« 1 ... 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 ... 160 »

Des représentants de l’AVIF ont été reçus le 22 février 2012 par Monsieur Bernard Schmeltz, Préfet de Vendée.

Nous lui avons fait part de nos inquiétudes sur les travaux  à entreprendre d’urgence sur les ouvrages de protection.

A La Faute sur Mer, le propriétaire de la digue EST est maintenant à la commune. Le Préfet a insisté sur le fait que c’est la municipalité qui est juridiquement responsable de cet ouvrage et que c’est  donc elle qui est en charge du choix des urgences à traiter. La Préfecture ne peut intervenir qu’en cas de manquement grave mettant en cause la sécurité.

D’autre part, un arrêté de novembre 2011 fait obligation de publier des rapports de surveillance des ouvrages et la Préfecture restera attentive au respect de ces textes.

En ce qui concerne la protection à La Belle Henriette, l’Etat étant propriétaire d’une portion de l’ouvrage, des études sont en cours. La construction d’une digue de second plan au niveau du Platin sera certainement privilégiée car le cordon dunaire reste fragile et sujet à modifications. Ce projet doit s’inscrire dans le PAPI du Syndicat Mixte du Bassin du Lay qui n’est pas encore finalisé.

Les services de l’Etat étudient actuellement la possibilité de reprendre le tracé de l’ancienne digue au niveau de l’ex-camping municipal.

En ce qui concerne le PPRI, le Préfet est conscient de l’urgence de son approbation. Les remarques de la commission d’enquête doivent toutefois  être prises en compte sans que cela puisse aboutir à une nouvelle concertation qui retarderait l’approbation du document.

Le rapport des commissaires enquêteurs au sujet de la DUP d’expropriation devrait être connu rapidement et la décision prise courant avril. Monsieur le Préfet a beaucoup insisté sur le fait que la Vendée était soumise aux mêmes règles que la Charente Maritime. Il a rappelé qu’en novembre 2010, de nombreuses habitations étaient sorties de la zone de solidarité à La Faute et à l’Aiguillon à la suite du rapport de Messieurs Pitié et Puesch. En Charente Maritime, c’est le même processus qui a permis de réduire le nombre de déconstructions avec  un décalage dans le temps.

Pour les terrains nus situés en zone de solidarité et non rachetés par l’Etat, rien n’est prévu pour le moment. Ils ne peuvent entrer dans le cadre de la « loi Barnier » mais il n’est pas impossible qu’il soient rachetés à l’amiable dans le cadre d’un projet global sur la zone.

Il reste à régler le problème des voieries dans ce secteur.

Nous avons eu l’assurance que l’Etat veillera à ce que ces terrains ne restent pas en friche et qu’un aménagement soit mis en place afin qu’ils ne soient pas occupés illégalement. Certains projets sont envisagés par les collectivités et seront étudiés par les services de l’Etat.

Pour ceux qui n’étaient pas là.
Cliquez ici pour voir la video »

Les familles sinistrées de Xynthia reçues au tribunal

 

Cliquez ici pour voir la video »

À l'écart dans leur écrin au coeur de la campagne yonnaise, Françoise et Daniel Beauget attendent des réponses.

À l’écart dans leur écrin au coeur de la campagne yonnaise, Françoise et Daniel Beauget attendent des réponses.
Vendredi, le juge d’instruction informait les familles des victimes de l’avancement de l’enquête. Pour Daniel Beauget, l’étape est essentielle pour tenter de comprendre… sans forcément juger.
« À chaque fois c’est pareil. Quand ce passé ressurgit, on dort mal. » Françoise et Daniel Beauget regrettent de devoir à nouveau se souvenir. Pourtant, le couple voulait être présent, vendredi, au tribunal des Sables-d’Olonne, avec une cinquantaine d’autres familles ayant perdu un proche lors du passage de Xynthia

Ils sont une centaine, depuis deux ans, à s’être portés partie civile pour obtenir des réponses.« On voulait savoir où en est l’enquête. Pour y voir plus clair. Pour arriver à faire le tri. »Daniel se dit globalement satisfait de la rencontre avec le juge Yannick Le Goater, le procureur Thierry Dran et l’avocat de l’Association des victimes des inondations de La Faute (Avif). Il s’en contente. « Visiblement, ça progresse. » Lèvres pincées, il n’en dira pas plus. Pour préserver le secret de l’instruction… Une consigne est passée.

Le 28 février 2010, cet habitant de Landeronde perdait son père et sa mère, propriétaires d’un pavillon situé au niveau le plus bas de la rue des Voiliers, à La Faute-sur-Mer. Le coeur de la « cuvette de la mort » où la plupart des 29 victimes ont perdu la vie.

Daniel en veut d’abord à cette maudite digue qui a laissé passer la vague, « mais surtout qui a retenu l’eau, noyant un quartier coincé entre le Lay et l’océan, prenant mes parents à revers. Et ces images qui restent Comme cette marque du niveau d’eau, à 10 cm du plafond dans leur chambre. »

« Savoir si cela aurait pu être évité »

S’il a besoin de la justice pour faire son deuil, Daniel ne s’accroche pas forcément à un éventuel procès. D’ailleurs, il s’en fiche. Depuis deux ans, il s’efforce même d’oublier. « Même s’il devait avoir lieu, le procès ne m’apporterait rien du tout. Mettre des gens en prison ne fera pas revenir mes proches. » En revanche, il éprouve un besoin avide de s’informer sur l’enquête. Pour comprendre.

« Je veux juste savoir si tout cela aurait pu être évité. Pourquoi et comment ça s’est passé. Sans forcément désigner des coupables. » Pour lui, le danger a été occulté pendant des années. Difficile de pointer ce qui n’a pas été fait. « Le plus choquant ça a été l’immobilisme, le manque de prise de décision. » 

Cinq mises en examen ont été prononcées, dont celle du maire (Ouest-France du 10 mars). « Il y a clairement deux clans qui s’affrontent à La Faute. L’atmosphère y est irrespirable »,rapporte le couple. Alors, après avoir vidé la maison et depuis sa destruction, ils n’y vont presque plus. Juste pour se recueillir sur la tombe de leurs parents. 

Le couple évoque néanmoins « une accumulation de détails » qui les met dans le camp de ceux qui ont de la colère. Comme cette demande, restée sans réponse de la mairie, pour obtenir un carré de terre afin d’ériger une petite stèle en mémoire des victimes. « Un lieu commun de recueillement, c’est le minimum. »

Pour les familles, plus question de se contenter d’une simple banderole posée à terre, comme lors de la commémoration du 4 mars dernier. « Parfois, on se sent oublié. Heureusement, l’Avif fait un travail remarquable. Ce sont des gens bien, qui nous soutiennent à la moindre baisse de régime. »

D’ailleurs, Daniel était récemment victime d’un infarctus. « Quand on relâche un peu, les soucis de santé ressortent Comme un dommage collatéral. »

 

L’enquête ouverte après le passage en Vendée de la tempête Xynthia pourrait être close «en fin d’année ou début d’année prochaine, voire avant», a indiqué vendredi aux parties civiles le juge d’instruction en charge du dossier, dans des propos rapportés par des sinistrés. Yannick Le Goater a en effet reçu près de 70 plaignants et proches des victimes dans la salle d’audience du tribunal correctionnel des Sables d’Olonne (Vendée) pour faire un point sur l’avancée de son enquête.

Une centaine de plaignants

«C’était quelque chose de très attendu par les parties plaignantes, elles ont pu voir que nous étions dans un Etat de bon droit et qu’elles auraient peut-être réponse à leurs questions lors d’un procès», s’est réjoui Renaud Pinoit, de l’Association des victimes des inondations de La Faute-sur-mer et des environs (Avif), qui était présent sur place. Son avocate Corinne Lepage, qui n’avait pu faire leur déplacement en raison de sa campagne pré-électorale en vue de la présidentielle, s’était fait représenter par un membre de son cabinet.

Au total, l’association regroupe une centaine de plaignants. Cinq personnes ont été en examen dans cette affaire pour «homicides involontaires» et «mises en danger de la vie d’autrui» par le juge d’instruction: le maire de La Faute-sur-Mer, sa première adjointe en charge de l’urbanisme, le fils de cette dernière – un agent immobilier -, le troisième adjoint au maire ainsi qu’un fonctionnaire. «Le juge d’instruction ne s’interdit pas de procéder à d’autres mises en examen, tant que son instruction n’est pas close», a fait savoir Renaud Pinoit.

Guillaume Frouin, à Nantes
  • Une cinquantaine de personnes participent à la réunion avec le juge d'instruction.

    Une cinquantaine de personnes participent à la réunion avec le juge d’instruction.

     

Papiers d’identité obligatoires cet après-midi pour accéder à la salle d’audience du tribunal correctionnel des Sables-d’Olonne. Seules les personnes qui se sont portées partie civile peuvent assister à la réunion organisée par le juge d’instruction, Yannick Le Goater, pour informer les familles de l’avancée de l’enquête, deux ans après la tempête Xynthia qui a fait 29 morts à La Faute-sur-Mer.

 

Une petite cinquantaine de personnes, venues de Vendée ou d’ailleurs, assistent au rendez-vous, auquel est également présent le procureur, Thierry Dran, qui avait commencé les investigations dans le cadre d’une enquête préliminaire, dès les premiers jours après la tempête.

 

Les familles de victimes, regroupées au sein de l’Avif, l’Association des victimes des inondations de La Faute-sur-Mer, sont assistées du cabinet d’avocat de Corinne Lepage, dont un membre est également présent cet après-midi.

 

Au total, une centaine de plaignants se sont portées partie civile. Plusieurs personnes ont déjà été mises en examen, dont le maire de La Faute, pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d’autrui.

« L’enquête progresse bien », se satisfait Etienne Rosenthal, avocat de la Fédération nationale des victimes d’accidents collectifs. Cet après-midi, une cinquantaine de personnes ont assisté à la réunion organisée par le juge d’instruction, Yannick Le Goater, pour informer les familles de l’avancée de l’enquête, deux ans après la tempête Xynthia qui a fait 29 morts à La Faute-sur-Mer. Cinq personnes ont été mises en examen : le maire de La Faute, deux de ses adjoints, un agent immobilier et un fonctionnaire d’Etat. Pour l’instant, seul l’homicide involontaire et la mise en danger de la vie d’autrui ont été retenus. Pas la prise illégale d’intérêt, l’une des infractions pour lesquelles les plaintes ont été déposées. L’instruction pourrait se terminer « d’ici la fin de l’été », pense un avocat. « Ce qui pourrait vouloir dire un procès, s’il a lieu, au milieu de l’année 2013. »

Cliquez ici pour voir la video »

Nom du dossier : PPRI LA FAUTE SUR MER
1 Commune(s) concernée(s):
  • La Faute-sur-Mer
Maitre d’ouvrage :
(pétitionnaire)
Etat
type(s) d’enquête :
  • PLAN DE PREVENTION DES RISQUES D’INONDATION
Date de début : 17/10/2011
Date de fin : 18/11/2011
Document(s) joint(s) à l’enquête :

Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Vigilance

Détail Vendée

Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Sondage récent

Le changement de nom de la commune en "La Faute-sur-Mer la Presqu'île"

  • Je suis contre (84%, 213 Votes)
  • Je suis pour (12%, 31 Votes)
  • Je n'ai pas de position (4%, 10 Votes)

Total Votants: 254

Loading ... Loading ...
Historique
octobre 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci