« 1 ... 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 ... 173 »

Les travaux sur les digues de La Faute sur Mer sont évoqués par François Anil suite à une réunion de l’AVIF avec  Bruno Retailleau, président du Conseil Général de Vendée.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

L’association L’Avenir ensemble de L’Aiguillon-sur-Mer va déposer un recours au tribunal administratif contre un arrêté du préfet de juillet 2012 qui fixait les zones constructibles et non constructibles après la tempête Xynthia de 2010.

Déjà, cet été, l’association avait déposé un recours gracieux contre le PPRI (plan de prévention des risques d’inondations) tel que défini par un arrêté du préfet en date du 18 juillet. Cette fois, le dépôt du recours demande purement et simplement l’annulation de l’arrêté.

Dans son argumentaire, L’Avenir ensemble compte s’appuyer sur les réserves sur le PPRI qui avaient été émises par la commission d’enquête publique concernant la commune de L’Aiguillon. Ces réserves demandaient notamment de ne pas classer certaines zones bleues (constructibles sous réserve d’aménagements) en zones rouges (inconstructibles).

«Économiquement, pour la commune c’est insoutenable. On ne peut rien faire. Après le drame de Xynthia, cette « tempête » administrative a fait très mal«, confie Jean-Marie Angotti, président de l’association.

Mise en œuvre du Plan Submersions Rapides. Commission du 28 novembre 2012 à l’Aiguillon-sur-Mer

Note_d_information

Presentation_CLI_Sud_Vendee

Convention_regionale

La digue de l'Aiguillon-sur-mer, en janvier 2011, un an après la tempête Xynthia. © L. Failler. Ouest-médias

Frappé par la tempête Xynthia, le Sud-Vendée se construit un avenir et la Région y prend toute sa part. Parmi les projets concrets, Litoralis : un équipement qui sera à la fois lieu de mémoire et centre de recherche scientifique.

Au lendemain de la tempête, la Région s’était mobilisée, votant à l’unanimité dès le 3 mars 2010 des mesures d’urgence afin de venir en aide aux victimes, puis accompagnant financièrement les premiers travaux. La Région a également pris l’initiative de lancer localement une démarche de réflexion collective de construction d’un projet d’avenir pour le territoire de L’Aiguillon-sur-Mer, La Faute-sur-Mer et La Tranche-sur-Mer. Plusieurs ateliers participatifs ont eu lieu sur place, dont le dernier s’est récemment tenu à L’Aiguillon-sur-Mer.

L’occasion de faire le point des projets, en cours d’études… où déjà bien avancé. C’est le cas de Litoralis, qui ouvrira en 2014 comme centre de recherches scientifiques sur la submersion marine et lieu de mémoire en hommage aux victimes et aux secouristes de la tempête. La Région a d’ores et déjà acquis un terrain, à L’Aiguillon-sur-Mer, un comité scientifique a été installé, et la recherche d’un programmiste et d’un scénographe est en cours.

Sur une emprise de 2 000 m2, et au cœur d’un parcours mettant en scène les sites littoraux remarquables, Litoralis – dont le nom reste cependant à valider – est conçu comme un équipement pédagogique et ludique, avec un vrai potentiel d’attraction grand public.

À bord de leur minibus laboratoire, nos deux couples d’animateurs poursuivent leur parcours en Europe pour explorer, informer et répondre aux questions de la science. Entre séquences animées et témoignages de chercheurs, un décryptage résolument dynamique de l’univers. Dans ce numéro : comment se protéger des inondations ?

(Allemagne, 2012, 26mn)

Cliquez ici pour voir la video »

Xynthia: des ateliers pour penser à l’avenir.

Cliquez ici pour voir la video »

Agrandir l'actuel port de plaisance de L'Aiguillon en le reliant au plan d'eau de baignade est un projet séduisant, mais sa faisabilité technique et économique reste encore à démontrer.

Agrandir l’actuel port de plaisance de L’Aiguillon en le reliant au plan d’eau de baignade est un projet séduisant, mais sa faisabilité technique et économique reste encore à démontrer.

Près de trois ans après le drame de Xynthia, l’avenir des communes touchées se redessine. La Région continue sa concertation. Projets les plus avancés : le centre de recherche et les ports de plaisance.

Quel visage aura l’anse du Lay et ses deux communes martyres de la tempête Xynthia, La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer, dans dix ou vingt ans ? Pendant que l’État n’en finit pas de peaufiner ses plans « digues » et des zones à protéger des risques de submersion, la région des Pays de la Loire impulse un canevas de reconstruction à long terme.Jacques Auxiette, son président, a choisi de multiplier les réunions de concertation dans un territoire ultrasensible au moindre projet. Hier lundi, à la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer, on remettait le couvert pour faire émerger ce qui peut faire consensus. Entre 150 et 200 habitants y étaient.

« Litoralis », un centre de recherche

Après une présentation un peu fastidieuse des objectifs, l’assistance s’est scindée en trois ateliers : devenir des zones de solidarité, projets portuaires, centre de mémoire et de recherche sur les risques liés à la montée du niveau de la mer, sous le nom de code provisoire « Litoralis ».

A tout le moins, c’est le projet le plus abouti depuis janvier 2011, date du début des réunions de concertation locale. Ce « centre de mémoire » est déjà positionné sur un terrain de 2 000 m2, acquis par la Région, à l’emplacement – hautement symbolique – de l’ex-hôtel du commerce de L’Aiguillon-sur-Mer démoli depuis : « Un tel centre de recherche et de mémoire n’existe nulle part dans le monde », avance Jacques Auxiette. « Il sera piloté par la Région, » assure Patrick Jouin, directeur général des services. Reste quand même à préciser son coût, son contenu scientifique et un calendrier d’achèvement.

L’autre dossier doté d’une certaine épine dorsale, c’est celui du développement de la plaisance sur le Lay. Un cabinet a présenté quatre « moutures » dont deux semblent les mieux positionnées, vu l’environnement naturel fragile.

C’est d’abord l’extension du port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer. En investissant le bassin de baignade accolé au bourg, on pourrait passer d’une capacité d’une centaine d’unités à quai à un peu plus du double. Maurice Milcent, le maire, est pour : « Tout en gardant la plage, on le relierait au port actuel sur le Lay. »

Jean-Pierre Letard, le président du Cercle nautique, est plus dubitatif : « S’il y a un port dans le bassin, il n’y aura plus de baignade possible. » L’autre projet phare, c’est, sur l’autre rive du Lay, un port à sec pour petits bateaux à moteur à La Faute-sur-Mer et, éventuellement, un agrandissement du port à flot : « On est motivé pour l’agrandissement de la zone portuaire mais attention à son intégration dans l’espace naturel », modère René Marratier, le maire fautais.

Le principe de réalité aura in fine son mot à dire. Le Lay s’envase régulièrement. Au bas mot, il faudra, pour dégager la passe aux plaisanciers, draguer en continu à raison de 250 000 € à 500 000 € par an. Qui paiera ?

Autre interrogation majeure, l’enclavement des ports. Il faut une heure à un bateau pour parcourir les cinq milles marins qui mènent à la haute mer. Le jeu en vaut-il la chandelle ? « Dans tout ce qui a été dit, on n’a jamais fait le calcul des retombées », s’étonne Jean-Michel Lacroix, un jeune retraité aiguillonnais.

Agrandir le port de plaisance de L'Aiguillon-sur-Mer, pourquoi pas?

Agrandir le port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer, pourquoi pas?

Quel visage aura l’anse du Lay et ses deux communes martyres de la tempête Xynthia, La Faute-sur-Mer et L’Aiguillon-sur-Mer, dans dix ou vingt ans ? La région des Pays de la Loire impulse un canevas de reconstruction à long terme. Jacques Auxiette, son président, a choisi de multiplier les réunions de concertation dans un territoire ultrasensible au moindre projet.

Cet après-midi, à la salle des fêtes de L’Aiguillon-sur-Mer, on remettait le couvert pour faire émerger ce qui peut faire consensus. Entre 150 et 200 habitants y étaient. Après une présentation des objectifs, l’assistance s’est scindée en trois ateliers : devenir des zones de solidarité, projets portuaires, centre de mémoire et de recherche sur les risques liés à la montée du niveau de la mer, sous le nom de code provisoire « Litoralis ». Le projet le plus abouti depuis janvier 2011, date du début des réunions de concertation locale. Ce « centre de mémoire » est déjà positionné sur un terrain de 2 000 m2, acquis par la Région, à l’emplacement – hautement symbolique – de l’ex-hôtel du commerce de L’Aiguillon-sur-Mer, démoli depuis. L’autre dossier doté d’une certaine épine dorsale, c’est celui du développement de la plaisance sur le Lay. Un cabinet a présenté quatre « moutures » dont deux semblent les mieux positionnées, vu l’environnement naturel fragile : l’extension du port de plaisance de L’Aiguillon-sur-Mer et la construction d’un port à sec à La Faute-sur-Mer. Restera, cependant , à régler le problème de l’envasement du Lay.

Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Loading

Vigilance

Détail Vendée

Agrandir et historique
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Auto Promotion
AlertOmatic

AlertOmatic

Pour Android et bientôt Iphone
par Glooton.com un produit pur souche
Flyer A5 restaurant recto vectoriséFlyer A5 restaurant verso vectorisé
Com. récents
Sondage récent

Trouvez vous judicieux l'implantation d'un golf à la Faute sur Mer dans la cuvette ?

  • Non (53%, 117 Votes)
  • Oui (45%, 98 Votes)
  • Pas d'avis (2%, 4 Votes)

Votants: 219

Loading ... Loading ...
Historique
août 2015
L Ma Me J V S D
« juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci