Construction en zones inondables, systèmes de prévention et d’alerte défectueux, la Cour des Comptes a rendu un rapport accablant. Il pointe les erreurs qui ont mené au douloureux bilan de Xynthia. Des manquements qui persistent aujourd’hui.
A la Faute-sur-mer, Xynthia a laissé derrière elle les stigmates de sa colère. La zone frappée par la tempête sonne le vide des maisons rasées, les mémoires vibrent au souvenir des disparus. « Sur les 29, j’en connaissais 15 », confie Renaud Pinoit, président de l’Association des victimes des inondations de la Faute-sur-mer et de ses environs (AVIF). Sa maison à lui, à l’abri du centre ville, n’a pas été touchée. Mais « on connaissait tous des gens qui habitaient la zone déconstruite. On est tous allés à des fêtes, à des anniversaires dans ce quartier. Ils ont rasé 500 maisons sur un village de 4000, c’est beaucoup ! Alors quand on passe là-bas on a le cœur gros. »

Cette nuit-là, entre le 27 et le 28 février 2010, la mer a englouti la terre et les gens ont péri, engloutis dans leur logis. Les choses seraient-elles différentes aujourd’hui ? L’alerte donnée plus tôt ? La protection plus efficace ? La Cour des Comptes vient de rendre un rapport qui dresse le bilan des inondations imputables à Xynthia dans les départements de Vendée et de Charente-Maritime. Un texte accablant pour l’Etat. Construction dans des zones inondables, absence de plans de prévention, dispositifs d’alerte des populations insuffisants ou mal respectés, tous les ingrédients étaient là pour transformer une grosse tempête en catastrophe humaine et matérielle.

Des efforts… suffisants ?

Mais qu’a-t-on fait depuis ? Des efforts, certes, il y en a eu. « Des choses ont été faites en matière d’alerte. La moitié des communes ont désormais des plans communaux de sauvegarde, c’est plus qu’avant la crise ! Les digues ont été reconstruites ou consolidées. En Charente-Maritime par exemple, on a dépensé deux fois plus pour les digues en un an que pendant les dix années précédentes ! Les préfets sont désormais plus fermes pour délivrer des permis de construire, certains qui étaient en cours ont même été arrêtés » , énumère Cyrille Schott co-rapporteur du texte de la Cour des Comptes. Suffisant ? Pas vraiment.A la Faute-sur-mer, les digues ont bien été relevées d’un mètre par endroit. Mais ailleurs, la côte s’offre encore aux colères du ciel, vulnérable. A la Faute encore, le « Plan de prévention du risque d’inondation » (PPRI) chargé de délimiter les zones non constructibles manque à l’appel. Il y a bien eu dans l’histoire de la commune, un plan provisoire, imposé d’autorité par le préfet en 2008, mais devenu caduc en 2010. « Les gens ont besoin de savoir où ils habitent, ce que vaut leur maison, s’ils doivent construire un étage », insiste Renaud Pinoit. « On n’est pas très confiant sur les protections contre un deuxième coup de tabac comme Xynthia », résume-t-il.

Patienter ou pas

Dans le reste du département et dans celui, voisin, de la Charente-Maritime, si l’impulsion est là,« vous ne pouvez pas régler le problème en l’espace d’un ou deux ans quand certaines situations remontent à des années et des années », précise Cyrille Schott. Un tout nouveau système national d’alerte des populations a bien été inventé en 2008 mais ne devrait rentrer en vigueur qu’en 2013, laissant jusque-là les communes se débrouiller avec les moyens du bord : sirènes, camions-hurleurs ou alertes téléphoniques. L’adoption des PPRI se heurte toujours aux « oppositions locales, tant des habitants que des élus » selon le rapport.Enfin, de gros problèmes de gouvernance demeurent pour assurer la protection des communes.« Dans beaucoup de cas, les propriétaires des digues ne sont pas connus ou n’ont pas les moyens de les entretenir. La loi sur l’entretien des digues date de 1807, d’une époque où elles servaient à protéger les terres et où la maintenance revenait aux agriculteurs. Mais aujourd’hui, elles protègent des agglomérations. Les propriétaires des digues ne peuvent plus être les riverains ! ». Identifier les propriétaires des digues, revoir les lois et la chaîne des responsabilité, tout cela, là encore, prendra du temps…

A la Faute-sur-mer, on se prépare à sa manière. « On est devenu très vigilant, on s’auto-protège,précise Renaud Pinoit. On est vigilant sur la météo, les marées, les basses pressions. Dès qu’il y a un souci, les gens ne dorment pas. On se tient au courant. » Ils apprennent aussi du passé : « En 2010, on nous avait dit de rester calfeutré chez nous, c’était une erreur. Les gens sont décédés, coincés dans leur maison. A la prochaine tempête, ils partiront. »

3 réponses à to “Serions-nous armés contre une nouvelle Xynthia ? (terraeco.net)”

  • Musette says:

    C’est sans doute aussi pourquoi, ce qui s’est passé à La Faute est devenu un véritable paradigme pour les recherches scientifiques qui se sont déployées depuis Xynthia. Ils ont beaucoup de données, de matériels en tout genre. Ce qui leur permet surement de modéliser d’autant plus les événements précurseurs et responsables au plan climatique de la tempête. Ensuite, de donner des prescriptions pour protéger les populations. Mais, encore faut-il des équipes municipales à la hauteur des enjeux.
    Avoir fait des bras d’honneur à tous ceux qui mettait en garde ce maire, pour ensuite affirmer qu’il ne connaissait pas la loi et n’avait pas de compétences en matière d’urbanisme et de sécurité, et que ceux-là même qu’il envoyait paître, auraient dû l’arrêter, on est au comble de la perversion !

  • jacquotte says:

    encore une preuve « que de mémoire d’homme » le phénomène était connu.

  • monique94 says:

    « Pourquoi les pertuis charentais sont-ils un laboratoire de l’étude de l’Atlantique et de ses côtes ?
    Parce que dans un rayon de 100 kilomètres, on y trouve tout l’éventail des environnements sédimentaires côtiers tempérés : plages, flèches sableuses, embouchures, estrans. Un exemple : la pointe sableuse d’Arçay à La Faute-sur-Mer – secteur rendu tristement célèbre par la tempête Xynthia – est, depuis trois cents ans, un système naturel exceptionnel d’enregistrement du climat de la houle : son étude nous a permis de calculer les variations des marées depuis 1860 : cela veut dire que nous avons le relevé des vagues toutes les six heures depuis un siècle et demi »
    http://www.sudouest.fr/2012/07/08/l-atlantique-jeune-ocean-qui-s-elargit-lentement-764254-739.php

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
juillet 2012
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci