1 2 »
Procès Xynthia : « Je verrais très difficilement qu’un petit maire porte la responsabilité du drame »
Lotissements de la Faute-sur-mer, engloutis par les eau après le passage de la tempête Xynthia, le 28 février 2010.
© AFP/ BERTRAND GUAY
 Article du 15/09/2014

Le procès Xynthia s’ouvre aujourd’hui aux Sables d’Olonne. Le 28 février 2010, la tempête Xynthia s’abat sur les côtes. Les flots montent et débordent les digues. Derrière, des lotissements de la commune de la Faute-sur-mer (Vendée) sont engloutis. 29 personnes, piégées pendant leur sommeil, sont mortes. Plus de 120 parties civiles font face à cinq prévenus, parmi lesquels trois élus de la commune, dont l’ancien maire UMP, René Marratier.

Selon le président du conseil général de la Vendée, le sénateur UMP Bruno Retailleau, « la responsabilité est collective ». « Je sais que toute la chaîne du risque a dysfonctionné » souligne l’auteur, avec le socialiste Alain Anziani, d’un rapport d’information du Sénat sur le drame. Il reconnaît la part de responsabilité des élus. « Quand il y a une forte demande de la population pour aller le plus proche de la mer, il y a des élus qui on pu craquer », affirme Bruno Retailleau, pour qui il serait cependant injuste que l’entière responsabilité du drame aille sur leurs seules « épaules ». Entretien.

Qu’attendez-vous du procès Xynthia qui s’ouvre aujourd’hui ?
J’en attends d’abord que les familles, qui ont eu des morts et dont certaines sont pratiquement anéanties, puissent avoir des explications en termes de responsabilités sur ce qui s’est passé cette nuit noire du 28 février 2010. Il faut tirer toutes les leçons de Xynthia, qui s’est transformée en drame humain, qu’on ne revoit plus de drame comme Xynthia ailleurs en France.

Plusieurs élus sont sur les bancs des prévenus. Leur responsabilité doit-elle être établie ?
Je pense qu’il y a un procès, des juges et la justice doit passer et déterminer les responsabilités des uns et des autres. Le Sénat a été en pointe sur Xynthia. Nous avons eu une mission d’information qui s’est rendue sur le terrain, a réalisé des auditions de délégations japonaises pour savoir leur organisation par rapport à la culture du risque. En 2010, en France, la culture du risque était nulle. La responsabilité était très largement partagée. Je verrais très difficilement qu’un petit maire porte sur ses épaules la responsabilité du drame. C’est au juge de le dire. Je sais que toute la chaîne du risque a dysfonctionné.

Il y avait les prévisions qui ne prévoyaient pas de surcotes en mer. On conseillait aux gens de se calfeutrer. Les messages de vigilance n’étaient pas suffisamment clairs. Les maires ont pu négliger l’alerte en pensant que c’était une énième tempête. Il y a l’urbanisme. Bien sûr, les maisons n’auraient pas dû se trouver là. Mais qu’en est-il du contrôle réalisé par l’Etat et la question des digues qu’on n’a pas entretenues ? La responsabilité est collective.

Mais comment a-t-on pu en arriver à autoriser des constructions dans des zones à risque ?
Quand on n’a pas de culture du risque, on n’a pas de conscience du risque. Et quand il y a une forte demande de la population pour aller le plus proche de la mer, il y a des élus qui on pu craquer. 80% de la population dans le monde s’agrège sur le ruban littoral ou autour des estuaires. Et tous les élus n’avaient pas les outils pour y résister. Le rapport du Sénat a montré que le dysfonctionnement s’était fait à trois niveaux : la prévision, la prévention et la protection.

Ségolène Royal déclare ce matin au Parisien qu’« il faut avoir le courage de dire que 17 millions d’habitants vivent en zone potentiellement inondable ». Aujourd’hui, un nouveau La-Faute-sur-Mer est-il possible ?
On a fait beaucoup de progrès depuis Xynthia. On a désormais un système d’alerte de submersion marine avec Météo France qui permet de mieux prévoir. On peut avoir un message beaucoup plus clair vis-à-vis des maires. Les systèmes d’alerte, les plans communaux de sauvegarde et plans de prévention des risques tendent à se généraliser. Mais on peut avoir des défaillances encore. On a énormément de mal sur le terrain pour renforcer les digues. Le système administratif est d’une telle complexité, tout est fait pour retarder les travaux. Certains en France préfèrent protéger quelques grenouilles que la population. Sur le plan digue, il faut être en mesure de simplifier les procédures. Moins de la moitié des digues seront refaites en 2016 à la fin du plan digue décidé en 2012.

5 réponses à to “Procès Xynthia : « Je verrais très difficilement qu’un petit maire porte la responsabilité du drame » (Public Sénat)”

  • Vif Nant says:

    Comme c’est pratique ces petits maires qui deviennent grands électeurs. Pour récupérer leurs voix on les soutient contre les « technocrates ouvreurs de parapluies qui ne connaissent rien aux caractéristiques locales et travaillent uniquement depuis leurs bureaux ». On les aide à obtentenir un RDV chez le préfet pour mettre à la raison ces « fonctionnaires obtus et ces techniciens qui font dire ce qu’ils veulent à leurs modèles ». On explique que les maires sont les sachants qui connaissent leur commune et savent ce qui est bon pour son développement. Oui il y a une chaîne de responsabilité qui va des grands élus aux grands électeurs n’en déplaise aux auteurs d’un rapport bâclé et corporatiste.

  • BIL says:

    C’est la première fois que ce point est abordé ; Dommage que cela n’est pas pu être inclut dans la procédure…
    Ceci devra néanmoins être suivi dans le cadre du PAPI et des priorités pour les réfections de digues ; car il est clair que les objectifs des communes retrolittoral dont l’intérêt principal est la culture ne seront jamais en phase avec les communes du littoral qui, elles, veulent (à des degrés variables!) protéger le bati et les occupants existants , voir agrandir….La loi MAPAM qui va imposer de regrouper ces problèmes au niveau des intercommunalités ne va pas nous aider , pauvres Fautais.

  • Musette says:

    Voilà un sénateur PS venant au secours du « pauvre petit maire »… Cet étonnant appui viendrait infirmer le complot politique dont parlent ses soutiens ! Mais comme les arguments sont à géométrie variable, on n’en ai pas à une contradiction près.
    Reste que la décision des Magistrats sur le fond de cette affaire se fera sur le dur du droit et on le verra lors des plaidoiries.
    @ KIWI : Ce que tu racontes ne m’étonne pas. L’idée de privilégier les humains sur les terres agricoles dans les discussions sur le PAPI n’était pas acquise.On en reparlera plus tard. Mais, on voit bien que le jeu des intérêts personnels et/ou professionnels polluent les décisions, et ce de tous les côtés.

  • KIWI says:

    A BRIGITTE
    NON SEULEMENT IL FALLAIT PROTEGER LES GRENOUILLES MAIS AUSSI LES TERRAINS AGRICOLES
    J’en veux pour témoin moi même pour avoir pris contact au lendemain de Xynthia en allant voir sur la route de la tranche le monsieur qui ouvre les écluses afin de savoir ce qu’il c’était passé le soir de Xynthia. Eh bien celui ci lui même sinistré dans sa propre maison (avait sans doute autre chose à faire qu’ouvrir les clapets!!) « mais vous plaisantez madame, jamais je n’aurais ouvert les vannes, car cela aurait pour effet d’inonder les terres agricoles » Moi de demander, « qu’est ce qui vous en interdisait? Avez vous reçu des ordres? Qu’est ce qui vous donne les ordres?  » LUCON mon patron ». Cela aurait il eu des conséquences sur le niveau d’eau? Si on avait ouvert les vannes? L’eau serait elle partie plus tôt?* Bref si la réponse est oui et c’est aux experts de le dire, on aurait peut être sauvé des êtres , mais les terres auraient été inondées très loin jusqu’à Moricq m’a t il dit!!!!!
    Cela m’a mis une colère que tu peux imaginer. DES TERRES CONTRE LES HUMAINS

    Je suis prête à témoigner de cela aussi si on me le demandait, mais cela aurait eu une incidence sur la stagnation des eaux.
    Cela me semblait très important mais on me dit que cela n’a aucune importance….
    Brigitte tu parles donc des grenouilles , bien sur il aurait donc été primordial d’indemniser les terres agricoles si l’eau avait été ouverte, mais combien d’eau en moins après Xynthia? Car même après cela n’a pas été ouvert. (si cela bien sur un rapport de cause à effet) La tutelle de ces barrages tu la connais!!!???
    Je sais que tout le monde n’adhère pas à cette idée, mais sait on?

  • brigitte says:

    Il semble que M Azziani et Retailleau en soient restés aux premières impressions après le drame et ne connaissent pas la suite du dossier.

    Meteo France prévoyait une surcote encore fallait-il que les élus se tiennent au courant et qu’il y ait une veille en mairie ! S’il y avait eu des accidents dûs aux vents violents, aucun responsable n’était là non plus ! M Babin dit dans son audition avoir vu l’eau passer par-dessus la digue et avoir téléphoné à Marratier sans avoir de réponse…

    « La forte demande de la population » pour se trouver dans la cuvette aurait peut-être été moins grande si on avait averti la population du danger comme les élus fautais s’y étaient engagés. De ce côté-là la Préfecture a fait son boulot mais pas les responsables de la commune. Ces constructions illégales ont-elles été réalisées par négligence ou par attrait du fric ?

    Et le diagnostic de vulnérabilité sur les habitations existantes dans cette zone, qui en a entendu parler ? J’étais dans le public (sans doute une des seules) le jour (tardif) où cela a été évoqué au conseil municipal mais je dois dire que pour moi, diagnostic de vulnérabilité (sans plus de précision) concernait une étude sur la digue. Je suis sans doute un peu « limitée intellectuellement » mais il faut savoir que ce «petit maire » faisait passer les décisions importantes et gênantes dans un baragouinage incompréhensible.

    Quant à protéger les grenouilles au lieu de protéger la population, il faut reconnaître que cela n’a jamais été son point de vue : cela ne rapporte pas d’argent !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci