Archive pour le 29 mars 2011

Un an après la tempête Xynthia, qui avait fait 29 morts en Vendée, la première tranche de démolition des maisons classées en zone noire a débuté

« Maggy, 63 ans, Ismaël, 5 ans, Camil, 13 ans, Yamina, 73 ans… » Le prénom et l’âge des 29 victimes de la tempête Xynthia sont inscrits en lettres noires sur une banderole blanche posée au pied de la digue de La Faute-sur-Mer. La plupart d’entre elles ont péri noyées à quelques dizaines de mètres de là, dans les lotissements des Voiliers et des Doris, envahis par l’eau dans la nuit du 28 février 2010.

Aujourd’hui, ces maisons sont les premières à faire partie du chantier de « déconstruction » lancé par l’État, après leur classement en zone noire. D’ici à la mi-juin, 95 maisons devraient ainsi être démolies à La Faute-sur-Mer, et 35 dans la commune voisine de L’Aiguillon. Vidées, désamiantées, décloisonnées puis murées, elles n’ont plus grand-chose à voir avec leur passé de coquettes villas aux volets bleus et blancs, situées à quelques encablures des plages.

« C’est un désastre », lance Léon Allano, qui vient deux fois par jour observer l’avancement du chantier. « Je ne comprends pas pourquoi l’État détruit ces maisons alors qu’il a investi pour remonter la digue censée les protéger. » Ce retraité, qui vit un peu plus loin dans une maison avec étage, a pu rester sur place après avoir longuement bataillé. « On a appris huit jours avant la date limite de vente des maisons à l’État que nous n’étions plus classés en zone noire mais rouge. »

«Il vaut mieux que cet endroit devienne un lieu de promenade»

Au bout de la digue, un homme aux cheveux gris est incapable de parler. Des larmes coulent sur ses joues. Cet ancien propriétaire vient de voir sa maison éventrée par les engins de chantier et son jardin saccagé par les allées et venues d’un bulldozer.

Ancienne propriétaire d’une maison secondaire aux Doris, Monique Bounine souhaite, elle aussi, vivre cette douloureuse expérience. « Nous sommes déjà revenus plusieurs fois dans notre maison, explique-t-elle. L’été dernier, nous avons même pique-niqué dans le jardin. Mais depuis qu’elle est murée, nous n’avons plus le cœur à le faire. J’attends de savoir quand la démolition va commencer pour revenir à la Faute. »

Elle et son mari vivent en effet à Maisons-Alfort, en région parisienne. « On sait que cette démolition est nécessaire, confie-t-elle. On ne pourrait pas revenir habiter juste en face d’une maison où des gens sont morts. Il vaut mieux que cet endroit devienne un lieu de promenade. »

«Ils nous ont eus à l’usure»

À l’en croire, voir ce lieu chargé de souvenirs réduit en gravats pourrait l’aider à tourner la page. « Pour l’instant, on n’y arrive pas. On pense tous les jours à la catastrophe, même un an après. » Le couple s’accroche également à une perspective plus heureuse : leur nouvelle maison de Tranche-sur-Mer, achetée grâce à la vente de celle de La Faute, devrait sortir de terre cet été.

Marie-Hélène Kieffer et son mari, qui possédaient une maison secondaire allée du port des Yachts, à La Faute, refusent quant à eux de se rendre sur le chantier. « Je n’ai aucune envie de voir les bulldozers détruire notre maison familiale, qui avait été construite en 1976. »

Le couple, qui vit à La Roche-sur-Yon, a attendu le dernier moment pour vendre cette maison à l’État. « Ils nous ont eus à l’usure, lâche-t-elle. On aurait voulu rester mais on a fini par abandonner en décembre dernier. »

«Cela réveille des traumatismes»

Une fois la décision prise, le couple avait jeté son dévolu sur une petite maison de La Faute-sur-Mer classée en zone bleue. « Mais comme on attendait l’argent de l’État pour signer la vente, l’agence immobilière l’a vendue à d’autres personnes une semaine avant qu’on ne reçoive la somme. C’était le coup de grâce. »

Depuis, c’est le statu quo. « On voudrait racheter une maison à La Faute mais ce n’est pas facile à trouver dans notre budget. » Un rêve de maison au bord de l’eau bien dérisoire en comparaison du chagrin des familles endeuillées. « Nous avons bien conscience que le plus important est d’être en vie », reconnaît-elle.

Une cellule psychologique, accessible par téléphone, a été mise en place pour les sinistrés qui seraient éprouvés par cette phase de démolition. « On peut imaginer que cela réveille des traumatismes, note Jean-Marie Pogu, président du Secours catholique de Vendée. D’autant que cela débute peu de temps après le premier anniversaire du drame. »

Le chantier devrait s’étaler sur quatre ans

Georges, 84 ans, vit depuis cinquante ans à La Faute-sur-Mer, non loin des lotissements en cours de démolition. Il n’ira pas rejoindre les nombreux badauds attirés par le chantier, comme ces retraités des villages alentour ou ce couple venu du Finistère, qui avait découvert La Faute-sur-Mer en vacances.

« Cela ne m’intéresse pas, je préfère aller me promener sur la plage, confie-t-il. Avant, il n’y avait que des champs et des vignes ici. On a sans doute un peu trop construit depuis… »

Après une pause estivale à partir du 15 juin, le ballet des bulldozers reprendra en septembre pour environ 200 maisons de La Faute-sur-Mer. Au total, le chantier devrait s’étaler sur quatre ans.

 

Florence PAGNEUX, à La Faute-sur-mer (Vendée)

Les pelleteuses sont entré en action à La Faute sur Mer

Les pelleteuses sont entré en action à La Faute sur Mer

Au moment où les pelleteuses attaquaient lundi les premières maisons condamnées par la tempête Xynthia à la Faute-sur-Mer, les souvenirs douloureux des badauds venus regarder les démolitions depuis la digue refaisaient surface.
«Vous savez, mon père avait encore des choses à vivre, c’était pas son heure et puis nos amis, chez qui le grand-père et son petit-fils de deux ans sont morts, c’était pas leur heure non plus». Les bras croisés et ses larmes cachées par des lunettes noires, Gisèle Arnault est venue à dessein, regarder le travail des ouvriers et des engins de chantier, quoi qu’il lui en coûte.
«Ca fait mal au coeur mais il faut que ça se fasse, pour plus que ça recommence, il y a eu trop de morts pour une si petite commune», ajoute Mme Arnault.
Le 28 février 2010, dans la nuit noire, la submersion marine causée par la tempête Xynthia a emporté 29 vies, principalement des personnes âgées et des petits-enfants, dans cette commune d’environ 700 habitants. La plupart se trouvaient dans des lotissements récents, construits au pied d’une digue, sous le niveau de la mer.
Face à ce drame inédit, les pouvoirs publics ont choisi une solution inédite: racheter toutes les maisons situées en zone dangereuse pour les détruire puis retourner les terrains à leur état initial, des marécages. A la Faute et l’Aiguillon sur mer, 696 maisons ont fait l’objet d’un accord de vente amiable: toutes doivent être détruites d’ici quatre ans.
Après deux semaines de préparation du chantier, de sécurisation, de désamiantage, de récupération des fils électrique et d’arrachage de la plomberie, les pelleteuses sont arrivées.
Une première maison est déjà en miettes. Les chenilles de l’engin orange roulent sur ce qui était, il y a quelque jours encore, une maison blanche aux tuiles couleur de terre.
Une petite pelleteuse va et vient à l’intérieur d’une maison toute proche de la digue pour arracher les cloisons intérieures, l’isolation, les encadrements de fenêtre. Un bulldozer ramasse les gravats pour les sortir du chantier. Des tas de laine de verre sont entreposés sur un côté.
«Ca fait mal au coeur, c’était tout neuf, c’était mignon, la végétation commençait à peine à pousser», regrette Jacqueline, une habitante de la Faute-sur-mer, proche de victimes qui n’ont pas eu le coeur de venir elle-même sur la digue. «C’est fini, on va tourner la page, il y aura de la végétation et ce sera fini».
Michèle et Gérard Fourgereau, retraités, passent et repassent sur la digue, lentement. Leur maison était de l’autre côté du lotissement en cours de démolition, elle fera partie de la première «tranche».
Ils sourient mais ce qu’ils racontent, les yeux tournés vers leur ancienne maison, est un calvaire: «Nous étions avec notre fille, son mari et nos deux petits enfants. Il y avait déjà beaucoup d’eau et quand je me suis levée, je suis tombée et je me suis cassé l’épaule», raconte Michèle.
«Nous sommes tous sortis de la maison, par une fenêtre, je tenais un de nos petits enfants, mon gendre un autre et ma femme a réussi à nager quand même: nous nous sommes accrochés à la maison des voisins. Quand les sauveteurs sont arrivés à 6h00 du matin, j’allais lâcher», ajoute Gérard. «La chance c’est qu’on est tous les six vivants», soulignent-ils tous les deux.
«C’est dommage, on était bien», murmure tout de même Michèle en regardant travailler la pelleteuse qui arrache les arbustes d’un jardinet.
AFP

 

Les opérations de démolition ont commencé. 823 maisons en zone noire seront détruites.

 Demain, le lotissement des Voiliers, à La Faute-sur-Mer, aura disparu. Le chantier de démolition, qui vise plus de 800 maisons en zone noire, devrait s'étaler sur quatre ans.  photo xavier léoty   

Demain, le lotissement des Voiliers, à La Faute-sur-Mer, aura disparu. Le chantier de démolition, qui vise plus de 800 maisons en zone noire, devrait s’étaler sur quatre ans. PHOTO XAVIER LÉOTY

Un village fantôme. Les rues sont désertes, bordées de maisons abandonnées. Certaines sont murées, d’autres laissent deviner par une porte entrouverte qu’ici, autrefois, il y avait de la vie. Des tamaris efflanqués reverdissent timidement. Au 38 de la rue des Voiliers, un bouquet de coucous n’en finit pas de faner. Une photo au milieu, celle d’une femme, la cinquantaine souriante.

La brume qui tarde à se lever filtre un jour funèbre. Le silence est total. Au loin, pourtant, une rumeur parasite se précise quand on s’en approche. C’est dans la rue du Chasse-Marée que ça se passe. Une douzaine d’hommes et quatre engins de chantier sont à pied d’œuvre. Ils se sont attaqués à un groupe de maisons basses dont l’une est déjà par terre. Les ouvriers démontent les huisseries, entassent les matériaux isolants dehors. Deux appareils de levage à bras télescopique cassent le sol, vident l’intérieur des gravats qui l’encombrent. Puis c’est au tractopelle d’entrer dans la danse. Quelques minutes lui suffisent pour démolir le rêve de toute une vie.

823 maisons en zone noireLa Faute-sur-Mer, 28 mars 2011. Treize mois jour pour jour après la tempête Xynthia qui a tué ici 29 personnes, le chantier de démolition – pardon, de « déconstruction » – des maisons situées en zone noire – pardon, en « zone de solidarité » – a commencé. Le chantier devrait s’étaler sur quatre ans.

Il coûtera quelques millions supplémentaires à l’État, qui a déjà déboursé en moyenne 220 000 euros pour racheter les biens sinistrés.

À La Faute et à L’Aiguillon-sur-Mer, 823 habitations se trouvent en zone noire. 696 font l’objet d’un accord amiable, d’après la préfecture de la Vendée, et 539 ventes sont déjà signées. C’est l’agence girondine de la société Grenier-Lafarge, basée à Floirac, qui gère cette première tranche. 95 maisons seront détruites avant le 15 juin. Les travaux reprendront à la mi-septembre, après la pause estivale.

Les badauds sont rares ce lundi matin sur la digue qui surplombe le lotissement des Voiliers. Les médias sont là, les policiers de la DCRI aussi (Direction centrale du renseignement intérieur), mais pas les habitants. « Ils n’ont pas envie de voir ça, soupire Renaud Pinoit, vice-président de l’Avif (Association des victimes des inondations de La Faute). Après ce qu’ils ont vécu ici, ils veulent surtout tourner la page. »

La tempête Xynthia a tué 47 personnes sur le littoral atlantique. Dont 29 dans la seule commune de La Faute-sur-Mer. Elles habitaient le lotissement des Voiliers ou celui, voisin, des Doris. Deux lotissements modestes, qui comptent plus de « Sam’suffit » que de villas somptueuses, construits entre l’océan et la rivière le Lay, en zone inondable. Le préfet de Vendée, après la catastrophe, baptisera ces anciens prés à vaches, que chaque grande marée inondait, « la cuvette de la mort ». Bien vu, mais un peu tard.

« La plupart des habitants étaient des résidents secondaires, poursuit Renaud Pinoit. Ils ont trouvé autre chose ailleurs, ou alors ils sont partis pour ne plus revenir. » « Pour beaucoup, vendre a été un crève-cœur, ajoute François Anil, de l’Avif, mais comment faire autrement ? Quand on a vécu ça, on est marqué à vie. Il y a eu 29 morts mais il aurait pu y en avoir des dizaines de plus. »

Le 28 février 2010, sa propre maison, près du centre-bourg, baignait dans plus d’1 mètre d’eau. Il n’a pu s’y réinstaller que le week-end dernier. « Je suis hors zone noire. Mais si on m’avait proposé de racheter ma maison, je crois que j’aurais dit oui. »

Retour à la nature« Plus jamais ça. » C’est tout ce qui importe aux sinistrés, aux familles des victimes et à leur association. « Notre action en justice n’est pas une agression contre la mairie de La Faute, précisent Renaud Pinoit et François Anil. Nous voulons simplement comprendre. Il y a des gens qui ont des responsabilités et qui n’ont pas fait leur boulot. Si les procédures avaient été respectées, rien n’aurait jamais été construit ici. »

L’enquête pénale en cours devra déterminer la chaîne des responsabilités, de la mairie, qui a favorisé l’urbanisation de zones inondables, aux services de l’État, qui ont laissé faire.

Dès 2006, un rapport d’un ingénieur de la DDE, Stéphane Raison, qui venait de piloter le PPRI de l’île de Ré (plan de prévention des risques d’inondation), pointait le danger : « La conjonction de deux phénomènes, de crue dans l’estuaire du Lay et de submersion marine, pourrait avoir un impact très important sur les zones densifiées à l’arrière d’un réseau de digues vieillissant », écrivait-il. Il n’a pas été entendu. Pas plus que les écolos, les associations et autres Cassandre de tout poil, tous ces empêcheurs de bétonner en rond.

Un couple de retraités regarde le ballet bien réglé des engins de chantier. Ils sont de Cerizay, dans les Deux-Sèvres. Ils ont acheté une parcelle et un mobil-home à la pointe d’Arçay. Par chance, le jour de Xynthia, ils n’étaient pas là. « Ça fait très mal de voir ça, soupire la femme. Soit ça fout le bourdon, soit ça met en colère. » « Ou les deux… », complète François Anil.

Demain, le lotissement des Voiliers aura disparu ; après-demain, celui des Doris. Et la nature reprendra des droits que l’homme n’aurait jamais dû lui confisquer.

 

Vigilance

Détail Vendée

Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci