Dossier d’enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique
Expropriation pour risque grave pour la vie humaine

D U P final  (dossier en version PDF)

52 réponses à to “AARPA dossier d’enquête pour la pointe de l’Aiguillon”

  • MC says:

    Bonjour

    merci à DUP2012 pour ces précisions très « pointues »…

    Je ne sais pas si nous nous connaissons, mais je vois que vous connaissez bien La Pointe de l’Aiguillon et la région.

    Aujourd’hui, nous attendons le rapport des commissaires enquêteurs et des réponses à différents courriers envoyés aux différents services de l’Etat et ainsi qu’aux responsables politiques locaux et nationaux.

    j’espère que notre cause sera entendue, comprise et défendue, et que nous allons enfin être compris et obtenir les mêmes droits que ceux qui se sont battus (ou pas) pour conserver leurs biens.
    La protection de la Pointe de l’Aiguillon relève de la responsabilité de l’Etat et, à ce jour j’attends toujours des réponses à ce sujet.

    Thumb up 14

  • PREVERT

    QUOI ? ? ? il a le droit de vendre….? ? Je ne veux pas « revenir » sur notre triste expérience vécue au Gd R : Xynthia d’une part, c’est vrai que comparativement aux 29 décès, la perte de notre mobilhome c’était banal, mais le vol que nous avons subit…… l’argent versé pour la location de notre emplacement – PAS REMBOURSé….- XYNTHIA pour les propriétaires du camping A ETE UNE AUBAINE, sans compter toutes les indemnités qu’ils ont perçues en temps que SINISTRES, PAS NOUS…. —
    Je crois avoir entendu sur FR3 que la cour des comptes intervient ou va intervenir à LA FAUTE…. Est ce que le capitaine ne quitterait pas son navire… comme pour un certain paquebot de croisière…???? j’espère que le futur acquéreur sera informé…. JE PLAINS CEUX QUI SONT PROPRIETAIRES DE LEUR MOBILHOME AU GRAND R, j’en arrive à me dire que j’ai eu de la CHANCE….

    Thumb up 10

  • prévert says:

    on vient d apprendre la mise en vente du camping le gd R rte de la tranche …..
    quel est le «  » » pigeon «  » a vouloir acheter un camping innondé lors de xynthia ?
    1m80 d eau de mer venue par la belle henriette …

    Thumb up 14

  • Musette says:

    Merci Monique pour cet article de Lutte Ouvrière ( tu imagines la gauche révolutionnaire !), qui rappelle qu’un travailleur est un être humain comme les autres et qu’il est interdit de le noyer !
    Des fois, la connerie et la saloperie combinées me laissent pantoise…

    Thumb up 11

  • brigitte says:

    Désolée, Titi, je m’aperçois que je me suis trompée : il s’agissait d’une extension du PRL air marin et non du grand R

    Thumb up 8

  • monique94 says:

    « reconvertir en logements sociaux les maisons classées en « zones noires » après la tempête Xynthia, c’est-à-dire les maisons situées en zones inondables. Selon le député, les maisons que l’État juge aujourd’hui trop dangereuses pour être habitées seraient toujours assez bonnes pour les travailleurs pauvres. On ne peut être plus méprisant à leur égard. »

    http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2271&id=30

    Thumb up 8

  • titi says:

    en quoi consiste cette extention du grand R ?
    quelqu un peut nous expliquer ?

    Thumb up 6

  • brigitte says:

    Madeleine,
    Le camping municipal avait une position bien particulière puisqu’il était sur le DPM. On voit très bien sur la photo du bandeau de ce site que cette zone est « aux premières loges » en cas de submersion ! L’Etat avait refusé il y a plusieurs années de renouveler la concession et c’est son droit.
    Oui, il aurait dû être fermé beaucoup plus tôt et je suis d’accord avec Musette, l’Etat a manqué de fermeté sur bien des points…Non, Sa Seigneurie n’est pas une pauvre victime des décisions de l’Etat comme il ne sera pas victime non plus des décisions de justices prises à son encontre.

    Les autres campings sont des propriétés privées et les fermer pose le même problème que la destruction des centaines de maisons encore en insécurité sur la commune. Il y a une énorme différence entre refuser un nouveau projet ( ce qui a été fait je crois pour une extension du grand R) et détruire ce qui existe sans essayer de trouver des moyens de protections.

    Thumb up 12

  • Madeleine says:

    Bonsoir brigitte
    Pour ce qui concerne le camping municipal, que je sache, il n’était pas le seul à avoir été inondé et pourtant il a été fermé de chez fermé et cette décision, je l’associe directement au refus de la municipalité (en 2001)de le fermer malgré sa situation en zone inondable. Alors ne parlons ni de « tape sur les doigts » ni d’un règlement de comptes en 2010 entre notre bon roi René et la préfecture, mais tout de même, son clou lui a bien été rivé. Ceci dit, je ne prétends absolument pas que ce camping ne devait pas être fermé, mais alors pourquoi ne pas avoir fait de même avec les autres tout aussi en zone inondable (Flots bleus & Grand R)

    Thumb up 12

  • Musette says:

    « Quand on n’obéit pas, on se fait taper sur les doigts »..
    En ce qui me concerne, j’aurais aimé que la Préfecture y aille au gourdin pour empêcher les initiatives de cette municipalité ! Vous semblez réduire, Madeleine, cette affaire très grave à des querelles de bac à sable ! Tout de même, il s’agit d’illégalité et de la mise en danger de la vie d’autrui !…

    Thumb up 13

  • brigitte says:

    Je ne suis pas d’accord avec vous Madeleine.
    Il y a déjà eu des tempêtes et inondations en été (cf les divers historiques de la région).
    Ce n’est pas fréquent, mais Xynthia non plus n’était pas un phénomène fréquent et pourtant…
    Et puis les aléas de la vie font que parfois, des familles dans le besoin habitent à l’année dans un mobil home avec tous les risques que cela comporte en zone inondable…
    Il ne faut pas être parano mais rester vigilants.
    Quant au camping municipal, la préfecture avait demandé sa fermeture pour risque d’inondation depuis 2001. A l’époque, il n’y avait aucun pensée « règlement de compte » avec la Préfecture. L’état du camping municipal, après la tempête, (malgré la rehausse des digues) justifie à mon avis amplement sa fermeture.

    Thumb up 16

  • Madeleine says:

    re… pardon. Paragraphe 2, dernière phrase, il y a un mais de trop. merci de votre indulgence.

    Thumb up 5

  • Madeleine says:

    Juste mon petit grain de sel. Bonjour tout de même!
    Pour autant que je le sache, les risques de grande tempête ne se présentent pas en période estivale. Il n’est pas sorti du fond d’un chapeau que les périodes d’ouverture des campings soient du 15 avril au 15 septembre de chaque année que ce soit pour les campeurs ou les occupants de mobile-homes.
    Maintenant, il faut dire que Xynthia s’est produite un jour où la marée n’était pas encore au plus fort (c’était le sur lendemain si j’ai bonne mémoire) mais il y a eu concordance du vent et de la dépression et c’est cette dernière, je pense, qui a fait débordé le LAIT. Souvenons nous de 1999: très fort vent, forte marée et pourtant mais pas de dépression, et pas de débordement.
    Pour ce qui est de la réouverture des campings dès le 15 avril suivant, ce qui me choque d’avantage c’est que tous n’aient pas ouvert et je ne parle pas du camping municipal car là il semblerait qu’il s’agisse d’une sorte de règlement de compte entre la préfecture et la municipalité. Quand on n’obéit pas, ont se fait taper sur les doigts.
    Maintenant, ceci n’est qu’une simple réflexion et n’engage que moi.
    Bonne journée

    Thumb up 8

  • puce says:

    h et m
    pas trés rassurant d habiter le quartier du gd R !
    l eau reviendra hélas par la dune .
    j espére seulement ce jour la que personne ne sera dans ce camping ,parce que avec xynthia l eau est venue par la mer et s est bloquée contre la digue au fond du terrain ..quand on pense que cette partie la du terrain est réservée aux ptes toiles de tente …au moment de la tempete il y a eu tout de meme 1,80 d eau …c est pas pour rien que tous nos mobilhomes sont partis a la casse …..et pourtant malgré le danger ce camping a rouvert 3 mois plus tard !!!
    ce qui se passe a la faute est incomprehensible et d une logique impressionnante !
    pourquoi ??? toujours les memes questions ??le fric d abord ,la sécurité des vacanciers ensuite ..

    Thumb up 17

  • tristesse says:

    Merci DUP2012 pour toutes vos explications très instructives et qui nous font comprendre que la nature est souvent plus forte que l’homme et que l’on ne lutte pas à arme égale contre l’eau et le vent.

    Thumb up 12

  • h et m says:

    il est inadmissible que certains pensent reloger des « pauvres » aux mêmes endroits que certains « sinistrés » là où l’Etat a racheté des maisons en zone noire – quel gâchis – on est en période de crise – d’accord – mais quand même – alors il fallait laisser le choix où gens s’ils voulaient garder leur maison.
    Quant à la Belle Henriette que faudrait-il faire pour que le danger ne se reproduise pas rapidement – la dune reconstituée ne me rassure pas du tout car j’habite près du Grand R

    Thumb up 16

  • DUP2012 says:

    A fauxfautais99
    Entièrement d’accord fauxfautais99 , c’est bien là une réalité.
    Plus proche de chez nous, l’Ile de Ré à bien reçu son pont … ! Et vite fait !
    Sa position géographique peut être comparée au Mont St Michel.

    Chez nous, nous devrons vivre au rythme de la nature et nous avons intérêt à ce que la baie se ferme !
    Pourtant nous avons échappé au sort du Mont st Michel.
    Un st Michel qui avait sur le rocher de la Dive un Hermite qui avait sa petite chapelle.
    Ce lieu existe encore de nos jours sur l’Ile. La commune de St Michel en l’Herm porte une empreinte de ces Hermites. L’Herm ! en mémoire de ces Herm—ites a été ajouté au St Michel.

    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=les+ravaux+de+la+baie+du+mont+st+michel&source=web&cd=1&ved=0CCcQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.projetmontsaintmichel.fr%2F&ei=s_QwT7DxOYPD8QOKytz8Bg&usg=AFQjCNG7BWtkAcxK5UYZT0DXOYw4HaxM0w&cad=rja

    Thumb up 9

  • DUP2012 says:

    à MC

    Pour éviter la confusion j’apporte une précision :
    Dans le cinquième paragraphe : il faut supprimer le: En 2012 ! et lire :

    Dans une logique d’évolution du comblement du Marais Poitevin, la pointe de l’Aiguillon dite historiquement, « le pointeau de l’Eguillon ou vivaient les premiers occupants sous des huttes bien fragiles construites en vase de la baie et paille recouvertes par des roseaux du marais » , sera probablement, rejointe par la Pointe d’Arçay dans les prochaines décennies.

    La sortie de la rivière du Lay rejoindra le lit de la Sèvre Niortaise. Alors le village « des pointus actuels » avec ses habitations sécurisées défendues par l’AARPA, sera récompensé de ses efforts à la survie en recevant cette nouvelle protection naturelle qui sera faite d’estran et de dune de sable. La solution de Peter aurait été plus rapide, mais aussi plus coûteuse. Par manque de finance publique, la nature sera donc obligée de continuer son œuvre et même si l’Océan s’élève… !

    Il est évident que l’évolution ne se fera pas en 2012 mais dans les années prochaines.
    L’espoir est de savoir que cette évolution n’est pas régulière. L’Histoire nous le prouve et les scientifiques nous confirment que notre zone de la baie de l’Aiguillon est une des rares en progression de nos jours. Elle est sous surveillance et nous allons suivre avec intérêts cette évolution qui est un dont de la nature.

    Encore bon courage aux Pointus.

    Thumb up 12

  • fauxfautais99 says:

    Merci DUP2012 pour ces explications claires et précises. Beaucoup de rivières ont vu leurs cours errer et changer d’embouchure. Parfois l’homme est arrivé à les stabiliser. A La Faute et l’Aiguillon cela risque d’être hors de portée entre la grande quantité d’alluvions que charrie le Lay et le cordon dunaire évoluant sous l’action de la mer. Il n’y a qu’à voir les difficultés pour maintenir le Mont St Michel sous sa forme d’ile. Mais La faute n’est pas au patrimoine mondial de l’UNESCO et ne voit pas défiler des millions de touristes.

    Thumb up 10

  • DUP2012 says:

    A MC :

    Je reviens vers vous pour vous préciser que l’homme n’a pas dévié la sortie de l’estuaire du Lay au niveau de la Belle Henriette en d’autres temps!

    Il ne faut pas tout mélanger, il y a la Rivière et il y a l’Estuaire. Cet ancien passage de l’estuaire a été tout simplement modifié par les forces naturelles qui continuent de nos jours à construire la presqu’île de la Faute en direction de votre Pointe de l’Aiguillon .Cet envasement des deux pointes va bientôt poser des problèmes pour le mouvement des bateaux et notamment à marée basse.

    Je confirme donc que l’homme n’a pas dévié cet estuaire et que c’est l’Océan et le vent qui ont modelé la sortie actuelle en direction de la baie de l’Aiguillon !
    C’est tout simplement le prolongement de la formation du cordon dunaire qui prend sont départ au niveau de St Vincent de Jard et Longeville et se prolonge jusqu’à la pointe d’Arçay. D’ailleurs, vous noterez que la forêt de la pointe d’Arçay porte le nom de « Forêt de Longeville » et que l’envasement continue de s’étendre vers la pointe de l’Aiguillon.

    Ce cordon a enfermé les marais de la Tranche, Longeville et Angles au cours des décennies passées. Aujourd’hui, ce cordon dunaire, qui se dégrade par endroit, est remodelé en permanence par l’océan et le vent. Il se prépare à enfermer les marais de Grues de St Michel en l’Herm et l’Aiguillon en intégrant la rivière du Lay dans cette fermeture naturelle, comme il l’a déjà créé pour le chenal de la Rack en d’autre temps. La Rack étant un ancien estuaire et l’extrémité d’un bras du Lay qui longe la partie Est de l’Aiguillon sur mer.

    En 2012 et dans une logique d’évolution du comblement du Marais Poitevin, la pointe de l’Aiguillon dite historiquement, « le POINTEAU de L’AIGUILLON ou vivaient les premiers occupants sous des huttes bien fragiles construites en vase et paille recouvertes par des roseaux du marais » , sera probablement, rejointe par la Pointe d’Arçay.
    La sortie de la rivière du Lay rejoindra le lit de la Sèvre Niortaise. Alors le village « des pointus actuels » avec ses habitations sécurisées défendues par l’AARPA, sera récompensé de ses efforts pour sa survie en recevant cette nouvelle protection naturelle qui sera faite d’estran et de dune de sable. La solution de Peter aurait été plus rapide, mais aussi plus coûteuse. Par manque de finance publique, la nature sera donc obligée de continuer son œuvre et même si l’Océan s’élève… !

    Quand à la baie de la Belle Henriette au nord de la Faute, ancien lit de l’estuaire de la rivière de St Benoist, plusieurs scénarios sont possibles. La situation ne sera pas la même que l’estuaire de la Rack. Le grand débit obligatoire du basin du Lay est bien différent avec ses barrages et retenues d’eau douce. La belle Henriette pourrait connaître de grands changements, soit par les forces naturelles, ou soit par l’homme qui sera obligé de se protéger de cette belle Henriette… devenue très méchante … ! Trop long à expliquer ici !

    Bon courage aux Pointus !

    Thumb up 16

  • Madeleine says:

    Bonjour kiwi,
    je ne savais pas que cet expert hollandais avait fait une telle proposition pour notre voisine l’Aiguillon. Je ne rêve peut être pas autant que cela et ce qui serait valable pour les uns le serait certainement pour les autres, pour tous les autres sur le territoire national. Pour ce qui est du coût de l’opération, ce ne serait alors non plus du domaine des municipalités avec aide financière de l’État, mais à l’État lui même car il s’agirait là de mettre l’ensemble de la population en sécurité comme aux Pays Bas.

    Thumb up 12

  • kiwi says:

    DUP 2012

    Peter expert hollandais est venu aider la commission de l’avif en son temps et nous avait proposé de fermer le bout de la pointe de l’aiguillon et de rejoindre vers charon. Il était surement dans le vrai car de ce fait toutes les terres et villes proches jusqu’à lucon seraient protégées mais combien cela coûte t il????
    Quel Elu en haut lieu se soucie t il à ce point de ce que va devenir cette pointe et la faute.
    On a joué avec la nature en déviant en son temps la rivière le lay regardez bien ou la mer a laché la dune en face de la route de la tranche? juste en face ou des centaines d’années le lay arrivait. C’est tout naturellement que la mer veut y revenir. Connaissez la mémoire de l’eau?
    On nous dupe depuis longtemps et des dizaines de tracteurs ont remblayé la dune de la belle henriette afin de faire vite oublier que la mer y était venue, car c’est bien aussi de là que vient le grand danger.

    Thumb up 20

  • DUP2012 says:

    Je précise que Mon post est pour MC
    Bonne journée

    Thumb up 8

  • DUP2012 says:

    Je suis de passage sur ce blog et votre question m’interpelle comme la réflexion de Madeleine qui est dans la vérité.
    Vous demandez ce que nous en pensons ! Je vous livre ici mon humble et limité point de vue !

    Pour ma part j’observe un silence ici sur votre cas qui en dit long .Non pas que personne ne si intéresse, mais que le soutient reste très sensible du fait de l’historique bien connu de la région

    La délibération du conseil municipal est révélatrice de cet historique dont la municipalité a l’obligation de prendre en compte. Le titre de l’article confirme cette prise en compte « SOUTIENT MESURE DE LA COMMUNE ». Logique et compréhensible, pour celui qui connaît cette histoire !

    Cependant, le silence de certains et ce « SOUTIENT MESURE » doivent attirer l’attention sur le découragement des locaux motivés par le désintéressement des grands Elus et de l’Autorité Administrative depuis plusieurs années. Dans votre dossier vous expliquez très justement un état d’abandon. Là, se situe la clé du véritable problème !

    L’histoire nous rappelle les différentes dégradations de la zone, mais nous démontre que cette pointe de l’Aiguillon a commencé par être une île, une presqu’île et enfin l’extrémité de la Commune de l’Aiguillon sur mer.

    Par ailleurs, cette pointe est un « SITE STRATEGIQUE » pour la sauvegarde du « BASIN POITEVIN ». Notre premier soutient est de le rappeler à nos grands Elus et gestionnaires des digues pour qu’ils assument un entretien pluriannuelles et sans failles… ! Ce qui a été complètement oublié ces dernières années !

    Les communes de l’arrière pays, notamment, Grue, St Michel et Triaize doivent se réveiller, car si la digue du génie n’excistait pas leur situation seraient différentes. Ils seraient dans l’obligation de s’intéresser aux mêmes problèmes que vous connaissez, et mettre la main à la poche… ! Il nous reste à souhaiter que la communauté de Commune sera vigilante et fédératrice d’initiatives pour nous venir en aide.

    Cette zone est souvent meurtrie par l’océan et le vent. Ce même océan qui la façonne et la construit marée après marée. Cette zone s’inscrit dans la continuité du comblement du basin qui continue jour après jour et continuera même avec l’élévation du niveau des océans.

    Vous êtes les premiers concernés et vous avez travaillé pour présenter un excellent dossier. On y trouve beaucoup d’éléments qui doivent servir de bases à ceux qui veulent vous aider.
    Il y a beaucoup de gents qui souhaitent vous apporter ce soutient sans aucun doute ! Mais comment faire… ! A chacun son imagination… constructives si possibles.
    Je pourrais vous écrire plusieurs pages sur le sujet, mais je m’arrête là.
    Bon courage !

    Thumb up 21

  • monique94 says:

    Votre maire a l’air de vous soutenir

    « Le maire insiste pour que les intérêts des familles concernées par la DUP soient pris en considération par l’État. Et les soutient, dans la mesure où ils sont conciliables avec le principe absolu de sécurité mentionné. »

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Expropriations-soutien-mesure-de-la-commune-_85307-avd-20120130-62151436_actuLocale.Htm

    Thumb up 11

  • MC says:

    Pardon : Nos côtés( avec un S)

    Thumb up 4

  • MC says:

    et la pointe de l’Aiguillon, qu’en pensez vous?
    Qui est à nos côté?

    Thumb up 12

  • Madeleine says:

    Bonjour brigitte
    je suis une incorrigible rêveuse et je m’accroche.Il ne s’agit pas de modifier l’espace naturel, il n’a pas besoin de nous pour cela, il se débrouille très bien tout seul. Il s’agirait d’un simple aménagement et de toutes façons il va bien falloir faire des digues plus solides et protégeant le sud du village tout en préservant le zone ornithologique.Il va falloir la faire cette enceinte, non, et il faudra bien trouver les financements, non? Ce ne sera pas chose facile, même avec l’aide de l’état car il y une chose qui manquera, c’est la volonté de notre dictateur local.Bonne journée à vous.

    Thumb up 17

  • Madeleine says:

    Bonjour musette.
    Désolée, j’ai dû mal m’exprimer car ce n’est absolument pas ce que j’ai en tête dans mon délire.
    Les habitations ne vont que jusqu’à la forêt domaniale et si l’on faisait le canal endigué en traversant cette même forêt à partir du port, en contournant bien entendu les habitations etc… c’est-à-dire en créant une enceinte au village.
    Pour ce qui est du « quand il n’y aura plus rien » et là encore c’est du délire! Si la zone est si dangereuse, je le répète, c’est tout le village qui est menacé et donc ce n’est pas la peine de faire une distinction entre la gens de la zone de solidarité et tous les autres, c’est le départ de toute la population qu’il faut envisager, comme en montagne dans les zones d’éboulement et qu’un village est juste en dessous, donc c’est tout le village qu’il faut détruire.
    J’espère avoir été plus claire, mais pas de panique ce n’est qu’une idée folle et cela n’arrivera jamais, ni l’un ni l’autre.

    Thumb up 14

  • brigitte says:

    Oui, tout le village de La Faute est potentiellement dangereux. C’est d’ailleurs dans ce sens que le mémoire de l’AVIF pour les commissaires enquêteurs a été fait.
    Il faut apprendre à vivre avec le risque pour ceux qui restent et protéger ce qui existe.

    Le « projet » de Madeleine est plein d’imagination et sans doute réalisable mais personnellement je reste très « frileuse » lorsqu’il s’agit de modifier ainsi l’espace naturel car les conséquences indirectes sont parfois imprévisibles même par les scientifiques. (modification de l’envasement, des courants etc…)

    Quant au coût, je ne suis pas certaine que nos décideurs soient prêts à l’assumer.

    Mais peut-être ne suis-je pas sans parti pris car j’habite…. aux Amourettes

    Thumb up 15

  • tristesse says:

    Madeleine bien sûr que c’est une évidence que tout le village de La Faute peut être en danger avec la montée des eaux et aussi tous les villages bordant la mer et non protégés de façon adéquate, mon mari et moi le disions déjà avant que ne se produite la catastrophe car il y avait des signes évidents de montée de l’Océan ! C’est vrai que le lieu était « magique » magnifique et les mots ne suffisent pas pour dire la beauté de ces paysages de la Pointe d’Arçay préservée de la construction d’immeubles qui aurait pu la défigurer. Le projet que vous proposez protègerait le village de la Faute mais que vont penser ceux qui luttent pour rester à la Pointe d’Arçay !! Ils ne vont probablement pas être d’accord avec vous, car dans ce cas de figure le sud du village risque bien un jour d’être complètement immergé. De toute façon vous dites « quand il n’y aura plus rien » mais il va rester des gens qui ne veulent pas partir de la zone des Amourettes, qui donc même avec un étage à leur maison seront dans un lieu potentiellement dangereux, surtout si on suit votre logique et qu’on ne fait plus rien pour le sud !

    Thumb up 14

  • Madeleine says:

    Bonjour à tous,
    Oui, vous avez raison, mais quelque chose me dérange depuis deux ans.
    J’ai le sentiment que nous sommes tous entrés dans une problématique fondée sur le : quand il n’y aura plus rien, il n’y aura plus de danger. Cela nous a été imposé et nous savons tous par qui. Sous le choc de cette catastrophe, nous n’avons, me semble-t-il, pas pu réagir à ce qui nous a été seriné et je pense que nous sommes victimes de mise sous influence.
    Mais enfin NON ! Quand il n’y aura plus rien, il y aura encore danger, non seulement pour ceux qui resteront dans la zone de solidarité, mais aussi pour tout le reste du village puisqu’il est reconnu, par les autorités de l’état, que les digues ne sont pas à même d’assurer leur rôle de protection.
    Et puis enfin, pourquoi faire cette distinction entre la zone de solidarité et le reste du village ? Parce que dans l’une il y a eu des décès et que dans l’autre pas? Nous sommes tous dans le même panier.
    Des gens nous affirment que le réchauffement climatique va engendrer une montée des eaux significative. S’ils ont raison, deux solutions se présentent à nous (comme à tous ceux qui sont dans la même situation géographique que nous et ce n’est pas peu dire) :
    -soit nous restons dans la logique que nous suivons aujourd’hui et c’est la totalité du village qu’il faut raser
    -soit nous allons avoir besoin de digues bien plus efficaces que celles que nous avons aujourd’hui et les pouvoirs publics nous y incitent fortement avec aide financière à l’appui.
    J’ai bien une petite idée qui me trotte dans la tête.
    Au lieu de reprendre une fois de plus cette digue le long du Lay, pourquoi ne pas l’oublier et prolonger au nord la digue longeant le camping jusqu’au barrage du Braud et au sud, créer un port de pêche et de plaisance protégé et toujours à flot parce que alimenté en eau par un canal venant du barrage et fermé par une écluse.
    On pourrait aussi, en prolongement, creuser un canal au travers de la forêt domaniale, canal dont les digues avanceraient en mer, avec l’écluse côté mer. La zone ornithologie serait protégée, le village le serait aussi et cela faciliterait la sortie du port des uns et des autres.
    Bon, j’arrête la mes plaisanteries, probablement jugées par certains, de mauvais goût.

    Thumb up 18

  • jacquotte says:

    bravo et merci Fauxfautais mais tu aurais dû t’appeler Lucky Luke!!

    Thumb up 13

  • brigitte says:

    TV Vendée annonce à cette occasion la rencontre prévue le 9 mars entre les personnes s’étant portées parties civiles aux côtés de l’AVIF ainsi que la journée de commémoration prévue le 4 mars.

    Thumb up 15

  • raslebol says:

    le journal de tv vendée du 30 02

    http://dl.free.fr/vSFcR9kVK

    Thumb up 6

  • Soizic29 says:

    Fauxfautais, bravo pour ton initiative. Tu exposes très bien le problème.

    Thumb up 13

  • tristesse says:

    Fauxfautais99 vous êtes dans le même état d’esprit que moi concernant la dangerosité de ces zones, qui peuvent donner l’impression d’être en sécurité après construction ou restauration des digues mais pourraient devenir des pièges pour « les pauvres malheureux » qu’on aurait incités à venir s’installer là ! Par ailleurs vous avez bien compris que pour beaucoup,la page ne pourra se tourner que lorsque la déconstruction sera effective.

    Thumb up 16

  • Musette says:

    Fauxfautais, je te félicite pour cette initiative en direction du DAL. Tu as très bien fait de prendre contat avec eux et de poser clairement les éléments du problème de cette très bizarre idée. Le Président est non moins clair…

    Thumb up 20

  • fauxfautais99 says:

    Voici la réponse, rapide, de M. Elbouali que je remercie.

    « Monsieur,
    Je prend connaissance avec un vif intérêt de votre position qui appelle à une reflexion certaine, il va sans dire que ma position tenait compte de l’ aspect pratique et j ai je vous l accorde négligé l aspect traumatique pour les uns de voir d autres personnes investir des lieux qui ont été le creuset de tant de souvenirs de joies ou de peines.

    J entends bien vous associer a cette demarche.

    Bien évidemment le Dal 17 n aurait jamais accepté le relogement de familles dans des lieux qui n’offraient pas des garanties de sécurités.

    Je me tiens personnellement à votre disposition. »

    EL BOUALI Mehdi
    Président DAL 17
    06 58 56 54 16

    Thumb up 25

  • fauxfautais99 says:

    Afin d’alerter le DAL 17 de la manipulation auquel il risque de se prêter et de ne pas créer un précédent dans lequel d’autres municipalités pourait s’engouffrer, j’ai envoyé au DAL le courrier ci-joint. Si comme moi vous pensez que cela serait une grave erreur de transformer les maisons vendues à l’état en logement sociaux, envoyez-leur également votre désaccord (dal17000@yahoo.fr).
    Peut-être serait-il bien que l’AVIF s’adresse officiellement à M. Elbouali ?

    Lettre au DAL 17:
    « Comme suite à l’article paru dans Sud-Ouest du 29 janvier (Sursis pour les précaires…) dans lequel M. Elbouali exprime la satisfaction du DAL 17 de voir des logements de sinistrés expulsés reconvertis en logements sociaux, je vous fait part, à titre personnel victime de Xynthia, de la vive désapprobation de personnes concernées. Vous trouverez avec le lien ci-joint des réactions concernant cet article sur le « Blog Indépendant du Désastre du 28/02/2010 » de La Faute-sur-mer et L’Aiguillon (85). http://www.lafautesurmer.net/2012/01/28/aarpa-dossier-denquete-pour-la-pointe-de-laiguillon/
    Sans que cela soit pour l’instant la position officielle de l’AVIF (Association de victimes des inondations de La Faute-sur-mer et des environs, http://www.asso-avif.com/), il me semble qu’il serait dommageable de créer un précédent de cet ordre. Sans douter de la bonne foi du président du DAL 17, je tiens à le mettre en garde de manœuvres de municipalités qui cherchent à rendre à nouveau constructibles des zones jugées dangereuses sans même attendre les jugements d’expropriations ni au civil ou au pénal.
    Il est honteux de se servir de familles défavorisées comme cobaye, qui ne manqueront pas d’être expulsées à nouveau quand ils auront fait la preuve que l’on peut habiter ces zones.
    Les familles qui ont vendu leur maison à l’état pour démolition, perdu des décennies de souvenirs, ne doivent pas supporter le traumatisme supplémentaire de les voir habiter par d’autres personnes. Ethiquement parlant, vous ne pouvez pas faire courir des risques à des familles sous prétextes qu’elles sont pauvre, pas plus que de les nourrir avec des aliments avariés ou les soigner avec des médicaments périmés.
    Me faisant l’écho d’autres victimes, je vous demande de reconsidérer cette hypothèse de relogement à la lumière des informations que je vous ai fourni.
    Cordialement. »

    Thumb up 26

  • fauxfautais99 says:

    Pour ceux qui pensent que leur maison n’est pas dangereuse parce qu’ils ont eu une hauteur d’eau ne dépassant pas 1 m, ou qu’on peut y loger des pauvres, il faut considérer que la surélévation des digues (de 1m à 1,20m ?) crée un danger accru en cas de submersion. Si la digue cède, de forts courants peuvent emporter les maisons qui ne sont plus protégées en raison des vastes espaces plats rendus libres. Si la digue ne cède pas et est à nouveau submergée (montée des mers), la hauteur des eaux sera celle de la digue, soit 1m de plus…

    Thumb up 20

  • tristesse says:

    je suis tout à fait d’accord avec Jacquotte, cette zone est dangereuse et même les maisons à étage ne sont pas en sécurité, par endroit et en particulier dans mon jardin et dans la rue devant chez moi j’ai eu pratiquement 1 m d’eau pendant 8 jours alors que je n’ai eu que 30 cm dans la maison ! On fait comment pour y vivre ? Les pauvres même avec un étage doivent aussi pouvoir sortir et vaquer à leurs occupations sans avoir le risque de se faire emporter par le courant ! car du courant il y en avait la nuit de la tempête et « nouvoulonsrester », on fait comment pour aller au point de ralliement dans ce cas là, et si on est en fauteuil roulant où avec des béquilles ? Franchement ce n’est vraiment pas une bonne idée !!

    Thumb up 18

  • jacquotte says:

    je suis d’accord avec vous. la vie d’un pauvre vaut-elle moins que celle des autres??
    ma maison a été sortie de la zone de solidarité (malgré ce qui a été dit moins de 100m de la digue et pas d’étage) mais je l’ai quand même vendue à l’état car nous ne nous sentions plus en sécurité, les pauvres n’y seraient pas plus en sécurité. je m’opposerais à cette solution qui pour moi est un façon de rendre de nouveau habitable cette zone.et oublier le drame???

    Thumb up 26

  • nousvoulonsrester says:

    Tel que c’est présenté , ca ne parait pas une bonne idée, en revanche, il y a des maisons qui ont été rachétees qui avaient eu moins de 40cm d’eau au rez de chaussée et qui ont un etage complet d’habitation + terrasse à l’étage. il faudrait peut etre se poser la question de savoir, moyennant adaptation, si on ne pourrait pas en faire une zone de repli (point de ralliement ) en cas d’inondation ?
    plutot que de tout detruire ? (si l’ex proprietaire est d’accord)
    mais pas pour y habiter.
    En periode de crise , il faut peut etre quand meme regarder les solutions pas trop couteuses

    Thumb up 25

  • Soizic29 says:

    D’accord avec Monique, Tristesse , Fauxfautais et Musette.
    Si ces logements sont dangereux pour nous, ils le sont aussi pour les « sans abris », et pour les locataires de logements sociaux.
    C’est bizarre cette idée que l’on pourrait loger « les pauvres » dans ces zones dangereuses que l’on reclasserait alors en zone habitable.

    Thumb up 28

  • Musette says:

    @Fauxfautais : j’aurais exactement écrit ce que tu dis ici. Outre la douleur pour les gens d’avoir été délogés de chez eux, mais d’y voir installer d’autres personnes est juste impensable, sans parler que de s’autoriser à noyer les pauvres est une idée éthiquement intenable !!! Mais qu’est ce qu’ils ont dans la trinche ces maires ? C’est la fonction qui rend fou ou ce sont les fous qui prennent le pouvoir ?..

    Thumb up 25

  • fauxfautais99 says:

    Je ne sais pas si le maire de Châtelaillon est dans le même déni et obsession immobilière que son homologue fautais mais je trouve aussi que c’est une fausse bonne idée. Même dans les cas d’erreurs d’estimation du risque par l’état, il est impensable pour les habitants expulsés de voir leurs maisons occupées par d’autres personnes. Ou alors, rendez les maisons à leurs propriétaires avec indemnisation pour le préjudice. Je ne suis pas certain que cela soit un acte de charité pour les sans-logis mais un moyen de montrer que ces zones sont habitables et après les avoir viré au bout d’un certain temps, de repartir dans des constructions en zone dangereuse.
    Sue le plan éthique cela revient à dire que la vie de ces personnes pauvres ne vaut pas celle de ceux, plus aisés, qui peuvent aller ailleurs. Le gouvernement a institué une loi de droit au logement, qu’il l’applique ou qu’il la retire! Si cela continue, après les campeurs, bientôt il fera payer une taxe d’habitation à ceux qui dorment sous les ponts.

    Thumb up 26

  • monique94 says:

    Tristesse, je pense comme toi, j’ai juste transmis cette info

    Thumb up 21

  • tristesse says:

    Monique, moi je ne suis pas d’accord avec les propos du Maire de Châtelaillon, pour que ma maison devienne un logement social, j’ai signé avec l’Etat la vente de ma maison et je ne souhaite qu’elle soit déconstruite car même si ces maisons sont sorties de la zone noire, elles restent pour moi dans une zone dangereuse. Qui plus est, je me mets à la place des gens qui se sont sentis obligés de vendre et qui verront « leur » maison encore en place !!!! pour moi la page de cette histoire ne pourra se tourner que lorsque « notre » maison sera démolie et je pense que je ne suis pas la seule !

    Thumb up 25

  • monique94 says:

    « Après l’installation d’une seconde sirène, située au pavillon des Dunes, les essais donnent les conclusions suivantes : « Les sirènes sont efficaces pour couvrir le coeur du bourg », explique Michel Sazerat, du cabinet Urba Concept, chargé de l’étude. Les limites du système passent par l’isolation de plus en plus efficace des habitations, les doubles et triples vitrages atténuant très fortement la perception du son »

    c’est cette seconde sirène qu’on entendait très bien de la grande plage le 16 janvier, Brigitte, c’est pas chez Audika qu’il faut aller mais chez le vitrier.

    http://www.lafautesurmer.net/2012/01/28/aarpa-dossier-denquete-pour-la-pointe-de-laiguillon/#comments

    Thumb up 18

  • monique94 says:

    La maire de Châtelaillon, à qui le DAL reproche le manque de logements sociaux dans sa commune, a en outre fait une proposition saluée par M. Elbouali (DAL 17). Il suggère que certaines des maisons classées en zone noire après la tempête Xynthia, puis classées en zone sécurisée et rachetées par l’État, soient mises à la disposition du logement social plutôt que démolies. Il pourrait y en avoir une cinquantaine dans le département

    http://www.sudouest.fr/2012/01/29/sursis-pour-les-precaires-qui-se-logent-en-camping-618571-7.php

    Thumb up 12

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

Merci de répondre à la question *


Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Loading

Vigilance

Détail Vendée

Agrandir et historique
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Sondage récent

Trouvez vous judicieux l'implantation d'un golf à la Faute sur Mer dans la cuvette ?

  • Non (53%, 117 Votes)
  • Oui (45%, 98 Votes)
  • Pas d'avis (2%, 4 Votes)

Votants: 219

Loading ... Loading ...
Historique
janvier 2012
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci