seules les maisons qui n’auront pas été rachetées par l’Etat, pourront faire l’objet, au terme d’une enquête publique, d’une expropriation qui doit être décidée par la justice.

Le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, a par ailleurs précisé que la zone de solidarité définie en avril dernier « est maintenue », ce qui « permet à chaque habitant de bénéficier s’il le souhaite d’un engagement de l’État d’acquérir son bien ».

La préfecture a précisé qu’elle avait commencé à passer un marché pour la « déconstruction » de maisons déjà rachetées par l’Etat, qui devrait commencer début 2011.

Face à ce zonage plus réduit, « force est de constater qu’il y a eu une grande avancée, mais on avait demandé beaucoup plus », a déclaré le maire de la Faute-sur-Mer, René Marratier, lors du point presse de la préfecture.

« On a bien amélioré la situation. Les maisons à étage restent, c’est une bonne chose, mais je vais encourager les gens à se battre pour ceux qui veulent rester » quitte à contester l’expropriation, a pour sa part indiqué le maire de l’Aiguillon-sur-mer, Maurice Milcent.

Entre la cartographie faite le 21/09/2010 et celle du 18/10/2010

La Faute sur Mer

Format PDF, cliquez sur les lien pour télécharger les cartes correspondantes

carte_DUP_Arcais_151010

L’Aiguillon sur Mer

carte_DUP_LesCaves_151010

carte_DUP_LesSablons_151010

carte_DUP_PriseDuBois_LeGenie_151010

Communiqué de presse du ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer.

18.10.2010_-_Xynthia

LA ROCHE-SUR-YON, 18 oct 2010 (AFP) – Le ministère de l’Ecologie a publié lundi une nouvelle mouture déterminant les «zones de solidarité» ou «zones noires», considérées comme trop dangereuses pour y maintenir des maisons, sur les communes de la Faute et l’Aiguillon-sur-mer (Vendée), victimes de la tempête Xynthia en février dernier.

Les maisons situées dans ces zones, soumises à enquête publique, feront l’objet soit d’un rachat à l’amiable par l’Etat, soit, au terme de cette enquête publique, d’une expropriation.

Selon le communiqué du ministère, les parcelles concernées sont notamment «l’intégralité des habitations, avec ou sans étage, situées dans la cuvette centrale de La Faute-sur-Mer (…), cette zone n’ayant pas vocation à être habitée».

La tempête Xynthia a fait en tout 47 morts sur la facade Atlantique, et notamment dans cette cuvette où l’eau avait rapidement monté, puis stagné.

Sont également visées, «au sud de la rue du Ports des Yachts, l’ensemble des maisons sans étage situées dans le périmètre du rapport d’expertise» ainsi que «l’intégralité des habitations, avec ou sans étage, situées à la Pointe de l’Aiguillon (…), leur isolement ne permettant pas d’assurer une bonne intervention des secours en cas d’urgence», ajoute le communiqué.

Enfin «sur l’Aiguillon-sur-Mer (secteur des Glaireaux et des Caves), l’ensemble des maisons sans étage situées dans le périmètre du rapport d’expertise», ajoute le ministère.

«Des prescriptions devront être définies dans le plan de prévention des risques sur les maisons à étage qui sont conservées, afin que ces habitations n’abritent pas de pièces de sommeil dans leur niveau bas», précise le texte.

La zone de solidarité finalement décidée dans le rapport annoncé lundi est plus restreinte que celle qui avait été initialement annoncée le 7 avril dernier et de nombreuses ventes ont d’ores et déjà été réalisées.

M. Borloo a précisé à cet effet «que la zone de solidarité définie en avril dernier, qui permet à chaque habitant de bénéficier s’il le souhaite d’un engagement de l’État d’acquérir son bien, est maintenue».

Tous les habitants concernés «disposent d’un délai d’un mois, soit jusqu’au 18 novembre 2010, pour confirmer ou non leur intention de procéder à la vente amiable», indique le ministère.

«A ce jour, 599 habitations ont accepté une offre d’acquisition à l’amiable et 199 ventes sont effectives en Vendée, sur un total de 823 habitations bâties et d’une centaine de constructions légères en zone de solidarité», selon le ministère.

Une première version de ces nouvelles zones avait été stoppée le 21 septembre dernier sur intervention des élus locaux dont Philippe de Villiers, président du conseil général de Vendée, qui avait invité le gouvernement à «revoir sa copie».

Une centaine de personnes ont répondu à l'invitation de l'Avif, à l'Aiguillon-sur-Mer.

Une centaine de personnes ont répondu à l’invitation de l’Avif, à l’Aiguillon-sur-Mer.

Une centaine de personnes ont assisté aujourd’hui à l’Aiguillon-sur-Mer à la réunion organisée par l’Association des victimes des inondations de La Faute et de ses environs (Avif). Comme c’était le cas à La Faute-sur-Mer, le samedi précédent, la réunion s’est déroulée en l’absence de représentants du préfet ou du Conseil général. Une absence qui n’a pas empêché questions et remarques de fuser parmi l’assistance, formée pour l’essentiel de retraités et de propriétaires de résidences principales ou secondaires.

Qu’en est-il des propriétaires de maisons, exclues de la zone noire, alors qu’ils avaient déjà vendu leur bien aux Domaines ? Comment financer la réalisation d’une pièce de survie dans les habitations situées en zone rouge, lorsqu’on est trop âgé pour décrocher un crédit ? Pendant trois heures, les responsables de l’association ont tenté d’y voir clair parmi les informations contradictoires lancées ici et là et de répondre au mieux aux uns et aux autres.

  • Samuel Veillard a reçu la Légion d’honneur des mains du préfet Jean-Jacques Brot.

    Samuel Veillard a reçu la Légion d’honneur des mains du préfet Jean-Jacques Brot.

    Il est presque gêné d’être la « vedette » de l’après-Xynthia. Depuis la tempête, Samuel Veillard, chef du centre de secours de L’Aiguillon-sur-Mer, accumule les honneurs. Le 14 juillet, il était ainsi à la table des époux Sarkozy. En fin d’après-midi, sous les ors des salons de la préfecture, à La Roche-sur-Yon, il recevait encore les hommages de la République, cette fois-ci sous la forme de la prestigieuse Légion d’honneur. C’est Jean-Jacques Brot, le préfet, qui lui a remis la décoration. « Je n’oublie pas que ma récompense a été obtenue dans des circonstances particulièrement dramatiques au cours desquelles 29 personnes ont malheureusement perdu la vie. » Au cours de la cérémonie, Samuel Veillard, sorte de « héros » malgré lui, a profité de l’occasion, sous le regard de ses proches (sa femme, ses enfants, ses parents), pour rendre une fois encore hommage à ses collègues, venus en nombre. « Au cours de cette nuit tragique du 28 février, ils ont tous mené des actions remarquables ».
Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

+ 18 = 25

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
octobre 2010
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci