Archive pour le 15 avril 2011

1 2 »

Le Préfet de Vendée a accordé une interview exclusive à Mélanie Domange de France Bleu Loire Océan.
Après les propos de Maître Metzner, l’avocat de René Marratier, maire de La Faute sur Mer, le préfet Jean Jacques Brot a tenu à rappeler que, selon lui, toutes les consignes de sécurité et d’alertes étaient connues de tous avant la tempête.

Jeudi, Maître Meztner déclarait que le maire de La Faute sur Mer, avait été mis en examen pour « cacher d’autres responsabilités… » Notamment celle du Préfet qui aurait envoyé une lettre à René Marratier le 27 février 2010, la veille de la tempête, en donnant comme consigne aux habitants de rester chez eux.

Cliquez en dessous pour écouter l’interview

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

A La faute sur Mer les réactions sont mitigées
Lire la suite de cette entrée »

René Maratier en examen, réactions.

 

Lire la suite de cette entrée »

Xynthia: l’urbanisme de La-Faute-sur-mer en cause ?

Lire la suite de cette entrée »

Mise en examen du maire de la Faute sur Mer dans l’enquête sur l’affaire xynthia

Lire la suite de cette entrée »

La responsabilité dans le drame de la tempête Xynthia est « partagée », a estimé vendredi le président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF) Vanik Berberian, alors que le maire de la Faute-sur-mer (Vendée) a été mis en examen jeudi.

René Marratier est poursuivi pour « homicide involontaire » et « mise en danger de la vie d’autrui » après le drame de la tempête Xynthia, qui avait fait 29 morts en février 2010.

Il a toujours démenti toute défaillance dans le processus d’alerte le soir de la tempête et toute irrégularité dans l’urbanisation de sa commune touristique.

« Je pense que la responsabilité est partagée », a réagi M. Berberian, qui reconnaît « ne pas connaître très précisément le sujet ».

« Chacun est dans son réflexe de Pavlov, sortir les parapluies et dire : +Ce n’est pas moi, c’est l’autre.+ », ajoute-t-il, interrogé par l’AFP.

« Ce qui est désagréable, c’est que tout le monde tombe à bras raccourcis sur l’élu alors que la responsabilité ne peut être uniquement celle du maire. »

Selon lui, « on peut imaginer que les promoteurs sont actifs dans ces situations, la population aussi, on voit combien elle fait parfois pression sur les maires pour avoir des passe-droits… Et c’est difficile de résister. »

« Ce n’est pas pour dédouaner le maire de sa responsabilité, mais le mettre tout seul face à la situation, c’est un peu curieux », conclut-il.

Créée en 1971, l’AMRF rassemble près de 10.000 maires de communes de moins de 3.500 habitants.

 

Xynthia :

L’atmosphère s’alourdit à la-Faute-sur-mer

Lire la suite de cette entrée »

Il est reproché à René Marratier, le maire de La Faute-sur-Mer, en Vendée, d'avoir déliré des permis de construire en zone inondable.

Il est reproché à René Marratier, le maire de La Faute-sur-Mer, en Vendée, d’avoir déliré des permis de construire en zone inondable. © MaxPPP Franck Dubray

La politique d’urbanisation du maire, mis en examen jeudi, est connue de longue date.

René Marratier aurait-il eu la folie des grandeurs ? Le maire de La Faute-sur-Mer, à qui il est reproché d’avoir délivré des permis de construire en zone inondable, a tout d’un « self-made-man », qui a bâti son succès sur une politique d’urbanisme effrénée.

Le maire de la commune vendéenne, dans laquelle 29 personnes étaient mortes dans la nuit du 27 au 28 février 2010 lors de la tempête Xynthia,a été mis en examen jeudi pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d’autrui.

René Marratier n’est pas « le bon coupable »

Pour son avocat, Me Olivier Metzner, cette mise en examen sonne faux. D’après lui, René Marratier n’est pas « le bon coupable ». A la veille de la tempête Xynthia, a-t-il rappelé vendredi sur Europe 1, il a docilement suivi l’avis de la préfecture de Vendée, qui avait appelé les communes touchées par la catastrophe à convier leurs habitants à « rentrer chez eux ».

« Monsieur Marratier habite lui-même » dans la zone inondable, et « a pris le même risque » que ses voisins, a défendu l’avocat, qui réfute tout manque de vigilance de son client, à qui il est notamment reproché d’avoir délivré des permis de construction en zone inondable.

Pour Me Olivier Metzner, la justice ne cherche pas du « bon » côté:

Voir l’article ici

Urbanisation à outrance

Pourtant, l’élu est connu pour son goût prononcé pour la construction à outrance. L’ancien camionneur et chef d’une entreprise de transports routiers a été élu pour la première fois en 1989. Depuis, il n’a jamais cessé de mener sa politique d’urbanisation à grande échelle.

En l’espace de vingt ans, La Faute-sur-Mer, station balnéaire, est passée de 500 maisons à 5.000 résidences, essentiellement secondaires. Commerçant et artisans s’y sont développés avec une aisance particulière.

Coutumier des bras-de-fer avec la préfecture

René Marratier a tout d’un maire populaire. Depuis 1989, il a aligné quatre mandats, en récoltant chaque fois plus de 60% des voix. Lorsqu’il s’est vu confronté aux difficultés administratives, l’élu a su lever ses troupes. En 2001, quand le préfet de Vendée ferme le camping municipal, situé en zone inondable, il arrive à rassembler un millier de manifestants. Grâce à un tel appui, René Marratier obtient gain de cause.

En 2007, nouveau bras-de-fer avec la préfecture, qui tente d’imposer un plan de prévention des risques d’inondation à la Faute. Une fois de plus, René Marratier tient bon. Il multiplie les moyens dilatoires pour continuer à construire de nouveau logements, quasiment à marche forcée.

Certains dénoncent le « système Marratier »

Après la tempête Xynthia, les langues se sont toutefois déliées, dénonçant un « système Marratier », basé sur le clientélisme et l’omerta. Ainsi, pour Renaud Pinoit, le vice-président de l’Avif, l’association des sinistrés de La Faute-sur-Mer, René Marratier « a une part de responsabilité » dans la catastrophe de février 2010. « Il a dit lui-même qu’il fallait être idiot de dire qu’on n’était pas au courant que c’était une zone inondable », a-t-il fustigé sur Europe 1.

Reste que René Marratier peut compter sur les commerçants de la ville qui, pour la plupart, considèrent qu’il a contribué à stimuler l’économie de la commune. Ainsi, témoigne une coiffeuse, la mise en examen du maire « est injuste ». « Ce n’est pas lui le responsable », car, dit-elle, « contre une tempête, on ne peut rien faire ».

 

Ce jeudi, René Marratier, le maire de La Faute-sur-Mer, où 29 personnes sont mortes lors de la tempête Xynthia, a été mis en examen. Il est le premier mais d’autres poursuites pourraient suivre… Réactions des avocats et des victimes.

Plus d’un an après Xynthia, la justice cherche toujours des responsables. Hier jeudi, une première mise en examen aux Sables d’Olonne, en Vendée, a visé le maire de La Faute-sur-Mer, la commune la plus touchée par la tempête. 29 personnes y ont trouvé la mort le 28 février 2010. René Marratier, 58 ans, devra répondre d' »homicide involontaire » et de « mise en danger de la vie d’autrui ».
La justice lui reproche d’avoir donné des permis de construire dans des zones englouties par la montée des eaux, lors de la tempête. D’après des expertises menées depuis dans la commune, une maison sur cinq était bâtie sur un terrain inondable.
Le procureur en charge de l’enquête, Thierry Dran, n’a pas exclu d’autres mises en examen.
« Que M. Marratier ne porte pas le chapeau tout seul »
Satisfait de cette première mise en examen, Renaud Pinoit, vice-président de l’association des victimes de l’inondation de La Faute-sur-Mer, tempère : « ça nous paraît logique qu’il soit inquiété, ou en tout cas interrogé par la justice. Mais il ne faut pas qu’il y ait qu’une tête. D’ailleurs on ne cherche pas la tête, c’est pas le but du jeu, c’est plutôt que ça ne se reproduise plus, qu’on en fasse un exemple. Et en tout cas on est d’accord sur le fait que monsieur Marratier ne porte pas le chapeau tout seul. »
« Un petit élu local qui n’a fait que respecter les ordres du préfet »
Dénonçant la poursuite d’un « fusible », Me Olivier Metzner, l’avocat de René Marratier, explique : « On prend le niveau le plus bas, celui d’un petit élu local qui n’a fait que respecter tout ce que lui a demandé l’autorité préfectorale. Tous les permis de construire ont été validés par le préfet. Et pour les événements, il a scrupuleusement respecté les ordres donnés par le préfet, qui sont écrits et dont j’ai la preuve, et qui étaient de conseiller aux gens de rester chez eux. Et ceux qui sont restés sont malheureusement décédés. »
« Que M. Marratier assume ses responsabilités »
En effet, René Marratier assure avoir respecté les règles d’urbanisme. Ce dont doute sérieusement Corinne Lepage, l’avocate des victimes de Xynthia : « Que l’importance de la catastrophe n’ait pas été prévisible, oui. Que monsieur Marratier se soit arrangé, en toute connaissance de cause, pour obtenir l’autorisation de remblayer une zone totalement inondée, qu’il ait ensuite délivré les autorisations de lotir, puis les permis de construire ; franchement il faut arrêter et assumer ses responsabilités. »

Me Olivier Metzner, l’avocat de René Marratier, le maire de la Faute-sur-Mer, mis en examen pour « homicide involontaire » et « mise en danger de la vie d’autrui » dans le cadre de la tempête Xynthia, a déclaré vendredi sur Europe 1 que la responsabilité de son client n’était pas avérée, puisqu’il avait délivré des permis de construire avec l’aval des autorités compétentes. « On n’est pas tombé sur le bon coupable », a déclaré l’avocat. « Les permis qu’il a accordés, il l’a fait avec l’accord du préfet, avec la validation du tribunal et de la cour d’appel administrative », a ajouté Me Olivier Metzner.

René Marratier « ne supporte pas qu’on lui fasse porter la responsabilité », a-t-il poursuivi. Le jour de la tempête Xynthia, le préfet a déclaré une alerte rouge, conseillant aux habitants « de rentrer chez eux », a par ailleurs rappelé l’avocat, insistant de fait sur la responsabilité de l’institution.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

53 − 49 =

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2011
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci