Lors de la réunion publique du 15 décembre 2010, Madame Lagarde, Sous Préfet des Sables, a fait, à titre personnel, des promesses qui ne correspondent pas à la position officielle de l’Etat. Une partie du public, sortie satisfaite de cette rencontre, risque d’avoir des désillusions lors de la présentation finale de ce plan.

L’AVIF aimerait souligner la nécessité absolue de la mise en place de ce PPRI, ainsi que du Plan Communal de Sauvegarde, avant la fin de l’été 2011. En effet, il est difficile d’imaginer, pour la population un deuxième hiver en état de danger. L’AVIF insistera auprès des services de l’Etat pour que ceux qui souhaitent réaliser les prescriptions puissent le faire le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions financières.

Nous regrettons également que les victimes de Xynthia et les zones d’extrême danger qui demeurent dans notre commune n’aient pas été évoquées. Cela aurait permis de mettre l’accent sur les objectifs principaux d’un PPRI : la non augmentation des populations dans les zones à risque, la protection des habitants et la réduction des dommages par une adaptation du bâti existant.

Le dimanche 6 mars, l’AVIF organisera une journée de commémoration en hommage aux victimes de la tempête.

18 réponses à to “AVIF: COMMUNIQUE DE PRESSE”

  • Fourment says:

    A tous les sinistrés ,je vous adresse une pensée particulière en ce jour de rassemblement familial , avec tout mon soutien sincère et solidaire pour ceux touchés dans leurs chairs : Noel 2010 restera sculpté dans nos mémoires et dans nos coeurs .
    En souhaitant un avenir plus serein aux habitants de la faute : pour cela ,il faudra continuer ensemble à se défendre pour obtenir une vraie protection de notre commune .
    Cordiales salutations

  • Fourment says:

    Patrick: l’anglais n’a pas d’importance et Musette l’a parfaitement exprimé ;il nous arrive parfois d’être déviant involontairement (je suis trop « usé » pour m’amuser à « faire bien » et je trouce cela inutile, le temps est précieux)

  • Bonjour à Toutes et Tous, et passez les fêtes le plus agréablement possible. Je penserai à Vous, nous qui sommes si loin de la Faute , mais gardons nos souvenirs de vacances et d’amitiés avec toute sa fraicheur.

  • Brigitte Devilez says:

    En ces jours de fêtes, j’ai une pensée particulière pour les familles de victimes.
    J’espère que vous passerez cette période entourés de personnes qui sauront vous faire retrouver le sourire.
    Je voudrais vous renouveler tout mon soutien et mes sincères amitiés.

  • musette says:

    Patrick,
    parler anglais peut être, dans le contexte, amusant, un trait d’esprit, une note d’humour… Ne le prends pas mal. je crois que personne n’a voulu être désobligeant, ou blessant. Fourment parlait du monde industriel où les références anglaises, américaines en fait, sont devenues incontournables, jusqu’à obliger les cadres en France, comme chez Renaut, à parler anglais pendant les réunions…Tu imagines ?
    Allez, Merry Chrismas !
    Non, je rigole…

  • Bonjour à toutes et tous, même si vous pensez que cela « fait bien » de parler anglais, tout le monde ne comprend peut être pas ce que vous dites. Patrick préserve le français, sachant que tout le monde n’a déjà pas internet, restons avec une information compréhensible de tous.

  • Musette says:

    Noël est arrivé.
    Épreuve terrible pour ceux qui ont perdu des êtres aimés en février.
    Je voudrais leur dire que nous serons nombreux à penser à eux, et que la lutte que nous avons entrepris dans ce blog d’une part et à l’AVIF d’autre part, a pour but de faire toute la lumière sur ce qui a rendu possible ces décès et ne rien làcher sur la protection raisonnable de tous.
    Nos amicales pensées vous accompagnent…

  • Musette says:

    Yes, my dear !
    L’intérêt général protège forcément les individus.. Mais pour autant qu’on prenne la peine de parler en son nom et de permettre que cela soit expérimenté par les individus…Ou bien que ceux qui seraient tentés de jouer perso se sentent censurés…
    Ça fait 20 ans que le discours de l’intérêt général est aboli à La Faute, d’où le foisonnement de « moi, je « , « mes intérêts », « mon fric », jusqu’à un exemple récent d’une association de pyromanes qui s’est montée pour étudier comment continuer de mettre le feu, quand on a la gendarmerie à ses trousses !…

  • Fourment says:

    « better to anticipate successfully instead of crying after the event  » ,plus banal et commun comme chacun sait : mieux vaut prévenir que guérir,ce ne fut pas le cas mais l’évènement étant passé ,orientons la matière grise et l’énergie clairement disponibles sur ce blog le plus possible vers une critique constructive pour cet objectif commun qui est d’assurer la sécurité des fautais « principaux et secondaires »en réduisant le plus possible les impacts individuels
    Objectif que l’AVIF a su poursuivre et maintenir ,je pense , avec une bonne efficacité .

  • Musette says:

    What do you want to say, my dear ?

  • Fourment says:

    Patrick , expression imagée mais trés employée chez les industriels :
     » It’s easy to be clever after the event  »
    cette simple phrase mérite réflexion pour nombre d’entre nous !!!

  • Il eut été remarquable de lui faire remarquer son oubli devant l’assemblée et la presse….voilà ce que je veux dire !

  • Elfes says:

    Bonjour
    Sérieusement, Patrick, est-ce qu’il n’est pas légitime d’attendre après un tel drame qu’une réunion publique avec les représentants de la Préfecture commence par un hommage aux victimes !?
    Cordialement

  • Bonjour à toutes et tous, ne pas oublier que c’est bien le peuple de la Faute qui a élu sont conseil municipal, qui a élu son maire….
    Preuve que c’est bien avant qu’il faut agir, car après se sont les procédures qui durent, pour que le peuple oublie….
    Alors si le Maître de séance a oublié de parler des 29 morts de la faute, il suffisait qu’une seule personne se lève et en parle… et le préfet en aurait parlé ! ! !

  • Musette says:

    La formation des Préfets, sous Préfets et autres représentants de l’État leur apprend à ouvrir un débat, avec souvent un ton compassé et un peu artificiel propres à ce genre d’exercice. D’une certaine façon, ils posent le cadre de leur intervention. L’hommage aux disparus était un devoir, à partir duquel l’État pouvait situer sa préoccupation de la sécurité des personnes, plutôt que de l’amener à propos de la protection d’un batracien à pattes jaunes !!… Ce qui aurait permis aussi, ça c’est le B.A BA de l’exercice, de situer le débat. Ce rappel permettait d’éviter les « moi-je », les  » moimoi », les « que je, personnellement je »…qui sont inadmissibles dans le contexte morbide où nous sommes ! Mais, la démagogie et le lissage des problèmes de fond, l’ont emporté sur le vrai débat et ses enjeux, en présence d’un maire morveux et, incapable du moindre hommage oral aux morts de sa commune.

  • Dominique says:

    A la décharge des organisateurs, il faut dire que tout le monde voulait parler de son cas personnel et que le temps prévu par la réunion n’a pas suffit …
    Piètre consolation …

  • Elfes says:

    Bonsoir à toutes et tous
    Juste une précision : si le PPRI ET le plan de Communal de sauvegarde ne sont pas approuvés rapidement (apparemment été 2011), nous risquons de vivre un deuxième hiver d’après-Xynthia, (donc un troisième en état de danger) sans avoir pu prendre de mesures raisonnables de protection.
    Bien que résidents secondaires, nous venons régulièrement, même en hiver… et nous pensons toujours aux résidents permanents, qui n’ont d’autres choix que de surveiller la météo, en attendant que l’Etat nous dicte à tous ce quyi est bon pour nous.
    Enfin, je dis « tous », mais je devrais dire « tous les survivants »… l’Etat n’ayant par encore trouvé les mots, ni les maux pour les disparus !?
    Disparus d’ici bas, mais certainement pas des mémoires, ni des actions en cours, ni des réflexions à mener pour l’avenir ; car il faut bien envisager un avenir, et cela ne peut se faire qu’avec ces disparus, pas en les occultant.
    Bien cordialement
    (en attendant, je me documente sur cette bête rare, le lézard à pattes jaunes)
    😉

  • Musette says:

    C’est quand même énorme que les victimes n’aient pas été évoquées!!!…
    Dans ce contexte de 29 décès par noyade, ceci constitue un évitement, quasi phobique, qui en dit long sur l’état des services de la Préfecture, tournés vers la gestion. Ce n’est qu’en creux, à propos d’un batracien un peu bizarre, voire inexistant, qu’ils furent mentionnés …
    Les familles apprécieront.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

+ 12 = 17

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci