Le maire de La Faute -sur-Mer arrivant au tribunal des Sables-d'Olonne le 14 avril 2011
Le maire de la Faute-sur-mer, René Marratier, a été mis en examen jeudi pour « homicide involontaire »

Il est également poursuivi pour « mise en danger » de la vie d’autrui après le drame de la tempête Xynthia, a indiqué son avocat, Me Olivier Metzner.

Le 28 février 2010, la brusque montée des eaux provoquée par l’effet conjugué des vents violents et d’une marée de fort coefficient avait fait 29 morts dans la petite station balnéaire vendéenne.

 

M. Marratier, 58 ans, maire depuis 1989, avait été placé en garde à vue mercredi matin dans le cadre d’une information judiciaire pour « homicide  involontaire », « mise en danger de la vie d’autrui », « abstention de combattre un sinistre » et « prise illégale d’intérêt ».

Les gendarmes enquêtent depuis plusieurs mois sur différents aspects du drame provoqué par la tempête Xynthia , comme le processus d’alerte, la  réactivité des secours, mais aussi les conditions d’urbanisation des lotissements inondés. L’élu nie toute défaillance dans le processus d’alerte et toute irrégularité dans l’octroi des permis de construire, selon son avocat.

D’autres élus en garde à vue
La première adjointe de la commune, en charge de l’urbanisme, Françoise Babin, et le maire-adjoint membre de la commission locale urbanisme et responsable d’une entreprise de construction immobilière, Patrick Maslin, ont aussi été placés en garde à vue ces derniers jours, puis relâchés.

Mme Babin est la mère de Philippe Babin, un promoteur immobilier. Celui-ci est à la tête d’une entreprise qui avait des parts dans trois des quatre lotissements construits dans la « cuvette mortifère » où plusieurs personnes ont trouvé la mort. Interrogée à ce sujet en mars 2010, peu après la catastrophe, l’élue avait déclaré n’avoir « rien à cacher ». « Je n’ai signé aucun permis de construire qui concerne la SARL Babin, tous les documents de lotissements ont été instruits par la DDE et les permis de construire signés par le maire », avait-elle dit.

L’alerte météo du 27 février 2010
Pour Me Metzner, viser les élus locaux revient à s’en prendre « aux  lampistes » alors que « les responsabilités sont à rechercher à leur vrai niveau, c’est-à-dire l’Etat, dans les services de la préfecture et de la météo », dans le processus d’alerte. Un des maillons de ce processus d’alerte, Samuel Veillard, responsable des pompiers et des secours à l’Aiguillon-sur-Mer, a passé jeudi matin deux heures à la gendarmerie.

Le 27 février 2010, le bulletin d’alerte météo transmis par la préfecture de Vendée à tous les maires concernés, y compris celui de la Faute-sur-Mer prévenait d’un risque de « fortes vagues déferlant sur le littoral » et « d’une élévation temporaire du niveau de la mer pouvant submerger certaines parties du littoral ». « Si vous êtes riverain d’un estuaire, prenez vos précautions face à de  possibles inondations et surveillez la montée des eaux », précisait le message de mise en vigilance rouge concernant la Vendée.

Une catastrophe qui « n’est pas le fruit du hasard »
De façon plus globale, « le bilan de la catastrophe qui a touché l’ouest de  la France le 28 février 2010 n’est pas le fruit du hasard » mais « l’aboutissement d’un processus de construction du risque qui a autorisé l’installation de populations vulnérables dans des habitations inadaptées au risque inondation et clairement exposées à la submersion marine », selon une étude universitaire publiée en février 2011 dans un hors-série de la revue « Place Publique ».

« La totalité des victimes à la Faute-sur-mer habitait des maisons construites depuis 1980 », selon cette étude menée par des chercheurs du laboratoire Gouvernance, risque, environnement développement (GESTER) de l’université de Montpellier.

Différentes expertises menées après la tempête ont permis d’établir qu’à la Faute-sur-Mer, environ un demi-millier de maison -soit une sur cinq – avaient été bâties en zone inondable. La plupart des victimes ont péri noyées dans des lotissements construits en dessous du niveau de la mer. Le drame avait soulevé de nombreuses questions sur les permis de construire délivrés pour ces lotissements.

 

8 réponses à to “Le maire de la Faute-sur-Mer mis en examen (France Télévision avec agences)”

  • MA says:

    Ben oui les arguments sont un peu étonnants et pas loin de la caricature.
    Soit l’avocat n’a pas eu le temps de travailler le dossier et reprend les arguments poussés par son client, soit ils se sont vraiment bien trouvés tous les 2 , bien assortis …
    ca promet

  • Kelio says:

    Quand je pense que l’avocat fait une distinction entre « commune » et « littoral » pour dédouaner son client, on croit rêver : La Faute, à ma connaissance, n’est pas perchée en haut de l’Himalaya, avec l’Atlantique à ses pieds…

  • Loutron says:

    On retrouve les termes des différents message d’alerte diffusés par Météo-France, avec leur chronologie, dans les deux rapports parlementaires (Assemblée nationale et Sénat) consacrés à l’analyse des causes et conséquences de Xynthia.

  • escabourg says:

    Kiwi dans l’article ci dessus!!

  • kiwi says:

    @escabourg

    peux tu nous dire ou tu as trouvé ces renseignements et ces mots exacts car c’est important pour nous tous de vérifier la véracité de tes dires.

  • Maurice says:

    Bonjour,
    Ce soir-là m.le maire avait mieux à faire que consulter les bulletins météo :il dînait chez des amis. Pourtant, il aurait pu lire:http://www.paralia.fr/jngcgc/10_27_raison.pdf. Le maire de La Tranche aussi avait mieux à faire: assister aux Césars ! C’est vrai qu’une alerte rouge, pffff!..

  • escabourg says:

    Enfin c’est dit…et ça ne fait que commencer…

    Le 27 février 2010, le bulletin d’alerte météo transmis par la préfecture de Vendée à tous les maires concernés, y compris celui de la Faute-sur-Mer prévenait d’un risque de « fortes vagues déferlant sur le littoral » et « d’une élévation temporaire du niveau de la mer pouvant submerger certaines parties du littoral ». « Si vous êtes riverain d’un estuaire, prenez vos précautions face à de possibles inondations et surveillez la montée des eaux », précisait le message de mise en vigilance rouge concernant la Vendée.

    29 morts par négligence…???

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2011
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci