L’élaboration d’un Contrat Exceptionnel de Solidaratié territorial vise à

  1. Construire un nouveau projet de développement à l’échelle du territoire intercommunal des trois commmunes, La Faute-sur-mer, l’Aiguillon-sur-mer, la Tranche-sur-mer.

    • Urbanisme et habitat

    • Tourisme balnéaire

    • Activités portuaires et de plaisance

    • Métiers de la mer

    • Economie résidentielle

    • Environnement, milieux naturels et agriculture

  2. Mettre en oeuvre une assistance aux collectivités pour s’assurer de la pertinence, de l’opportunité et de la faisabilité de chaque projet.

Cette démarche s’appuiera sur une démarche participative et partenariale, dès le diagnostic et tout au long de la mise en oeuvre.Elle devra dépasser le cadre de la concertation institutionnelle des propositions retenues et mettre en place une dynamique de projet capable de mobiliser l’ensemble de porteurs de compétence et de moyens necessaires à la mise en oeuvre du programme d’actions.

DEFINIR UN CADRE DE REFERENCE PARTAGE

Les particularités du territoire du CEST nécessiteront une interrogation de fond sur l’avenir du territoire. C’est seulement à partir d’une stratégie nouvelle qu’il deviendra possible d’apprécier la pertinence et les modalités des projets à inscrire au CEST et d’assurer une mobilisation concertée et solidaire des différents acteurs.

La démarche proposée alternera expertise extérieure sous forme de diagnostices succints, synthèses et propositions et expertise locale dans le cadre des ateliers de concertation.

La démarche de co-production et de concertation du projet de territoire représente un enjeu majeur pour la réussite du CEST, par l’émergence d’un projet partagé et approprié par les acteurs , dont ils deviennent les porteurs.

La méthode proposée se distingue d’autres méthodes participatives par les caractéristiques suivantes :

– l’échange et le débat entre les participants se trouvent au centre, par le biais d’une succession d’étapes de travail courtes dont chacune comprend un travail en groupe et une restitution plénière;

– le travail aboutit à la mise en évidence des convergences sur lesquelles il devient possible de construire un projet partagé qui intègre des intérêts et préoccupations les plus divers;

L’implication active des acteurs locaux permet de dégager un potentiel d’action inédit dans un processur créatif et constructif;

Le processus de recherche de solution intègre tous les participants à un pied d’égalité, mais ne modifie pas les règles démocratiques de décision.

Ateliers de concertation

Un atelier de concertation réunira divers acteurs du territoire : élus, responsables techniques, représentant des partenaires institutionels, professionnels, associations, groupes d’intérêts, de sorte à créer un échange qualifié et transversal sur les choix stratégiques à effectuer.

Il est alimenté par un travail de diagnostic thématique et d’expertise des projets indentifiés. Ce travail préalable qui sera effectué par des spécialistes assurera la compréhension technique des enjeux et la pertinence des propositions et aboutira à la proposition d’outils d’aide à la décision pour formuler un plan d’action partagé par les différents partenaires du CEST.

Aussi , cette approche globale et transversale des enjeux permettra de définir les bases pour répondre efficacement aux sollicitations des collectivités et porteurs de projets.

EXPERTISER ET ACCOMPAGNER LES PROJETS PROPOSES

Au delà de l’étape initiale du projet de territoire, des spécialites assisteront la Région et les communes partenaires pour expertiser et accompagner les projets proposés et retenus.

11 réponses à to “Contrat Exceptionnel de Solidarité Territorial (Site officiel de La Faute sur Mer)”

  • Musette says:

    Ps : Partenarial et démarche paricipative et discussions avec les porteurs de projets veut dire :
    on met autour d’une table une mairie, des associations, des syndicats professionnels, des représentants de la Région, du département, du conseil général, on fait parler, on prend des notes et on fait un rapport de 40 pages, avec, c’est plus chic, quelques courbes, quelques statistiques, camenbers et autres power point…

  • Musette says:

    C’est la « novlangue  » actuelle, qui est l’art de dire des choses relativement simples avec une fausse conceptualisation !
    On a la même chose, maintenant, dans tous les secteurs d’activité. C’est la même phrasologie partout. Que vous fabriquiez des chaussures, que vous soyez une banque, une assurance, un hopitâl ou une association. Ça vient de pénétrer la culture et l’université …Pour faire moderne coco, et renvoyer toutes les manières de dire et de faire ( et accesoirement notre culture) à de vieilles manières archaïques !…directement issu des managements made USA, cette technique participe à la rage évaluative actuelle Ne vous y trompez pas, l’externalisation des études à des cabinets de conseils, dont tout le savoir faire est procéduré, est une plaie, mais il est possible de s’en emparer, si on en n’ est pas dupe. Les solutions sont souvent déjà dans les tuyaux et on fait semblant de faire participer les « acteurs » de terrain en leur demandant leur avis ( solution participative), mais la manière dont les choses reviennent ( car c’est retraité par les dits cabinets) est souvent étonnante ! Le charabia abonde ! Si on regarde bien, ce texte peut tenir en trois lignes.
    Reste qu’il faut s’en emparer et essayer de faire remonter quelque chose vers les commanditaires. Est « porteur de projet », quiconque a un rôle économique et/ ou social sur un territoire.

  • Claude 77 says:

    Aujourd’hui c’est dimanche on a un peu de temps pour lire et décortiquer toutes les infos qui circulent sur ce blog. Je rejoins ce que dit BILDAN même en lisant à l’envers on a du mal à comprendre. Alors , j’aimerais que des experts en langue française de base, me donnent des explications sur l’un des premiers § : » Cette démarche s’appuiera sur une démarche participative et partenariale…etc…(si mon petit fils avait répété le même mot dans une phrase il aurait pris ..??

  • MA says:

    Pour nous hauteur du seuil de la maison: 2,88m NGF. hauteur d’eau dans la maison 0,95m.
    donc hauteur reelle de l’inondation dans notre coin : 3,83m NGF.
    tout depend d’ou on se situait par rapport aux lieux ou l’eau est passée et des terrains intermediaires qui ont pu faire obstacle à l’écoulement d’eau.
    Et nous sommes toujours en zone noire.

  • Cominfo says:

    Bonjour,
    j’ai bien lu !
    Et moi 4.01 m GNF!
    nous allons bientôt être d’accord !
    Pour le reste, beaucoup de travail pour très peu d’effet !

  • BILDAN says:

    Je prie instamment COMINFO d’excuser par avance la pointe de mauvais esprit qui pourrait être ressenti à la lecture de ce commentaire.
    – Les infos régionales circulent à la vitesse des lumas (voir cagouilles)
    – Même en lisant le texte à l’envers je n’ai pas trop compris ce texte écrit en langue de bois.
    – Je lis qu’il sera question d’un processus participatif. Le nombre de réunions d’information pour expliquer comment nous allons être aidé laisse entrevoir qu’il faut s’attendre au pire.

    Je ne retiendrai que :
     » – l’échange et le débat entre les participants se trouvent au centre, par le biais d’une succession d’étapes de travail courtes dont chacune comprend un travail en groupe et une restitution plénière; »

    Voyons c’est limpide, les participants vont débattre et échanger au cours de courtes réunions de travail, et ensuite une longue réunion plénière où un secrétaire tentera de sortir une idée claire. Sur quels sujets les participants vont-ils discuter: sur l’avenir de la commune, sur le bien être des habitants…
    Nous pouvons être rassurer, le premier acte de cette démarche est lancé, le BUREAU D’ETUDE a été choisi. Le sujet d’étude … nous le découvrirons plus tard, si les compte rendus sont publiés,

    Restons positifs: Au moins la région pense à nous.

    Sans aucun rapport avec ce qui précède, dans mon terrain l’eau est montée à 4.05mNGF foi de géomètre , pas 4.5 ou 4.7m NGF, seulement 4.05m NGF. Qu’on se le dise.

  • Dominique says:

    Nous sommes allés au cinema hier voir « Potiche » de François Ozon. pour notre plus grand amusement le personnage interprété par Gérard Depardieu (député-maire communiste de Ste Gudule) s’appelle Maurice BABIN…
    Tout au long du film, ce nom est agrémenté de qualificatifs divers : immonde,ignoble,etc …
    Quelle coïncidence!
    Toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite …

  • Cominfo says:

    Bonjour,
    j’ai bien lu !

  • Brigitte Devilez says:

    Voilà le dernier article publié le 9 octobre sur le site de la région à ce propos:

    « Dévastées après le passage de la tempête Xynthia en février dernier, les communes de La Faute-sur-Mer, l’Aiguillon-sur-Mer et La Tranche-sur-Mer doivent désormais entièrement repenser leur aménagement et leur développement humain et économique. Une tâche importante pour laquelle la Région souhaite les épauler à travers un contrat exceptionnel solidaire de territoire (CEST), en parallèle des aides accordées au titre du plan « Tempête ».

    Elle a confié l’assistance à maîtrise d’ouvrage de ce CEST à une équipe pluridisciplinaire coordonnée par la société SCE, le titulaire du marché retenu à l’issue d’un appel à projets. Cette équipe apportera aux communes un appui méthodologique et stratégique pour toutes les questions d’urbanisme, d’habitat, d’environnement, de développement économique, du tourisme, de la démocratie territoriale… « 

  • Jean-Pierre says:

    …Vu sur le site de la Marie de La Faute sur Mer… et ça date de deux mois après la tempête.

    Un contrat de solidarité territoriale.
    Deux mois après le drame provoqué par la tempête Xynthia, Jacques Auxiette, président du Conseil régional, est revenu sur la côte vendéenne pour faire un point sur la mise en œuvre du Plan régional en rencontrant des sinistrés, des professionnels et des élus locaux.
    Au-delà de l’urgence, et alors qu’une campagne de promotion touristique est lancée depuis le début de semaine , le Conseil régional souhaite continuer à accompagner le territoire de manière durable, avec un projet de Contrat exceptionnel de solidarité territoriale (CEST) présenté aujourd’hui.

    http://www.dailymotion.com/video/xd94b9_tempete-en-vendee-un-contrat-de-sol_news#from=embed

  • Cominfo says:

    Bonjour Madame Brigitte Devilez,

    Tous mes sincères remerciements pour cette rapide mise en ligne!

    Voilà qui est un vrai et bon sujet constructif, mais j’espère que les mauvais esprits n’y reviendront pas au galop !

    Je serai un lecteur attentif et très passionné !

    Avec mes distinguées salutations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

73 − 69 =

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
novembre 2010
L M M J V S D
« Oct   Déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci