Bruno Retailleau : « Il ne faut pas douter que le niveau de la mer continuera à monter dans les années qui viennent et que les tempêtes seront de plus en plus violentes ». Archives Franck Dubray.

Bruno Retailleau : « Il ne faut pas douter que le niveau de la mer continuera à monter dans les années qui viennent et que les tempêtes seront de plus en plus violentes ».© Archives Franck Dubray.
Vendredi, la discussion à bâtons rompus sur les sujets d’actualité au conseil général a été l’occasion de jolies envolées verbales et de règlements de compte. Morceaux choisis.
Il ne se passe plus désormais de session du conseil général sans que Jacques Oudin n’intervienne, avec sa verve habituelle, sur le délicat dossier de la prévention des risques littoraux. « Bien malin qui peut s’y retrouver entre les PPRI, les Papi, les PPRL, les Plu, affirme le conseiller général de Noirmoutier. Toutes ces procédures, ces contraintes entraînent un profond malaise dans la population et chez les élus A Noirmoutier, une pétition de 2 300 signatures contre le Plan de prévention des risques littoraux (PPRL) a été déposée en préfecture. Dans la baie de Bourgneuf, je vous prédis le même scénario. L’État doit nous écouter. Il faut désamorcer ce dossier avant que cela n’explose»Bruno Retailleau, le président du conseil général, approuve la remarque du président de la commission des infrastructures routières. Il compte aborder prochainement le sujet avec Delphine Batho, ministre de l’Écologie.

« Il ne faut pas douter que le niveau de la mer continuera à monter dans les années qui viennent et que les tempêtes seront de plus en plus violentes, a répondu Bruno Retailleau.Pas question donc d’être laxiste ! Mais on peut tout de même s’interroger en voyant toutes ces procédures qui s’ajoutent les unes aux autres. Y’en a marre ! À quoi servent-elles ? À protéger les populations ou à couvrir les administrations ? On ne protégera pas les habitants du littoral en coloriant en rouge, en bleu marine et en bleu foncé les cartes marines. Il faut que les règles soient intelligibles pour les citoyens et surtout, elles ne doivent pas apparaître comme des règles arbitraires. »

50 réponses à to “Risques littoraux : « Assez de procédures ! » (Ouest France)”

  • brigitte says:

    Merci de ces précisions qui nous rassurent un peu….

  • REFMAR says:

    Bonjour à tous les habitués de ce forum.

    Je me permet de compléter le message de « BILDAN » en date du 13 février 2013 (http://www.lafautesurmer.net/2013/02/05/risques-littoraux-assez-de-procedures-ouest-france/#comment-24554).

    Si la transmission des données en temps réel de La Rochelle – La Pallice est actuellement bien interrompue la faute incombe uniquement comme vous l’avez souligné à « un problème de liaison avec le temps réel. Pas de donnée en temps réel disponible pour le moment ».

    Tout est mis en œuvre pour rendre à nouveau opérationnel, le plus rapidement possible, la transmission en temps réel des mesures de hauteur d’eau pour cet observatoire.

    Cet avarie sur le temps réel ne signifie pas pour autant que l’appareil ne fonctionne plus. Vous avez en effet la possibilité de consulter les observations au pas de temps de 10 minutes mis à jour sur le site toutes les 24h00 (en matinée) les jours ouvrés.

    Cordialement

    L’équipe REFMAR

  • fauxfautais99 says:

    Pour continuer sur ce fil au sujet des propos de Bruno Retailleau, j’ai mis un gros plan de la gerbe du président du Conseil Général. C’est certainement à lui que s’adressent ces pouces rouges ou alors ils n’ont pas bien compris le principe et sont rouge de colère parce que vingt-neuf personnes ont péri (à force de ne pas s’exprimer clairement et courageusement, on peut interprêter ce que l’on veut de ces fameux pouces).

  • Frederic says:

    les pouces rouges, eu égare à cette photo ne m’inspire qu’un mots  » Culés  »

    même si ce n’est pas politiquement correct.

    désolé…

  • Musette says:

    C’est vrai Jacquotte. une banderole où on lit les prénoms de grands parents, mais aussi ceux de deux enfants de 13 et 5 ans, qui plus est de la même famille, ainsi que leur mère et grand mère méritent des pouces rouges…
    La santé mentale de certains est inquiérante.

  • jacquotte says:

    1 pouce rouge pour la photo de Fauxfautais,il faut croire que la banderole dérange encore.

  • BILDAN says:

    Même pour l’ile de ré et les Charentes maritimes le travail de l’administration de l’état n’est pas fini.

    http://www.sudouest.fr/2013/02/18/stop-danger-possible-969538-1520.php

    Les stylos tournent toujours dans l’encrier…

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 4 mars 2012)

  • fauxfautais99 says:

    Voici l’accès au port près du rond point actuel du Boulevard du Lay tel qu’il était encore le 13 juillet 2010.

  • fauxfautais99 says:

    @ elle
    Il y a deux étapes à mon indignation:
    1) Bien avant qu’on ne finance le ré-haussement de la digue, les accès au port étaient en dessous du niveau de la digue. Cela n’avait pas l’air de choquer le président responsable de l’entretient des digues, les ingénieurs des ponts et chaussée et ceux qui lotissaient en dessous.
    2) Quand les travaux de ré-haussement ont été entrepris vers janvier-février 2010, on a commencé par la digue en gardant les accès au port tel-quels. Quand la tempête est arrivée, ces points bas n’avaient pas été surélevés et l’eau a pu s’y engouffrer. Dans les semaines qui ont suivi la catastrophe on a déposé un petit talus en terre provisoire sur l’accès en face de le rue du Port des Yachts(Cela me fait penser à ceux qui sont actuellement autours de la cale du port de L’Aiguillon). Ce n’est que dans la phase finale des travaux de la digue que les routes ont été refaites. Je serai curieux de savoir si c’était prévu initialement où si c’est à cause des enquêtes post Xynthia qu’on a fini par y penser.

  • brigitte says:

    Elfes,
    Les travaux signalés par la pancarte photographiée par fauxfautais datent d’AVANT Xynthia.
    Ils ont été entrepris trop tard et étaient à peine commencés en février 2010. Ils ne prévoyaient aucunement le relèvement des entrées de port !
    Des travaux d’urgence, après la tempête ont effectivement corrigé cette imbécillité !
    Mais tout est fait avec un temps de retard….. Aujourd’hui, le « cuvette » est protégée par une digue solide mais il n’y a plus de maisons derrière.
    Par contre, on tergiverse pour consolider le reste de la digue Est derrière laquelle des habitants sont encore en danger !

  • elle says:

    A FauxFautais99 à propos de votre commentaire du 17/02/2013 (9h47)
    Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire.
    Les digues ont été rehaussées mais les points bas qui permettent d’accéder aux ports (plaisance ou professionnel) aussi, ainsi que les entrées vers les établissements ostréicoles. Tout a était fait en même temps.

  • Soizic says:

    @ lafautakidon,
    Merci pour la photo, les travaux sont en cours ou ça reste comme ça ?

  • Soizic says:

    Pour reprendre les propos de Christian Bourgne, c’est exactement ce que nous avons pensé quand nous avons vu le permis de lotir, la vente des terrains et que nous avons obtenu sans problème un permis de construire aux Doris.

  • Lafautakidon says:

    et voilà le résultat des 2,13 millions d’euros

  • monique94 says:

    Musette, ce sont les herbes qui poussent dans les marais inondés par la mer, à La Faute entre le Lay et la digue, tu les vois sur la photo du 16 février.
    (la mizotte est aussi un fromage de la région de St Michel en l’Herm)

  • Musette says:

    Cher fauxfautais,
    je me demande depuis longtemps, sans oser le demander, ce qu’on appelle les « mizottes ». Une question qui révèle la fauxfautaise qui sommeille en moi, ou la vraie fautaise fausse, ou la fausse vraiefautaise… Enfin, un truc pas net, hein ?

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 17 mars 2010)

    http://www.sudouest.fr/2013/02/18/stop-danger-possible-969538-1520.php

    « On nous a dit, il faut prendre des précautions en attendant le PPRL et ne pas accorder de permis. C’est absurde, un maire ne va pas accorder de permis si c’est dangereux, ce serait suicidaire », s’exclame Christian Bourgne, le maire des Portes-en-Ré.

    C’est vrai quand même, l’histoire récente nous prouve qu’on peut leur faire confiance.

    Et quand ils sont maître d’ouvrage pour faire une digue transparente avec ouvertures sur les mizottes, tout le monde suit pour dépenser 2,13 millions d’euros sans s’assurer de la cohérence du projet.

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 6 février 2010)

    J – 22.
    On ré-hausse la digue. En espérant que l’eau ne prendra toujours pas les routes du port? On fait ce qui se voit avant de faire ce qui serait utile. C’est comme faire blinder sa porte et laisser les fenêtres ouvertes. On peut argumenter qu’on ne peut pas tout financer à la fois mais ré-hausser les routes dans une première tranche aurait couté moins cher que de commencer par la digue.
    Ce n’est qu’après la catastrophe qu’on se décidera à les faire passer par-dessus la digue.

  • tristesse says:

    En ce qui nous concerne nous avons vendu notre maison à l’Etat pour qu’elle soit démolie (d’ailleurs elle n’existe plus) et jamais au grand jamais nous n’aurions voulu qu’elle soit donnée à la commune, pour nous il y aurait comme une « trahison ». D’ailleurs dans l’acte de vente à l »Etat il était mentionné pour « démolition » !!!!

  • Frédéric says:

    Je rejoins tout à fait faux fautais sur le changement de destination du bien , mais qui va poursuivre qui…. Pas madame Jamet.

    Que je salut en passant.
    Bref encore une pratique bizarre.
    Le port de la faute à besoin d’une unitee peut être , mais connaissant son activitée je trouve la maison loin et volumineuse e.

    Il n’y a que des locaux qui s’arrête au port.

    Nous ne soMme pas a la rochelle… Ou l’île de Ré.
    Je pense encore à ces pontons qui ne peuvent trouver d’accès … Gaspillage gestion de notre argent !……..de merde…

    VirOns vite cet imposteur.

  • fauxfautais99 says:

    @Monique94 et Brigitte
    Il est certain que voir ces belles maisons détruites alors qu’elles pourraient être utiles à l’activité portuaire et à la vie associative fait mal au cœur. Mais je crois qu’il ne va pas être simple de faire autrement. Le maire a tendance à faire des plans sur des biens qui ne lui appartiennent pas et demande à l’état « leur mise à disposition ». Est-ce une simple manœuvre pour en rejeter la responsabilité d’un refus sur l’état ? Ce serait un comble que cette municipalité obtienne à bon compte des biens à la faveur des conséquences d’une catastrophe pour laquelle elle est mise en examen ! Tout ce qui paraît maintenant indispensable au maire ne lui serait jamais venu à l’esprit s’il avait dû financer ces projets.
    L’état de son côté est coincé par des signatures un peu trop précipitées et contenant des clauses précises de démolition. Est-ce que les ex-propriétaires sont prêts à modifier ces contrats qu’ils n’ont pas dû signer de gaité de cœur ? Si leurs maisons doivent changer de destination ne vont t’ils pas exiger un autre prix (loi de l’offre et la demande) ?
    Si l’état distribue ces biens acquis avec le fond Barnier sans récupérer sa mise ne va-t-il pas provoquer un tollé de la part des contribuables et de ceux qui ont vu leurs assurances augmenter ?

  • brigitte says:

    Les maisons situées dans cet alignement et possédant un étage, sont TOUTES sorties de la zone « noire » après la deuxième mouture. Mais certains propriétaires avaient déjà pris la décision de vendre et ne sont pas revenus sur cette décision difficile comme ils en avaient le droit. C’est leur choix.
    Que les maisons de P Babin ou de Tatave soient épargnées, c’est normal dans la mesure où elles ne représentent pas de danger pour leurs habitants.
    La définition des zones noires a été une aberration dans la mesure où les critères choisis n’avaient rien à voir avec le danger potentiel. Mais ce ne sont pas les propriétaires qui sont responsables : ce sont les services de l’Etat !

  • m says:

    Sur la photo postée par Fauxfautais, la maison centrale serait celle de Tatave, maison dénommée Le Paradis, à juste titre ; maison d’architecte remarquable. Est-ce bien celle-là ? Par ailleurs, la maison de Philippe Babin qui est située à gauche sur le même alignement à quelques mètres de là, serait, elle, sauvée de la destruction…

  • Musette says:

    De découverte en découverte, nous apprenons que les gens à La Faute sur mer, qui ont pris des décisions ( ou qui se sont s’abstenus d’en prendre) engageant la vie de leurs concitoyens, n’en avaient rigoureusement rien à faire, par connerie, par inculture, par j’en foutisme, par goût du gain … Xynthia aura eu pour seule vertu de révéler tout ça !

  • brigitte says:

    Une photo bien choisie pour illustrer le propos !

    Eh oui, ces « vrais Fautais » pensaient tout savoir, pouvoir tout gérer et se moquaient ouvertement de ces « pièces rapportées » qui ne connaissaient rien aux digues et qui s’inquiétaient « bêtement ».

    Tout est bouclé dans ce merveilleux petit village. Vous pensez devenir propriétaire à part entière lorsque vous achetez un terrain ? Non ! on vous tolère, on empoche vos contributions et on vous fait des sourires tant que vous ne posez pas de questions.

    Et lorsque vous perdez tout une nuit de tempête, on vous ignore lamentablement…….

  • monique94 says:

    extrait du Trait d’Union juin 2012
    comme le dit Brigitte, si les ex propriétaires sont d’accord pourquoi ne pas récupérer ces maisons.

    « Nous envisageons de restructurer nos infrastructures portuaires et avons donc demandé la mise à disposition des propriétés bâties existantes qui se si- tuent face au port et qui sont les propriétés ayant appartenu à Mr et Mme JAMET, Mr et Mme GOLZE et Mr et Mme ARNOUX – désormais propriétés de l’Etat et vouées à la déconstruction.
    Vu la fréquentation grandissante du port dès les beaux jours, il nous est nécessaire de disposer de locaux qui permettraient de répondre à cet afflux en y installant : un bureau pour la capitainerie, une salle de réunion et de conférence pour accueillir des expositions culturelles et lu- diques sur le thème de la mer, la faune et la flore sauvage maritime. Un bureau destiné aux associations portuaires pourrait, dans le contexte actuel, répondre aux besoins de ces dernières. »

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 27 septembre 2007)

    Merci Brigitte d’éclairer les fautais de passage. Je me suis déjà étonné de ces ouvertures béantes faites dans la digue pour faire passer les routes et je suis de plus en plus stupéfait en apprenant que le président des Chauvaux habite à proximité sans se poser de question. Tandis que nos taxes pour les digues ont servi à tondre l’herbe sur la digue et à reboucher quelques fissures un mètre plus haut que ce passage, Tatave regarde gentiment passer l’eau à côté de chez lui et dévaler la rue du Port des Yachts. Résultat vingt neuf morts et six cents maisons détruites, mais pas grave, la sienne est toujours là.

  • souris says:

    Désolant et révoltant….
    Courage àvous

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Sortie du préfet J.J.Brot à La Faute, après l’annonce du zonage – Photo prise le 8 avril 2010)

  • brigitte says:

    Pour Info,
    Tatave, gros propriétaire Fautais, a été président des « Chauveau » pendant des années avant de céder la place à Philippe Babin.
    Il possède entre autre, une maison sur le haut de la digue, à l’entrée du port de plaisance. On le voit, dans un reportage télé interpeler le maire sur la digue et s’énerver contre ses voisins qui ont vendu leur maison alors qu’ils n’avaient pas eu d’eau.
    Le Maire a dit à plusieurs reprises qu’il demandait à la pref de ne pas détruire la dite-maison mais de la mettre à la disposition de la commune pour en faire une capitainerie et un lieu de réunion pour les assos liées à la mer.
    Pourquoi pas si les anciens propriétaires sont d’accord. Sinon, il y a tromperie !
    Je ne sais pas où en sont les « tractations » mais de toutes façons ce « cadeau » serait fait à la commune (donc aux Fautais) et non à ce maire de pacotille qui est lâché de toutes parts

  • Frederic says:

    Ah!

    alors, la maison désigné serait l’ex maison  » Jamet  » ( voir l’orthographe du nom )
    face au port professionnel sur la bute. La belle et grande maison du milieu.

    voilà !

  • Soizic says:

    Frédéric,
    Tu nous donnes une info, mais j’ai du mal à comprendre, car je ne sais pas où se situe la maison de « Tatave, ni qui est « Tatave ».
    Je comprends juste qu’il y aurait un problème, mais lequel ?

  • Frederic says:

    Avisssssss à la population.

     » Une mouette sage  » m’a dit que la maison retenue pour la future capitainerie était celle a mitoyenne de celle de tatave…

    est ce un achat de la commune à l’état… un don pour bon et loyaux services de sa majesté! ..

    je croyais que toutes ces maisons étaient vouées à la destruction.

    Quelqu’un d’autre à t’il des infos.

    le rois conteste t’il sa propre expropriation de sont royaume.

    ?????

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photos prises les 3 et 11 mars 2010)

  • BILDAN says:

    Pas de panique quand même Musette, le marégraphe ne fait ni monter ni descendre la mer…
    Même sans pendules le temps passe quand même, même si parfois on aimerait bien qu’il ralentisse ou s’accélère selon nos désirs.

  • Musette says:

    Ben là, Bildan, c’est le cauchemar…

  • BILDAN says:

    Pas d’inquiétude à avoir, tout est sous contrôle.

    Pour info le Marégraphe de La Rochelle ne transmet plus de mesure depuis le 25/01/2013.

    http://refmar.shom.fr/en/la_rochelle_la_pallice;jsessionid=4EFA742F7BAA96AA235A76415ABCD31A?p_p_id=journaldebord_WAR_onivmerzip&p_p_lifecycle=0&p_p_state=maximized&p_p_mode=view&p_p_col_id=column-3&p_p_col_pos=2&p_p_col_count=3&_journaldebord_WAR_onivmerzip_idArticle=711&_journaldebord_WAR_onivmerzip_consult=consult

    Il y a surement des économies à faire par ces temps de récession, les systèmes d’alerte et de contrôle ne sont pas prioritaires semble-t-il.

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Confortation de la digue à L’Aiguillon – Photo prise le 9 avril 2010)

  • Musette says:

    On croit rêver !!!

  • Lafautakidon says:

    A propos de risques … une « petite » pour la route.
    La digue EST de La Faute, pas de brèches ?

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise à L’Aiguillon le 2 mai 2010)

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 11 avril 2010 à L’Aiguillon)

  • Musette says:

    la différence, justement Marie-Christine, c’est que maintenant on vous connait…
    Imaginer votre disparition, c’est juste pas possible ! Pas plus qu’à La Faute, où ceux qui restent errent dans des lieux qu’ils ne reconnaissent plus. Ce sont des lieux hantés. Et pour très longtemps.

  • Marie Christine says:

    Réponse à fauxfautais

    Pour ne pas oublier, nous les « Pointus » on n’oubliera pas non plus ce qu’on nous a fait !

    Mais nous serons vite oubliés si on nous raye de la carte… c’est comme ça, mais comme avant, on ne nous connaissait pas… quelle est la différence ?

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo prise le 11 avril 2010 à L’Aiguillon)

    « Il faut que les règles soient intelligibles pour les citoyens et surtout, elles ne doivent pas apparaître comme des règles arbitraires. «
    Je ne souhaite pas me mêler de la vie politique vendéenne mais je trouve très pertinente l’analyse de Musette en ce qui concerne les indignations des politiques de tout bord, surtout quand ils ne sont pas ou plus dans la majorité. M. Bruno Retailleau ne s’est pas très ému des décisions à l’emporte pièces du précédent « état » qui a colorié La Faute et L’Aiguillon en noir et laissant le soin à maintes commissions et enquêtes de repeindre dans les tons bleu et rouge.

  • Musette says:

    Les hommes politiques ont laissé se développer dans tous les secteurs d’activité la folie procédurale qui a contribué par le management qu’elle induit une souffrance au travail inédite. Ils se réveillent quand ils commencent eux-mêmes à être impactés.
    Il aurait fallu réfléchir avant de se lancer les yeux fermés dans le libéralisme connecté au tout gestionnaire ! Le principe de précaution est directement induit par ce système qui se veut totalisant et donc, finalemnt… totalitaire.
    Arroseurs arrosés, réveillez – vous, et prenez les décisions en amont qui s’imposent et ne faites pas comme si ce qui vous tombe dessus serait sans une origine identifiable !…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

64 − = 55

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci