A l’heure des cérémonies à La Faute-sur-Mer, un an après la tempête meurtrière, le petit village de Vendée se déchire dans une lutte fratricide. Certains veulent pourtant bâtir l’avenir.

 

Renaud Pinoit, le très actif vice-président de l’Avif MaxPPP

Larmes et recueillement, dimanche matin, sur les berges du Lay. Un semblant de trêve dans la guerre fratricide que se livrent les habitants de La Faute-sur-Mer (Vendée) depuis quelques semaines. Un silence assourdissant troublait cette cérémonie du souvenir en mémoire des 29 morts de la tempête Xynthia : celui de l’absence de plusieurs familles de victimes. « Ces personnes ne voulaient pas d’un hommage en présence du maire de La Faute, René Marratier, qui n’a jamais eu le moindre mot à leur égard », explique Renaud Pinoit, le très actif vice-président de l’Avif (Association des victimes des inondations de La Faute-sur-Mer). Ces familles ont choisi d’organiser leur propre célébration dimanche prochain. Et n’y ont pas convié René Marratier. Un camouflet pour le maire de ce village de 650 habitants, le plus touché par la tempête.

Un maire dans la tourmente

Il faut dire que depuis la tempête, La Faute-sur-Mer rejoue Les Rivaux de Painful Gulch, cet album de Lucky Luke où les familles O’Timmins et O’Hara se déchirent sans plus savoir pourquoi. Entre opposants et partisans du maire, le combat est sans merci. Les premiers lui reprochent d’avoir laissé construire dans des zones à risque et de ne pas avoir fait évacuer le soir de la tempête. Les seconds rétorquent que les familles de victimes cherchent à tout prix un coupable à une catastrophe naturelle. Jusque récemment, on lavait encore son linge sale en famille, et si certains ne se saluaient plus dans les rues, bien qu’ils aient été à l’école ensemble, la loupe des médias n’avait pas encore grossi le trait.

Or, le 30 janvier dernier, un reportage de Zone interdite (M6) met le feu aux poudres. Il présente le maire, René Marratier, comme largement responsable du désastre à cause de sa politique d’urbanisation et de spéculations immobilières destinées à favoriser les entreprises de certains élus locaux. « Mensonges, calomnies ! » crient aussitôt ses partisans les plus proches, comme Serge Claveau, pépiniériste et conseiller municipal depuis 2008. « Il n’a que ce qu’il mérite ! », rétorque Marie-Christine Renou, pharmacienne sur le rond-point à l’entrée du village, l’une des plus virulentes contre l’édile.

Projets d’écotourisme

Le principal intéressé se dit blessé par la « vindicte populaire ». Le parking de La Faute est régulièrement tagué du mot « Démission ». Le maire reçoit des lettres anonymes. Et sur le site Internet de l’Avif, des commentaires suggèrent sa mort comme solution. René Marratier a porté plainte contre la chaîne pour diffamation. Et se concentre sur l’avenir : « Nous attendons le plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) qui déterminera l’aménagement du territoire avec les contraintes et les interdits. Mais nous avons de nombreux projets de développement d’écotourisme avec les communes alentour. »

On lui reproche son absence dans les jours qui ont suivi le séisme et son manque de compassion. « Il est maladroit et incapable de s’extérioriser », reconnaît Serge Claveau. « Il était tétanisé par les événements », avance Maurice Milcent, le maire de la commune voisine, L’Aiguillon-sur-Mer, qui le connaît depuis toujours. « Les grandes douleurs sont muettes », lui concède le vieil employé de l’Hôtel de la Plage, citant Sénèque. « C’est un homme bien », ajoute-t-il.

« Les morts méritent qu’on soit positifs »

La Pharmacie Océane est devenue un fief des opposants. « René Marratier ne mène aucune politique pour la commune, dénonce Marie-Christine Renou.Rien pour le social, pour le culturel, pour que les jeunes restent chez nous. Il n’y a que l’urbanisme qui l’intéresse. On voit le résultat ! Nous avons pourtant alerté sur les risques… » La pharmacienne s’est déjà présentée trois fois aux municipales, sans succès. Dans la petite station balnéaire en ébullition, certains murmurent que cette femme d’une cinquantaine d’années, la silhouette sèche, profiterait de l’émotion suscitée par Xynthia pour mener une nouvelle campagne. Elle s’en défend : « Je ne compte pas me représenter en 2014. Je ne veux pas profiter de la faiblesse actuelle de Marratier. »

Les tensions empêchent la station balnéaire de regarder l’avenir. Pourtant de nombreux habitants s’indignent de cette guerre qui leur gâche un peu plus la vie. M. Pham, le directeur du Casino des Dunes, très investi dans les projets de réserve ornithologique de la Pointe d’Arçay, veut croire à un futur prospère. « Les morts méritent qu’on soit positifs, et il faut penser aux survivants. Aujourd’hui, les plantes commencent à repousser dans les jardins condamnés de la zone noire. Je veux y voir un signe que nous sommes capables de rebondir. »

Les commerçants écopent

Un an après Xynthia, les commerçants n’en finissent pas d’écoper. Fermeture du camping municipal de 4.000 places, départ de près de 400 personnes sinistrées… Les curieux de passage ne suffisent pas à faire marcher les affaires : – 30 % pour le salon de coiffure de Viviane Michel ; – 80 % pour le PMU la Terrasse, actuellement en vente ; – 15 % pour le Super U… Vincent Boineau, propriétaire du Nautile, la boutique d’articles de plage, a vu, lui, son chiffre baisser de 20 %. « La Faute ne s’en relèvera pas », assène, la voix tremblante, cet homme bourru. Il souhaiterait vendre, mais « qui voudra acheter la boutique ? Je n’ai pas été sinistré le jour de la tempête, j’ai tout perdu quand même, mais pour nous il n’y a pas d’indemnisation prévue. »

Une image d’espoir

Pourtant, certains croient à un avenir. Nathalie Rompillon, la jolie propriétaire de la Boucherie Artisanale, ne baisse pas les bras : « Nous avons des plages magnifiques, les campings ont déjà des réservations pour cet été. Je suis sûre que les gens ont envie de revenir. » Il y a juste un an, alors que la mer déferlait sur le village, la Boucherie Artisanale s’agrandissait, passant de 60 m² à 300 m². Flambant neuve, la boutique a nourri les Fautais tout l’hiver et montré chaque jour un visage souriant : « Notre magasin a remonté le moral de tout le monde. Il symbolise une ouverture sur l’avenir, une image d’espoir. »

 

76 réponses à to “Un an après Xynthia : Un petit village en guerre (France Soir)”

  • Kelio says:

    Je partage ton point de vue Musette ! Il me semble plus rassurant de savoir qu’un lieu de villégiature s’organise contre un éventuel aléa, plutôt que de constater qu’il persiste dans le déni pour, contre toute attente, « rassurer » les touristes !
    La stratégie actuelle consiste donc plutôt à spéculer sur l’ignorance desdits touristes (et même à la cultiver, en observant un silence de « bon aloi » sur les sujets embarrassants)…

  • Musette says:

    Ce silence prôné comme solution pour la commune est lié à la croyance que le touriste – et son carnet de chèques – serait comme paralysé d’effroi et ne viendrait pas à La Faute, parce que ces salauds de sinistrés feraient des misères au maire .
    Moi je crois que de l’avoir vu à la télé à plusieurs reprises affirmer que prendre des mesures de protection en tout genre ne sert à rien, peut être très dissuasif quand on vient avec femme et enfants en vacances !
    La connerie qui plombe cette commune me laisse pantoise tout de même ..

  • Brigitte Devilez says:

    Merci Kelio de nous remonter le moral….
    J’ai recherché dans ma bibliothèque ce livre sur le cercle des amateurs d’épluchures de patates… impossible de mettre la main dessus. Je prête tous mes bons bouquins, cela permet à d’autres d’en profiter! Et peut-être de rentrer dans ce cercle somme toutes assez peu secret… grâce à ce blog.

  • Kelio says:

    Grrr ! Fausse manip… Mon commentaire est parti avant d’être terminé… Je reprends :

    Ce qui m’inquiète aussi, c’est cette tentative grossière d’inverser les responsabilités, de renverser le rapport à cette catastrophe. Ce que nous dit Mariem, c’est qu’il n’y aurait pas de problème si il n’y avait pas de voix pour clamer l’indignation bien légitime des victimes.

    De fait, celà revient à faire de ces victimes les responsables des tensions qui règnent à La Faute, puisque ce sont ces victimes qui parlent. C’est celà qui est inacceptable. C’est là que s’opère le renversement qui consiste à faire des responsables des victimes et à transformer les victimes de Xynthia en irresponsables qui conduiraient La Faute à la ruine.

    Derrière tout çà, il y a du déni, de la bêtise, de la perversité.

    De plus, le silence et l’oubli prônés par Mariem portent en eux les germes du totalitarisme. C’est aussi cela qui me gêne. Pourquoi faudrait-il se taire ? En quoi les victimes et ceux qui les soutiennent seraient coupables (« fautifs » ?) de mettre la commune face à ses responsabilités ? Cela ne se fait pas ? C’est gênant pour le conseil municipal ? Cela dénoterait un manque de compassion pour ledit conseil qui éprouve « quelques » difficultés depuis 1 an ?

    Et alors ? Est-ce que cela pèse si lourd dans la balance, quand on sait que 29 personnes ont perdu la vie à La Faute et que des centaines d’autres ont été sinistrées ?

    Pour casser le cercle vicieux dans lequel des inconscients tentent de nous embarquer, il y a la fuite, mais çà ne résoud rien. Il y a aussi la parole, le droit d’expression, la recherche de la vérité.

    C’est sur ce terrain que travaille l’AVIF, en dépit des menaces, des allégations mensongères, des intimidations. C’est sur ce terrain que l’AVIF gagnera. J’en suis convaincu.

  • Kelio says:

    @ Brigitte

    En notre qualité d’amateurs d’épluchures de patates, je propose de continuer à nous tutoyer… (private joke, pardon pour les autres lecteurs…).

    Ce qui m’inquiète aussi, c’est cette tentative grossière d’inverser les responsabilités, de renverser le rapport à cette catastrophe. Ce que nous dit Mariem, c’est qu’il n’y aurait pas de problème si il n’y avait pas de voix pour clamer l’indigna

  • Soizic29 says:

    Et bien, ceux qui critiquent Mariem ont droit à 2 pouces rouges !
    En attendant, on viendra dimanche avec un bouquet de jonquilles du jardin.
    à dimanche, mes amis

  • Brigitte Devilez says:

    Intéressant, ce concours pour les jeunes de 7 à 18 ans! J’espère que les enseignants iront y jeter un oeil et se lancer, peut-être, dans le projet.

  • Loutron says:

    Bonjour,
    Je découvre cette initiative
    http://www.prim.net/concours/
    qui me paraît intéressante.
    Je pense tout particulièrement aux jeunes, enfants ou ados, qui ont vécu de près ou de loin le drame, et qui pourraient trouver ici une sorte de débouché positif de ce vécu traumatique.
    Exprimer, comprendre, mettre à distance…
    Mais c’est peut-être trop tôt pour La Faute ?

  • Brigitte Devilez says:

    Kelio,
    Le commentaire que vous publiez est effectivement très représentatif du point de vue des soutiens du roitelet.
    Le plus grave ne serait pas l’erreur commise mais le fait qu’on en parle
    La critique mettrait en danger la « reconstruction » de la commune
    Seul le roitelet pourrait nous sortir de la situation désastreuse où nous sommes
    L’équipe municipale est victime d’une cabale organisée par l’opposition

    Nous en arrivons à la conclusion qui ne manquera pas d’être tirée d’ici quelques mois : la débandade économique, les déconstructions, le PPRI et les conséquences de Xynthia seront mises sur le dos de ceux qui ont osé la critique.

    C’est affligeant de bêtise mais comment arrêter ce cercle vicieux, comment faire comprendre à ceux qui ne veulent pas voir ?
    Un désastre, 29 décès, une gestion lamentable de la crise, une incapacité à rebondir, des erreurs énormes de communication……ne suffisent pas à les faire réfléchir autrement. Ils sont scotchés à leur gourou et attendent de lui la solution miracle.
    Surprenant pour ceux qui ne sont pas sous l’emprise…..
    On m’a dit un jour que le seul moyen d’échapper à un manipulateur, c’est la fuite.
    Faudra-t-il qu’un jour, La Faute se vide de tous les opposants au roitelet? Alors qu’il suffirait de la démission de quelques uns pour que la sérénité revienne!

  • Kelio says:

    Puisque mon commentaire n’a pas été publié sur le site de France Soir, je réagis ici à un post publié sous le nom de Mariem (qui doit probablement distribuer des pouces rouges sur ce blog…). Voici le texte :

    « Mariem, le 2 mars à 15:00
    xynthia

    Votre article, bien que très critiqué sur le blog « indépendant » lafautesurmer.net (vous en avez un aperçu dans « les réactions à cet article : ce sont les mêmes personnes qui s’expriment), est malheureusement le reflet de ce qui se passe dans notre commune. Il y avait déjà des tensions depuis les inondations mais elles ont été exacerbées par le reportage (très orienté) de M6.
    Merci M6. Dans ces conditions là, tenter de se reconstruire après ce que nous avons vécu : c’est quasi impossible…
    Vivement que les médias nous oublient un peu. Ce sera sûrement le cas dans quelques jours. Espérons… »

    Vous le constaterez, l’indépendance du blog est remise en question : on le sait, ce blog est vendu à l’AVIF ! Quelle horreur !!! Et l’indépendance par rapport à la mairie et au pouvoir politique ? Cà n’a pas de sens ?
    Les critiques de l’article sont également remises en cause, en ce qu’elles illustreraient ce qui se passe actuellement à La Faute (sic !). Doit-on comprendre que se taire face à l’incurie de la municipalité est la meilleure solution pour régler les problèmes ? J’avoue avoir du mal à le croire !!!
    Enfin, l’émission sur M6 serait un frein à la « reconstruction » (notez l’ambivalence du terme dans le contexte d’un urbanisme effréné : Madame Babin, sortez du corps de Mariem !!!). Doit-on comprendre que le silence et l’oubli sont les meilleures solutions pour calmer les esprits ? Ne faut-il donc pas dire les choses pour les régler ?

    Ce commentaire à cet article (ce torchon) de France Soir est lourd de sens : mes amis, fermez-là et tout ira pour le mieux ! Cultivons la culture du secret et du silence et, vous verrez, tout le monde ne s’en portera que mieux !!! Voilà le conseil de Mariem !!!

    Je vous laisse apprécier… Pour ma part, je suis désolé, mais je trouve çà écoeurant…

  • Bonsoir à tous
    La journaliste se réfère au 1er document de M6 et au second de F3
    Le premier, à charge contre le Maire et le second lui laissant un droit de réponse.
    Ils en ont tous bien profité ! cependant, ne croyez pas tout ce que vous lisez ou voyez, les journalistes sont achetés par les annonceurs.
    Enfin ceux qui se disent journaliste « d’investigation » MDR
    Personne n’est dupe, on brasse du vent, on se fait valoir en vue des échéances à venir…
    Wikileaks fait jurisprudence dorénavant !
    A bon entendeur salut et à Dimanche
    PS LINUX is better for you 😉

  • Elfes says:

    @ Monique
    Merci pour votre retour d’expérience
    En ce qui concerne vos commentaires, effectivement 2 sont parus, mais les 2 étaient différents…
    Bah, l’essentiel est que l’on puisse s’exprimer ici !
    Bien à vous

  • monique94 says:

    @ Elfes
    je ne sais pas si c’est de la censure ou si le modérateur n’arrive plus à suivre, j’ai mis un commentaire qui n’a pas été publié, je l’ai refait le lendemain et du coup j’ai reçu 2 mails (votre commentaire a été publié….) à quelques heures d’écart et le commentaire a été mis en double

  • Elfes says:

    Bonsoir à tous
    juste pour info : il y a du « tri » (entendez censure) dans les commentaires que l’on peut laisser sur le site de France Soir
    Nous sommes au moins 2 à en avoir fait l’expérience…
    C’est beau la liberté d’expression, surtout quand elle est filtrée !?
    Nous sentant moins chez nous que sur le blog, nos propos étaient pourtant (relativement) mesurés…
    Merci France Soir pour la « qualité » de son article, parfaitement assortie à la « transparence » des commentaires…
    Bien cordialement

  • Musette says:

    Chère Kiwi :
    le roi René fait, comme citoyen, ce qu’il veut de ses jours et de ses nuits, avec qui il veut, le temps qu’il veut, il peut faire la bringue…je m’en tape.
    Par contre, dans le rôle de Maire, il a des obligations majeures. Entre autres, savoir refuser une soirée entre amis quand l’alarme d’une tempête est donnée. Ce n’est pas une option, mais une OBLIGATION liée à sa fonction.
    Qu’il ait eu une boîte de nuit ne me gêne pas, qu’il vende de l’alcool le samedi soir me pose problème, car à ma connaissance, mais je peux me tromper, la loi Bachelot le lui interdit.&

  • Jean-Pierre says:

    Oui…!!! Kiwi parles nous donc du Tara Mara… de Maralusconi…!!! et n’oublie pas les détails « croustillants »…!!! ça détendra l’atmosphère…!!!

  • zarzu says:

    à kiwi
    je vais à la faute depuis de très nombreuses années mais j’ai dû louper un épisode, c’est quoi le tana mara ? merci de ta réponse

  • Jean-Pierre says:

    Kiwi tu es en forme…
    Ah…!!!! On en apprend de belles…!!!!
    Mais, dans les milieux autorisés on en savait déjà beaucoup de la vie (très active) de Maraslusconi.
    En dire plus même en ne disant que la vérité, pourrait s’apparenter à un roman de fiction… Mais comme on dit plus c’est gros, plus ça a la chance de passer…!!!!
    Alors laissons la justice œuvrer pour d’autres « casseroles », et évitons de devoir l’amener à…. s’expliquer,…. en réponse à la plainte pour diffamation qu’il serait capable de mettre en route…

  • kiwi says:

    est ce que le maire dans sa bonté s’est envoyé une lettre recommandée avec accusé de réception pour mise en salubrité (car comme nous il n’était pas insalubre) ce qui mettaient nos maisons en position d’abbatage face à l’état Pas de chance mon réné mais l’APAVE que tu cites dans ta mise en sureté est un de mes clients!!! et de plus le jour où elle serait passer disgnostiquer, l’apave, (d’après ta bafouille) j’étais dans ma maison en train de compter les petites..cuillères(vous avez eu peur)! pour inventaire assurance.
    Dommage qu’il ne nous ait pas transmis son désir de ne pas partir plus tôt pour motiver ceux qui voulaient rester(une majorité au départ) dommage qu’il n’ait pas fait de réunion pour nous dire on va se battre il faut résister on montera les digues, on fera monter le terrain sous vos maisons (oui ça existe ) on fera des pilotis. On se battra jusqu’à la mort. IL FAUT RESISTER non rien de tout cela et maintenant le pauvre rené il est sinistré comme nous il se bat pour sa pauvre maison alors qu’il a largement les moyens d’en avoir une plus belle (comme ses voitures) Il parait qu’il y en a eu de belles des fêtes dans sa maison et jusqu’à très très tard d’après les voisins sutout à l’époque ou il avait son nigt club le tanamara TANA….. MARA….. je laisse à musette le soin de vous raconter le club et les noms ci dessus tu sais musette?
    Il s’en est passé à la faute sur mer (et je n’ai rien su c’est trop bête moi qui ne sortait jamais!! « on me dit jamais rien à moi »!!! quand je pense à ce que j’ai raté durant toues ces années pas très loin de chez nous.
    Ca la fête on savait qu’il les aimait le boure avec ses tapages nocturnes sur la place de la mer près du casino empèchant out bon fautais à se reposer.
    La petite plage familliale a fait place a la grande fiesta fautaise(et que je vend des bières, de l’alcool pendant que les petites pépés se dandinnaient sur le podium (excitant tout cela isn’t it) bon je divague
    NON rien de tout cela des recommandés en copie à la préfecture et on nous désignait tout droit à l’échaffaud (mort subite) pour nos maisons
    Abattage en masse du troupeau celui là même qui remplissait les écoles les commerces, qui votait. les principaux ceux qui faisaient vivre l’hiver sont partis car tu nous a vendu au bourreau et c’est massaclre à tronçonneuse que l’on va connaître à présent PITOYABLE LAMENTABLE DESAGREABLE MALEABLE ET SURTOUT CIAO MONSIEUR LA MAIN MOLLE le petit peuple que tu as renié, c’est bien fait avoir, mais rira bien qui rira le dernier, remue bien ta main mole en haut de ton pied d’estal et accroche toi bien le jour ou tu tomberas tu tomberas de plus haut du haut de ton balcon
    Au départ je ne voulais connaître que la vérité et quand je vois l’ardeur que tu as mis en route pour détruire l’association avif (défense des sinistrés) alors même qu’aucune plainte n’avait encore été portée) on aurait dit que tu te sentais coupable de quelque chose. Non tu n’as pas fait le temps, mais tu n’as rien fait non plus en cas de mauvais temps pour nous protéger ou nous en informer.
    On aurait pu comprendre ou même excuser l’incompétence mais on ne peut pas excuser la connerie et la méchanceté à s’évertuer à critiquer une simple association de défense des sinistrés dont tu aurais du faire partie….

    ceux que tu as méprisé pendant des années te saluent.

  • monique94 says:

    bon j’achéterai une fleur à Paris avant de partir samedi, pas sur que j’en trouve dans mon jardin des Doris, en plus il n’est plus à moi ce jardin, je ne me fais pas à cette idée

  • musette says:

    Les journalistes ont été dans l’ensemble biens et mesurés, prenant les choses comme il convenait, c’est à dire en respectant les victimes et leurs familles et en interrogeant le contexte. Démarche absente chez cette journaliste de France soir. On peut ne pas être de notre avis. Encore faut-il étayer son propos… Quant à l’objet de l’article, on a finalement aucune information sur ce qui peut se passer à La Faute au plan économique. Et pour cause, cette municipalité n’a rien dans ses cartons! Mais pour cela, il aurait fallu que cette dame ait fait son travail et ait un vrai point de vue.
    Les commentaires sur le site indiqué par nos amis sont salés, sauf un ( Tout le monde est victime de Xynthia, le maire compris !? C’est vrai 15 cm d’eau…) Ils ont été publiés. C’est un bon point pour le Journal.

  • F.E says:

    « la vie ne sera jamais plus comme avant » comme le dit Chantal, rejoignons-nous ce Dimanche 6 Mars, une fleur symbolique de votre jardin(ou autre) à la main et unissons-nous autour des familles et soyons solidaires des sinistrés de « cette foutue tempête ».

  • Berlemont chantal says:

    mr le maire et ses conseillers, je sais que vous me lirez, bonne lecture! en 1997 nous achetons notre terrains dans la cuvette, sur notre permis de construire aucun mot sur les moindre riques d’inondation. 2007 refus d’un étage, trop massif, ne va pas avec le paysage. 28 Fevrier 2010 Xynthia, la vie ne sera plus jamais comme avant. quelques jours après la tempete je vais à la salle de sport chercher des slips et des paires de chaussures pour mes 2 filles, j’etais complètement effondrée, perdue, anéantie… Mr le maire etait à 100 m de moi avec son portable, il m’ a vu, mais il m’a ignoré. A partir de ce jour j’ai su que cette municipalité ne ferait rien pour nous. Si nous tenons encore debout aujourd’hui c’est grace à nos amis qui on toujours été là depuis le début pour nous soutenir, ainsi que notre famille. venez nombreux Dimanche 6 Mars pour soutenir les familles des victimes ainsi que tout les sinistrès.

  • fauxfautais99 says:

    C’est un problème que j’évoquais dans une autre rubrique. Faut-il parler aux journalistes ou pas? Sont-ils malhonnètes ou incompétents ou c’est le système qui veut ça. En particulier pour la télé, il ne faut pas oublier qu’à partir d’interview réalisées sur des temps assez long, ce sont d’autres personnes ne connaissant pas la situation sur le terrain qui vont faire les coupures et montage pour tenir dans le temps imparti.
    On ne peut pas appeler les journalistes pour médiatiser et les rejeter en même temps. Ne pas oublier que le principe même de ce blog est « de relater ce qui se dit dans la presse ».
    Quand le résultat ne nous paraît pas conforme nous pouvons, comme sur cet article, protester et rectifier dans les commentaires. Et que le journaliste y prenne garde pour la prochaine fois, car ce blog est actuellement certainement plus lu dans la région que son journal.

  • Jean-Pierre says:

    @ Jean-Louis, à tous ceux qui n’acceptent pas les dires de ce « papier »..

    Vous pouvez laisser un commentaire sur la page de France soir…

    …sur ce lien tout en bas de l’article il y a un espace pour s’exprimer.
    On peut espérer qu’il soit lu par la rédaction, et cette même rédaction pourrait à son tour réagir. Elle pourrait ainsi réaliser une correction de la copie de cette « journaliste ».

    Si nous sommes quelque un(e)s à réagir à la « source » pour que soit reformulé ce reportage,… ce ne serait que justice.

    Je pense qu’il ne faut pas hésiter un seul instant…!!!

    http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/un-an-apres-xynthia-un-petit-village-en-guerre-77091.html

  • jean louis says:

    Je reste sans voix devant cet article…En effet, je croyais (innocemment certainement vu ce que je viens de lire) que le devoir premier d’un journaliste était de toujours écrire avec un souci d’objectivité. Mais quand on voit la description partisane que fait la personne qui a écrit ce papier (désolé, je ne peux parler de journaliste), qui plus est en se basant sur le physique de certaines personnes citées (soit dit en passant un terrible signe de faiblesse intellectuelle et critique), on doit bien se résigner au fait que la presse en général, et donc france soir en particulier, n’est qu’un vecteur de propagande, qui ne sert finalement qu’à faire passer auprès de la population un message servant la cause du tout financier et du tout urbanisé,tout en lui faisant gober subliminalement entre deux textes des réclames pour la dernière lessive ou le dernier écran plat censé lui apporter le bonheur…

    Chers Fautais, croyez-donc en vous et en l’avenir, plutôt qu’en ce que peuvent vous apporter et surtout vous soutirer les journaux qui ne sont jamais là uniquement pour apporter une information.

    Je finirai en citant Coluche: un journal à grand tirage, comme son nom l’indique, c’est parfait pour allumer le feu…

  • Jean-Pierre says:

    …Il est publié…

  • Musette says:

    Alors, là mes amis, je suis bluffée ! Même pas le temps de me retourner, et hop ! C’est fait !..
    J’irai voir tout à l’heure. Merci.

  • Jean-Pierre says:

    Je viens de laisser un commentaire sur la page de France soir… sera-t-il publié…!!!???

    sur ce lien:
    http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/un-an-apres-xynthia-un-petit-village-en-guerre-77091.html

  • monique94 says:

    Nous sommes tous des Lucky Luke, j’ai tiré en même tant que Patrick

  • Musette says:

    Je suis allée sur le site de France Soir, mais je n’ai pas réussi à retrouver l’article, ni un endroit où j’aurais pu laisser un message..
    Mais, peut-être quelqu’un serait-il plus doué que moi ?

  • Brigitte Devilez says:

    Moi je propose que notre Maire intente des procédures contre France Soir pour calomnies et mauvaise image qui porte atteinte à la commune toute entière ….

  • Jean-Pierre says:

    Concernant cet article de « France Soir », il est bien mentionné le nom de cette journaliste, si je lis bien…:(De notre envoyée spéciale Marie Marvier).
    Lorsque l’on parle de « journaliste » il vient à l’esprit le terme générique et très généraliste de la profession.
    Cela permet de masquer des carences dans la prise d’informations, et de rendre quelque peu anonyme la rédaction de l’article.
    Il faut demander à Madame Marie MARVIER, (si c’est bien cette personne qui a signé cet article)de reconsidérer son article, de façon qu’il « donne » un peu moins dans le « polémique* » et un peu plus dans la réalité des faits…

    Et paf…!!! c’est là que tombe une définition du dico… (Par’ce ke l’Jean-Pierre kant’y sé pa iss renseigne…!!!)

    « *Polémique »

    Le terme de polémique (du grec πολεμικός, polêmikôs « qui concerne la guerre », « disposé à la guerre», « batailleur, querelleur ») désigne une discussion, un débat, une controverse qui traduit de façon violente ou passionnée, et le plus souvent par écrit, des opinions contraires sur toutes espèces de sujets (politique, scientifique, littéraire, religieux, etc.). Il fait aujourd’hui l’objet d’emplois multiples.

  • Soizic29 says:

    La « pharmacienne, la silhouette sèche », est présentée sous un aspect quelque peu antipathique. L’article laisse entendre qu’elle serait aigrie par 3 échecs aux élections municipales, ce n’est pas comme « la jolie propriétaire » de la boucherie.
    Où est l’objectivité de l’article ?
    France Soir s’honorerait en donnant un droit de réponse à Mme Renou.

  • Patrick says:

    «Xynthia, les souvenirs restent vivaces»

  • Brigitte Devilez says:

    Patrick,
    Dans l’article dont vous mettez le lien la personne qui s’exprime dit « on manque de perspectives à La Faute ».
    C’est bien mon avis. « On » n’a jamais eu d’autre idée de développement que la construction alors qu’on la savait limitée par le fait que nous sommes sur une presqu’île.
    La journaliste de France Soir était censée faire son article sur l’avenir économique de la commune (si, si, je l’ai rencontrée, elle me l’a dit). C’est plutôt raté !
    Je ne vois que trois phrases positives dans ce long verbiage. Et l’une (« nous avons de nombreux projets de développement d’écotourisme avec les communes alentours ») aurait du être développée plus longuement.
    L’avenir de la commune se trouve là. Christine s’en est entretenue avec la journaliste car cela a toujours été une de nos préoccupations. La phrase citée vient de notre roitelet. Il aurait donc été intéressant pour tout le monde de confronter les points de vue sur ce thème !
    Mais c’est beaucoup moins vendeur que « un petit village en guerre » !

  • Loutron says:

    @ QuentindeMontargis dit :

    « Pour info, c’est borloo qui a aussi donné les certificats d’autorisation de prospection (donc de production puisque ce sont les mêmes forages) pour le gaz de shistes…

    Bien qu’il soit de bon ton de cumuler les mandats dans les hautes sphères de l’état, internet est là pour nous donner ces infos, voila donc où était le budget necessaire aux refections des digues. »

    Tout mélanger ne fait qu’ajouter à la confusion. Ne vous faites pas embarquer sur un mauvais procès.
    Rappel : la digue Est de La Faute n’appartient pas à l’Etat. A l’époque de la tempête, elle appartenait encore à un syndicat de propriétaires aujourd’hui dissous, dont les biens ont été depuis transférés à la commune.
    L’Etat avait alerté sur les risques que présentait la situation, ce qu’ont contesté les mêmes qui refusaient le PPRI : des spéculateurs immobiliers, efficacement relayés par la municipalité.
    Au moment de l’enquête publique qui a précédé le lancement des travaux de consolidation (début 2009), la municipalité et le syndicat de propriétaires ont refusé la proposition technique du bureau d’études de renforcer la digue en commençant par en élargir la base. Cete proposition a fait scandale : elle aurait conduit à empiéter sur les propriétés riveraines.
    Et ce sont les mêmes, qui reprochent aujourd’hui à l’Etat de ne pas avoir de l’argent dans les digues…

    « Ce que l’on attends de nos futurs élus (sans distinction de couleurs):
    1/ tirer les enseignements utiles de Xynthia
    Les digues hollandaises ont un coté d’enrochement et un coté de paturage de fait fortement dénivelé. Les exploitants agricoles voisines ont des subventions pour faire exclusivement du Mouton sur ces parcelles, en effet seul les pattes du mouton tassent parfaitement la terre dans ses interstisses et le sol est vérifié, remblayé si necessaire par des services consacrés… résultat ça tient ! »

    La première leçon à tirer est quand même de ne pas urbaniser derrière une digue, ce qui semble pourtant difficile à faire admettre. Or, une submersion reste toujours possible (et même probable), même quand la digue tient.
    Quant au modèle hollandais, il ne consiste pas qu’en digues. Il y a aussi la mise en œuvre d’un « recul stratégique » consistant à rendre à la mer d’anciens polders, pour en faire des espaces tampons susceptibles d’amortir le choc en cas de forte submersion.
    Enfin, si est vrai que les Pays-Bas consacrent des budgets considérables à la défense contre la mer, il faut bien comprendre que l’enjeu est infiniment plus important pour leur pays que pour le nôtre en termes de superficie du pays concernée par le problème, et qu’en même temps leur linéaire de côte est bien plus restreint qu’en France.
    Comparons ce qui est comparable ; tout n’est pas qu’une question de pure technique.

  • Brigitte Devilez says:

    Kiwi,
    Seul l’administrateur peut mettre des documents sur le site.
    Dans les messages du blog, tu peux mettre un lien vers un site internet mais je comprends que ce n’est pas cela que tu cherches à faire.
    Désolée, il te faut passer par Renaud…

  • kiwi says:

    ce serait bien que administrateur puisse informer pour ne pas dire former ici m^me les gens pour envoyer aux ignards comme moi informatique des pièces ça peut découler sur des infos intéressantes que nous ne savons pas envoyer. du scan ou du bureau ou autre Merci chef on suppose que les gens n’aient pas de scan un ordinateur et c est tout mon doc est en PDF vers ou je l’envoies.comment etc
    je sais c’est l’âge je ne suis pas à la mode le titre les doris

  • monique94 says:

    tu fais un scan et tu envoies en pièce jointe à contact@lafautesurmer.net

  • Musette says:

    Kiwi : je t’envoie un mail…

  • kiwi says:

    alors vous voulez pas m’aider à vous donner ce document des doris de la préfecture?
    comment fair pour l’envoyer sur le blog? de mon bureau

  • kiwi says:

    QuentindeMontargis

    On dirait qu’il n’y a pas si longtemps que tu es allé en hollande peut être pour le travail isn’t he!!!!

  • http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/06/03/01016-20100603ARTFIG00469-xynthia-aucune-maison-ne-sera-rasee-sous-la-contrainte.php

    Pour info, c’est borloo qui a aussi donné les certificats d’autorisation de prospection (donc de production puisque ce sont les mêmes forages) pour le gaz de shistes…

    Bien qu’il soit de bon ton de cumuler les mandats dans les hautes sphères de l’état, internet est là pour nous donner ces infos, voila donc où était le budget necessaire aux refections des digues.

    Ce que l’on attends de nos futurs élus (sans distinction de couleurs):
    1/ tirer les enseignements utiles de Xynthia
    Les digues hollandaises ont un coté d’enrochement et un coté de paturage de fait fortement dénivelé. Les exploitants agricoles voisines ont des subventions pour faire exclusivement du Mouton sur ces parcelles, en effet seul les pattes du mouton tassent parfaitement la terre dans ses interstisses et le sol est vérifié, remblayé si necessaire par des services consacrés… résultat ça tient !
    En France nous avons des scientifiques océanographes au chomage, des prévisionistes, des chercheurs et même pas un (ou des) centre d’étude de l’ocean dans l’anse de l’Aiguillon qui pourtant est visible sur toute les cartes…
    Les commerces eux ont, après les victimes, reçu la réplique de Xynthia et je pense qu’il risquent d’en ressentir d’autres, qu’en est il alors de la réaction en amont et en aval par les élus locaux, institutions et associations ? Ya t-il des statistiques, des études, des résultats ?
    Un peu, il faut rester positif mais franchement on se demande parfois pourquoi on paye et pourquoi on vote !
    Bien à tous

  • kiwi says:

    ok d’accord mais je ne saurais toujours pas comment faire la prochaine fois et pourtant je vais vous garder bientôt éveillés.
    Administrateur y es tu? et dis moi plutôt comment faire

  • JL says:

    @Kiwi
    Il y a peut être une autre solution, mais si tu l’envoies par mail à l’administrateur, je pense qu’il peut le mettre en ligne.

  • kiwi says:

    qui peut me dire comment faire,j’ai undocument important à vous communiquer depuis le bureau, j’attend la suite car je ne suis pas douée mais remarquez que si j’y arrive je vous promet des surprises qui veut m’aider mais attention l’ordi pour moi c’est de l’hébreux

  • Musette says:

    @Madame Renou :
    cet article mériterait en effet un droit de réponse des plus vigoureux ! C’est inadmissible…
    @ La journaliste:
    on ne fait pas un article en se balladant pendant quelques heures dans une commune aussi martyrisée. Se faire l’écho de propos sans rien approfondir du contexte dans lesquels ils sont tenus, constituent un amateurisme professionnel consternant ! Mme Renou avait comme opposante fait de nombreuses propositions pour que la commune vive, heureuse alternative à un urbanisme effréné dont on a bien compris qu’il profitait à ceux-là mêmes qui les recommandaient. Évidemment, rien n’a été retenu.
    @ propos des inhibitions du maire : elles semblent uniquement orientées vers les sentiments positifs comme la compassion, pas ceux comme le cynisme et la menace. Si ce maire souffre de ces inhibitions, qu’il se fasse soigner, ça fera du bien à tout le monde. Il a même droit aux soins d’un psychiatre, comme tous les sinistrés, puisqu’il se plait à se présenter comme tel !
    @ propos du blog :
    si certains propos ont pu être durs envers le maire, il n’y eu jamais de menaces de mort… Les menaces et leur réalisation sont le fait de cette municipalité, pas des gens qui écrivent ici.

  • Jean-Pierre says:

    Concernant cet article de « France Soir »,….(Par De notre envoyée spéciale Marie Marvier)

    Je suis étonné de voir que cette dame n’a pas été tout à fait à l’écoute de Madame Renou. Pourtant dans un souci de « coller » avec l’actualité, elle a du visionner la dernière vidéo de Jean-Pierre.
    En effet cette journaliste professionnelle a repris pour amander son texte le titre second du film,….:
    « Un silence assourdissant »……. troublait…..etc…

    Alors Madame Marvier merci par avance de recadrer votre article en relisant les notes chez « La pharmacienne »….

  • Kelio says:

    Bonsoir,

    Les médias, plus ou moins bien renseignés d’ailleurs, ne font que souligner ce que nous savions déjà : il existe un vrai malaise à La Faute. Ce malaise, nous le savions également, est antérieur à Xynthia. La catastrophe (et sa gestion dans l’après-coup) a mis à jour, comme un révélateur, les graves manquements qui ont obéré toute possibilité de préserver la sécurité de tous ceux qui ont vécu ce désastre. Cette mise à nu n’a fait que renforcer ce malaise.

    On tente aujourd’hui de nous apitoyer sur le sort de ceux qui font l’objet de critiques, comme si la contestation, dans un pays qui se veut le berceau des Droits de l’homme, relevait de la violence perverse. Or ces critiques ne sont tout de même pas fondées sur rien : elles ne relèvent ni du fantasme, ni de la manipulation. Ces critiques trouvent leur source dans le réel, en ce qu’elles reposent sur des faits matériellement vérifiables.

    Plutôt que de répondre de manière précise sur ces faits, on nous oppose aujourd’hui l’incapacité d’un élu à répondre, c’est-à-dire à faire face à ses responsabilités d’élu, comme si cela était une explication acceptable, comme si cela suffisait pour jeter un voile sur les questions de ceux qui veulent savoir… Or un élu doit être comptable de ses actes et de ses décisions. Il ne peut pas se retrancher derrière l’embarras que lui cause la recherche de la vérité, tout comme les victimes ne peuvent pas oublier ce qu’il leur est arrivé cette nuit-là.

    Il ne s’agit pas de ruiner la vie d’un homme, contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire aujourd’hui (quel retournement de situation !), mais simplement de savoir, de comprendre pourquoi Xynthia a fait autant de victimes. Malheureusement, il semble que cette recherche de la vérité soit aujourd’hui, dans un intérêt bien compris, assimilée à une manipulation d’opposants à l’actuelle municipalité. C’est assez « bas de plafond » comme raisonnement, ne trouvez-vous pas ? Et tellement pratique pour éviter de répondre…

    Pour finir, et réfléchir, voici un extrait tiré de l’œuvre de Fénélon, « Les aventures de Télémaque » :

    « Quiconque est capable de mentir est indigne d’être compté au nombre des hommes, et quiconque ne sait pas se taire est indigne de gouverner. »

    Bonne soirée.

  • JL says:

    Tout à fait d’accord avec Jean-Pierre quant à l’orientation de cet article. On se demande comment elle s’est documenté… Et si ce n’est pas volontaire, cela dénote un manque de sérieux certain !

  • titi says:

    SI MR MARRATIER etait « tetanisé  » comme le dit mr le maire de l aiguillon ( ecrit dans le document ci dessus ) comment les victimes ont vécu leurs derniers moments !!!!!surement ATROCE pour ceux qui se sont vu mourir !!
    qu on cesse de le  » plaindre  » il y a eu pire HELAS .

  • Jean-Pierre says:

    @ christine renou

    Avez vous demandé directement au journal « France soir » et à la journaliste, un droit de rectification…???!!!
    Sans forcément avoir de parti pris, on sent bien, et c’est exprimé par les lecteurs et contributeurs de ce blog, que les propos sont délibérément orienté, et proche de la diffamation…
    On attend avec impatience une analyse plus fine digne une journaliste professionnelle…

  • christine renou says:

    A la journaliste de France-soir:
    Madame, bien que la réserve m’empêche généralement de m’exprimer sur ce blog,votre papier m’interpelle et m’oblige à apporter quelques précisions à notre entretien.
    Faire l’amalgame entre la professionnelle de santé et M.Christine Renou, c’est trop facile et c’est ce qu’a toujours fait la municipalité.Je suis aussi citoyenne,je n’ai jamais mélangé les rôles.
    Au sujet de mon mécontentement que vous exprimez bien,il faut aussi l’expliquer:
    j’ai fait partie de ceux qui ont dénoncé les risques d’inondation et on m’a sanctionnée.La punition (droit régalien?)est un art qui se pratique couramment à La Faute.Renseignez-vous,je ne suis pas la seule à voir été punie!..( et surtout ne me dîtes pas que cette pratique est fréquente dans les petites communes, je ne pourrai l’entendre.)
    Sur la posture actuelle de Monsieur Marratier,j’avais dès le mois de Mars,exprimé
    mon inquiétude à Mesdames Tarrery et Mérigout, conseillères municipales,leur disant qu’il fallait absolument que le Maire se tourne vers ses administrés, les écoute, et leur apporte son soutien.Il n’en a rien fait et pourtant ça aurait tout changé.La violence à laquelle nous assistons et dont je souffre comme tous les habitants de la commune est insoutenable et je l’en tiens pour responsable.
    Vous ne pouvez insinuer qu’elle en incombe à ses opposants.
    Vous m’aviez dit préparer un article sur l’avenir de la commune,nous en avons discuté ensemble, mais à ce sujet pas un mot de ma part dans votre article.Omission volontaire je suppose.Dommage de ne pas avoir écrit ,comme je vous l’ai dit, que les opposants à la municipalité sont tous des gens très épris de cette commune magnifique,où il doit être possible de gagner sa vie honnêtement et de vivre sereinement.

  • fauxfautais99 says:

    Bon, puisque vous en parlez, ces études hydrauliques et mise en place de ponpes de refoulement m’avaient déjà donné l’occasion de me faire une idée de la considération de la mairie pour notre sécurité. Il se trouve que j’avais écrit à la mairie et que j’avais rempli un cahier d’enquête publique à la mairie pour signaler le danger que constituait l’imperméabilisation excessive des sols du lotissement.(Contrairement au règlement, beaucoup ont remplacé la végétation par des bétonnages ou dallages, mais on ne va pas faire un second Cloche- Merle des Doris). Je n’ai jamais reçu de réponse à ces courriers et je n’ai jamais vu faire mettre les sols en conformité. L’inondation n’est pas venue de ce côté là mais je crois que si j’avais écrit pour faire passer les routes du port sur la digue et non pas à travers, je n’aurai pas eu plus de réponse.

  • Pouclet André says:

    Je compléterais avec les données suivantes

    Pourquoi a-t-on construit dans le Village des Doris ?

    Notre permis de construire délivré par le maire de La Faute-sur-mer a été signé le 26 août 2002.
    L’arrêté n° 307-99-ME-031-A de la mairie de La Faute-sur-mer du 1 octobre 1999 autorisant le lotissement du Village des Doris précise que le projet a reçu :
    – « l’accord du Préfet de la Vendée en date du 22 juillet 1999, pris après avis favorable de la Commission Départementale des Sites, Perspectives et Paysages de la Vendée rendu lors de sa séance du 28 juin 1999 »,
    – « l’avis favorable de la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales en date du 28 avril 1999 »,
    – « l’avis favorable des Services d’Incendie et de Secours de la Vendée en date du 9 avril 1999 »,
    – ainsi que tous les autres avis favorables sollicités pour un tel projet : Syndicat Départemental d’Energie et d’Equipement de la Vendée, Syndicat Départemental d’Alimentation en Eau Potable de la Vendée, Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt.

    Nature du terrain

    Notre terrain se situe au lieudit « l’anse de Virly Nord », cadastré AK 359 et constitué en lotissement dénommé « Le Village des Doris » donnant sur la rue des Voiliers. Le 2 avril 2002, nous avons acquis le lot n° 25 à Madame Viviane Bouriau, épouse de Monsieur Jean-Yves Foucaud. Ce terrain appartenait à la famille Vrignaud et a été vendu à Madame Bouriau le 18 mai 2000 pour être remembré dans le périmètre du Village des Doris, le 5 mars 2001.

    La notice explicative jointe au document autorisant le lotissement du Village des Doris (arrêté du 1 octobre 1999) indique que le terrain est une prairie humide. La zone est bordée à l’est par une digue avec étier en contrebas récupérant les eaux. Le transfert de l’étier vers le Lay se fait par des clapets permettant l’évacuation de l’eau à marée basse et se fermant à marée haute pour éviter toute pénétration des eaux. Le secteur est classé au regard du Plan d’Occupation des Sols en zone d’urbanisation à court terme. Il est d’ailleurs déjà en grande partie urbanisé par des lotissements résidentiels. On peut lire au troisième paragraphe que « Cette zone subit l’influence du marais, en étant toutefois protégée par une digue sur le Lay, empêchant toute remontée des eaux de celui-ci ».

    Au niveau hydraulique, un fossé transversal est ajouté à l’étier et on installe deux pompes de refoulement, de 10 à 15 l/sec. Une troisième pompe sera ajoutée en 2009.
    Toutefois, on croit comprendre entre les lignes de l’étude hydraulique, que ces pompes ont pour office d’évacuer les eaux de pluies en excès venant de l’amont, au cas où l’étier serait submergé.

  • fauxfautais99 says:

    Le maire dit:  » Mais nous avons de nombreux projets de développement d’écotourisme avec les communes alentour ».
    Alors il va falloir qu’il se reconvertisse. Pour ceux qui regrettent leurs champs à vache voici un extrait de la « Notice explicative » du « Village des Doris » (dossier 9378 signé du maire et SCP Siaudeau géomètre-expert foncier du 1/10/1999) joint à l’arrété n0 307-99-ME-031-A autorisant lotissement de l’A.F.U. Libre le Village des Doris:
    « Cette zone subit l’influence du marais, en étant toutefois protégée par une digue sur le Lay, empêchant toute remontée des eaux de celui-ci. …/… Malgré les particularités indéniables que présentent les zones humides vendéennes, ce terrain ne présente que peu d’intérêt écologique. »
    Alors avec le remblai fait d’un mélange de pierres, argile, gravats recouverts d’un peu de terre, il va falloir être imaginatif pour lui trouver un intétêt écologique. Peut-être une visite guidée pour montrer ce qu’il ne faut plus faire.

  • Brigitte Devilez says:

    fauxfautais99,
    Vous avez raison, être à l’AVIF et vouloir connaitre les resposabiltés dans cette histoire n’a rien à voir avec les querelles de clocher!

    Mais compte tenu des circonstances, j’encourage très fortement les résidents secondaires qui resteront parmi nous à s’inscrire, dès cette année, sur les listes électorales Fautaises. La sécurité de votre famille en dépend.

  • fauxfautais99 says:

    Pour compléter, j’ai consommé, et je continue de le faire, chez des commerçants voulant me faire signer une pétition pour le maire ou m’en disant le plus grand bien et j’ai acheté des médicaments chez la pharmacienne qui ne m’en a rien dit. Ce soit disant « village en guerre », ce n’est pas notre problème. Cela existe pratiquement partout. Le problème de la plupart d’entre nous c’est que ceux qui sont en responsabilité nous ont mis en danger et apparemment s’en moquent éperdument à part pour leur chiffre d’affaire.

  • petitdécodeur says:

    Pour ceux qui nous lisent et ne sont pas « allés à l’école ensemble ».

    Serge Claveau :
    -s’est présenté contre Marratier en 1995 aux cotés de C Renou
    -a retourné sa veste en 2008 pour des raisons très personnelles
    -a monté une association de défense des PROPRIETAIRES Fautais après la sortie du projet de PPRI avec l’accord du maire.

    Maurice Milcent :
    -maire de l’Aiguillon ayant assuré seul l’accueil et le réconfort des sinistrés des deux communes.
    -Pas particulièrement en « synergie » avec son collègue de la commune voisine ! Ses propos ont du être tronqués…

    Vieil employé de l’Hôtel de la Plage :
    -beau père du propriétaire
    -surnommé le Marseillais
    -assez mal placé pour juger de ce qu’est « un homme bien » si vous voyez ce que je veux dire

    Viviane Michel née Metz :
    -conseillère municipale (non mentionné dans l’article).
    -Présidente de l’association des commerçants et n’ayant pas fait grand-chose pour cette profession.
    -coiffeuse qui a vu s’installer un autre salon près de chez elle et qui a donc perdu des clients à cette occasion.

    le bar PMU La Terrasse est bien le seul restaurant à avoir vu chuter son chiffre d’affaire. Et cela ne date pas de Xynthia. Il faut chercher la cause ailleurs.

  • fauxfautais99 says:

    L’AVIF un repère d’opposants ? Comme Dieux reconnaîtra les siens, il aurait fallu que Xynthia n’inonde que les quelques 30% de vrais fautais ayant voté contre lui. Il y a aussi je pense des résidents principaux qui ont voté pour le maire et qui se défendent et sont défendus par l’AVIF. Il y a certainement majoritairement des résidents secondaires qui jusqu’à présent, comme moi, n’avait rien à faire de savoir si le maire était de droite ou de gauche, contre la pharmacienne ou pour les moules de chez … Est-ce que l’on peut avoir une statistique du nombre « d’opposants » qui ne sont pas fautais ayant adhéré à l’AVIF?

  • Musette says:

    C’est même assez drôle, à quel point nos analyses de rejoignent ! Non.. on n’a pas copié !

  • Brigitte Devilez says:

    Musette, tu m’a devancée dans ton commentaire mais je vois que nos idées se rejoignent…

  • Brigitte Devilez says:

    Je trouve inadmissible par ailleurs que la pharmacie et la pharmacienne soient cités à plusieurs reprises. Il y a confusion entre le métier et la personne. Christine Renou n’a jamais mélangé les genres. Imaginez qu’on dise que le garage Marratier est le « fief des conservateurs ». Cela tourne au ridicule…

    Quant aux commerçants, ils n’ « écopent » pas de la polémique actuelle mais de la politique menée depuis 20 ans sans véritable vue de développement autre que dans la construction à tout va.

    Oui, notre village doit retrouver la sérénité pour rebondir et cet « homme bien », aux « grandes douleurs muettes », « maladroit » , « incapable de s’extérioriser » « tétanisé par les événements » ne semble pas capable de rétablir le calme et la sérénité dans son village.
    Qu’il se contente de protéger sa maison contre les démolitions et de préparer sa défense devant la justice qui n’acceptera pas les mensonges, que dis-je, les couleuvres qu’il fait avaler à beaucoup depuis des années.
    Démissionner lui permettrait de retrouver « sa sérénité » et au besoin de faire soigner « ses blessures ».

  • NicoleG. says:

    M6 a repassé tard son émission envoyé spécial … il n’avait pas l’air timide et tétanisé mais plutôt enfermé dans son dénigrement … Quant à en faire une lutte frtricide, les jourlalistes sont en mal de sensationnel mais les faits sont là …

  • Brigitte Devilez says:

    Les habitants se déchirent « sans plus savoir pourquoi » ? Il faudrait avoir la mémoire courte…

    Comme le rappelle Monique, ce blog n’est pas le site de l’AVIF et je n’y ai pas lu de menace de mort ! Juste des appels à la démission. Mais quand on s’accroche ainsi au pouvoir, on ne fait plus la différence entre vie publique et vie privée…

    La plainte contre la chaine M6 a-t-elle vraiment été déposée ? N’est-ce pas plutôt un « effet de manche » supplémentaire du maire ?

    « nous avons de nombreux projets de développement d’écotourisme avec les communes alentour » : C’est mal parti avec l’Aiguillon qui se retire de l’intercommunalité ! Beaucoup auraient bien aimé connaître ces nombreux projets lors de la réunion du CEST à laquelle monsieur le maire de La Faute a brillé par son absence. Serait-il tout à coup devenu un « défenseur des petits oiseaux » ? Si c’est le cas, saluons le progrès…

  • Musette says:

    La pharmacie comme fief des opposants ! Voilà autre chose !…C’est n’importe quoi. MC Renou, contrairement au maire, ne confond pas les choses. Sa pharmacie est son lieu professionnel et ce n’est pas comme pharmacienne qu’elle s’est opposée au maire !…Ce serait comme dire que l’entreprise du maire est le fief des pro Marratier ! Enfin, la minceur confondue avec la sécheresse, passons !
    Pour ce qui concerne Lucky Lucke, moi j’aurais dit les Horaces et les Curiaces… Chacun sa culture!
    Madame la journaliste, on est pas dans un conflit fraticide dont on aurait oublié l’origine !!!
    Le conflit est repéré, connu, ancien, on est plutôt du côté d’Eliott Ness, ou encore les Brigades du Tigre, s’opposant à des bandes organisées pour faire du profit !

  • Soizic29 says:

    Je n’ai jamais vu d’appel au crime sur ce blog.
    En revanche, j’ai lu de nombreux appels à la démission du maire et de tous ses conseillers.
    Il y a manifestement une surdité profonde quand il s’agit de démission et des hallucinations sur des choses qui ne sont pas écrites…ou sont-ce peut-être des interprétations de type paranoïaque.

  • frederic says:

    on marche dur la tête !!!!

    et pourquoi pas lui offrir des fleurs à marratier !!!

    il veut comme toujours passer pour la victime, faisons lui faire une plaque devant la mairie …

    nous passerons à autre chose, quand il voudra bien reconnaitre ses fautes, négligeances, incompétances.

    ce jour là, nous aurons tous avancé …

  • monique94 says:

    « Et sur le site Internet de l’Avif, des commentaires suggèrent sa mort comme solution »
    Messieurs les journalistes, 1- ce blog n’est pas le site Internet de l’AVIF mais un blog indépendant où les sinistrés s’expriment sans censure
    2- je ne me souviens pas y avoir lu des menaces de mort envers M.Maratier juste de nombreuses demandes de démission (pouce rouge tu peux confirmer?)

  • Soizic29 says:

    Merci d’apprendre que le maire de La Faute est un « homme bien, tétanisé par les évenements », timide aussi sans doute…
    A cela il faut ajouter juste IRRESPONSABLE, ENTÊTE, sachant aller jusqu’au bout de sa démarche contre le PPRI et contre les décisions de l’Etat.
    La démission s’impose. On l’attend.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
février 2011
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci