COTECH_sur_les_Enjeux_du_26_fevrier_2016 (pdf)
COPIL_sur_les_Enjeux_du_29_mars_2016 (pdf)

10 réponses à to “Copil et Cotech de la Faute sur mer 2016”

  • BILDAN says:

    @brigitte
    Les digues sont peut-être considérées comme non transparentes bien que la carte d’aleas sera faite par superposition de différents scénarios comme pour le PPRL du bassin du Lay qui s’applique aux communes d’ANGLES, GRUES, LA TRANCHE, LONGEVILLE, SAINT BENOIST, SAINT-DENIS-DU-PAYRE, SAINT-MICHEL-EN-L’HERM ET TRIAIZE .
    Pour plus de précision il faut lire le document suivant:
    http://www.vendee.gouv.fr/IMG/pdf/Notice_de_presentation_-_Annexe6_-_Synthese_des_hypotheses_pour_les_modelisations-2.pdf

    La transparence est donc maintenue comme hypothèse et en plus on considère que les digues apportent un risque supplémentaire en créant une forte vitesse soit en cas de débordement (surverse) ou bien en cas de brèche. Dans ce cas ce qui constituait la bande des 100m (anciennement 50m) peut maintenant atteindre des distances supérieures à 200m…

    D’autre part il convient de définir précisément où se situent les ouvrages de protection, ainsi que leur qualité… En particulier quel est le statut de la digue de l’ancien camping.
    Autre sujet, on nous prédit une hauteur d’eau en 2100 mais qui peut prédire l’état des dunes dans 100ans (engraissement ou disparition) ?

  • brigitte says:

    Bon courage Bildan pour »votre combat ».Nul doute que beaucoup de Maires du littoral vous soutiendront.
    Je crois qu’on a oublié de dire, et c’est important pour les personnes qui n’ont pu assister à la réunion, que dans le futur PPRL, les digues ne seront plus considérées comme transparentes.

  • BILDAN says:

    @lafautakidon 250km de côte peut être, mais les pays bas entretiennent réellement 3700km d’ouvrages de protection contre l’eau que celle ci soit salée ou douce… La règle est de gardé au sec les pieds de l’ensemble de la population.

    @Brigitte je suis malheureusement d’accord avec vous: « Tout est joué d’avance »!
    Faut-il pour autant ne rien dire? Si comme vous le dites que faire changer les règles nécessite un travail de longue haleine, alors commençons tout de suite.

  • brigitte says:

    Un autre point très important sur lequel il faut insister :
    Lors de cette réunion, le Maire a fait remarquer que l’attribution exceptionnelle des subventions pour les étages refuges, alors qu’il n’y avait pas de PPRL approuvé, ne serait sans doute valable que jusqu’au 31 décembre 2016. Ce qui rejoint la remarque de Pierre G sur l’éventuelle possibilité de « la valse de Valls ».

    Pour en revenir à la forme, il a été bien évident lors de cette réunion, que le protocole (les méthodes) pour établir les cartes d’enjeux, d’aléas puis de zonage était « clairement » défini par les services de l’Etat et que les modifications éventuelles devraient être demandées avec une justification en béton. Tout cela ne pourra être fait qu’à la marge par peur d’une nouvelle annulation au TA à La Faute ou ailleurs.

    L’établissement d’un PPRL demande beaucoup de temps, d’énergie… et d’argent !
    Les directives viennent d’en haut. Même lors du zonage, inutile de faire valoir le peu d’eau entré sur votre terrain lors de Xynthia sinon, combien de communes en France pourraient faire valoir le même argument ?
    Quant à la possibilité de construire en zone rouge des maisons sur pilotis ou à celle d’avoir des digues comme en Hollande, il ne s’agit aucunement d’un problème local mais de décisions politiques prises au plus haut niveau. Ce n’est pas à l’ordre du jour des préoccupations de nos députés.

    Ce dossier était-il pour autant « inaudible » (sans doute dans le sens que cela fait du mal à entendre) comme l’écrivent certains ? L’Etat nous prend-il « vraiment pour des cons avec ses explications » ? « bon à rien » ? Autant de réflexions dictées par la colère qui font ressortir un populisme certain.
    Le seul point sur lequel je serais d’accord est que « tout est joué »… ou presque. Mais dans une démocratie, il y a des règles et des décideurs élus. Faire changer les règles demande de la patience, de la ténacité et un travail de longue haleine….

  • Lafautakidon says:

    @ BILDAN
    Les Pays-Bas, 250 km de côtes…comme la Vendée,
    juste une question d’échelle et d’enjeux économiques.
    On emploie pas les mêmes moyens pour protéger un pays et un village
    Il faut savoir raison garder !

  • BILDAN says:

    @Pierre G
    Si comme vous le dites il s’agit d’une définition nationale alors j’aimerais bien connaitre à quoi ressemblerait selon ces critères le centre urbain d’une ville comme le Havre ou autres villes fortement bombardée.

    Vous semblez également sous entendre que la couleur politique aurait une influence sur notre sort, il me semble que le bleu « républicain » ne nous ait pas été trop favorable en 2010.. Mais il est vrai que le rose et surtout le vert ne nous aide pas vraiment…
    Le Oranje marche au pays bas mais il ne s’agit pas d’une couleur politique mais fait référence à la famille royale.
    Pour info le Rijkswaterstaat (ministère des infrastructures et de l’écologie des Pays Bas) table sur une élévation du niveau de la mer de 85cm en 2100, et de ce fait ils rehaussent l’ensemble des digues face à la mer, et refont les aménagements portuaires d’Amsterdam et Rotterdam en rehaussant les systèmes d’écluses de 1m…
    Mais l’état d’esprit au Pays Bas fait qu’ils réalisent là un investissement qui s’amortira sur les 100ans à venir.
    En France les travaux sur les digues sont considérés comme une dépense visant à ne défendre que quelques privilégiés.
    La Faute malheureusement se trouve en Vendée qui reste considérée par l’état français comme un Pays « royaliste » (je ne parle pas de Ségolénisme).

  • Lafautakidon says:

    @ Pierre G: une belle explication, tout cela est vrai, hélas !
    Juste un complément.
    Cette réunion nous a apprit que le PLU de la commune était attaqué par l’Etat !

  • Pierre G says:

    @Brigitte: je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’un discours démagogique comme le fut celui de nos élus face à ceux qui vont décider de notre sort est plus que mal venu en ces temps qui courent (Si Valls valse adieu le soutien, les cavaliers, les bleus de Matignon et adieu le « serrage de fesse » de la préfecture et son représentant Mr Albertini vont pouvoir se lâcher et n’hésiteront pas). Il va falloir s’attendre dans les mois qui viennent à voir « rouge » à la Faute. En outre Monsieur Buron Chef de la DDTM de Vendée ne semble pas très commode.

    @Bildan: Parfois il faut accepter qu’une ligne soit posée sur la carte, comme ce le fut pour les zones noires, fusse à vos yeux arbitraire ou non. (oui l’eau à largement dépassée la route de la pointe d’Arçay coté ouest et pourtant…)
    Ne pas oublier dans tout ceci que les doctrines et règlements sont nationaux et que si ceux ci ne sont pas respectés, le futur PPRL sera de nouveau débouté au tribunal.
    Votre démonstration semble « raisonnable » mais ne tient pas face à la machine étatique. L’état n’a pas de raison, il est là pour faire respecter les écrits, écrits qui ne semblent pas favorables.

    Personnellement je reste dubitatif sur les zones « à urbaniser » apparaissant sur le PLU et par extension naturellement sur la carte des enjeux fautais.
    Certaines zones furent déjà achetées en décembre dernier par un établissement public foncier pour le compte de la commune, (pour quel projet? pour qui?) tout ceci à grand frais (2 Millions d’euros pour juste pour le parc des amourettes), ceci sans certitude du devenir du zonage de ces terrains.
    Il se passe quoi si l’état, la DDTM, classent ces terrains en rouge non constructibles?
    On les revends à 1€50 le m2 comme dans le lotissement du Pavillon à un employé municipal?
    On joue au Poker menteur dans cette commune, la folie des grandeurs, et tout ceci avec nos impôts et toujours pas de protections dignes de ce nom (trop cher et on attends Gemapi).
    L’avenir ne va pas être « rose » en France en 2017 et pour nous non plus.

  • BILDAN says:

    Si je reprends les données transmises par la préfecture concernant la définition du centre urbain:
    Dans le PPRL, ont été retenus :
    ● Le bâti antérieur à 1945,
    ● Une densité bâti (pourcentage de la surface bâtie rattachée à la parcelle) supérieure à la moyenne de la commune calculée par la DDTM,
    ● Il est possible de retrouver des secteurs denses plus récents, qui constituent
    des extensions du centre urbain pouvant être englobés au regard de la
    continuité du bâti et de la mixité des usages
    ● Le niveau d’exposition aux aléas

    Ceci me pose question: Nous parlons bien de protection des biens et des personnes, en quoi les bâtis antérieurs à 1945 pourraient offrir une meilleure protection?? La vétusté du bâti ne m’apparait pas rassurante, d’autant que si une zone de risque rouge vient à s’appliquer il ne sera pas passible de reconstruire sur ces emplacements. Plus de revalorisation possible du bâti…
    La densité bâti est également un facteur aggravant lorsque l’on considère le risque INONDATION.
    Le 3eme point permet d’inscrire des zones avoisinantes sans autre critère que la densité.
    Le 4ème point me laisse franchement pantois puisqu’il fait référence au niveau d’exposition aux aléas. Pendant toute la réunion d’information on nous a répété que la carte des aléas sera l’objet de la phase à venir.

    Pourquoi faire un distinguo entre zone urbanisée et centre urbain? Est-ce que les personnes résidant dans le centre urbain seront moins affectées par le risque que les autres?
    Je comprends facilement que les biens inclus dans le centre urbain soit de plus grande valeur (au moins commerciale). Dans les pays civilisés on protège des risques les enjeux industriels et commerciaux représentant des investissements importants ou pouvant présenter un risque d’une autre nature (perte d’activité des populations par exemple).

    La commune de La Faute est issu de l’émancipation d’un quartier de La Tranche en 1954. Même l’église n’est pas au centre du village entourée par les commerces de bouche constitutif d’un centre urbain. Il serait temps de remettre l’église au centre du village…

  • brigitte says:

    La réunion PPRL a eu lieu. Ouest France en fera sans doute un compte rendu mais je voudrais tout de même faire part de mes premières impressions.

    Cette réunion portait uniquement sur la carte des enjeux. Pour simplifier, cela signifie qu’on nous a présenté un « état des lieux », du point de vue de l’Etat, des différents quartiers de La Faute : zones urbanisées, non urbanisées, centre bourg, zones d’activités, etc….
    Dans les autres communes intéressées par un PPRL, cette phase de négociation n’est pas présentée au public. La Préfecture a estimé que les Fautais étaient suffisamment informés sur ce qu’était l’élaboration d’un PPRI pour pouvoir discuter « sereinement » sur cette première étape. Celle-ci, si j’ai bien compris, ne présage pas de la couleur du futur zonage mais plutôt du règlement et des contraintes qui y seront appliquées suivant les aléas auxquelles elles sont exposées.

    Outre une erreur sur l’emplacement d’une zone d’activité qui sera sans doute rectifiée, la délimitation de la zone « spécifique centre bourg » fait débat entre la commune et les services de l’Etat et a été sujet à quelques interventions. On comprend l’importance de la chose si on imagine que les contraintes aux modifications sur les constructions seront moins importantes dans ce quartier stratégique lors de l’élaboration du règlement. Je ne suis pas certaine que les « encouragements ironiques » du Maire aux efforts des services de la Préfecture soient bien perçus par ceux qui tiennent notre sort entre leurs mains… Mis à part le fait de se faire bien voir des électeurs fautais cela ne fera pas avancer les choses.

    Beaucoup de Fautais ont du être déçus car ils venaient pour savoir à quelle « sauce ils allaient être mangés » mais ce n’était pas à l’ordre du jour….

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2016
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci