Archive pour le 8 décembre 2010

La tempête Xynthia a fait 29 morts en Vendée le 28 février. Y a-t-il des responsables ? C'est ce que devra déterminer l'enquête, menée jusque-là par le parquet des Sables, et désormais confiée à un juge d'instruction. / Photo : Joël LE GALL.

La tempête Xynthia a fait 29 morts en Vendée le 28 février. Y a-t-il des responsables ? C’est ce que devra déterminer l’enquête, menée jusque-là par le parquet des Sables, et désormais confiée à un juge d’instruction. / Photo : Joël LE GALL.
Un juge d’instruction reprend le dossier. Depuis le drame, une centaine d’auditions ont été menées. « Une enquête longue et complexe », commente le procureur, Thierry Dran.

Entretien
Thierry Dran, procureur de la République des Sables-d’Olonne.

Le 15 novembre, quarante victimes de la tempête Xynthia se sont constituées partie civile. Qu’est-ce que cela change dans l’enquête ?

Un juge d’instruction a été saisi le 29 novembre. C’est ce que prévoit la loi. Il s’agit de Yannick Le Goater, le seul juge d’instruction des Sables. L’intérêt pour les victimes est d’avoir accès au dossier, même si je m’étais engagé à leur communiquer. J’étais prêt à continuer l’enquête, mais c’est leur choix, je le respecte. Le juge d’instruction va reprendre la procédure en cours. Cette semaine, par exemple, des auditions sont encore menées.

Depuis le 28 février, qu’est-ce qui a été effectué ?

On a déjà six ou sept tomes ! Dès le début, et sans attendre les plaintes, j’ai ouvert une enquête préliminaire. Depuis, plus d’une centaine de personnes ont été auditionnées pendant plusieurs heures, en qualité de témoin. Il n’y a pas eu de gardes à vue. D’abord, il fallait dresser un état des lieux. Que s’est-il passé exactement ? Des constatations ont été faites sur le terrain. Nous avons entendu les secouristes, quasiment toutes les familles de victimes, les survivants… Ensuite, nous avons travaillé sur la gestion de l’urbanisme, d’une part. Les digues étaient-elles assez hautes, par exemple ? Là, c’est un travail de titan, qui consiste à étudier une masse de documents. Les permis de construire ont été accordés à des époques différentes, les lois sont complexes… D’autre part, nous nous sommes intéressés à la gestion de l’alerte. Des responsables nationaux, régionaux et départementaux de Météo France ont été auditionnés. Nous voulons aussi retracer toutes les réunions de crises organisées avant et pendant l’événement. Le préfet n’a pas encore été entendu mais il le sera.

Sur quelles hypothèses travaillez-vous ? Peut-on déjà déterminer certaines responsabilités ?

L’enquête confirme que la cause du drame est un phénomène de surverse. La surcote était de 1,5 mètre, l’eau est passée au-dessus de la digue. Selon les météorologues, une conjonction de facteurs très rare s’est produite : vent, hauteur des vagues et coefficient de marée. Sur d’éventuelles responsabilités, c’est beaucoup trop tôt pour le dire.

Qui réalise les auditions ? Comment le dossier s’articule-t-il avec la procédure en cours en Charente-Maritime ?

L’enquête a été menée par la section de recherche d’Angers et la brigade de recherche des Sables. Des renforts ont été envoyés par la direction générale de la gendarmerie, ce qui a permis de mettre en commun, avec La Rochelle, quelques éléments, liés à la météo, notamment. Mais à part ça, la problématique est différente. En Charente-Maritime, il n’y a pas eu une concentration de victimes comme à La Faute. Cela s’est produit sur un territoire plus vaste.

Comme pour d’autres catastrophes, y aura-t-il un jour un grand procès Xynthia ?

Difficile à dire. Il faudrait que des infractions pénales soient constatées. Nous sommes trop tôt dans la procédure pour le savoir. C’est une enquête très longue, très complexe. Humainement, c’est difficile : j’étais sur place lorsqu’on a dénombré les 29 victimes, les témoignages des survivants sont très poignants… Je comprends que, pour les victimes, ça n’avance pas assez vite. Mais on ne veut écarter aucune hypothèse, ne fermer aucune porte, ne rien oublier. Il y en a peut-être encore pour 18 mois ou deux ans… Mais si l’enquête avait été bâclée, on nous l’aurait reproché.

Recueilli par

Matthieu MARIN.

Une enquête sur les circonstances des 29 décès survenus lors de la tempête Xynthia le 28 février à La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-mer a été confiée à un juge d’instruction des Sables-d’Olonne, a indiqué mardi à l’AFP le procureur des Sables-d’Olonne, Thierry Dran. Le juge d’instruction Yannick Le Goater mènera l’enquête pour « homicide involontaire », « mise en danger de la vie d’autrui », « abstention de combattre un sinistre » et « prise illégale d’intérêt », a-t-on précisé de même source. Cette enquête prend la suite de l’enquête préliminaire menée par le parquet depuis le lendemain de la catastrophe, qui compte déjà plusieurs tomes de documents et près d’une centaine d’auditions, a souligné M. Dran qui a indiqué qu’il n’était « pas à l’ordre du jour » de dire si elle déboucherait ou non sur des mises en examen. Le 15 novembre dernier l’Association des victimes des inondations du Sud-Vendée (Avif) ainsi que 40 victimes à titre individuel de la tempête Xynthia ont réitéré leur plainte pour les même motifs que ceux de l’enquête et se sont en outre constitués partie civile afin d’accéder au dossier ainsi que la loi le leur permet. Quatre enquêtes préliminaires sur la tempête Xynthia, qui a causé la mort de 47 personnes en France, ont été ouvertes par les procureurs de la République de La Roche-sur-Yon, des Sables-d’Olonne, La Rochelle et Rochefort. Depuis le 16 septembre, c’est la direction générale de la gendarmerie nationale qui est chargée de ces enquêtes préliminaires pour éviter les doublons entre les sections de recherche régionales (Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes) jusque-là saisies.

Y a-t-il des responsables ? Neuf mois après la tempête Xynthia, qui a fait 29 morts en Vendée le 28 février, l’enquête est confiée au juge d’instruction des Sables-d’Olonne, Yannick Le Goater. Il a été saisi le 29 novembre, suite au dépôt de plainte, avec constitution de partie civile, de quarante victimes et de l’association Avif.

Jusque-là, la procédure était dirigée, dans le cadre d’une enquête préliminaire, par le procureur de la République. Une centaine de personnes ont été auditionnées, en tant que témoins : victimes, familles de disparus, secouristes, responsables Météo-France, etc. Va-t-on vers un grand procès Xynthia ?

« Trop tôt pour dire si des infractions ont été commises », répond Thierry Dran, procureur des Sables.

Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Vigilance

Détail Vendée

Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Sondage récent

Le changement de nom de la commune en "La Faute-sur-Mer la Presqu'île"

  • Je suis contre (84%, 213 Votes)
  • Je suis pour (12%, 31 Votes)
  • Je n'ai pas de position (4%, 10 Votes)

Total Votants: 254

Loading ... Loading ...
Historique
décembre 2010
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci