Chers amis,

Les PPRI de La Faute et de l’Aiguillon ont été approuvés par le Préfet et les textes publiés le 2 août 2012.

Vous pouvez en prendre connaissance sur notre site internet asso-avif.com (ci-dessous) ou vous rendre en mairie pour les consulter.

Lors de la concertation du projet de PPRI, l’AVIF a toujours eu pour priorité la défense de ses adhérents face à des propositions qui lui semblaient inadaptées et cela dans le respect de la sécurité des personnes et des biens.

Les représentants de l’AVIF ont donc travaillé avec attention sur ces documents.

Il en ressort que notre Association a obtenu satisfaction sur de nombreux points :

  • élévation du niveau de la mer ramenée à 0,60 cm d’ici 2100,

  • prise en compte du niveau de seuil habitable et non plus du niveau de terrain,

  • possibilité de reconstruction sauf dans le cas où le sinistre est lié aux inondations,

  • contraintes allégées dans le cas de difficultés techniques pour l’étage ou la zone refuge. La surface du refuge et la cote plancher ont été ramenées à un niveau raisonnable

  • possibilité d’une extension liée à la mise en sécurité,

  • mise en place, par la Préfecture, d’une cellule technique pour conseiller les particuliers.

1 Le zonage

Il est déterminé en fonction de la cote naturelle du terrain, de la distance aux ouvrages de protection, de la dynamique de submersion (zone R2 à l’Aiguillon) et de l’appartenance au centre ancien (zone B2 à La Faute sur mer).

Vous trouverez les détails pages 24 et 25 de la notice de présentation.

Toute contestation de ce zonage devra se faire à titre personnel au Tribunal Administratif, l’AVIF n’intervenant que pour un conseil ou la mise en relation avec un géomètre (voir plus loin alinéa 2).

2 Travaux et mesures prescrits sur les biens existants

Les travaux de réduction de vulnérabilité étant limités à 10 % de la valeur actuelle du bien, la priorisation des travaux revient au propriétaire (page 10 du règlement).

ATTENTION :

Le niveau de prescription qui est appliqué à chaque bien existant prend en compte la cote du premier niveau et ne dépend pas de la zone dans laquelle ce bien est situé (page 29 du règlement).

Pour connaître les mesures adaptées à votre cas il est donc indispensable de connaître cette cote de premier plancher.

En septembre 2010 nous vous avions proposé un tarif groupé préférentiel auprès du cabinet de géomètre SCP Siaudeau-Bourgouin.

Nous proposons à nouveau ce service à nos adhérents.

Pour la somme de 83,72 € TTC ( 70 € HT), les relevés seront effectués en deux ou trois points de l’habitation (seuil habitable, niveau deuxième plancher, faitage ….). Pour certaines mesures il faudra permettre l’accès à l’intérieur de l’habitation.

Vous pouvez nous joindre par internet à l’adresse contact@lafautesurmer.net ou par téléphone au 06 87 01 94 11

Il est également important de retenir les points suivants :

  • les prescriptions auxquelles vous êtes soumis sont à réaliser obligatoirement dans les cinq ans. Un manquement peut être puni de sanctions pénales et peut entrainer la résiliation de votre assurance

  • si la construction des zones ou niveaux refuge ne respecte pas les critères du PPRI, vous serez responsable au même titre que l’entrepreneur ayant effectué les travaux et que l’organisme vous ayant délivré à tort l’autorisation de travaux.

Il est donc indispensable de rester vigilant sur ces critères et sur l’entreprise choisie.

  • Certaines mesures ont été assouplies pour les zones refuges. Une sous-pente correctement aménagée peut suffire, d’où la nécessité d’un relevé de géomètre expert (pages 23 et 24 du règlement).

3 La position de l’AVIF face au PPRI

En avril 2010, notre Association a été la seule à attaquer l’Etat au Tribunal Administratif sur la définition des zones noires.

Aujourd’hui, la contestation du PPRI ne nous semble pas opportune face à l’urgence de garantir la sécurité des personnes.

Le rôle de l’AVIF n’est pas de contester globalement ce document lié à la prévention des risques.

Nous vous aiderons dans la compréhension des prescriptions attachées à votre bien et dans les démarches à accomplir. Dans ce sens, la première étape est, redisons-le, de connaître la cote de votre premier niveau d’habitation.

Nous agirons également pour que la cellule technique promise par la Préfecture soit mise en place rapidement et efficacement.

Parallèlement, tout au long des mois à venir nous continuerons notre lutte pour que les travaux sur les ouvrages de protection soient rapidement menés à bien car c’est une priorité pour la sécurité de tous.

N’oublions pas que, tant que les digues sont considérées comme transparentes, aucune révision du PPRI ne pourra être envisagée.

Cordialement,

Le Président Renaud Pinoit

Annexes :

Dossier_Presse_PPRI_La_Faute-sur-Mer L_Aiguillon-sur-Mer

Notice_de_presentation La Faute sur Mer

Notice_presentation_Annexe1 La Faute sur Mer

Notice_presentation_Annexe2 La Faute sur Mer

Alea_Planche1 La Faute sur Mer

Alea_Planche2 La Faute sur Mer

Zonage_reglementaire_Planche1 La Faute sur Mer

Zonage_reglementaire_Planche2 La Faute sur Mer

Reglement La Faute sur Mer

PS: N’oubliez pas de préparer vos paniers et parasols pour la rencontre pique nique de demain à partir de midi

62 réponses à to “AVIF: A propos des PPRI de La Faute sur Mer et L’Aiguillon sur Mer”

  • Musette says:

    Hé ! Bien voilà … Moi je ne comprenais pas cette affaire très locale… Ça ne s’arrange pas ! Tu vas voir qu’on va mettre ses excès sur le dos des victimes ! Avec ce qui l’attend, on n’a pas fini de se garer quand il passe !…Hé ! Oui ! Quel cirque ! Tout finit par se savoir, surtout le plus planqué. Les langues se délient….

  • cestquoiceborbel says:

    @Musette: l’alerte fut proche pour notre manitou qui peut remercier un comparse qui malgré lui et à ses dépends l’a prévenu de la présence de la marée chaussée (hips).
    L’honneur est sauf!!!
    Bref, fausse alerte pour le moment mais si ça continue, ça va continuer (comme dirait l’emission de canal plus).
    Enfin cela reste le cirque, on dirait « Pinder » à la Faute, on en apprends tous les jours.

  • Musette says:

    Pitié, c’estquoicebordel, dis-nous qui a vaincu tous les autres ?

  • cestquoiceborbel says:

    Résultat du dernier tour vélo de la Faute,
    et le vainqueur est ?

  • Musette says:

    Trop bien ! Ça m’a mise de bonne humeur ce matin ! Merci Fauxfautais. A l’occasion, fais-nous en d’autres.. On a besoin de rire !
    Tu as raison Brigitte, pas sur la mairie, mais sur une certaine agence immobilière et un certain constructeur.. Hein ?

  • Soizic29 says:

    Quel farceur, ce Fauxfautais !

  • brigitte says:

    Oh non, fauxfautais, pas ça!!!!! On ne va pas garder son portrait ad vitam eternam…

    Mais il est bien capable de nous mettre le repère sur la mairie qui n’a pas eu d’eau!

  • Fauxfautais99 says:

    Comme les maisons ne sont plus là pour marquer le niveau, j’espère que la stèle sera assez haute pour pouvoir l’indiquer. Pour l’artiste qui l’ornera, je propose la sculpture suivante :

  • Fauxfautais99 says:

    Encore une.

  • Fauxfautais99 says:

    J’envoie la photo qui n’est pas passée avec le texte.

  • Fauxfautais99 says:

    Dommage qu’à La Faute on en soit réduit à devoir tagger les poubelles pour indiquer ,ce qu’exige la loi, le niveau des inondations. A Paris de nombreux repères sont visibles sur les maisons, sous les ponts et divers monuments et pendant les travaux la gare d’Austerlitz expose des panneaux rappelant les marques actuellement inaccessibles sur les piliers.

  • Soizic29 says:

    Les discussions à bâtons rompus se font souvent sur l’article le plus récent…par commodité.
    J’apprécie un peu de légèreté qui ne revêt aucun caractère technique ni spécialement informatif, cela fait du bien dans un quotidien parfois lourd.

  • jacquotte says:

    c’est vrai que beaucoup de commentaires non plus rien à voir avec les articles ou les infos , mais plus personne n’utilise la rubrique à propos qui serait effectivement plus appropriée .l’important est de dire ce que l’on a sur le coeur.Peu importe où.

  • Musette says:

    @Madeleine,
    Le blog est un lieu de dialogue entre nous. Comme on le constate, j’y suis tous les jours depuis le début. L’horreur de Xynthia m’y a conduite, après que j’ai compris, pratiquement depuis son élection, qui était à la tête de cette commune. Et mes amis le savent, je ne lâcherai pas l’affaire, j’irai au bout de ce scandale politique. Je lutterai avec ceux qui ont décidé de savoir la vérité dont probablement n’émerge qu’une petite partie. Patience donc, les choses se font dans le silence qui entoure la constitution des dossiers, à charge. Pas sûr, qu’il y ait beaucoup de décharge concernant ce petit monde.
    Moi, ce sont les cris dans la nuit, l’horreur des pièges dans lesquels dont tombés les victimes qui me hantent. J’ai regardé en larmes les obsèques de ces malheureux à Luçon. J’ai le bonheur et l’honneur de connaitre aujourd’hui Elisabeth Tabary, je me souviens des mois qui ont précédé la catastrophe, et où je pressentais, angoissée, le malheur à venir, expérience étrange, que j’ai eu l’occasion de raconter de vive voix à quelques amis du blog… Alors, Madeleine, que l’on se parle sous telle ou telle rubrique, ici ou ailleurs, l’essentiel est que nous nous parlions, et qu’émerge la conscience claire que la catastrophe de Xynthia est liée largement à la rencontre entre un événement climatique exceptionnel et la constitution d’une machine à faire du fric !

  • tristesse says:

    D’accord Patrick, 1 Français sur 4 menacé par des inondations mais à la Faute le risque est avéré, il y a des antécédents et pas seulement Xyntia ! Je pense qu’on a la mémoire courte !!!! où que ça arrange bien d’oublier. En ce qui me concerne je ne suis plus à la Faute mais j’aimais beaucoup le cadre de vie qu’il y avait là bas et j’ai du mal à oublier mes voisins que ce soit ceux qui sont partis, comme moi, ou ceux qui sont restés et pour qui j’ai beaucoup de peine qu’on ne fait pas grand chose pour les protéger !
    Je lis ce blog tous les jours car il m’aide beaucoup merci à tous ceux qui y contribuent

  • brigitte says:

    Voilà deux ans que nous échangeons sur ce PPRI. Tant qu’il était dans sa phase de projet, la discussion était constructive et permettait de faire gommer des absurdités.
    Aujourd’hui il est approuvé par le Préfet et s’il reste sans aucun doute des problèmes ponctuels, ils ne peuvent se régler maintenant qu’au cas par cas devant le TA.

    Madeleine, je ne vous suis pas quand vous dites que des zones de grand danger sont passées à des zones de danger faible !
    Les zones bleu foncé (centre ancien) sont soumises elles aussi à la règle de la zone refuge et si certaines constructions y sont admises, les parties habitables doivent rester hors d’eau. Ces zones sont à plus de 100m des digues.

    Il reste le problème des propriétés situées à moins de 100m de la digue qui, quelque soit leur hauteur, restent en rouge. Si vous voulez discuter ce point, c’est la transparence des digues qu’il faut contester et là je ne vous suivrai pas tant que des travaux sérieux n’auront pas été entrepris !

    Alors, oui, parlons des problèmes du PAPI, des études sans fin qui vont durer des années et de la sécurité de tout le village qui n’est pas assurée en cas de nouvelle catastrophe.

  • jacquotte says:

    à Madeleine
    un certain nombre de bloggers n’habitent plus à La Faute.il est difficile pour eux de donner un avis puisqu’ils ne sont plus concernés.Ils ne peuvent qu’être scandalisés par les risques encourus pour ceux qui restent.pour moi la priorité c’est les digues et tous les Fautais sont concernés y compris les bornés qui prennent les paroles de sa seigneurie pour paroles d’évangile.

  • Madeleine says:

    Suite du précédent parti sans ma permission. Ce qui m’a entre autres choses amenée a réagir c’est que sur un sujet aussi sérieux que celui là, porté à notre connaissance par l’AVIF ce dont je les remercie vivement et loue leur action, je ne lis comme commentaire qu’une suite de messages sans aucun rapport avec le sujet et je trouve cela bien triste. Le déjeuner sur l’herbe c’est bien, les nettoyages à la peinture blanche ou les inscriptions à la peinture rouge, bleu ou noir, c’est bien mais notre avenir me semble beaucoup plus important.

  • Capucine says:

    ce soir je me couche avec le sourire après vous avoir lu, c’est super, quoi des concerts à la faute ? même du temps où j’y habitai c’était déjà des « rien du tout »… et du reste on en pleure ou en rit ? a la faute il y aura toujours des gens bornés

  • Musette says:

    Chères Madeleine et Tristesse,
    Moi aussi je suis d’accord avec vous. Les aspects strictement techniques me rebutent un peu et j’avoue que j’attends que mes amis de l’Avif fassent le boulot… Certains des administrateurs ont des vraies compétences et peuvent nous éclairer. Vraiment.
    Et puis, il y a les problèmes techniques des refuges et ce dont nous avons débattu à ce sujet ( présence d’entreprises mises en examen sur ce marché..) Quant aux inondations possiblement mortelles, nous restons conscients de cette possibilité et du fait que les digues ne sont pas à la hauteur, c’est le cas de le dire, mais aussi le manquement aux exercices prévus pour les évacuations, les alertes, les appels téléphoniques réservés aux seuls résidents primaires (???) etc..Et surtout que c’est la même équipe municipale mise en examen pour mise en danger d’autrui à qui notre sécurité continue d’être confiée. Autant dire un scandale de plus dans cette commune. Sans parler de tout ce qui remonte à la surface depuis 2ans et demi, et qui montre à quel point le pourrissement est grave, ancien, les transgressions de la loi instaurées comme manière de gouverner. Nous sommes nombreux à être indignés et scandalisés que cette situation perdure, que les citoyens de cette commune soient contraints de supporter cette comédie du pouvoir qui serait à hurler de rire, si elle ne s’était révélée ..mortelle.

  • Madeleine says:

    Ce sur quoi je voulais attirer l’attention, c’est que, en commentaire sur le thème du PPRI, sur 38 commentaires, il y en a au moins 25 qui ne concerne absolument pas ce sujet. Je ne metta

  • lafautakidon says:

    @ Madeleine et Tristesse
    je ne peux que partager TOTALEMENT votre point de vue.
    Le silence assourdissant qui accompagne l’annonce de ce PPRI est terrifiant.
    Je ne dirais pas que tout le monde s’en fout, simplement, comme avant Xynthia,
    ils ne se sentent pas concernés puisque on leur dit que « tout va bien »
    L’ AVIF travaille et est toujours présente, sans faire de polémique.
    Cet été, une cinquantaine de fautais ont renouvelé leur adhésion.
    Nous sommes aujourd’hui 200 à se sentir concernés.
    L’AVIF a publié sa lecture du PPRI et organise avec le cabinet Suaudeau une campagne de mesure des cotes NGF base indispensable à la lecture du PPRI
    Amis fautais, pour votre intérêt, rejoignez l’AVIF !

  • tristesse says:

    Bien d’accord avec Madeleine ! c’est incompréhensible ! Même si cela peu paraître arranger certaine personne qui souhaite rester, le danger existe il ne sert à rien de le nier !!!!!

  • Madeleine says:

    Bonjour à tous,
    Il y a un certain temps maintenant que je suis intervenue sur ce site. Ce long silence n’implique aucunement mon désintéressement. Je suis même très assidue et aujourd’hui je viens m’étonner du manque de réaction concernant les PPRI-PAPI et donc reconstruction des digues qui en dépendent.
    Je comprends l’exaspération de ceux qui subissent les nuisances nocturnes à répétition depuis 2 mois et je compatis car moi-même, bien qu’éloignée du site des manifestations, j’ai du mal à trouver le sommeil qu’une douce berceuse favoriserait sans aucun doute.
    Pour en revenir à l’objet de cette intervention,le mois généreusement accordé par la Préfecture pour que tout un chacun puisse réagir, arrive à son terme fin de semaine prochaine et à ce jour, il me semble que tout le monde s’en fout éperdument.
    Que notre hobereau n’ai pas fait de réunion public à ce sujet n’est pas forcément incompréhensible car tout ce qu’il veut aujourd’hui, avec toutes les casseroles qu’il traine derrière son carrosse, c’est de se faire oublier et ceci prouve une fois de plus, si cela était nécessaire, que les bons petits esclaves que nous sommes ne présentent aucun intérêt. Mais vous, Madame, Monsieur, ici, plus loin, à gauche à droite je ne comprends pas votre manque de réaction quand l’on voit et vous ne pouvez pas ne pas l’avoir constaté, comme moi à l’étude des plans d’aléas établis en 2010 et des plans de zonage réglementaire attachés à ce PPRI que les seconds , ne tiennent pas compte des premiers et que des zone de grand danger (rouge) ont été passées en danger faible voire inexistant (bleu foncé voire clair). Je ne trouve à tout cela aucune explication logique et m’étonne donc de votre silence devant une telle iniquité. Ceci étant dit, je n’ajouterai qu’une chose : le jour où j’aurai 1m d’eau dans le niveau de vie de ma maison, un certain nombre de maisons situées en zone bleu en auront jusqu’à plus soif et il risquerait bien d’y avoir encore des décès.
    Sur ces bonnes paroles je vous souhaite à tous un bon dimanche et une bonne continuation.

  • jacquotte says:

    A cette heure_ci aux Sables d’Olonne les spectacles de rue sont finis depuis longtemps,et pourtant ils sont de bien meilleure qualité.il ne s’agit pas de qui beuglera le plus fort…..on respecte les riverains et la loi mais les lois ce n’est pas pour La Faute…..
    Courage Musette c’est la fin de l’été et de ses concerts

  • Musette says:

    1h45 du matin, le « chanteur » de l’Odyssée entame à fond les manettes une chanson, genre je vomis avec un faux accès anglais, au « rythme » de l’enclume derrière ! Ça fait vibrer les carreaux !..Allez les gars un bon rock, bien à fond, en hurlant comme des chacals !
    La faute sur mer mieux qu’à Paris! Hé ! On n’est pas des plouks ! On se lâche sous l’oeil et la houlette de sa majesté qui vend sa bibine pendant ce temps là ! Allez ! On vous emm.., bande de nases ! Vous croyez pas que vous allez dormir à 1h45 du matin. A la Faute sur mer, on fait dans la transgression jusqu’au bout !
    Allez ! Rira bien qui rira le dernier ! Profitez-en c’est la fin !..

  • Soizic29 says:

    Musette,
    J’ai l’habitude d’être le « Bled » de mon entourage, c’est amusant que ça revienne aussi ici. Toutefois, ça reste toujours dans la bonne humeur. Je t’embrasse.

  • Musette says:

    Je voulais dire que le blog, c’est ça aussi, une mise en commun de choses qu’on connait un peu, ou beaucoup…

  • Musette says:

    @ Soizic, tu sais , j’échange avec tout le monde des choses que j’ai expérimentées pour moi-même.. Tout simplement.

  • jacquotte says:

    j’ai eu moi aussi beaucoup de mal à reconnaître l’emplacement de notre maison, surtout qu’une partie des pins a été arrachée.Sans la propriété presque voisine non démolie,nous aurions eu beaucoup de mal à nous repérer.Pour nous c’est très difficile d’y retourner surtout pour mon mari.C’est comme une plaie réouverte.

  • Soizic29 says:

    Musette,
    je donne des « consultations » gratuites, bled à part, euh blague à part 🙂

  • Soizic29 says:

    Bonjour Capucine,
    ça viendra pour toi aussi, tu étais peut-être dans ta maison depuis plus longtemps que moi. Celle-ci « remplaçait » la maison de famille que j’ai dû vendre, car trop éloignée.

  • Capucine says:

    Je suis contente pour toi Soizic que tu sois arrivée à ce détachement, comme dit Muzette, le temps le temps… je n’y arrive toujours pas

  • Musette says:

    Merci Soizic, tu es mon « Bled » du blog !
    C’est bien que tu puisses maintenant ne plus pleurer ta maison. Tout cela demande du temps et chacun a son rythme et ses méthodes. Il n’y a pas de règle. L’essentiel est d’y parvenir…

  • Soizic29 says:

    Coucou Musette,
    « ça, c’est fait » : ok ?

    Je n’ai pas vu tout ce que nous montrent les photos de nos amis.
    Quand je suis allée au pique-nique, j’ai eu du mal à reconnaître le quartier, je me demandais où j’étais au juste et où je devais tourner pour me rendre au rv.
    Je n’avais aucune envie de traîner par là.
    Il y a quelques temps déjà, nous sommes allés voir où était notre ancienne maison et on avait peine à reconnaître les lieux et son emplacement.
    Je crois que j’arrive à me détacher de ce lieu et c’est une bonne chose. Tant que la maison était debout, j’y allais régulièrement et je repartais en pleurant.
    Maintenant, je n’éprouve plus cela.

  • Musette says:

    Ça c’est fait, ou ça s’est fait ? Je crois que je me suis plantée…Première version est la bonne hein ?

  • Musette says:

    Bon ! Ben, ça s’est fait !.. A bon entendeur …

  • lafautakidon says:

    @ Musette et Soizic29
    mais non, il a beaucoup d’amis sur « fesses-bouc »

  • Musette says:

    @ Soizic : Ah ! Bon 11 ? Ah ! Quand même… C’est un riche comité de soutien….
    @ Lafautakidon : Bravo ! lire du Colbert sous un sapin à la fraîche, un truc que fait souvent sa seigneurie qui préfère Saint Exupéry, mais enfin, noboby is perfect. C’est bien les vrais beaux esprits, ça nous apprend des choses. Les falsificateurs se servent des lettres des autres pour mieux plumer leurs contemporains, tu as raison. On connait des virtuoses…

  • Soizic29 says:

    @Musette,
    Tu exagères vraiment : le comité de soutien comprend 11 membres !!!…et pas 9 comme tu l’écris, mdr :-))

  • Capucine says:

    le trait noir ce n’est pas moi qui pourtant n’étions pas loin des poubelles… mais ceci est bien l’hauteur d’eau que nous avons eu…

  • lafautakidon says:

    Le temps chaud incite à lire dans la pénombre.
    Je tombe cet après-midi sur une phrase de Colbert:
    « L’art d’imposer consiste à plumer en obtenant le maximum de plumes avec le minimum de cris »
    J’ai l’impression qu’elle nous est destinée.
    Amis fautais, réveillez-vous, CRIEZ pour ne pas être plumés !

  • brigitte says:

    Bildan fait exprès de poser des questions pièges. Personne ne veut se mouiller pour répondre.

    Pour l’auteur des tags, par contre, j’ai une idée. Pour avoir aussi bien marqué le niveau de l’eau c’est soit un géomètre, soit un sinistré qui a passé la nuit du 28 février 2010 pas très loin des lieux. Cela ne peut donc pas être sa seigneurie qui n’est ni l’un ni l’autre.

    J’y suis passée tout à l’heure (pour Musette, c’est juste en face « notre terrain où sera installée la stèle »). Les inscriptions Xynthia et 28 février ont disparu. Il reste le trait noir…..

  • lafautakidon says:

    Musette, il s’agit de l’entrée du port de plaisance.
    Le panneau du Conseil Général annonce « reconstruction des infrastructures »
    Les tags effacés se trouvaient sur les containers poubelles de la commune.
    Le style rappelle les tags à l’entrée de l’ancien camping municipal.
    L’auteur, je n’en ai pas la moindre idée, mais ce qu’il écrit n’est pas dénué de bon sens.

  • Musette says:

    @Bildan, tes questions nous font sécher…Ou tout le monde roupille !
    @Lafautakidon : c’est où ce truc ? Le trait et l’inscription ont été faits par qui ? Tu confirmes que ce serait communal ? Pour le reste, quand je vous dis que la reconversion de sa seigneurie comme peintre en bâtiment se confirme… Et, par ses choix et attitudes, la négation absolue de ce qu’est un maire, c’est à dire le garant de la loi et des institutions ! Un truc dont il ne sait même pas que ça puisse exister….
    Avez-vous vu sur face book un comité de soutien pour le maire de La Faute ? Ils sont…9 ! Ça doit lui faire chaud au cœur tout ce soutien. Si vous insistez, on vous donnera quelques noms..,

  • jacquotte says:

    qui a tracé le trait noir? est-ce le repère obligatoire dont il avait été question dans le blog?si c’est la cas ils auraient pu trouvé mieux pour le devoir de mémoire.Drôle de village en effet

  • lafautakidon says:

    au fait, j’ai oublié de vous dire …. le trait noir,
    C’EST LA HAUTEUR DE L’EAU !!!
    eh, oui, mais « tout va bien »

  • lafautakidon says:

    étrange ? hier il y avait un tag, aujourd’hui, murs blancs !
    si la commune est visée, un coup de blanc !
    si c’est le conseil général, « c’est leur problème »
    nous vivons vraiment dans un village étrange !

  • BILDAN says:

    Toujours à propos du PPRI, il existe des propositions qui mériteraient d’avoir un petit schéma pour permettre la compréhension, ainsi pages 14 et 15 à propos de la possibilité de reconstruire après démolition:
    • les nouvelles constructions ne donnent pas lieu à la création d’emprises au sol et de surfaces de plancher supplémentaires ;
    • les nouvelles habitations comportent un niveau refuge dimensionné pour accueillir toutes les pièces ou surfaces habitables;

    Moi pas comprendre du tout, comment on peut satisfaire les deux conditions simultanément.
    Soit on double la surface de plancher (le plancher refait, plus l’espace refuge de même surface puisqu’il doit accueillir toutes les pièces ou surface habitable…) soit on fait un seul plancher à 5.30m NGF qui serait à la fois habitation et zone refuge…(ce qui ressemble plus à un nid de cigogne qu’à une bourrine vendéenne…)

  • BILDAN says:

    Excusez moi de revenir sur le PPRI et ses prescriptions.
    J’ai bien compris que les prescriptions sont applicable quelque soit la zone de danger.
    Il n’est nul part mentionné le cas des maisons à deux niveaux. Il est toujours fait référence au premier plancher.
    Est-ce que le niveau de vie normal, même si celui-ci est le deuxième niveau, peut être considéré comme premier niveau? Eh oui il existe des maisons dont le niveau de vie est le second niveau.
    Si ce deuxième niveau est compris entre 3.70mNGF et 4.70mNGF est il vraiment nécessaire d’ajouter un troisième niveau pour être en conformité???

  • Musette says:

    Oui, il flottait dans l’air un délicieux climat d’amitié, chaleureux et puissant qui compte après toutes ces épreuves vécues. Ce fut pareil pour moi et, je le sais beaucoup d’entre nous. On arrivait plus à se quitter…Contente d’avoir mis un visage sur le nom d’Escabourg.
    Réponse à Soizic : Sûrement, pour mieux revenir… Hein ?
    Merci à Renaud et aux administrateurs de l’Avif pour ces moments si importants.

  • Soizic29 says:

    Bonjour à tous,
    Désolée d’être partie si vite hier.
    Dans ma précipitation, j’ai même oublié un Tupperware, sauvegardé par Monique.
    Faut-il y voir un acte manqué, Musette ? Je n’avais pas trop envie de quitter cette sympathique assemblée.
    Bises à tous

  • Capucine says:

    merci à Musette d’être venue malgrè la chaleur… en fait c’était super ces nuages dans le ciel, même si il y en a de temps en temps dans nos coeurs. L’amitié quelquefois tendre volait dans l’air. Merci à toutes et à tous.

  • Musette says:

    Bon, Brigitte a raison. Cette matinnée est plus fraiche que ces derniers jours. A tout à l’heure les amis !

  • lafautakidon says:

    quand on se balade à La Faute, on se rend compte que certains se « défoulent »

  • Musette says:

    Oups ! Quel que soit le temps …

  • Musette says:

    Bon, la chaleur a eu ça de bon, que les « musiciens » sont rapidement allés boire un coup ! A peine une demi heure et c’est remballé ! Démonstration faite que les 2 heures de répétition habituelles sont inutiles …
    Bon, je cherchais à capter Itélé pour la météo, mais la TV est en carafe. Je suppose trop de chaleur. Comme pour moi, elle est KO !
    Je me souviens d’une télé analogique qui marchait toujours très bien quelque soit le temps..

  • brigitte says:

    La municipalité réagira-t-elle face à ce PPRI? Silence absolu pour le moment.

    Une réunion publique me semble indispensable pour expliquer tous les points techniques aux Fautais.

    On lit également, à la page 27 du règlement que, dans un délai d’un an, on doit réaliser un exercice communal de mise en alerte et/ou d’évacuation. L’essai alerte téléphonique auquel nous avons eu droit est-il suffisant?

    Quant à l’ADPF de M Claveau, elle en est toujours aux projets de juillet 2011…

  • brigitte says:

    Musette, pas de panique, la météo annonce « seulement » 28 degrés….

  • Musette says:

    Bravo, Président, pour la clarté et la fermeté du propos. Bravo à l’équipe qui s’est appuyée l’analyse des textes, pour nous le rendre parfaitement intelligible.
    J’espère venir demain, mais mon thermostat interne est assez peu efficient passé 30 degrés, un genre d’infirmité qui me contraint à vivre à côté de mon ventilateur… Désolée Capucine si demain je cale ! En plus, ce soir nous sommes autorisés à dormir vers 2h ou 2h30 du matin …Bon, la « musique » a déjà commencé. Gare aux coups de chaleur !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

6 + 4 =

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
août 2012
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci