1 2 »

9 réponses à to “Le procès Xynthia vu par deux journalistes (Télé Vendée)”

  • alexis devilez says:

    C’est fou, ceux qui condamnent Benito seraient-ils incapables de la moindre nuance? Mon dernier post, pourtant concerne des honk-hongais qui combattent un système socialo-communiste. Va comprendre…. Nous ne sommes pas à une contradiction près.
    Du coup, les pouces rouges mènent 2-0 à 00h00.
    Y-aurait-il de la mauvaise foi?
    Bon c’est promis, j’arrête de spammer, ça me fatique.
    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dossiers/d/medecine-incroyables-ig-nobel-687/page/6/

  • alexis devilez says:

    Je continue car j’admire ce mouvement. A suivre…

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/hong-kong-la-tres-polie-revolution-des-parapluies_1607386.html

    Les étudiants recommencent à étudier mais dans la rue. De belles images, de beaux exemples, tout n’est pas dans cet article, mais à paraitre ailleurs et bientôt, c’est sûr (j’espère).
    Comme quoi, la vérité est ailleurs.

  • alexis devilez says:

    Pourquoi le bouton « dislike » n’apparaitra jamais sur facebook

    http://www.20minutes.fr/high-tech/facebook/1465923-20141022-facebook-pourquoi-jamais-bouton-dislike

    Ou la facilité du pouce rouge pour ne pas argumenter son désaccord

    Bpnne soirée 😉

  • alexis devilez says:

    Je ne vois pas en quoi les parties civiles et les prévenus auraient dues être considérés sur un pied d’égalité « dans la balance de la justice », comme le dit M. Ecalle.
    Les parties civiles ont été reconnus comme victimes puisqu’ayant droit justement de se porter parties civiles. Le porteur de la plainte comme le rappelle justement François Anil étant le procureur de la république.
    Les prévenus, quant à eux, le sont car une suspicion demeure quant à leur responsabilité dans le déroulement du préjudice.

    L’enjeu du procès et le devoir de justice repose donc sur l’établissement de la nature de leur responsabilité, le bénéfice du doute les considérant a priori comme innocents jusqu’à preuve du contraire.

    Il est vrai que le parti pris du juge peut paraitre inadéquate mais c’est bien parce qu’ils sont prévenus que les juges ont tenté de les déstabiliser et parce que les parties civiles sont victimes qu’ils ont tenté de les ménager.
    Je trouve encore une fois là M. Ecalle trop consensuel, comme s’il connaissait personnellement les prévenus et qu’il ne voulait pas les froisser.

  • KIWI says:

    A MONSIEUR ECALLE

    ON DIRAIT que vous avez les oreilles bouchées quand il s’agit de remettre les choses en place sur les élections du maire de la faute. J’ai pour ma part signalé délà à plusieurs reprises que ce dernier Marratier lorsque je me suis présentée seule sur une liste réclamant pour la population des choses justes; (dont certaines la piste cyclable pour la première fois entre la tranche et la faute a quand mis des dizaines d’années à aboutir!!!) eh bien j’avais donc signalé que ce même Marratier m’avait proposé devant témoin SERGE CLAVEAU s’il veut bien s’en souvenir, ce maire comme vous dîtes plusieurs fois réélu ME PROPOSA DONC DE ME PAYER MES FRAIS POUR QUE JE ME PRESENTE UNE DEUXIEME FOIS AU DEUXIEME TOUR ET CE POUR FAIRE BARRAGE A GIRARD. VOUS APPELEZ CA COMMENT MONSIEUR ECALLE
    Comment a t il été réélu à chaque fois??? Dieu seul le sait et la conscience de Marratier avec lui.

  • nouveau says:

    fautakidon
    Tout à fait d’accord avec vous,la défense aurait été plus efficace en s’inspirant d’exemples concrets comme le votre

  • Elfes says:

    Bonsoir à tous
    Pour rebondir sur les sujets évoqués par Musette, il y a effectivement de quoi s’énerver :
    – pourquoi les journalistes ne demandent-ils pas aux sinistrés (ou non sinistrés) les informations qui leur ont été communiquées lors de leur acquisition ? il y a là matière à comprendre comment « la mémoire du risque » ne leur a pas été transmise.
    – cette fameuse « mémoire » a été publiquement (nombreux interviews, et déclarations au tribunal le rappellent ) ignorée et récusée par le maire.
    – les injonctions de l’Etat, ont été systématiquement contestées, ignorées, contournées par la municipalité… toutes les preuves ont été apportées lors du procès. L’objectif démontré étant de gagner du temps, de continuer à urbaniser, quelque soit le risque encouru par les habitants, alors autant se demander à qui le crime a profité…
    – à situations similaires, des postures de maire fort différentes ont pu être observées : je repense au maire de Charron, ou même à celui de La Londe les Maures…
    – aussi, n’oublions pas que ce soit disant « petit maire » disposait d’un budget de fonctionnement de 4 millions d’euros, ce qui est énorme pour une commune de la dimension de La Faute, et permet des investissements en études, recrutement de personnel compétent, et travaux.
    – enfin, M. ECALLE connait bien le sujet ; ses errements paraissent d’autant plus incompréhensibles.
    Bonne soirée

  • Lafautakidon says:

    Il faut ici rappeler qu’en matière pénale, une faute n’est pas « partageable »
    comme en matière de responsabilité civile.
    L’éventuelle responsabilité de l’Etat ne diminue en RIEN
    l’éventuelle responsabilité pénale de l’ancien maire.
    En ce sens, je persiste à penser que sa défense a été plus « médiatique »
    qu’adroite du point de vue de la justice pénale.

  • Musette says:

    La dilution des responsabilités, qui est en effet la défense de RM, tiendra-elle juridiquement? C’est ce qu’on verra.les Maires ont, depuis le décentralisation, vu renforcer leurs pouvoirs. Dans le contexte européen libéral, les interventions de l’Etat sont devenues inopportunes, voire irritantes, associées à l’idée d’inertie, d’archaïsme. La loi se négocie et ne s’impose plus (La très libérale circulaire Borloo, dont il a été question au procès) . Ces mêmes maires se plaignent des interventions de l’Etat qui les contraigne et en même temps, quand ça tourne mal, on se tourne vers l’Etat pour s’en plaindre. « Vous avez usé 5 Préfets, Monsieur Marratier, 5 ! »… »Vous n’avez cessé de freiner des quatre fers pour mettre en place un PPRI, un Plan de sauvegarde… »etc
    Contrairement à ce qui est dit dans cet entretien, RM est repéré depuis très longtemps comme un monarque, ne supportant aucune opposition, ni limites. C’est cela qu’il risque de payer.Les Parties civiles n’ont pas supporté son indifférence et elles l’ont dit. Mais, ce n’est pas seulement de l’indifférence, ce fut de la maltraitance, active, constante, réitérée. Insupportable. Aucune contrition dès lors ne peut réparer les blessures endurées. Le « je veux bien », fut très mal ressenti. Et pour cause. Monsieur Ecalle fait une faute d’appréciation majeure : Une victime et un prévenu ne se traitent pas symétriquement. Le dommage causé, considérable, l’interdit, humainement et même éthiquement. Ce qu’a voulu RM depuis le début et très perversement, c’est se faire passer pour une victime. De qui ? De quoi ? Trop, c’est trop.
    Sans doute RM est-il avec ses amis, le plus charmant des hommes, le plus serviable des maires, pour autant que l’on accepte qu’il ne fait que ce qu’il veut, et SEUL. Et qu’il le fait en ignorant les devoirs d’un maire, qui sont considérables. Un maire, ce n’est pas un pote, un copain, qui arrange le coup quand on le lui demande Lui redonner sa part d’humanité ? Mais, Monsieur Ecalle, lui seul s’est mis en dehors de la collectivité dont il parle si souvent.Et lui seul, peut y revenir, dans un travail de réflexion sur lui-même; Pour autant, il faudrait qu’il reconnaisse sa responsabilité; je n’ai guère entendu, dans ce procès, le plus petit commencement AUTHENTIQUE d’une remise en cause.
    Si demain, il redevenait maire, il recommecerait sans hésiter. Les mêmes causes produisant les mêmes effets. Enfin, vous voulez tenir compte de ses victoires successives comme maire.On dirait que vous ignorez comment ces victoires se gagnent la plus part du temps.
    Quand aux gens qui ont acheté dans la cuvette de la mort, qui n’étaient pas fautais, comment auraient-ils eu la mémoire du risque, de l’histoire, si tout est fait pour que les dangers soient minimisés, que les porteurs d’alerte sont persécutés, vilipendés, méprisés, et l’on sait ce que ça signifie dans un village. Je retrouve dans vos propos l’esprit Ouest France, et non pas celui du journaliste d’investigation. Dommage…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion

82 + = 84

Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci