Archive pour la catégorie ‘Informations’

« 1 ... 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 ... 198 »

Après la tempête, les sinistrés veulent mettre au jour les responsabilités qui ont mené au drame. En Vendée, une première association envisage de porter plainte pour établir les responsabilités de chacun.

Lire la suite de cette entrée »


C’est une nouvelle étape un mois après le drame causé par la tempête Xynthia : les sinistrés fautais se regroupent en association pour faire valoir leurs droits. Xavier Machuron-Mandard, résident secondaire au lotissement des Voiliers, est le cofondateur de l’Avif, une association (dont le dépôt des statuts est imminent) des victimes des inondations fautaises.

« En discutant avec les voisins, en réalisant l’ampleur des dégâts, la nécessité d’une association est devenue une évidence. D’autres sont d’ailleurs en cours de création (au village de Doris, notamment). Le but de l’Avif est de rassembler et d’informer. Pour l’instant, nous sommes une dizaine. Mais je reçois déjà de nombreux coups de fil et des mail.

Xavier Machuron-Manard rappelle que chaque situation est unique.

« En fonction de ce qu’on a vécu, on n’envisage pas la suite de la même façon. Notre association est d’autant plus nécessaire que certains sont dans un désarroi total. Car les assurances et l’État sont en train de travailler sur des problématiques complexes. Pour l’instant, c’est le flou. Certaines maisons ne seront pas détruites, d’autres le seront. Sur quels critères cela va-t-il se décider ? Dans quel contexte légal des expropriations seront-elles prononcées ? Je rappelle aussi que les indemnisations des assurances sont versées dans la perspective d’une reconstruction. Mais si on interdit de reconstruire, comment fait-on ? La situation est urgente et le préfet donne le sentiment de l’avoir bien compris ».

A la question de savoir si des suites judiciaires sont envisagés, le cofondateur de l’Avif est clair :

« Expliquer la tempête, c’est une chose. Comprendre comment elle a conduit à submerger des habitations en est une autre. La défaillance aurait pu être évitée. Notre objectif est de comprendre, d’expliquer, et de contribuer à ce que ça ne se reproduise pas, même si c’est un vœu pieu. Il y aura peut-être des conséquences judiciaires. Mais je ne pense pas qu’il y ait de rancœur. Nous allons en tout cas faire appel à un conseil juridique, pour mieux nous défendre et nous permettre, le cas échéant, d’accéder au dossier».

Benoît GUÉRIN.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La première association de sinistrés après la catastrophe voit le jour à La Faute-sur-Mer.

Outre l’aide aux victimes, elle a pour but d’établir les éventuelles responsabilités qui ont mené à ce drame.

Cliquez sur l’image pour agrandir

Un mois après la tempête Xynthia, le président du conseil général de Vendée, Philippe de Villiers, estime que les compagnies d’assurances doivent indemniser sans attendre les sinistrés, quitte à discuter ensuite avec l’Etat. Le nettoyage se poursuit dans les rues de l’Aiguillon et de la Faute sur Mer. Les cicatrices de la catastrophe sont toujours bien présentes mais les habitants retiennent leur souffle avec l’espoir d’une reprise de la vie économique.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Un mois après la tempête Xynthia, les cicatrices de la catastrophe sont toujours bien présentes. Jean-Jacques Brot, préfet de Vendée qui participera à une réunion de travail lundi à Matignon, était l’invité de RTL Week End pour faire le point sur la situation des sinistrés.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les habitants redoutent les grandes marées, un mois après la tempête Xynthia…

Lire la suite de cette entrée »

Il y a tout juste un mois dans la nuit 27 au 28 février, la tempête Xynthia ravageait le littoral charentais et vendéen faisant 53 morts, 7 blessés graves et 500.000 sinistrés. La rédaction s’est mobilisée pour faire le point sur la situation.

Lire la suite de cette entrée »

le 27.03.2010 17h58

/  Photo AFP

Photo AFP

« C’est clair et c’est acquis. Il est hors de question de reconstruire la cuvette mortifère de la Faute-sur-Mer mais il faut mettre la partition en musique, notamment pour veiller à la sécurité juridique et financière de l’opération », a-t-il fait savoir aux maires, la veille, lors d’une assemblée des élus du littoral vendéen.

La cartographie de la zone est encore en discussion avec notamment les administrations centrales de l’Etat. Une réunion interministérielle doit avoir lieu à Matignon le 30 mars.

« Il n’est pas question de vitrifier le littoral vendéen mais rien ne pourra s’effectuer comme avant », a assuré le préfet, indiquant être « préoccupé » par les « retours contradictoires » venant des compagnies d’assurance.

« Les discussions avec les assurances sont un combat », a-t-il résumé.

Le projet de réinstallation va porter sur plusieurs centaines d’habitations principales et secondaires « et il n’est pas question de spolier les gens concernés. Il faut une juste réparation du préjudice enduré. Le processus sera coûteux et long. C’est une course contre la montre mais on ne peut pas faire les choses n’importe comment », a ajouté le préfet.

Catastrophe samedi 27 mars 2010

Les personnes sinistrées de La Faute et de L'Aiguillon souffrent  encore. Leur relogement est en cours. Un mois après Xynthia, l'aide est  moins visible, mais reste essentielle : en plus de moyens matériels, un  soutien psychologique est proposé.

Les personnes sinistrées de La Faute et de L’Aiguillon souffrent encore. Leur relogement est en cours. Un mois après Xynthia, l’aide est moins visible, mais reste essentielle : en plus de moyens matériels, un soutien psychologique est proposé.

Ouest-France

Des rues plus calmes

Secours toujours présents mais plus discrets, déchets ramassés, commerces tous ouverts ou presque : un mois après le drame, les mairies de L’Aiguillon et de La Faute-sur-Mer sont encore un lieu de passage incontournable pour de nombreuses démarches, mais les halls ont bien désempli. La vie reprend peu à peu. L’école avait d’ailleurs recommencé dès les premiers jours et le marché n’aura pas été absent trop longtemps. « Ben heureusement, que la vie continue ! », sourit, un peu crispée quand même, la patronne d’un bar. Même si elle sait que c’est aussi par gentillesse, elle est lasse qu’on lui demande : « Et vous, vous êtes sinistrée ? »

Pas facile de se changer les idées

Parler d’autre chose, penser à autre chose, beaucoup en rêvent, bien peu y parviennent. Les somnifères aident, un peu. Une jeune mère confie : « Malgré ça, je ne dors pas. On sent que les enfants sont traumatisés. Dès que ça souffle un peu, ma fille de neuf ans s’inquiète. » Chacun a sa méthode pour se changer les idées : « Je téléphone à mes amis de La Roche en leur demandant de me faire rire, de me parler d’autre chose », dévoile une commerçante. Pas très loin de là, à Sainte-Radégonde-des-Noyers, un agriculteur sinistré explique : « La semaine, ça va, parce qu’il y a du monde pour donner un coup de main au nettoyage, mais le week-end, ça fait vide… Alors, j’ai proposé à ma femme d’aller en boîte, ça nous a fait du bien. »

Un quotidien difficile, l’attente

Le répit n’est jamais long : réduits, pour la plupart, à « camper » avec des affaires récupérées ou achetées à la va-vite, dans des logements prêtés ou loués pour quelques mois, les sinistrés sont confrontés au quotidien à Xynthia. Catherine a retrouvé son travail de nounou, remis sa vie à l’endroit. « Même si, dit-elle, tant qu’on n’est pas chez nous, on se sent un peu étranger. »

Dans les commerces, les récits de visite d’expert et de démarches ont remplacé ceux de la triste nuit. Des gens viennent vider le mobile-home qu’ils louaient à l’année, d’autres profitent des week-ends pour finir le nettoyage de leur résidence secondaire : c’est beaucoup plus calme, mais les activités de déblaiement et de nettoyage ne sont pas complètement terminées. « Le plus dur, c’est l’attente. » La petite phrase revient souvent. Mais l’annonce des zones inconstructibles et « l’après » sont aussi très redoutés.

Un désarroi moins visible,mais toujours présent

L’inquiétude pour la saison à venir, l’avenir tout court, se disent avec beaucoup de pudeur : ici, on connaît souvent l’une des 29 personnes décédées. Parce qu’ils savent bien que ce n’est pas toujours facile de demander de l’aide, les bénévoles font du porte-à-porte : ils rappellent que l’aide matérielle et psychologique est toujours là. « Le dispositif est beaucoup moins visible que les premières semaines, quand pompiers et camions de la Protection civile sillonnaient sans cesse les maisons sinistrées, mais nous sommes toujours-là, et pour un bon moment », insistent les associations caritatives.

Claire HAUBRY.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
juillet 2020
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci