Archive pour la catégorie ‘Informations’

La polémique enfle dans une Vendée tiraillée entre le deuil et la volonté de reconstruire. A La Faute-sur-Mer, l’équipe municipale est montrée du doigt.

Tempête Xynthia faute sur mer
Paru dans leJDD

Les dégâts sont lourds. (Rodolphe Escher/JDD)

Meurtrie, La Faute-sur-Mer n’avait pas besoin d’une polémique. Une polémique qui instaure un climat de suspicion, pesant dans la commune vendéenne la plus endeuillée par la tempête. Dimanche dernier, Xynthia et
l’océan ont dévasté plus de 600 maisons et tué 29 personnes. Aujourd’hui, l’eau s’est retirée et les langues se délient pour chercher des coupables. Des soupçons planent sur l’équipe municipale: selon Europe 1, la première adjointe
au maire chargée de l’urbanisme, Françoise Babin, aurait délivré des permis de construire de complaisance. Une administrée lui reproche d’avoir aidé son fils Philippe, agent immobilier sur la commune, à obtenir des permis pour deux lotissements implantés derrière la digue, le village des Doris et celui des Babins, sortis de terre en 1999.

Philippe Babin se sent injustement pointé du doigt. Il confie au JDD son indignation: « Ces accusations sont graves et totalement infondées. On nous accuse, ma mère et moi, de prise illégale d’intérêts, de pots-de-vin, de combines
en famille et entre amis, c’est surréaliste! » Le promoteur et agent immobilier s’étonne d’être mis en accusation pour des permis concernant le lotissement des Doris. « Je n’ai construit aucune maison sur les Doris, précise-t-il. Et pour les Babins, tout a été fait dans les règles. Il n’y a jamais eu de plainte de la préfecture sur ce dossier [ce que confirme la préfecture]. Et la direction départementale de l’équipement a donné un avis favorable pour ces constructions. » Selon lui, son lien de parenté avec l’adjointe chargée de l’urbanisme ne le favorise en aucun cas. « La preuve: lorsque j’ai demandé un permis pour agrandir ma propre maison, on me l’a toujours refusé. »

Règlements de comptes politiques?

L’affaire prend des allures de règlements de comptes puisque les accusations sont proférées par un membre de l’opposition municipale. La même qui se bat depuis deux ans pour alerter le maire sur les risques de rupture des digues avec, à l’appui, un rapport de la DDE de Vendée rendu public en 2008. L’étude avait souligné les risques de submersion pour 3.000 maisons de La Faute-sur- Mer bâties derrière les digues, des digues âgées de 80 ans et mal entretenues. Une mise en garde à laquelle la mairie de La Faute est restée sourde. Jusqu’à il y a quelques semaines et le début des travaux d’enrochement.

La tempête Xynthia a jeté une lumière crue sur l’urbanisation à tout prix du littoral et La Faute-sur-Mer est au coeur de cette problématique. « Entre la pression foncière et la pression écologiste, les élus locaux cèdent bien souvent à la première« , déplore Benoît Gros, du Comité pour la protection de la nature et des sites de Vendée. L’ancien préfet du département Thierry Lataste, connu pour son souci à l’égard de l’environnement, a empêché bon nombre de dérives sur la côte. Quitte à régler les conflits devant la justice. Le maire de La Faute, René Marratier (qui n’a pas souhaité répondre au JDD), a obtenu gain de cause il y a trois ans devant la cour administrative d’appel de Nantes contre la préfecture de Vendée pour le permis de construire d’un camping en bordure d’un estuaire. Le terrain de camping a été inondé par la tempête, heureusement déserté en cette période hivernale.

« Les gens ont acheté en connaissance de cause« 

Marc Coutereel, directeur du Conseil d’architecture, d’urbanismeet d’environnement de Vendée, organisme qui conseille les communes dans l’élaboration de leur plan local d’urbanisation, admet qu’à La Faute et sur les communes voisines, « tout le monde savait que l’on flirtait avec un risque, mais [que] personne n’avait envisagé une telle catastrophe« . L’architecte explique que « la règle est de construire à partir de 4 m au-dessus du niveau de la mer (une cote
fondée sur les crues centennales). Le maire de La Faute-sur-Mer a autorisé des constructions à 3,90 m, donc au-dessus de ce niveau. C’est un peu limite, il est vrai. »

« Les gens qui ont acheté leur maison l’ont fait en connaissance de cause, souffle un notaire vendéen. Ils savaient que leurs pavillons étaient situés à la limite de la zone submersible, ce qui explique les prix plus bas. Mais, tout comme les élus locaux, ils pensaient prendre le risque de patauger les pieds dans l’eau une fois tous les dix ans. Tous, élus, particuliers, semblaient s’en accommoder. »

Le ministre du Développement durable Jean-Louis Borloo s’est dit dimanche « plutôt » d’accord pour interdire la reconstruction des habitations dévastées par les inondations dans les zones à risque, comme la Faute-sur-Mer (Vendée). « S’il faut prendre des mesures dans les zones à risque, l’Etat n’hésitera pas », mais « il faut voir au cas par cas et ne pas faire de déclaration de principe », a-t-il indiqué, invité de l’émission Le Grand Jury RTL.

Les cloches de l’église de La Faute-sur-Mer sonneront de nouveau ce dimanche dans le petit village ravagée par la tempête quelques heures avant une messe à l’intention des 53 victimes de la tempête Xynthia ce soir à Notre-Dame de Paris.

Cette cérémonie succède à une série d’hommage et de marches silencieuses ces derniers jours en Vendée, département le plus touché par la tempête Xynthia et les inondations il y a tout juste une semaine.

Samedi une marche silencieuse entre l’Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer a réuni environ 350 personnes.

A Paris, c’est le cardinal André Vingt-Trois qui célébrera la messe. «La tempête qui a frappé notre pays, spécialement dans les départements de l’Ouest, a semé la mort et la désolation. Nous prions pour les trop nombreuses victimes et tous les sinistrés. (…) En ce moment cruel, la solidarité de tous doit être un premier réconfort», écrit le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris.

Jeudi, à la cathédrale de Luçon près de 2000 personnes s’étaient recueillies autour de trois cercueils symbolisant les victimes. Le Premier ministre François Fillon était également présent pour se recueillir auprès des familles des victimes.

Les vendéens resteront à jamais marqué par le passage de la tempête meurtrière du 28 février dernier. Dans le seul village de La Faute sur Mer, 29 personnes sont mortes.

De Christian GAUVRY (AFP)

LA FAUTE-SUR-MER, Vendée — Il y a une semaine, le dimanche 28 février, la tempête Xynthia a fauché sur son passage la vie de 29 personnes à La Faute-sur-Mer, petite station balnéaire du sud-Vendée, un coin de paradis devenu en quelques minutes un enfer pour les habitants surpris dans leur sommeil.

Le 28 février à 01h00, les premiers appels parviennent aux pompiers de Vendée: rien de spectaculaire, des arbres couchés par le vent qui commence à s’abattre. Dans la commune de La Faute-sur-Mer, les habitants dorment encore pour la plupart, malgré l’alerte rouge déclenchée par Météo France.

« Des tempêtes, l’hiver, c’est pas exceptionnel, on a l’habitude ici », explique un habitant.

03h23: un jeune pompier est appelé d’urgence. Le temps d’arriver au centre de secours, il ne peut plus y accéder: l’eau est déjà présente partout.

03h30: les premiers coups de fils angoissés d’habitants inondés parviennent aux pompiers, « et là, on prend conscience qu’il se passe quelque chose de grave », explique un responsable.

« J’ai entendu un bruit d’eau, comme un bruit de tuyauterie qui avait pété, il n’y avait plus de lumière, j’avais de l’eau jusqu’aux chevilles », raconte Jean-Claude, 65 ans, qui loue une petite maison et dort seul ce soir-là, car sa femme a été hospitalisée vendredi.

Deux minutes plus tard « le frigo est passé devant moi en flottant », raconte le rescapé qui ne sait pas nager et va échapper à la mort en brisant un volet, puis en parvenant par miracle à se hisser sur son camping-car où va commencer la longue attente dans la nuit noire, le froid et le vent.

Dans toutes les maisons de La Faute-sur-Mer, l’eau monte. Vite.

Certains témoins racontent avoir vu une vague s’engouffer dans les lotissements par le sud, puis une autre d’un mètre passer par-dessus la digue à l’est, le long de l’estuaire du Lay.

En une demi-heure, le niveau de l’eau a atteint 2,50 mètres dans certaines habitations, piégeant les occupants dans leur sommeil. Certains se réveillent alors que leur lit flotte sur plus de 1,50 m d’eau.

Ceux qui se sont réveillés essaient de se mettre à l’abri. Dehors, les cris des survivants qui cherchent leurs proches dans la pénombre et appellent au secours se perdent dans le vent qui atteint les 120 km/h.

« A 04h00, on s’inquiétait sérieusement, j’ai cru qu’on allait y passer », explique Valérie qui avec son mari Thibault et leurs quatre enfants se sont réfugiés au premier étage de la maison familiale.

C’est une longue attente qui commence dans des lotissements devenus des lacs. Marcel Wagner et son épouse se réfugient dans « un nid douillet », le grenier au-dessus du garage.

Jusqu’au lever du jour, l’eau, le froid et l’épuisement vont continuer à faire des victimes, principalement des personnes âgées, tandis que les secours tentent de sauver un maximum de vies.

Au lever du jour, l’ampleur des dégâts se révèle aux survivants. Les pieds en sang à force de les frapper pour ne pas qu’ils gèlent, Jean-Claude voit passer devant lui un corps flottant sur le ventre. Plus loin, deux personnes à bout de force s’accrochent à des palettes de parpaings.

Jean-Claude voit alors arriver un canot de pompiers. Les opérations d’évacuation battent leur plein.

Dans la matinée commence le long décompte macabre devant une nuée de journalistes. Trois morts à 09h00, huit à 14h00 et le bilan va continuer à s’alourdir au fil de la journée devant des habitants incrédules.

Six jours plus tard, une marche silencieuse rend hommage aux victimes de la catastrophe dans le petit village: 29 selon un bilan toujours provisoire.

Dimanche, une semaine après le drame, les cloches de l’église de La Faute-sur-Mer vont de nouveau sonner. L’eau n’est plus là, la boue l’a remplacée et avec elle vient le temps du nettoyage, mais pas le temps de l’oubli pour les habitants que la catastrophe a marqué pour longtemps.

Une semaine tout juste après la tempête qui a ravagé la Vendée et la Charente Maritime, une marche était organisée samedi, de l’Aiguillon-sur-mer à La Faute-sur-mer, les deux communes les plus touchée par Xynthia. Rien que dans la petite ville de la Faute-sur-mer, il y a eu 29 des 53 morts de cette tempête… Ecoutez le reportage de Nicolas Bauby, correspondant RTL dans le grand Ouest.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

le 06 mars 2010 à 17h23, mis à jour le 06 mars 2010 à 17:34
350 personnes ont participé samedi au cortège entre l’Aiguillon et la Faute « pour ceux qui ont disparu, mais pour ceux qui restent aussi et qui ont tout perdu ». Pour empêcher badauds et pilleurs ou même qui gênent les secours, les autorités ont déployé des renforts ce week-end. Pour entrer, il faut un laisser-passer.
Marche silencieuse à l'Aiguillon-sur-Mer 6 jours après la tempête, le 6 mars 2010
Marche silencieuse à l’Aiguillon-sur-Mer 6 jours après la tempête, le 6 mars 2010 © TF1-LCI

Une marche silencieuse a réuni samedi après-midi environ 350 personnes de L’Aiguillon-sur-Mer à La Faute-sur-Mer, deux communes de Vendée où 29 victimes ont été dénombrées après le passage de la tempête Xynthia le week-end dernier, a constaté l’AFP. « C’est une marche pour ceux qui ont disparu, mais pour ceux qui restent aussi et qui ont tout perdu« , a expliqué à l’AFP Olivier Magny, un commerçant en tête du cortège.

Dans les deux communes, la solidarité bat son plein depuis six jours, à l’image de cette marche initiée par Mélanie Vimont, 17 ans et demi, apprentie fleuriste à L’Aiguillon-sur-Mer. Relayée par les commerçants et le bouche à oreille, elle a réuni de nombreux habitants solidaires qui ont marché de la mairie de L’Aiguillon-sur-Mer à celle de La Faute-sur-Mer où deux gerbes ont été déposées pour « tous les sinistrés« . Une minute de silence a été respectée et un mot de soutien d’un touriste du sud de la France, venu en vacances dans les communes touchées et ému par les images diffusées par les télévisions, a été lu, déclarant : « nous pensons très fort aux sinistrés, aux victimes, aux enfants« .

Des barrages contre les curieux et voleurs

Non loin des maisons éventrées par les flots, les autorités ont déployé des renforts ce week-end dans les zones sinistrées de Charente-Maritime et Vendée pour faire barrage aux badauds et aux pilleurs attirés par le spectacle de désolation laissé par la tempête. A l’entrée de Charron, il faut montrer patte blanche. « Ils bloquent l’accès du village, j’ai dû me justifier« , raconte à l’AFP Carl Rivalin, un sinistré de Charron qui a sauvé sa famille en s’échappant par les combles. Dès le lendemain, « des gens prenaient des photos« , se souvient-il, « ils n’avaient pas autre chose à faire alors qu’il y avait encore des gens à secourir !« . « On a constaté depuis dimanche des gens, des voitures de l’extérieur, qui sont venus, qui ont pris des photos. Le spectacle était beau ? Un peu de respect !« , lance, furieux, le maire de Charron, Jean-François Faget. Et même « cela gêne les secours », a affirmé sur LCI le maire adjoint de l’Aiguillon-sur-Mer.

Les autorités redoutent une recrudescence de ce voyeurisme avec le week-end, à la faveur du beau temps annoncé. « Tout le monde va vouloir venir voir. Cette curiosité est vraiment malsaine« , s’insurge le capitaine Gildas Kerdonkuff, porte-parole des secours et de la cellule de crise de Charente-Maritime. « Des gens enjambent nos tuyaux, on a des camions qui reculent dans tous les sens, il faut nous laisser travailler« , implore-t-il.

« Aucun piéton ne peut passer, sauf s’il a un laisser-passer« 

Les opérations de pompage et de nettoyage se multiplient sur les zones sinistrées tandis que les travaux sur les digues s’accélèrent en vue des grandes marées de la fin mars. Quelque 330 gendarmes et 80 policiers ont été déployés dans les jours qui ont suivi le passage de la tempête pour « sécuriser les sites et canaliser les foules« , selon la préfecture. Et 120 hommes devaient renforcer les effectifs ce week-end, selon la gendarmerie Poitou-Charentes. « On est encore dans une période de deuil, les sinistrés retournent dans leur maisons, les gens sont encore très marqués, il n’y a pas de voyeurisme à faire, c’est tout à fait déplacé« , déclare à l’AFP le secrétaire général de la préfecture, Julien Charles.

Dans toutes les communes du littoral lourdement frappées par Xynthia, les maires ont été en outre mobilisés pour restreindre la circulation et faciliter le travail des sauveteurs. « Aucun piéton ne peut passer, sauf s’il a un laisser-passer« , confirme Jacques Garel, adjoint au maire d’Aytré actuellement chargé de la sécurité. Dans cette commune de 9.000 habitants jouxtant La Rochelle, des barrages filtrants ont été mis en place dès le début. « Dimanche, nous avons voulu aller voir les dégâts de la tempête et il était impossible de s’approcher du quartier de la plage, l’accès était déjà fermé et contrôlé par les gendarmes« , se rappelle Pascal Franjat, habitant d’Aytré.

Avec la crainte de devenir le lieu privilégié des promenades dominicales, les rondes de nuit ont été multipliées et un hélicoptère de la gendarmerie surveille même avec un projecteur le quartier le plus sinistré. L’objectif est aussi d’empêcher les tentations des pilleurs potentiels. Pour l’heure, ce n’est pas la « razzia« , selon le capitaine Kerdoncuff. Les demeures inhabitées, une fois vérifiées par les secouristes, sont refermées le mieux possible. Mais si le pillage en Charente-Maritime est « plus de l’ordre de la rumeur que du fait avéré« , à l’exception de quelques petits vols, les maisons ouvertes aux quatre vents pourraient donner des idées. « Ne créons pas de psychose« , implore M. Charles, « on n’est pas à La Nouvelle-Orléans« .

Les armées poursuivent leur engagement dans l’opération « XYNTHIA »
A compter du 05 mars et jusqu’au 12 mars 2010, des moyens militaires lourds du génie seront mis en œuvre après l’accord donné par le cabinet du ministre de la Défense et ordonné par le Centre de Planification et de Conduite des Opérations (CPCO). Ainsi quatre moyens polyvalents du génie (MPG), douze camions-benne et un engin du génie rapide de protection (EGRAP) provenant du 6° régiment du Génie et de l’école du Génie d’Angers (49) seront déployés. Ils auront été transportés sur les lieux par des porte-engin blindés en provenance du 517° régiment du Train de Châteauroux (36) et du 516° régiment du Train de Toul (54).
Ces moyens avec leurs équipages seront dédiés aux missions de dégagement et de
déblaiement des voiries, et, de consolidation et de réfection des digues sur les communes de Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer, selon les reconnaissances déjà effectuées par un détachement de liaison du 6° régiment du Génie actuellement déployé. Les priorités seront étudiées en étroite coordination avec le délégué militaire départemental et l’autorité préfectorale de Vendée.
C’est suite à une demande de concours du préfet de zone de défense et de sécurité Ouest transmise à l’officier général de la zone de défense Ouest (OGZD), en fonction à Rennes, qu’ont été étudiées les capacités disponibles et la faisabilité de l’action sur un court délais. L’état-major interarmées de la zone de défense Ouest, localisé à Rennes, est le coordinateur de cette opération et se trouve en prise directe avec le DMD 85.
Cette nouvelle mission en Vendée s’effectue après l’engagement le 01 mars d’une section du 6° régiment du génie avec trois zodiacs, puis le 02 mars l’acheminement d’un groupe électrogène de 1, 8T par un hélicoptère de manœuvre de l’armée de l’air de la BA de Cazaux (33) sur un ilot du chenal de La Raque.

Pour les uns, les édiles, incapables de résister à la pression financière, « sont les premiers responsables ». Pour les autres, « tous, élus comme particuliers, s’accommodaient du danger » à vivre si près de l’eau.

« Tout le monde veut vivre en bordure de mer, le littoral est saturé. Il représente 4% du territoire français pour 10% de la population ; durant la saison estivale elle est parfois multipliée par cinq. Il a bien fallu les mettre quelque part, tous ces gens. Nous sommes tous responsables! » Louis Guédon, le maire des Sables-d’Olonne, ne décolère pas. Ce député de Vendée, dont la commune a été lourdement touchée par la tempête – il estime à 3,5 millions d’euros le coût de la catastrophe -, regrette que l’on ait trop vite désigné des coupables au lendemain du passage dévastateur de Xynthia. « Que l’on incrimine l’urbanisation à outrance des zones littorales dans les années 1970, oui. Mais il est trop facile de clouer au pilori les élus locaux« , s’emporte l’édile.

Les ravages causés par la tempête du week-end dernier ont jeté une lumière crue sur l’urbanisation à tout prix du littoral. « Il y a vingt ans, on construisait là où il ne fallait pas sans se soucier de mettre en place de véritables défenses contre la mer. Aujourd’hui, nous en payons les conséquences« , soupire Benoît Gros, président du CPNS (Comité pour la protection de la nature et des sites) de Vendée. « Les pouvoirs publics de l’époque ont joué avec la sécurité des gens, même s’il y a un risque d’inondation une fois tous les cent ans, ce risque n’est pas à prendre à la légère, il s’agit d’un vrai débat de société », poursuit le défenseur de la nature. Pour cet écologiste, il n’est pas question de trouver des excuses aux élus locaux. « Les maires sont les premiers responsables, ils délivrent les permis de construire et, entre la pression foncière et la pression écologiste, ils cèdent bien souvent à la première. »

Parfois, les conflits se sont réglés devant la justice

Serge Kubryk, maire de La Tranche-sur-Mer, l’une des trois communes vendéennes les plus touchées par Xynthia, reconnaît que les édiles « doivent faire face à des pressions et que, parfois, il est difficile de résister« . Sur sa commune, Bouygues et Vinci se sont montrés pressants à plusieurs reprises pour des projets de complexes hôteliers. Le maire assure avoir toujours résisté en s’abritant derrière le POS (plan d’occupation des sols). « Notre POS interdit les constructions de plus d’un étage et sur les dunes », précise Serge Kubryk. « Nous ne faisons qu’appliquer un règlement, poursuit Louis Guédon. Or, dans les commissions qui établissent les POS, sont impliquées la DDE (Direction départementale de l’équipement), la préfecture, les associations environnementales. Nous ne sommes pas les seuls à déterminer quels sont les terrains constructibles ou non », tient à souligner le maire des Sables-d’Olonne. « Les maires servent de boucs émissaires, insiste Serge Kubryk. Tout ce qui a été construit depuis la loi littoral l’a été avec l’accord des services de l’Etat« , assure-t-il.

L’ancien préfet de Vendée, Thierry Lataste, connu pour être soucieux de l’environnement, a empêché pas mal de dérives. Parfois, les conflits se sont réglés devant la justice. Maire de La Faute-sur-Mer, la commune la plus touchée par la catastrophe (29 morts), René Marratier (qui n’a pas souhaité répondre à nos questions) a obtenu gain de cause devant la cour administrative d’appel de Nantes contre la préfecture de Vendée pour le permis de construire d’un camping en bordure d’un estuaire. Le terrain de camping a été inondé par la tempête, heureusement déserté en cette période hivernale. La DDE de Vendée indique d’autre part qu’un rapport rendu public en 2008 avait pointé du doigt les risques de submersion pour 3.000 maisons de La Faute-sur-Mer bâties derrière les digues, des digues âgées de quatre-vingts ans, mal entretenues. Une mise en garde à laquelle la mairie de Faute est restée sourde.

« Les maires n’ont pas fauté, ils sont plutôt de bonne foi dans cette affaire, assure Marc Coutereel, directeur du Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE) de Vendée, organisme qui conseille les communes dans l’élaboration de leur plan local d’urbanisation (PLU). La règle est de construire 4 m au-dessus du niveau de la mer (une cote fondée sur les crues centenales). Les élus de L’Aiguillon-sur-Mer et de La Faute-sur-Mer ont autorisé des constructions à 3,90 m au-dessus de ce niveau. C’est un peu limite, il est vrai. »

Et l’architecte d’admettre que « tout le monde savait que l’on flirtait avec un risque, mais que personne n’avait envisagé une telle catastrophe« . « Les gens qui ont acheté leur maison l’ont fait en connaissance de cause, souffle un notaire vendéen. Ils savaient que leurs pavillons étaient situés à la limite de la zone submersible, ce qui explique les prix plus bas. Mais, tout comme les élus locaux, ils pensaient risquer d’avoir les pieds dans l’eau une fois tous les dix ans. Tous, élus, particuliers, semblaient s’en accommoder. »

René Marratier.Le maire de La Faute-sur-Mer,dont la maison aussi a été inondée.

  • René Marratier.Le maire de La Faute-sur-Mer,dont la maison aussi a été inondée.

    Ouest-France

Entretien

Certains vous mettent en cause dans ce drame…

Beaucoup de choses se disent en ce moment, et c’est parfois très excessif et déplacé. C’est une catastrophe naturelle que personne ne pouvait prévoir. Une conjonction de plusieurs événements météorologiques, le vent, la marée et une dépression inhabituelle.

Vous vous sentez soutenu ?

Plutôt. Je suis sensible à la motion adoptée par la commune de Saint-Michel-en-l’Herm, qui soutient notre commune et celle de L’Aiguillon-sur-Mer. J’ai reçu également beaucoup de messages d’encouragement de la part de parlementaires et de conseillers généraux, mais aussi d’associations de maires ou du président de Région. Beaucoup d’élus sont venus sur place également nous soutenir. Et puis, je crois que la majorité de la population est également derrière nous.

Une habitante de La Faute-sur-Mer vous accuse d’avoir négligé les risques d’inondation. Vous avez été imprudent ?

Je connais cette habitante. Je pense que sa réaction est un peu maladroite. On sait depuis longtemps qu’il existe des risques. Des travaux d’enrochement de la digue avaient d’ailleurs commencé depuis plusieurs semaines.

Est-ce que vous craignez des plaintes ?

On verra ce qui se passera… Peut-être que le plus dur est à venir. Ce que je sais, c’est que tout s’est fait dans la transparence. Les gens de La Faute ont fait des demandes de permis de construire, les instructions ont été réalisées avec les services de l’État et tout le monde savait que le lotissement était situé dans une zone inondable. Les gens connaissent la cartographie. C’est comme à à l’Île de Ré, à L’Aiguillon-sur-Mer ou ailleurs sur le littoral.

Avec le recul, est-ce que vous vous dites qu’il aurait été préférable de ne pas construire sur la zone sinistrée ?

Mais où est-ce qu’il aurait fallu construire ? La commune de La Faute-sur-Mer est en grande partie inondable. C’est le cas de beaucoup de communes, en Vendée, mais aussi un peu partout sur le littoral. Le rôle d’un maire, c’est de développer sa commune. C’est ce que nous avons fait, tout en prenant nos précautions.

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
octobre 2021
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci