Archive pour la catégorie ‘Informations’

« 1 ... 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 ... 198 »

Délocalisation et relogement des habitants de La Faute sur Mer suite à la tempête …

Lire la suite de cette entrée »

Par Europe1.fr

Le président du conseil général de Vendée, Philippe de Villiers, a salué mardi, la « fermeté » avec laquelle Nicolas Sarkozy s’est opposé à tout retour dans les habitations les plus touchées par Xynthia. Le président du MPF s’est dit réjouit que « la cuvette de la mort de La Faute-sur-mer ne sera pas réhabilitée« . Une décision qui ravit également le maire de l’Aguillon-sur-mer, Maurice Milcent qui dans le malheur qui frappe sa commune, a annoncé que « la tempête va permettre un nettoyage« . Nicolas Sarkozy a annoncé mardi en Vendée qu’il n’y aurait plus de constructions en zone inondable et que les sinistrés ne pourraient pas revenir vivre là où existent des « risques mortels« . « Les personnes qui ne pourront retrouver leur domicile ravagé par Xynthia serot indemnisées de la perte de leur maison« , a-t-il promis.

Extrait du journal de Télé Vendée du 16 Mars : Les pompiers de L’Aiguillon sur Mer / La Faute sur Mer

Lire la suite de cette entrée »

Emmanuel Kessler

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Après la catastrophe de la tempête Xynthia, Nicolas Sarkozy s’est montré très ferme hier en Vendée pour sa deuxième visite sur place. Il n’y aura plus aucune construction en zone inondable. Est-ce que c’est possible ?

C’est une décision lourde parce que contraire à ce qui s’est fait depuis des années : la colonisation des zones inondables. Entre 1999 et 2007, le nombre de logements construits a même plus augmenté dans les zones inondables qu’en dehors. Au-delà de la Vendée et des périmètres les plus sinistrés, le chef de l’Etat s’engage à ce qu’il n’y ait plus de construction d’habitations dans des zones « à risque élevé de submersion ». Alors il ne s’agit pas bien sûr d’interdire tout le littoral de l’Atlantique et de la Méditerranée. Mais là aussi l’état des lieux montre le changement que ça représente. La Fédération des assurances estime qu’aujourd’hui 770 000 logements sont menacés en cas de marées exceptionnelles, dans 26 départements. Et au-delà de nos côtes et des risques maritimes, près de la moitié des communes françaises, plus de 16.000, ont au moins une partie de leur territoire en zone inondable, ce qui expose 5 millions de Français au risque d’inondation. L’objectif va donc supposer de modifier profondément nos règles et nos pratiques d’urbanisme. Et il reste à savoir aussi quels types de garanties on va pouvoir apporter à ceux qui vivent dans des zones exposées et qui ne vont pas déménager. Ou comment on va les aider à se protéger.

C’est donc un chantier de longue haleine…

Oui car derrière des décisions de principe, c’est toute une série de problèmes de financement qui va surgir. Pour la prévention à long terme. Le plan digues annoncé pour l’été, c’est 1500 km à rénover pour le littoral, plus de 8 000 si l’on inclut tous les cours d’eau. Au bas mot plusieurs milliards d’euros d’investissements. Nicolas Sarkozy s’est engagé hier à ce que l’Etat en finance 40%. Il n’a pas dit comment. Or il n’y a pas de réserves dans les caisses et, en principe, le grand emprunt n’est pas prévu pour construire des infrastructures. A court terme, cette fois, ce sont les sinistrés qu’il faut indemniser. Il y a les assurances. Pour elles la facture est de plus en plus lourde. Car les catastrophes naturelles semblent se multiplier. Cela signifie qu’à un moment ou à un autre, nous serons tous mis à contribution. Par une augmentation importante de nos polices d’assurances au cours des prochaines années.

En intégralité, au sommaire les dispositions de l’état, hommage aux sauveteurs dont Samuel Veillard.

Lire la suite de cette entrée »

1 000 maisons ont été sinistrées et 760 personnes évacuées en  Vendée,dont la plupart à L'Aiguillon et La Faute-sur-Mer. Photo  : Marc  Roger
1 000 maisons ont été sinistrées et 760 personnes évacuées en Vendée,dont la plupart à L’Aiguillon et La Faute-sur-Mer. Photo : Marc Roger
Rester ou partir : cruel dilemme à La Faute-sur-Mer. Dans la commune la plus meurtrie de Vendée, la question hante ceux qui possèdent une propriété, habitants permanents ou résidents secondaires. Hier, l’annonce de Nicolas Sarkozy n’était pas attendue. La plupart des Fautais avaient la tête ailleurs : au ménage, à la récupération des biens et au diagnostic des experts.

Michèle et Renée Chiron, arrivés en 2002, ont vu leur maison de 190 m2 entièrement inondée et ravagée, allée du Port-des-Yachts. « Honnêtement, si on nous paie le terrain et qu’on prend en compte les travaux que nous avons effectués pendant cinq ans, on s’en va volontiers. Mais il faut avoir les moyens de reconstruire ailleurs ce qu’on avait fait ici. » Un avis partagé par Étienne, un voisin : « Peu de gens ont envie de rester chez eux. J’approuve totalement le fait de ne pas reconstruire dans certaines zones. Je n’aurais jamais acheté un bout de terrain dans le quartier des Doris (l’un des plus touchés, NDLR). »

Les résidents secondaires, très nombreux, semblent moins convaincus. Marie-Christine et Pascale, de Poitiers, nettoient toujours leur maison, propriété familiale depuis quarante-trois ans. « On n’a pas l’intention de laisser la maison comme ça, annonce Marie-Christine. À ce moment-là, il faut raser La Faute. »

Benoît GUÉRIN.

Le président Sarkozy, ici aux côtés de Chantal Jouanno, secrétaire  d'Etat à l'Ecologie, est revenu en Vendée, 15 jours après le passage de  la tempête Xynthia.

Le président Sarkozy, ici aux côtés de Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, est revenu en Vendée, 15 jours après le passage de la tempête Xynthia.

Photo : Franck Dubray

Photo : Marc Roger

Photo : Philippe Chérel

Lors de son déplacement en Vendée, le chef de l’État a annoncé des mesures importantes en faveur des victimes de la tempête Xynthia, dans la nuit du 28 février au 1er mars. « Les dégâts matériels sont considérables. Mille maisons ont été sinistrées en Vendée, 767 personnes ont dû être évacuées, 192 exploitations agricoles ont été inondées. La profession ostréicole a également payé un lourd tribut. Aujourd’hui, 75 kilomètres de digues sont à reconstruire. »

Pas seulement un catastrophe climatique

Le président Sarkozy l’affirme : « La catastrophe du 28 février n’est pas seulement le produit d’évènements climatiques. Elle est aussi le résultat d’une cascade de décisions litigieuses ou contraires au bon sens, de négligences, de prescriptions non respectées, d’expertises négligées. » Mais pour l’heure, la priorité absolue est « la solidarité nationale. L’heure est à l’indemnisation des victimes et à la réparation des dégâts. »

Efficacité optimale demandée aux assureurs

L’Etat déballe ainsi une série de mesures, allant au-delà de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, votée dès le 2 mars. « D’ores et déjà, les sinistres de moins de 2 000 euros seront indemnisés, sans expertise, dans les délais les plus rapides, inférieurs à un mois. Je tiens à assurer de ma détermination absolue à obtenir des compagnies d’assurances une célérité et une efficacité optimales. » Nicolas Sarkozy appelle les banques à faciliter l’étalement des échéances de prêts immobiliers « pour que les victimes ne soient pas confrontés à des difficultés supplémentaires de trésorerie. »

Pas de taxe d’habitation et de taxe foncière pour les personnes privées de maisons

Les entreprises touchées par la tempête ont également le soutien de Gérard Rameix, médiateur national des crédits. « A titre exceptionnel, les personnes ayant perdu leur maison dans les zones les plus touchées peuvent faite appel au représentant local du médiateur du crédit, en lien avec Yann Boaretto, le  »monsieur assurances », pour les aider en cas de difficultés éventuelles avec leurs banques. »

Pour les particuliers, le président de la République annonce que « les cotisations de l’année 2010 de taxe d’habitation et de taxe foncière sur les propriétés bâties seront remises en totalité, sur demande du contribuable, lorsque les locaux ont été détruits ou ont subi des dégâts tels, qu’après expertise, ils sont voués à démolition. »

Un mot enfin sur le relogement provisoire des victimes de Xynthia : le chef de l’État affirme que « le groupement des entreprises mutuelles d’assurances a accepté de financer le relogement provisoire pendant six mois de personnes évacuées. »

mardi 16 mars 2010

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, vient de finir son discours au conseil général de Vendée. Le chef de l’État réaffirme les propos tenus en Charente-Maritime en matinée. « Au-delà de l’urgence, il faut que nous nous interrogions sur la question de l’urbanisation des zones à risques. »

Et d’exposer très clairement : « Dans les zones les plus exposées, nous n’avons pas le droit de laisser nos concitoyens se réinstaller comme si de rien n’était. Ce serait irresponsable. D’aileurs, l’idée même de revenir habiter sur les lieux de la catastrophe est impensable pour beaucoup de personnes sinistrées. Comment imaginer reconstruire où il y a eu des morts, où la mort peut de nouveau frapper ? »

Interdire des permis de construire

A La Faute-sur-Mer, où le passage de la tempête Xynthia a provoqué 29 morts, de nombreux lotissements sont concernés par les propos de Nicolas Sarkozy. « Je demande au préfet et aux maires concernés de prendre sans délai les mesures destinées à éviter la réoccupation à des fins d’habitation des sites qui ont été dévastés par la mer. Il en va de la sécurité des personnes. Chacun doit le comprendre. Dans ces zones, il est indispensable que toutes les reconstructions et les aménagements soumis à permis de construire soient désormais interdits. »

Sarkozy prévient les assureurs

Nicolas Sarkozy a un mot d’ordre pour les assureurs des personnes ayant perdu leurs biens dans les inondations. « La solidarité nationale trouvera à s’appliquer, le cas échéant, dans le cadre de procédures d’acquisition amiable ou au travers de mesures d’expropriation pour utilité publique. Mais les assureurs devront aussi prendre leur part à cette charge, en acceptant d’indemniser les sinistrés même lorsqu’ils reconstruiront hors du site où se trouvait leur maison. »

Xynthia certains ne pourront rentrer chez eux dit Sarkozy

Lire la suite de cette entrée »

« Nous ne laisserons pas se réinstaller des gens dans des maisons situées dans des lieux où il y a un risque mortel », a déclaré le chef de l’État
Écouter l’extrait:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
juillet 2020
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci