Archive pour le 11 décembre 2014

Des heures d’audience, des dizaines de témoignages et un réquisitoire qui a eu l’effet d’une bombe. Vendredi matin, le juge Almy va rendre son verdict dans le procès Xynthia.

Mercredi 15 octobre, les réquisitions du procureur Gilbert Lafaye, après cinq heures d’argumentation, ont littéralement sonné les avocats de la défense : quatre ans de prison dont un avec sursis pour René Marratier, l’ancien maire de La Faute-sur-Mer, trois ans de prison dont un avec sursis pour son adjointe Françoise Babin (présidente de la commission d’urbanisme), deux ans de prison dont un avec sursis pour son fils Philippe Babin (président de l’association qui gérait la digue) et de la prison avec sursis pour Alain Jacobsoone, l’ancien directeur adjoint des territoires et de la mer. Le 5e prévenu, Patrick Maslin, directeur d’une société de construction immobilière, est décédé au cours du procès.

« Scandaleux, inaudible », ont protesté les avocats de la défense à l’issue du réquisitoire. « Le procureur a écarté la responsabilité de l’État »,  s’emportait Antonin Levy, avocat de René Marratier.

« Jamais un maire n’a été condamné à plus de dix mois avec sursis dans des affaires de responsabilité. La peine réclamée ici pour un homme qui n’est pas malhonnête, équivaut à un délinquant d’habitude », renchérissait Me Didier Seban, autre conseil de René Marratier.

Côté parties civiles, bien au contraire, ces propositions de peine étaient accueillies avec soulagement. « C’est une vraie satisfaction d’avoir été entendu, commentait Thierry Berlemont, une des victimes. Ce procès servira peut-être à sauver des vies dans le futur. C’est un signal pour les élus. »

Le verdict sera rendu par le président du tribunal, Pascal Almy, vendredi matin, aux Sables-d’Olonne, aux alentours de 10 heures.

Le procès s’était tenu en septembre et octobre aux Sables-d’Olonne, en Vendée. Les élus, les promoteurs immobiliers et l’administration sont dans le viseur de la justice

Qui paiera pour les morts de la tempête Xynthia ? Jugement vendredi
Au lendemain du passage de la tempête qui a fortement touché la Vendée mais aussi la Charente-Maritime. Ici, dans le bassin des Yatchs, quartier du Gabut, La Rochelle© PHOTO

XAVIER LÉOTY
La tempête Xynthia avait balayé la France et en particulier le littoral dans la nuit du 27 au 28 février 2010. Elle avait fait 47 morts, dont 12 en Charente-Maritime et 29 à La Faute-sur-Mer, en Vendée. Ce qu’on appelle »le procès Xynthia » s’est tenu en septembre et octobre 2014 aux Sables-d’Olonne (Vendée). Avec ces questions hyper sensibles : qui est responsable ?Qui paiera pour les morts de la tempête Xynthia ? Le procès, en correctionnel, a été long et douloureux. Son verdict est attendu ce vendredi.Retour sur cinq mois d’audience.

Survivants brisés et témoignages poignants

Ceux qui ont suivi le procès se souviennent du témoignage du docteur Bounaceur, qui a marqué les esprits. Le médecin, qui avait acheté une maison à La Faute-sur-Mer, a vu mourir sous ses yeux sa mère, sa femme et deux de ses enfants. « J’entends encore les cris de mes enfants qui m’appelaient à l’aide. Je ne pouvais rien faire. J’étais à bout de forces. Je voulais mourir avant eux pour ne pas les voir mourir. »

Ahmed Bounaceur : « Je voulais mourir avant eux pour ne pas les voir mourir »© PHOTO FRANCK DUBRAY/ »OUEST FRANCE »

Il y a eu aussi ces paroles du couple Ferchaud : « On entendait des cris déchirants. Et puis plus rien. Au petit jour, le silence était total. » « Un silence de mort, ajoute-t-il en hésitant, même si nous ne savions pas encore qu’il y avait des victimes. »

Les grandes faiblesses de l’Etat

L’administration a-t-elle laissé l’urbanisation du littoral galoper, sans rien faire ? La préfecture de Vendée s’est inquiétée tardivement de l’urbanisation galopante de La Faute-sur-Mer. Un Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) est prescrit en 2001. L’année suivante, mandaté par la Direction départementale de l’équipement, le bureau d’études Sogreah livre un rapport sans équivoque. En cas de rupture ou de surverse de la digue Est sur le Lay, la cuvette Sud pourra être inondée « jusqu’à 3,70 m de hauteur ». Le secteur est classé « zone rouge », inconstructible.

Mais deux ans plus tard, dans le zonage qui accompagne le projet de PPRI, le rouge a viré au bleu foncé : constructible avec prescription particulière.Seule une bande de 50 m de largeur le long de la digue reste inconstructible. »Marchandage » avec la commune ? Incompétence ? Valse des fonctionnaires ?Le tribunal doit aussi trancher là-dessus.

Le 3 mars à La Faute-sur-Mer, quelques jours après le passage de Xynthia© PHOTO BERTRAND GUAY/AFP

Les élus seront-ils les boucs émissaires du drame ?

Dans ce procès, quatre prévenus ont finalement été entendus. Parmi eux, le maire de La Faute-sur-Mer de l’époque, René Marratier, et sa première adjointe, Françoise Babin. Quatre ans de prison dont un an avec sursis ont été requis à l’encontre de Robert Marratier, ainsi que 30 000 euros d’amende.« Frénésie immobilière » et « urbanisation à outrance » avaient été pointés du doigt par le procureur.

Robert Marratier, l’ancien maire de La Faute-sur-Mer. La peine la plus lourde a été requise à son encontre : trois ans de prison ferme et 30 000 euros d’amende© PHOTO JEAN-SÉBASTIEN EVRARD/AFP

Robert Marratier a été l’un des acteurs clés du procès. Son audition avait été très attendue et sa personnalité décriée. « Moi, je voulais que La Faute soit une jolie petite station conviviale où les gens aiment à venir. Oui, je pense avoir géré en bon père de famille, dans l’intérêt général de la population », avait-il déclaré pour sa défense.

Le cas de l’élue et agent immobilier Françoise Babin

Y a-t-il eu conflit d’intérêt ? Ce fut LA question du procès Xynthia. Françoise Babin, adjointe du maire de La Faute-sur-Mer, présidente de la commission d’urbanisme de la commune, propriétaire de terrains et agent immobilier, a focalisé l’attention du juge. A elle aussi, on a fait le procès d’une personnalité rigide voire arrogante. Son fils, Philippe Babin, agent immobilier, était aussi prévenu dans ce procès.

Françoise Babin à La Faute-sur-Mer, le jour du déplacement du tribunal sur les lieux du coeur de la catastrophe, en Vendée© PHOTO JEAN-SÉBASTIEN EVRARD/AFP

Au final, il a été requis à l’encontre de Françoise Babin trois ans de prison, dont un an avec sursis, ainsi que 50 000 euros d’amende. A l’encontre de son fils, il a été requis deux ans de prison, dont un ferme, ainsi que 50 000 euros d’amende également. C’est donc plus que la peine qui a été requise à l’encontre d’Alain Jacobsoone, ancien directeur adjoint de la DDE de Vendée,poursuivi pour ne pas avoir alerté la mairie des dangers de la tempête qui s’annonçait : le procureur a requis un an de prison avec sursis.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
décembre 2014
L M M J V S D
« Nov   Jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci