« 1 ... 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 ... 161 »

Philippe Berre comparaissait, jeudi, devant le tribunal correctionnel de La Rochelle.

Suivre les péripéties de Philippe Berre nécessite un minimum de connaissances en géographie. «On a dû pointer tous vos méfaits sur une carte de France pour s’y retrouver !», s’exclame Michel Lemoine, le président du tribunal de La Rochelle (Charente-Maritime), la dite carte à la main. Maîtriser les bases du BTP ne nuit pas non plus.

«Un camion benne, des bras articulés, 40 barrières, une pompe à hélice avec tracteur, une pelle à chenille avec chauffeur, 11 633 litres de gasoil, 10 autres camions, deux bungalows…» : le magistrat n’en finit plus d’égrener la liste du matériel réquisitionné par l’escroc dans la foulée de la tempête Xynthia, en mars 2010. «Bref, finit-il par résumer. Il y en a pour 67 423, 90 euros.»

«Si je fais ça, c’est juste pour donner l’illusion et aider les autres.»

Cette fois, c’est l’arithmétique qu’il faut appeler à la rescousse. «Alors si mes comptes sont bons, relève le président, vous avez cumulé près de 34 ans de prison, M. Berre.» Dans le box des prévenus, l’intéressé encaisse. «Escroc utile», comme certains le considèrent, ou «escroc ordinaire», selon les mots de la procureur, Sonia Bellier, cet homme de 57 ans est avant tout un mythomane, dont la plus belle imposture – la relance d’un chantier d’autoroute dans la Sarthe – a été portée à l’écran dans le film «A l’origine». «D’ailleurs, mon juge d’instruction de l’époque joue même son propre rôle dans le film», tient à préciser le prévenu.

Et des juges d’instruction, il en a croisé en 30 années d’une activité débutée en 1983, quand, après plusieurs postes dans le BTP, il dit avoir divorcé et s’être retrouvé au chômage, enchaînant alors prison, vols et escroqueries à un rythme tellement soutenu qu’il en est aujourd’hui à son troisième infarctus. Impossible toutefois de savoir s’il dit vrai sur son parcours, tant il multiplie les versions, mêlant semi-vérités et véritables mensonges. Pour ce psychiatre, il souffrirait de «troubles bipolaires», et d’un «désir irrépressible de se sentir utile». «J’ai pas d’objectif. Je ne retire pas d’argent, se défend Philippe Berre, barbe de dix jours, regard pétillant, son corps trapu lui donnant de faux airs du chanteur Carlos. Si je fais ça, c’est juste pour donner l’illusion et aider les autres». Presque pour la beauté du geste, en somme, tant il est vrai que Berre sait transformer filouteries, grivèleries et autres usurpations d’identité en quasi performances artistiques.

La procureur requiert cinq ans ferme

En ce mois de mars 2010, il a encore usé de son incroyable bagout et d’un sens inné du commandement, dérobant d’abord un 4X4 de l’inventaire forestier national (IFN) dans les Alpes, avant de remonter à Paris, où il apprend les dégâts de Xynthia à la radio. Ni une, ni deux, il fonce à Charron, en Vendée. Muni de vrai-faux bons de réquisition trouvés dans le 4X4 et photocopiés à la pelle, l’escroc régente son monde. «En deux jours, vous vous imposez comme le patron des secours, s’enthousiasme le président Lemoine. Et quand les entreprises ne cèdent pas assez vite, vous menacez de leur envoyer la maréchaussée d’une voix autoritaire.» Berre la joue profil bas, les épaules rentrées, la voix caverneuse mais faible : «ils étaient dépourvus de tout. Les pompiers n’avaient plus d’essence. Le maire savait plus où tourner la tête. En plus y avait sans arrêt des visites officielles qui lui prenait son temps. Alors je m’en suis occupé…»

«Cerise sur le gâteau, la pelleteuse que vous demandez, ce sont les motards de la gendarmerie qui vont l’escorter», note le président. «Ah ça c’est pas moi, c’est le sous-préfet qui a décidé.» Car Philippe Berre assiste à toutes les réunions, diligente même l’expertise des digues. «Il a rendu service. N’importe qui ne peut pas faire ce qu’il a fait», vante Me Dominguez, dont le client est pourtant l’une des rares victimes à s’être constituée partie civile. «Vous avez simplifié le fonctionnement de l’administration. C’est sûr que ça allait beaucoup mieux avec vous», raille le président Lemoine. La procureur, Sonia Bellier, ne l’entend pas de cette oreille. «Que vous soyez utile, c’est une évidence. Mais vous n’êtes pas altruiste. Vous avez une faille narcissique, et vous utilisez les autres pour la combler.» Elle requiert cinq ans ferme. Le jugement a été placé en délibéré au 28 juin.

 

LeParisien.fr

Travaux d’entretien des espaces verts sur les communes de la Faute sur Mer et de l’aiguillon sur Mer sur les propriétés acquises par l’etat suite à la tempête Xynthia..

> AVIS D’APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE <
Avis N°: AO-1215-2213 Mise en ligne : 05/04/2012
85 PREFECTURE DE LA VENDEE Source : B.O.A.M.P.
Client : Préfecture de la Vendée Travaux publics
Procédure adaptée Date limite de réponse : 04/05/2012
Nom et adresse officiels de l’organisme acheteur : Préfecture de la Vendée.
Correspondant : représentée par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer de la Vendée, 19, rue Montesquieu B.P. 60827, 85021 La Roche-sur-Yon, tél. : 02-51-44-32-90, télécopieur : 02-51-05-57-63, courriel :yannick.marolleau@vendee.gouv.fr.
Adresse internet du profil d’acheteur : 
http://www.marches-publics.gouv.fr.
Principale(s) activité(s) du pouvoir adjudicateur : Services généraux des administrations publiques. Environnement.
Objet du marché : travaux d’entretien des espaces verts sur les communes de la Faute sur Mer et de l’aiguillon sur Mer sur les propriétés acquises par l’etat suite à la tempête Xynthia.
Type de marché de travaux : exécution.
C.P.V. – Objet principal : 45111220.
Lieu d’exécution : la Faute sur Mer et l’aiguillon sur Mer.
Code NUTS : FR515.
L’avis implique un marché public.Caractéristiques principales : 
marché à bons de commande. Montant minimum fixé à 5 000 EUR (T.T.C.) et maximum à 50 000 EUR (T.T.C.) pour une période de 12 mois
Calendrier des marchés ultérieurs en cas de marchés reconductibles : le marché pourra être reconduit dans la limite de 3 reconductions.
Refus des variantes.
La procédure d’achat du présent avis est couverte par l’accord sur les marchés publics de l’OMC : non.
Prestations divisées en lots : non.
Durée du marché ou délai d’exécution : 12 mois à compter de la notification du marché.
Date prévisionnelle de commencement des travaux : 1er juin 2012.
Cautionnement et garanties exigés : – Une avance pourra être versée (article 87 du code marchés publics).
Modalités essentielles de financement et de paiement et/ou références aux textes qui les réglementent : le financement sera assuré sur les Fonds Barnier (Fprnm)
Le délai global de paiement est fixé à 30 jours
Les prix sont révisables.
L’exécution du marché est soumise à d’autres conditions particulières : non.
Langues pouvant être utilisées dans l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro.
Conditions de participation :
Critères de sélection des candidatures : les candidatures devront être accompagnées des pièces mentionnées aux articles 44 et 45 du Code des Marchés Publics. Les candidatures devront présentées des garanties techniques et financières suffisantes.
Situation juridique – références requises .
Les candidats devront présenter les déclarations ou attestations sur l’honneur suivantes :
- avoir satisfait aux obligations fiscales et sociales ;
- n’avoir fait l’objet d’aucune condamnation ;
- ne pas être en état de liquidation ou redressement judiciaire.
Capacité économique et financière – références requises : garanties financières par rapport aux prestations, objet de la consultation, suffisantes et datant de moins de trois (3) ans.
Référence professionnelle et capacité technique – références requises : garanties professionnelles suffisantes par rapport aux prestations, objet de la consultation.
Certificats de capacités ou liste de travaux de même nature datant de moins de trois (3) ans.
Marché réservé : non.

Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat : 
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de l’acheteur public : 
- Formulaire DC1, Lettre de candidature – Habilitation du mandataire par ses co-traitants (disponible à l’adresse suivante :http://www.economie.gouv.fr/directions_services/daj/marches_publics/formulaires/DC/daj_dc.htm) ;
- Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement (disponible à l’adresse suivante :http://www.economie.gouv.fr/directions_services/daj/marches_publics/formulaires/DC/daj_dc.htm).
Documents à produire obligatoirement par l’attributaire, avant la signature et la notification du marché public ou de l’accord-cadre : 
- Les pièces prévues aux articles D. 8222-5 ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail ;
- Si l’attributaire est établi en France, les attestations et certificats délivrés par les administrations et organismes compétents prouvant qu’il a satisfait à ses obligations fiscales et sociales ou un état annuel des certificats reçus.
Autres renseignements demandés : 
- : – Présentation d’une liste de travaux de même nature datant de moins de trois (3) ans.
Critères d’attribution : 
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères énoncés ci-dessous avec leur pondération :
- valeur technique : 20 % ;
- prix des prestations : 80 %.
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres : 4 mai 2012, à 11 heures.
Délai minimum de validité des offres : 90 jours à compter de la date limite de réception des offres.
Autres renseignements :
Numéro de référence attribué au marché par le pouvoir adjudicateur/l’entité adjudicatrice : DDTM85-PREF85-SHC-BAT-12.003.
Conditions et mode de paiement pour obtenir les documents contractuels et additionnels : Le dossier de consultation est remis gratuitement sur sa demande à chaque candidat. Il est également téléchargeable sur le site : https://www.marches-publics.gouv.fr.
Conditions de remise des offres ou des candidatures : la remise des offres pourra s’effectuer sous format papier ou sous forme dématérialisée sur le site : https://www.marches-publics.gouv.fr.
Date d’envoi du présent avis à la publication : 29 mars 2012.

Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation doivent être envoyés : DDTM de la Vendée
SG/LB.
Correspondant : yannick MAROLLEAU 19, rue Montesquieu B.P. 60 827, 85021 La Roche-sur-Yon, tél. : 02-51-44-32-90, télécopieur : 02-51-05-57-63, courriel : yannick.marolleau@vendee.gouv.fr, adresse internet : http://www.marches-publics.gouv.fr.

Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif et technique peuvent être obtenus : DDTM de la Vendée
SHC/BAT.
Correspondant : frédéric DEWEZ ou j.p. Guillou 19, rue Montesquieu B.P. 60827, 85021 La Roche-sur-Yon, tél. : 02-51-44-31-65, télécopieur : 02-51-44-33-77, courriel : frederic.dewez@vendee.gouv.fr.

Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : se reporter à l’adresse « obtenir des renseignements d’ordre administratif et technique ».

Instance chargée des procédures de recours : Tribunal administratif de Nantes 6, allée de l’ile Gloriette B.P. 24111, 44041 Nantes, tél. : 02-40-99-46-00, courriel : greffe.ta-nantes@juradm.fr, télécopieur : 02-40-99-46-58, adresse internet : http://nantes.tribunal-administratif.fr.

Philippe Berre comparaît à partir de jeudi devant le tribunal de La Rochelle.Philippe Berre comparaît à partir de jeudi devant le tribunal de La Rochelle.

Il est jugé jeudi pour avoir dirigé frauduleusement le nettoyage d’une commune après Xynthia.

Il était cette fois devenu « Philippe Lebert ». Philippe Berre, 55 ans, comparaît à partir de jeudi devant le tribunal de La Rochelle pour avoir dirigé frauduleusement le nettoyage de toute une commune de Charente après la tempête Xynthia. L’histoire de ce manipulateur de haut vol, qui s’était mis en tête de faire construire un faux tronçon d’autoroute dans sa région en 1997, a même été portée à l’écran en 2008, avec François Cluzet dans le rôle-titre, dans A l’origine.

A l’époque, ses frasques, commises sous le nom de Roger Martin, lui ont valu quatre ans de prison. Il va désormais devoir s’expliquer sur la manipulation montée dans la commune de Charron, dévastée par la tempête Xynthia en février 2010. Jean-François Faget, l’ancien maire de la commune, a confié à Europe 1 qu’il se souvenait très bien de lui.

« Il a débloqué des situations » :

Un 4X4 des Eaux et Forêts

« Il s’est présenté à moi en tant que représentant du ministère de l’Agriculture, des Eaux et Forêts », raconte l’ancien élu. Philippe Berre disait « qu’il était là au nom de l’Etat pour pouvoir nous aider » et, avec son 4X4 aux couleurs des Eaux et Forêts, il était « assez crédible ».

Et le maire de relater un épisode particulièrement marquant. Après la tempête, « il fallait faire 10 km pour faire le plein des véhicules ». « Philippe Berre a fait venir deux citernes et a fait livrer du fioul dans ces citerne pour qu’on ait du carburant sur place », un « gain de temps énorme » selon lui.

« Il a aidé énormément »

L’escroc, munis d’imprimés « au nom de l’Etat » – des faux -, n’a pas hésité à réquisitionner des entreprises, et même directement les moyens de l’Etat. « La livraison des deux citernes est arrivée en convoi exceptionnel, escorté par la gendarmerie nationale, c’était fantastique ! », se souvient Jean-François Faget, pour qui Philippe Berre « n’est pas un criminel » et n’a « rien à foutre dans une prison ».

« Il a aidé énormément, il a débloqué des situations », affirme-t-il, estimant que celui qui a réussi à l’abuser est « un mythomane, un malade ».Philippe Berre encourt jusqu’à dix ans de prison.

La tempête Xynthia qui a dévasté une partie de l’Europe il y a un peu de plus de deux ans est dans toutes les mémoires. Pour ne pas oublier, les écrivains s’inspirent de cette catastrophe. C’est cette tragédie que restitue, dans un roman bouleversant, Yves Viollier, attaché à sa Vendée, et auteurs de best-sellers. Yves Viollier.

La mer était si calme © Robert Laffont

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La mer était si calme d’Yves Viollier est publié chez Robert Laffont. Il participera ce week-end avec plus de 250 écrivains au printemps du Livre de Montaigu, en partenariat avec France Info (232 p., 18€) – Note : ****

Résumé : Quand la mer se déchaîne et ravage tout sur son passage…
À travers la vie de quatre familles, Yves Viollier écrit le roman de la catastrophe qui a frappé la France en 2010 : la tempête Xynthia.
Au soir du 27 février 2010, les habitants de la Faute-sur-Mer se sont endormis paisiblement sans s’inquiéter de la tempête annoncée.
C’est à 3 heures du matin que les digues ont lâché et que la mer est montée. Lentement, inexorablement, elle a noyé les plages, les routes, les jardins et, sans jamais modifier son allure, elle a enlacé les maisons, piégé les résidents et tenté de les engloutir.
À travers l’histoire de quatre familles, Yves Viollier raconte ces heures atroces que ces hommes, ces femmes et ces enfants ont dû affronter en tentant de toutes leurs forces de survivre.
Il y a les Clemenceau, Guillaume et Alexandra, et leur toute petite fille Amandine, les Murail, un vieux couple installés là depuis toujours, Julie, la jeune célibataire et son chat, et enfin les Montauran, grands-parents de Jérémie et de Claire que leurs parents leur ont confiés pour les vacances scolaires.
Torturés par l’angoisse, la culpabilité, le désespoir, s’accrochant au moindre espoir, montant sur les chaises, les tables, les meubles, poussés inexorablement vers le plafond et le toit, tous tenteront d’échapper à cet élément si familier devenu en quelques heures un ennemi mortel. Tous ne seront pas sauvés.
À travers le destin de ces quelques personnages, c’est toute la dimension tragique de cette catastrophe qu’Yves Viollier a su rendre. Il nous dit l’horreur de cette nuit mais aussi la dignité, le courage et la solidarité dont ont fait preuve toute une population, tout un pays, toute une région.

Ce samedi 24 mars à 18h30, un messe sera célébrée à l’intention

des 29 victimes de la tempête Xynthia à La Faute sur Mer

en l’église des Carmes, au Puy en Velay, par le Père Paul Chamaly,

curé de la paroisse. Merci de vous unir d’intention

Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Vigilance

Détail Vendée


Agrandir et historique
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Sondage récent

Le changement de nom de la commune en "La Faute-sur-Mer la Presqu'île"

  • Je suis contre (84%, 213 Votes)
  • Je suis pour (12%, 31 Votes)
  • Je n'ai pas de position (4%, 10 Votes)

Total Votants: 254

Loading ... Loading ...
Historique
octobre 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci