1 2 »

Le président de l’association syndicale des marais de La Faute est à la barre cet après-midi. Il lui est reproché de ne pas avoir organisé la surveillance de la digue Est.

Le président : « L’inondation dans la nuit du 27 au 28 février, est due à un phénomène de surverse sur la digue. Il vous est reproché de ne pas avoir organisé de dispositif de surveillance. Avant Xynthia, en quoi consistait-il ? »

Philippe Babin : « Il était composé de deux parties. Hors phénomène climatique exceptionnel, il s’agissait de surveiller les renards hydrauliques, les affaissements ponctuels de part et d’autre, des constats courants.

En cas d’événement exceptionnel comme une grande marée, le maître de digue était chargé d’une surveillance plus approfondie. Avec en plus de la mission courante de fermeture de clapet, une surveillance avant la haute mer et une constatation de la digue au moment de la pleine mer. Et post-crue, une vérification des flancs de digue pour voir s’il n’y avait ni affaissements, ni éboulements. »

Le maître de digue défaillant?

Le président : « Pourquoi la nuit de la tempête la surveillance n’a-t-elle pas été assurée ? »

Philippe Babin : « Le maître de digue est arrivé en 2002 comme moi. Il était clair pour moi comme pour lui, qu’il était dans sa mission de surveiller la digue dans une période exceptionnelle comme une marée d’équinoxe, des événements tempétueux. Ce dispositif a été vu avec lui. J’avais la certitude qu’il était à surveiller la digue. »

Le président : « Sauf qu’il n’était pas sur place. Son dernier passage a eu lieu à 19 h le samedi. Il a été entendu et a indiqué qu’il n’y avait jamais de surveillance la nuit, et que la consigne n’a pas été signifiée. Que ceci, vous le saviez. »

Un manque de consignes

Philippe Babin : « Je trouve son audition incohérente. Je ne comprends pas pourquoi on irait faire une surveillance de jour et pas de nuit. Cette mission, même si elle n’était pas formalisée par courrier, il en avait pleinement connaissance. Cela a été mis en évidence lors d’une réunion préfectorale à laquelle il était présent. Nous avions aussi des discussions à ce sujet. »

Le président : « Il dit être au courant de l’arrêté préfectoral de sécurité civile mais qu’il n’a pas eu de consigne. Ne vous appartenait-il pas que ces consignes écrites soient bel et bien prescrites ? »

« Il avait les consignes »

Philippe Babin : « On l’a évoqué mais je ne lui ai pas envoyé un courrier recommandé pour me couvrir. C’est pourtant une certitude. Il a participé avec moi à une deuxième réunion préalable au diagnostic. Je lui avais demandé de venir. Il avait les consignes. »

Le président : « L’étude préconise un dispositif précis qui doit être mis en place lorsqu’il y a alerte météo, conjonction d’une dépression et de forte marée. Tout est expliqué dans le diagnostic. Déclenchement d’alerte, inspection par deux personnes avec gilet sauvetage, appareil photo et talkies walkies. Puis on a un dispositif d’évacuation. Un canevas complet que vous deviez mettre en place. Cela a été respecté ? »

Un manque de surveillance

Philippe Babin : « Cela n’a pas été mis en place puisqu’il préexistait déjà une surveillance au moment de la montée des eaux. Nous l’avons maintenu. Nous n’avons pas mis en place deux personnes. En phase dissolution de l’association, j’ai temporisé. Mais le dispositif de surveillance était assuré par le maître de digue. »

Le président : « Vous êtes-vous assuré qu’il serait présent ? »

Philippe Babin : « Non car j’en avais la certitude. »

Le président : « S’il y avait eu surveillance cette nuit-là, il y aurait eu possibilité d’alerte pour précocement réagir, appeler les gendarmes, les pompiers, la préfecture, réveiller les gens, les faire se réfugier dans une maison à étage. Cela n’aurait sans doute pas été complètement impossible. »

Philippe Babin : « On ne peut rien affirmer. On ne peut pas réécrire l’histoire. Je n’en sais rien, on ne le saura jamais. »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

45 − 35 =

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci