Archive pour novembre 2012

À bord de leur minibus laboratoire, nos deux couples d’animateurs poursuivent leur parcours en Europe pour explorer, informer et répondre aux questions de la science. Entre séquences animées et témoignages de chercheurs, un décryptage résolument dynamique de l’univers. Dans ce numéro : comment se protéger des inondations ?

(Allemagne, 2012, 26mn)

Lire la suite de cette entrée »

Xynthia: des ateliers pour penser à l’avenir.

Lire la suite de cette entrée »

Agrandir l'actuel port de plaisance de L'Aiguillon en le reliant au plan d'eau de baignade est un projet séduisant, mais sa faisabilité technique et économique reste encore à démontrer.

Agrandir l’actuel port de plaisance de L’Aiguillon en le reliant au plan d’eau de baignade est un projet séduisant, mais sa faisabilité technique et économique reste encore à démontrer.

Près de trois ans après le drame de Xynthia, l’avenir des communes touchées se redessine. La Région continue sa concertation. Projets les plus avancés : le centre de recherche et les ports de plaisance.

Quel visage aura l’anse du Lay et ses deux communes martyres de la tempête Xynthia, La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer, dans dix ou vingt ans ? Pendant que l’État n’en finit pas de peaufiner ses plans « digues » et des zones à protéger des risques de submersion, la région des Pays de la Loire impulse un canevas de reconstruction à long terme.Jacques Auxiette, son président, a choisi de multiplier les réunions de concertation dans un territoire ultrasensible au moindre projet. Hier lundi, à la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer, on remettait le couvert pour faire émerger ce qui peut faire consensus. Entre 150 et 200 habitants y étaient.

« Litoralis », un centre de recherche

Après une présentation un peu fastidieuse des objectifs, l’assistance s’est scindée en trois ateliers : devenir des zones de solidarité, projets portuaires, centre de mémoire et de recherche sur les risques liés à la montée du niveau de la mer, sous le nom de code provisoire « Litoralis ».

A tout le moins, c’est le projet le plus abouti depuis janvier 2011, date du début des réunions de concertation locale. Ce « centre de mémoire » est déjà positionné sur un terrain de 2 000 m2, acquis par la Région, à l’emplacement – hautement symbolique – de l’ex-hôtel du commerce de L’Aiguillon-sur-Mer démoli depuis : « Un tel centre de recherche et de mémoire n’existe nulle part dans le monde », avance Jacques Auxiette. « Il sera piloté par la Région, » assure Patrick Jouin, directeur général des services. Reste quand même à préciser son coût, son contenu scientifique et un calendrier d’achèvement.

L’autre dossier doté d’une certaine épine dorsale, c’est celui du développement de la plaisance sur le Lay. Un cabinet a présenté quatre « moutures » dont deux semblent les mieux positionnées, vu l’environnement naturel fragile.

C’est d’abord l’extension du port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer. En investissant le bassin de baignade accolé au bourg, on pourrait passer d’une capacité d’une centaine d’unités à quai à un peu plus du double. Maurice Milcent, le maire, est pour : « Tout en gardant la plage, on le relierait au port actuel sur le Lay. »

Jean-Pierre Letard, le président du Cercle nautique, est plus dubitatif : « S’il y a un port dans le bassin, il n’y aura plus de baignade possible. » L’autre projet phare, c’est, sur l’autre rive du Lay, un port à sec pour petits bateaux à moteur à La Faute-sur-Mer et, éventuellement, un agrandissement du port à flot : « On est motivé pour l’agrandissement de la zone portuaire mais attention à son intégration dans l’espace naturel », modère René Marratier, le maire fautais.

Le principe de réalité aura in fine son mot à dire. Le Lay s’envase régulièrement. Au bas mot, il faudra, pour dégager la passe aux plaisanciers, draguer en continu à raison de 250 000 € à 500 000 € par an. Qui paiera ?

Autre interrogation majeure, l’enclavement des ports. Il faut une heure à un bateau pour parcourir les cinq milles marins qui mènent à la haute mer. Le jeu en vaut-il la chandelle ? « Dans tout ce qui a été dit, on n’a jamais fait le calcul des retombées », s’étonne Jean-Michel Lacroix, un jeune retraité aiguillonnais.

Agrandir le port de plaisance de L'Aiguillon-sur-Mer, pourquoi pas?

Agrandir le port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer, pourquoi pas?

Quel visage aura l’anse du Lay et ses deux communes martyres de la tempête Xynthia, La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer, dans dix ou vingt ans ? La région des Pays de la Loire impulse un canevas de reconstruction à long terme. Jacques Auxiette, son président, a choisi de multiplier les réunions de concertation dans un territoire ultrasensible au moindre projet.

Cet après-midi, à la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer, on remettait le couvert pour faire émerger ce qui peut faire consensus. Entre 150 et 200 habitants y étaient. Après une présentation des objectifs, l’assistance s’est scindée en trois ateliers : devenir des zones de solidarité, projets portuaires, centre de mémoire et de recherche sur les risques liés à la montée du niveau de la mer, sous le nom de code provisoire « Litoralis ». Le projet le plus abouti depuis janvier 2011, date du début des réunions de concertation locale. Ce « centre de mémoire » est déjà positionné sur un terrain de 2 000 m2, acquis par la Région, à l’emplacement – hautement symbolique – de l’ex-hôtel du commerce de L’Aiguillon-sur-Mer, démoli depuis. L’autre dossier doté d’une certaine épine dorsale, c’est celui du développement de la plaisance sur le Lay. Un cabinet a présenté quatre « moutures » dont deux semblent les mieux positionnées, vu l’environnement naturel fragile : l’extension du port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer et la construction d’un port à sec à La Faute-sur-Mer. Restera, cependant , à régler le problème de l’envasement du Lay.

À l’initiative de la région des Pays de la Loire, une nouvelle réunion se tiendra, le lundi 12 novembre, à partir de 15 h, à la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer. Enjeu de cette journée ? Présenter les différentes études qui ont été menées sur le devenir des communes (La Faute, L’Aiguillon et La Tranche) frappées par Xynthia, mais surtout mettre sur la table quelques-uns des scénarios possibles.

Trois ateliers seront mis en place. Le premier se penchera sur les équipements portuaires et l’économie maritime, le deuxième évoquera le projet de lieu de mémoire (Litoralis) et la valorisation touristique. Enfin, le troisième atelier abordera le devenir des zones de solidarité. Golf neuf trous, pôles multisports, zones de stockage de bateaux ont été suggérés sur les anciennes zones sinistrées… Là encore, plusieurs hypothèses sont à l’ordre du jour.

Jeudi soir, plus de 600 personnes ont assisté à une réunion publique organisée par la municipalité sur le plan de prévention des risques inondation (PPRI). Plusieurs points font l’objet de contestation : le niveau de référence de 4,70 m, les relevés altimétriques… Le plan ignore également l’existence des digues, des travaux récemment effectués et ceux programmés. Le maire, René Marratier, considère que « dans l’ensemble, ce PPRI est souvent entaché d’erreurs manifestes d’appréciation, et même parfois d’illégalités ». Le préfet dispose de deux mois pour répondre.

Le 24 octobre 2012 la Conseil Municipal a approuvé l’exercice d’un recours gracieux à l’encontre de l’arrêté préfectoral  n°2012200-0014 en date du 18 juillet 2012 portant approbation du PPRI de LA FAUTE SUR MER et a décidé de se faire représenter en justice par la SCP d’avocats SEBAN et Associés.

Lors d’une réunion publique le jeudi 8 novembre ce recours a été présenté au public au Pavillon des Dunes.

Le diaporama présenté lors de cette réunion et le dossier déposé en préfecture sont téléchargeables en cliquant sur les liens suivants.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

− 2 = 3

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
novembre 2012
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci