Le directeur général des services à la région des Pays de la Loire est candidat à la mairie de La Faute-sur-Mer, où il possède une maison.

Il l’a annoncé officiellement à l’ensemble des salariés (environ 3 000) ainsi qu’aux élus régionaux en début d’après-midi. L’hypothèse courait depuis quelques mois déjà.

Marie-Thérèse Tarrery, adjointe de l’actuel maire, René Marratier, a annoncé qu’elle serait à ses côtés. Âgé de 57 ans, Patrick Jouin a notamment été secrétaire général de la ville de La Roche-sur-Yon, de 1992 à 1998, lorsque Jacques Auxiette était maire de la ville chef-lieu.

Il a été également directeur général des services de l’Essonne, de 2000 à 2004, avant de retrouver Jacques Auxiette, à la région des Pays de la Loire, lorsque celui-ci a été élu président.

31 réponses à to “Municipales. À La Faute-sur-Mer, Patrick Jouin officiellement candidat (Ouest France)”

  • Musette says:

    @ Paul,
    Vous vous trompez pour EDF. Dès le début des années 90, on a introduit dans cette entreprise les logiques du privé, comme pour GDF, les PTT, pour en préparer la mutation vers le privé. On a mis en place un management oppressif en toute connaissance de cause pour « liquider » par tous les moyens les fonctionnaires. Suicides y compris. Dans ce monde là, on a pas d’état d’âme. Vous-même le justifiez implicitement.
    vous m’opposez l’analyse habituelle que l’on trouve chez les tenants du libéralisme qui déteste le service public supposé couler le navire. c’est votre droit.
    Ce n’est pas mon opinion. Dont acte.
    Les cadres ne sont pas responsables, parce que dans le système que vous soutenez, la responsabilité est en fait totalement diluée par la machine qui gère tout. Ceci apparait dans tous les travaux qui ont analysé les nouvelles donnes managériales, sauf par ceux qui l’ont mis en place, of course , et qui l’ont évidemment trouvé excellent ! Car l’autoévaluation est la norme prescriptive. On n’est jamais aussi bien évalué que par soi-même ! Aussi effarant que cela soit, c’est la réalité de ce système.
    Les cadres ne sont pas décisionnaires ; ils exécutent et font exécuter ce qui est décidé ailleurs, sous la forme de systèmes hautement procédurés, via les ministères entre autres. A cette occasion, je me permets, par exemple, de vous rappeler que les digues ont donné lieu à de tels retards liés au système procédural que rien n’aboutissait, les process étant à l’occasion contradictoire entre eux. C’est cette folie qui a été dénoncée récemment. L’actuel gouvernement se positionnant sur une réforme de ce système ; Ceci étant, la dilution des responsabilités et donc des décisions se retrouvent à tous les niveaux, y compris politiques. Nous le voyons bien aujourd’hui par les entraves que l’Europe imposent aux pays, dépossédant les politiques de leur pouvoir de faire en dehors de ce que l’Europe impose. Dans le privé, le système est exactement le même. Sauf, dans les petites entreprises. A ceci près, qu’elles croulent sous la poids de la bureaucratie. Leurs responsables en témoignent tous, et se demandent si le jeu en vaut la chandelle, dans le contexte de récession actuelle.
    Mais, nous ne serons pas d’accord, ce sont 2 visions opposées de notre monde : donc inutile de continuer ce dialogue qui restera en effet en impasse.

  • Paul says:

    @ Brigitte : tout a fait d’accord…

    @ Musette, je n’ai pas lu “Bonjour Paresse” mais il me semble qu’en 2004, EDF était encore une entreprise d’Etat…Quoi d’étonnant de voir un environnement similaire à celui décrit par Zoé…

    Je trouve qu’on s’éloigne du sujet mais pour les privatisations récentes (ex : La Poste, EDF) puisque vous en parlez, imaginez une activité ou l’argent fond comme du beurre, en sureffectif et pleine de CDI’s. Maintenant imaginez que le secteur privé récupère le bébé parce que l’Etat veut/doit faire des économies… celui qui a laissé courir le gaspillage et la mauvaise gestion pendant des années n’est-il pas aussi responsable que le repreneur? Mais laissons les entreprises d ’Etat (portées par les impôts) ou les CAC 40 (par les actionnaires) car les entreprises auxquelles j’ai fait référence (grande majorité de nos entreprises en Vendée) sont les PME à fonds propres qui, par exemple, ne peuvent pas se permettre de mettre une ressource « au placard » et de continuer à payer un salaire.

    Quand à dire que les hauts placés de l’administration ne sont pas responsables, c’est justement le problème (à quoi servent – il donc ?). Ça ne les empêche pas de choisir la sécurité de l’emploi quel que soit les résultats et pour certains en écrasant les autres en toute impunité …

    Paul

  • Musette says:

    @ Paul,
    Vous avez cité, à juste titre, dans votre discussion avec Brigitte, les deux livres de Zoé Shépard, sur ce qu’elle avait découvert du fonctionnement managérial du Conseil Génénral d’Acquitaine. Sa critique fait suite à celle de Corinne Maïer « Bonjour paresse », qui a été en son temps une critique radicale du management d’EDF. Ces livres parlent de la même chose. La supposée modernisation des structures de l’Etat, comme celles du privé, a été faite sur le même modèle managérial, qui s’est répandu absolument partout, accompagné d’une souffrance au travail épouvantable et inédite. Les suicides nombreux dans tous les secteurs en ont été le signe. On a introduit dans le public les logiques libérales du privé sans tenir compte de la différence des valeurs intrinsèques aux différentes institutions. Les dégâts ont été désastreux, et les dysfonctionnements ahurissants. La corruption, autrefois empêchée par la rigidité du système, a alors pu se répandre ; ce que Zoé Shépard a constaté. Car, la corruption, c’est mon avis, profite au libéralisme qui s’en délecte (Lobbiings, corruption, circulation des flux financiers opaques, cynisme généralisé, absence de tabous etc…). Là,où je ne vous suivrai pas, Paul, c’est de croire que les cadres ont une quelconque responsabilité dans ces managements. Ni dans le privé, ni dans le public. Ils peuvent être plus ou moins zélés, mais on sait qu’aujourd’hui beaucoup sont également burn outés par un sytème fou, pléthorique, qui produit des procédures inombrables dans lesquels les salariés et les cadres sont engloutis. Qui décide de ces managements ? C’est « ON », un insituable, qui se perd dans les concepteurs zélés des procédures informatisées d’un libéralisme sauvage qui a fait sauter nos valeurs humanistes et qui, c’est mon avis, en financiarisant notre monde, entraîne les pays dans la récession.
    Pour ce qui concerne P. Jouin, que je ne connais pas, on ne peut donc lui faire le procès que vous lui faîtes, de cette manière tout du moins. Dans ces lieux, comme dans les entreprises, les salariés se retournent contre les cadres, leur assignant la responsabilité de leur souffrance au travail, alors qu’ils sont eux-mêmes impactés par le management.
    Je ne veux pas non plus être désagréable pour les fautais, mais,je ne vois pas en quoi être maire de La Faute est un fleuron sur le chemin d’une brillantes carrière politique !!! Petite mairie, petit maire, d’un village dévasté qui a perdu presque la moitié de ses habitants primaires, et qui est dans un état de décomposition avancée. 20 ans de pouvoir, vous le savez, n’est pas sain. Surtout quand le choix a été d’un pouvoir sans partage. La mairie a besoin d’être remise en état de fonctionnement au regard de la légalité, de ses valeurs républicaines. Si P. Jouin parvient a faire ce travail, il aidera la commune considérablement et il apportera avec lui les projets dont elle a besoin. Il fera très bien s’il s’appuie sur les forces vives de la commune dans ses choix d’adjoints. Essayons d’avancer et de lui faire confiance a minima. Pour ma part, et nous sommes nombreux, le maire sortant ne peut plus être celui-là. Il devra avec ses deux adjoints faire face à un procès qui, sans doute, dévoilera bien des choses. Il n’est plus l’avenir de La Faute. Nous avons besoin de renouveau.

  • brigitte says:

    Paul,
    Nous verrons dans les mois à venir si des « locaux » sérieux veulent se lancer dans l’aventure.
    Nous pourrons reprendre cette discussion lorsque la campagne électorale sera mieux engagée, même si je ne suis pas naïve au point de penser que toutes les promesses seront tenues.

  • Paul says:

    Chère Brigitte,

    Je respecte votre opinion qui semble être TSM (tout sauf Marattier). Cependant on a eu aussi, « tout sauf Sarkozy » et on n’est pas dans la m**. Vous voulez suivre la même logique ?

    Non vraiment connaissant « l’autre » je ne peux pas être d’accord avec ça mais je n’irai pas plus loin car j’ai dit l’essentiel sur le personnage. Je pense qu’il est le produit d’un système qu’il a choisi par opportunisme et intérêt personnel et que c’est pour les mêmes raisons qu’il revient.

    C’est sur la bonne volonté que s’appuient toutes les actions d’envergure. Il y a d’ailleurs de véritables fourmis aussi bien dans l’administration quand dans les entreprises (mais eux on ne les voit pas). Je ne suis pas non plus d’accord avec le fait que connaitre et aimer son territoire est accessoire et pense au contraire que c’est une condition de base.

    Ce n’est pas moi qui ai cité le « mis en examen » comme politiquement mort, je l’ai repris d’un commentaire précèdent. Je ne soutiens d’ailleurs pas non plus les mauvaises pratiques de Mr Marattier. Et c’est pourquoi il serait bon que des locaux (premiers concernés) imaginent et prennent en main l’avenir de la Faute avant que d’autres ne s’en emparent/ servent.

    Paul

  • brigitte says:

    Paul,

    Oui il y a à La Faute des gens qui connaissent et aiment leur pays mais cela n’est pas suffisant actuellement pour redresser ce village moribond. Ne vous méprenez pas : notre commune n’est pas un petit village de campagne où la bonne volonté de quelques autochtones suffit à faire avancer les choses.
    Le croire a été la grave erreur de l’opposition aux précédentes élections. Qu’on le veuille ou non, les enjeux (financiers, politiques) sont importants, les mauvaises habitudes et les idées toutes faites bien implantées…

    Etre Maire à La Faute ce n’est pas seulement être présent et surtout pas favoriser toutes les petites magouilles entre vrais Fautais autour d’un verre au bistrot et disparaître (suivez mon regard) lorsque les vrais problèmes se posent ou vouloir les minimiser, voir les cacher.

    Je vous trouve bien naïf lorsque vous parlez de notre mis en examen comme politiquement mort….Il a de la ressource le bougre et actuellement, passer pour la victime, est son cheval de bataille. Ce serait une erreur de tomber dans le piège.

    Maintenant, avoir de l’ambition et viser plus haut que La Faute, n’est pas à mon avis un handicap. Cela ne signifie pas que le travail ne sera pas fait sur place. Il y a des gens qui savent développer deux idées à la fois.
    Et puis, vouloir à tout prix opposer fonctionnaires à chefs d’entreprise (qui savent aussi être bien minables ou profiter de l’argent des autres) est un cliché qui ne permet pas de rendre compte de la valeur des individualités.
    Exemple : j’ai une profonde antipathie pour un ancien chef d’une entreprise de transport mais je ne mets pas tous ses congénères dans le même panier.

  • Paul says:

    Brigitte,

    Oui je juge sévèrement parce que j’ai pu constater ses méthodes. Il ne s’agit pas de cliché mais d’expérience que visiblement Clemenceau faisait déjà à son époque.

    Je juge sévèrement ce système extrêmement lourd et cher qui le porte, qui non seulement couvre les mieux placés mais méprise les plus volontaires. Un système ou l’argent, n’étant pas de l’argent gagné mais collecté n’est pas une contrainte, ou la sécurité de l’emploi et le prestige de la position donne une liberté qu’aucun entrepreneur à fond propre ne se permettrait. Zoe Sherpad décrit très bien cet univers dans ses deux ouvrages « de-bor-dé » et « ta carrière est finie » (et en paie le prix).

    Oui Mr Jouin a une maison secondaire à La Faute, comme beaucoup d’autres chanceux…Quelle est la mesure de son implication dans l’association (sans doute va-t-elle augmenter dans les prochains mois) Qui fait vivre l’association au jour le jour et qui va au-delà des « idées »?

    De plus, je suis forcé de constater que le sens du risque n’est définitivement pas l’attribut des hauts fonctionnaires et que tirer sur les ambulances devient une pratique nationale. C’est tellement plus facile de se présenter contre un candidat mis en examen et « mort politiquement ».

    N’y a-t-il pas à la Faute des jeunes, des entrepreneurs, des commerçants qui vivent, connaissent et aiment leur territoire? Etre Maire ce n’est pas faire de long discours et des promesses en vue de fonctions plus prestigieuses. C’est être présent et pas seulement quand c’est politiquement intéressant.

    Paul

  • brigitte says:

    Paul,
    Vous jugez sévèrement ce candidat. Le connaissez-vous vraiment où vous contentez-vous de clichés comme celui sur les fonctionnaires?
    Quant à dire que M Jouin est parachuté, c’est un peu gros. Il possède une maison à La Faute depuis des dizaines d’années, a été conseiller municipal en 1989 et participe activement à l’association fautaise « cœur de mer » qui offre aux enfants défavorisés et handicapés l’occasion de découvrir la mer.

    Perso, j’attends un peu pour me faire une opinion sur lui qui ne sera pas basée ni sur des appartenances politiques ni sur des « qu’en dira-t-on » que je connais trop bien.

    La position que j’ai toujours affichée concernant le « mis en examen » est basée sur une connaissance réelle du personnage et de ses méthodes. Et non, comme l’ont dit certains,pour prendre sa place.
    TSM…

  • Paul says:

    Je trouve l’analyse de « non mais alo quoi » tellement réaliste…

    Comme disait notre cher Clemenceau  » Les fonctionnaires sont un peu comme les livres d’une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins. »

    Dans le cas de Mr Jouin son management à la Région en tant que chef des services est à l’image de l’Homme: partial, déconnecté de la réalité et surtout gonflé de fierté et d’ambition personnelle. Si la Mairie de la Faute n’est qu’une marche vers le Conseil Général, ce qui me paraîtrait effectivement très cohérent, alors sauve qui peut.

    Mr Jouin est un parachuté en directe de la Région des Pays de la Loire socialiste qui souhaiterais bien reprendre la main sur un département détenu depuis longue date par la droite et qui fait tache dans cette France …et cette région socialiste.

    Jusqu’à ce jour, l’opportunisme politique n’a jamais servi ni les électeurs ni les territoires. Je crois que Mr Jouin n’a rien à perdre à quitter un poste (très) bien payé et (très) confortable puisqu’il est proche de la retraite.

  • brigitte says:

    Souris, ton analyse de la situation me parait très sensée et je rejoins également les adeptes de TSM (tout sauf Marratier).
    Non Pachan, M Jouin n’a pas besoin des anciens élus pour diriger La Faute mais il en a besoin pour se faire élire….et c’est quand même l’étape la plus importante pour le moment.
    En 1989 (je crois) ils étaient 6 élus d’opposition (dont P Jouin) sur les quinze conseillers. Mais avec Marratier aux commandes, pas question de se faire entendre. Ils étaient purement et simplement mis à l’écart de tout débat. Ils ont décidé de démissionner en bloc pensant faire réagir la population. Mauvaise donne : toute la liste est devenue pro Marratier.
    Il ne faut pas sous-estimer le côté madré du mis en examen. Les pires insinuations vont circuler sur le compte de son « opposant » et de ceux qui auront rallié sa bannière. Mais cette fois-ci j’espère que certains Fautais ont ouvert les yeux.
    Je ne peux tout de même qu’encourager les TSM ayant une résidence à La Faute à se faire inscrire sur les listes électorale avant le mois de décembre.

  • Musette says:

    Merci Souris pour cet éclairage. Il faudra expliquer tout cela aux votants fautais. Je reste persuadée qu’aux dernières élections, les fautais n’avaient pas tout compris…
    Quoiqu’il en soit, l’essentiel est que le mis en examen ne soit plus maire. 20 ans de règne sans partage et un bilan épouvantable, suffisent. L’heure de la retraite est venue. Se retirer définitivement sera le plus souhaitable.
    P. Jouin, dont le nom évoque assez bien la période dans laquelle nous allons entrer, n’est surement pas un naïf. Quitter des fonctions bien rémunérées et intéressantes, pour se présenter aux suffrages fautais, indique qu’il est sûr de lui et de son succès !
    La stratégie qu’il utilise est sûrement mûrement réfléchie. Mme Tarrery nous avait surpris en intervenant sur le blog de manière mesurée. Essayons d’avancer. Il y eut de belles personnes dans l’opposition. Pour ma part, j’aimerais les voir prendre des responsabilités soit au sein du CM, soit au sein d’ associations dans le registre de la culture en particulier totalement sinistré actuellement, et qu’elles puissent participer au renouveau de la commune. On aura en effet besoin de tous..

  • souris says:

    Pour rassurer les pro du coup de balai radical, monsieur Jouin ne pourra pas s’entourer uniquement d’anciens pro Marratier.
    Leur allégeance pour lui restera à démontrer. Or le scrutin de liste laisse à penser que si Marratier se présente en tête de liste, il sera élu conseiller et donc aspirant maire !
    D’un retournement de veste des conseillers élus sur une liste Jouin, peuvent élire un maire s’appelant Marratier et le tour pourrait être joué.
    Prudence donc mais je veux croire que M Jouin le sait pertinemment.
    Pas si simple à bien y réfléchir…:)

  • souris says:

    Pachan,je pense qu’on ne peut pas faire « table rase du passé ».
    Et surtout pour se faire accepter dans une commune aussi divisée il doit s’appuyer
    en partie sur l’existant, au moins sur qq ruines de l’existant: Mme Tarrery est un bon exemple:
    ancienne conseillère pour les suffrages des pro Marratier mais qui a un peu ouvert la bouche ( moins carpe que d’autres d’après ce que j’en lis ici):donc qui est acceptable pour le camp adverse…
    J’ai déjà connu cette situation dans une commune : un parisien, gay de surcroit dans un village de 400 âmes, il s’est entouré de locaux issus de l’ancienne mairie et de qq jokers! il est toujours maire et va postuler pour un 4 eme mandat et a fait plutôt du bon travail.
    Restez positifs , je crois très sincèrement que c’est une bonne chose pour La Faute et surtout ne ratez pas le train, il ne passera peut être pas tous les 6 ans …
    Je ne suis pas électeur ni propriétaire à La Faute: mais un regard extérieur et impartial!
    N’oubliez pas que c’est un scrutin de liste et que si Marratier présente une liste il peut être conseiller! que la place de chacun dans la liste est stratégique!
    le dernier sur chaque liste ne sera probablement pas élu…
    VOUS AVEZ DE BEAUX JOURS DE DISCUSSION DEVANT VOUS !
    Courage mes amis! la lumière est au bout du chemin
    et on remerciera peut être Marratier d’avoir été aussi nul qu’il ait suscité l’intérêt de quelqu’ un d’aussi bien !
    Bon weekend de Pâques.

  • pachan says:

    Personnellement, je ne connais pas ce monsieur Jouin.
    Mais je ne comprends pas pourquoi quelqu’un qui a occupé les fonctions qu’il vient d’abandonner aurait besoin de quelqu’un de l’équipe municipale actuelle et pour « avoir accès à des dossiers et en connaitre rapidement l’historique ».
    Je ne lui fais pas de procès d’intention mais j’espère qu’il ne compte pas sur les membres de l’ancienne équipe pour être informé et savoir quoi faire.
    Je pense qu’il faut réellement de nouvelles têtes et assez de compromissions !
    TSM et ses sbires !

  • brigitte says:

    Je ne suis pas sûre que Patrick Jouin tirerait profit de mes encouragements sur ce blog. Comme le dit Souris, certains d’entre nous sont très marqués AVI et sournoisement démolis auprès de « la population » et cela ne lui ferait pas de la bonne publicité auprès des électeurs « bien pensants » !
    En espérant qu’il saura nous éviter les mis en examens et les carpes, je lui souhaite bon vent et j’espère que La Faute pourra trouver un nouvel élan.

  • souris says:

    Pour ceux qui s’étonnent des Tarrery et Co : stratégie!
    Pour réunir le maximum de consensus, il lui faut réunir et manager toutes les tendances de la Faute … Ce n’est pas en ignorant une partie de l’opinion qu’il va gagner , c’est en réunissant toutes les tendances…. et surement certains fidèles de ce blog seront contactés et convaincus de monter dans le bateau … Peut être pas des leaders qui se sont trop montrés mais de visages suffisamment marqués pour unir autour de lui les grosses tendances de la commune et de ce qui vous déchirent !!!!

  • souris says:

    Je ne sais pas s’il faut beaucoup d’ambitions pour se présenter à La Faute ..Mais du courage, certainement et un moral d’acier assurément que de contrer autant de rancœurs et de scissions.
    C’est en effet peut être un joker intéressant à jouer :en dehors du contexte local, connaissant les arcanes administratifs et gestionnaire…On peut aussi espérer qu’il ait des ambitions culturelles… Et surtout une haute idée de sa fonction …
    S’il n’est pas con ( ce qui na rien à voir avec ses diplômes) c’est peut être ce qui va arriver de mieux à la Faute depuis bien longtemps …

  • justin maux says:

    Je suis entièrement d’accord avec le slogan TSM. Trop c’est trop.

    Avec le constat, n’importe qui se présentant à la Faute serait (sera) taxé d’opportuniste par une partie des Fautais (les exemples sont légions) : tous ceux qui ont cherché à proposer autres choses que Marratier se sont vus reprocher d’être attirés uniquement par le pouvoir, de jouer sur les faiblesses du Maire sortant et de vouloir tuer la Faute. Mais ceux qui tuent la Faute, sont les réactionnaires plongés dans l’immobilisme et la peur du changement.

    Oui, pour se présenter en tant que Maire d’une station balnéaire et surtout à la Faute, il faut avoir de l’ambition. Et surtout de la motivation et bien du courage pour affronter toutes sortes de procès d’intention.

    Maintenant, il faut arrêter de se plaindre et sortir de ce marasme. Je ne pense pas que d’avoir un Maire soutenu et influent au niveau régional soit une mauvaise chose. Il faut sortir la Faute de sa torpeur. En tout cas je préfère cela, au modèle de l’irréductible village qui s’isole du reste du monde avec les conséquences économiques que nous connaissons.

    Et oui, il faudra faire un choix et on ne sera pas les seuls, cela se passera partout en France, à la Faute et ailleurs. Certes, les élections de la Faute se dérouleront dans un contexte particulier et extrêmement tendu mais cela reste un processus normal.
    En bref, c’est le jeu.

    La perfection n’étant pas de ce monde, il faudra quand même éviter la nullité.

  • Dominique says:

    Moi, mon slogan c’est « TSM » (tout sauf Maratier )…

  • G.Nicole says:

    Les campagnes municipales sont lancées et pas qu’à La Faute !!
    N’étant que « supporteur » de la Faute et non électrice, je ne permettrai pas de juger des candidats, sauf que penser qu’il faille un bon coup de balai salutaire avec une liste la plus sans peur et sans reproche pour redonner espoir et vie à cette commune. Mais quel boulot et en plus éviter toutes les chausse-trappes des intérêts privés, cela va être chaud.
    J’espère que les électeurs fautais en sont bien conscients …

  • fauxfautais99 says:

    POUR NE PAS OUBLIER…

    (Photo de D.B. prise le 4 mars 2010)

  • Soizic says:

    « Non mais allo quoi » fait déjà un procès d’intention au nouveau candidat. ça promet !

  • Soizic says:

    « Reprendre » des conseillers de l’actuelle équipe permet d’avoir accès dès à présent à des dossiers et à en connaître rapidement l’historique.
    Il ne peut s’agir que d’un nombre restreint de conseillers qui ont déjà manifesté quelque opposition, si timide soit-elle.
    Qu’on se rassure, tous les adjoints et conseillers actuels ne pourront pas faire partie de l’équipe de P. JOUIN.

  • Musette says:

    Elfes n’a pas tort : Reprendre les mêmes et recommencer, est juste difficile à avaler.On a envie de changer d’atmosphère…  Ces conseillers ont été tellement complices d’un système qualifié de mafieux, que de les voir revenir par la fenêtre ne passe pas très bien. 
    Concernant P. Jouin, Il se dit  donc qu’il s’agirait d’une tactique politique dont les buts seraient personnels  et non une volonté de sortir la commune de la  catastrophe économique annoncée …
    Qui dit quoi sur qui  et pourquoi ? Un nouveau pseudo est sorti  de l’ombre pour nous expliquer que P. Jouin n’est pas convenable. Bon. Il lui reproche d’avoir démissionné en oubliant de dire pourquoi  il l’avait fait.   Combien étaient -ils ? 5 ? P. Jouin en faisait t-il partie ? Si oui, les raisons ont été connues à l’époque. Un des conseillers démissionnaire s’était plaint de devoir voter des budgets entièrement bouclés ( il s’est dit par un tiers extérieur à la mairie) et qu’ils découvraient le jour du vote …Cette technique s’est reproduite constamment dans la suite sans que ça donne lieu à un refus de voter, soumission oblige…Démissionner dans ces conditions est indiquer quelque chose et refuser de faire fonctionner un système irrégulier. Ce n’est pas déshonorant, ni lâche. 
    Je vois pour ma part  dans le recrutement de  P. Jouin une tactique de déstabilisation du mis en examen en lui piquant ses conseillers. Ça ne nous emballe pas, mais c’est habile,  et ça va bien pourrir la fin du règne du mis en examen… 

  • souris says:

    Eh beh, chaudes ambiances à venir mes chers amis ..
    Bon courage !

  • Eric Gallois says:

    Ainsi donc ça y est, la campagne électorale fautaise est lancée, un an avant l’échéance. D’un côté, cela clarifie certaines positions. De l’autre, quand on connaît l’aspect toujours inhibant, paralysant au niveau des initiatives, pour une collectivité en campagne électorale, il est peu probable que cela crée une période propice à la redynamisation de notre commune.
    Sur un ton plus humoristique : puisqu’il paraît que de nouveaux sites Internet vont voir le jour pour la commune et l’office de tourisme, ça serait l’occasion, pour sa responsable, de préciser que La Faute est à la fois en bord de mer et en campagne. Des fois que ça puisse attirer plus de touristes !

  • jacquotte says:

    non mais allo quoi, c’est quoi cette histoire de golf? il me semble que l’élu que nous sommes veut aussi son golf et en faisant croire que l’idée vient de lui.je serai tentée de dire que pour La Faute tout veut mieux que le mis en examen.Mais comme je ne suis plus Fautaise ce sera aux électeurs de décider.

  • Elfes says:

    Bonsoir à tous
    En tout état de cause, Mme TARRERY est un des seuls membres de l’équipe municipale à être intervenue (trop rarement) sur le blog sous sa véritable identité, certes, du bout des doigts, mais néanmoins… j’en conclue qu’elle en est une lectrice régulière et certainement (mais cela n’engage que moi) un des « pouce rouge permanent ». Alors, que « les rats quittent un navire promis à un naufrage annoncé » ne m’émeut guère quant aux turpitudes qui l’attendent durant cette année à patienter.
    J’espère pourtant qu’une éventuelle nouvelle équipe municipale fera table rase d’un passé peu glorieux et saura réunir les forces vives présentes et tournées vers l’avenir.
    Cette commune n’a connue aucun projet d’avenir depuis des décennies : pour de nouveaux projets (euh, non : pour des projets tout court !) il faut une équipe complètement neuve, et pas de « planche pourrie », excusez l’expression.
    Désolé pour ceux qui rêvent de se placer encore (dans un intérêt bien compris ?), mais je fais partie de ceux qui appellent de leur voeux une équipe RÉSOLUMENT nouvelle.
    Aux suivants … tournons la page !

  • Non mais allo quoi says:

    Historique de Patrick Jouin:
    Elu fautais pour un mandat il y a un peu plus de 20 ans sous Marratier et démissionnaire. (Déjà cela ne commence pas bien, le seul mandat de sa vie, il ne l’assume pas et pour moi lorsqu’on est élu on respecte ses électeurs.)
    Suite à Xynthia, la région qu’il représente n’a pas été présente et c’est le moins qu’on puisse dire pour aider les locaux, rien, nada, que dalle.
    Il n’est pas connu par la majorité des fautais et a comme ambition d’utiliser comme tremplin cette fonction de maire pour viser certainement le conseil général avec le soutien d’Auxiette. (Retailleau pas content !!!)

    Changerons nous pour quelqu’un qui veux faire un golf avec des fonds régionaux donc encore des subventions et par conséquence nos impôts, sans aucune volonté palpables pour le moment de faire des protections pour la commune, et surtout absent des problèmes locaux depuis 3 ans, (on re-signe pour le même type de maire arriviste que celui que nous avons).
    Cela ressemble à une bonne manœuvre politique.
    Marratier est certainement politiquement mort localement, et le coté opportunisme de ce personnage me dérange.
    Va falloir qu’il cravache dur ainsi que sa « 1ére adjointe Tarrery » pour faire avaler tout ceci localement.
    Pour info, la liste se précise, il y aurait entre autre Alexia Leclerq, Jean Claude Penicaud et Marie Thérese Tarrery bref que du beau monde.

  • brigitte says:

    Bon, et bien voilà confirmé ce qui se dit depuis un certain temps.
    Mme Tarrery va avoir des jours difficiles auprès du mis en examen mais j’aurais préféré qu’elle réagisse dès 2010.
    Et M Claveau? va-t-il lui aussi retourner sa veste encore une fois?

  • Musette says:

    Ah! Mme Tarrery annonce qu’elle quitte le guide suprême historique !…Une des rares carpes  » oui oui » dont on a entendu la voix au CM en osant poser les questions qui fâchent.
    Reste que de prendre les mêmes, compromis jusqu’au cou, et recommencer, ça laisse dubitatif….
    On imagine assez bien l’ambiance à la mairie. Un an à tenir ! Ça va être long. Sauf si le mis en examen n’a pas l’intention de se présenter. Quoiqu’il en soit, l’idée que s’il se représentait, il serait réélu, est soigneusement entretenue dans la commune.
    Si jamais Mme Tarrery reçoit des coups de fil la nuit, qu' »on » lui fait comprendre qu’avec ce qu »‘on » sait sur elle, elle ferait mieux de réfléchir, et autres menaces à peine larvées, elle pourra se souvenir qu’elle partage désormais le sort de tous ceux qui se sont opposés au grand démocrate, qui tient la boutique depuis 20 ans !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
mars 2013
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci