Articles avec le tag ‘Expropriation’

« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 »

Xynthia : « zones noires » et indemnisations,…

Lire la suite de cette entrée »

Maurice Milcent en direct de l’Aiguillon.

Lire la suite de cette entrée »

Quatre communes ne font pas l’objet d’un accord entre le gouvernement et les élus.

Lire la suite de cette entrée »

Catastrophe mercredi 07 avril 2010

La Faute-sur-Mer et l'Aiguillon-sur-Mer, communes les plus  touchées par la tempête Xynthia, attendent des réponses concernant la  destruction des maisons.

La Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer, communes les plus touchées par la tempête Xynthia, attendent des réponses concernant la destruction des maisons.

Photo : Marc Roger

+ Comment seront indemnisés les propriétaires ?

915 maisons seront détruites dans le seul département de Vendée. A l’Aiguillon-sur-Mer, 216 résidences secondaires et 25 résidences principales sont concernées. Sur la commune de La Faute-sur-Mer, la préfecture de Vendée a annoncé la destruction de 582 résidences secondaires et 92 résidences principales.

Elles s’ajouteront aux 595 en Charente-Maritime – situés en zones jugées d’« extrême danger » qui seront seront détruites dans les régions ravagées fin février par la tempête Xynthia, a annoncé mercredi le gouvernement. Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a précisé lors du compte rendu du conseil des ministres que ces habitations étaient situées en « zones appelées zones noires doivent donc retourner à l’état naturel (…). » Avant d’ajouter : « il n’est pas acceptable de laisser les habitants se réinstaller dans leurs logements ».

Trois secteurs sont concernés en Vendée et dix en Charente-Maritime.

Le maire de l’Aiguillon « pas content du tout »

Le maire de l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée), Maurice Milcent, s’est déclaré « pas content du tout » à l’issue de la réunion mercredi matin à huis clos avec le préfet de Vendée qui a notamment présenté la nouvelle cartographie des zones à risque de la commune après le passage de Xynthia.

Les conseillers municipaux sont sortis sans un mot de la mairie, le visage fermé. Seul le maire de l’Aiguillon s’est arrêté un instant devant les journalistes pour signifier « je ne suis pas content du tout », tout en précisant que sa colère, dont il n’a pas expliqué les raisons, ne concernait pas les mesures d’indemnisation. M. Milcent a simplement invité les journalistes à la réunion publique d’information jeudi à 10h30 dans sa commune.

Les propriétaires attendront jeudi

Lors de la réunion de mercredi qui a duré deux heures, la première en Vendée avant celle de La Faute-sur-Mer dans l’après-midi, le préfet Jean-Jacques Brot a présenté la nouvelle cartographie des zones à risque après le passage de la tempête Xynthia le 28 février ainsi que les mesures d’indemnisation et de relogement prévues pour les propriétaires qui ne pourront plus habiter sur les lieux. Les propriétaires sinistrés devront attendre jeudi pour savoir si leur maison sera ou non détruite, les autorités ayant prévu de les informer lors de réunions publiques.

Un millier de personnes ne pourra réemménager

Le préfet de Charente-Maritime devait lui aussi rencontrer des élus mercredi après-midi, selon le service communication de la préfecture à La Rochelle. Selon le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, au total, « ils seront un peu plus d’un millier qui ne pourront plus habiter dans leur maison », résidence principale ou secondaire. En France, Xynthia a causé la mort de 53 personnes et endommagé quelque 4 ,000 maisons au total.

Près de 1 400 habitations inondées lors du passage de la tempête Xynthia, qui avait fait 53 morts il y a un mois sur les côtes de Vendée et de Charente-Maritime, seront détruites car situées en zone «d’extrême danger», a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Luc Chatel.
Seraient particulièrement concernées les communes de La Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer en Vendée. Selon nos informations, rien qu’à La Faute-sur-Mer, 540 foyers seront touchés et 216 à l’Aiguillon.

Ces logements, 798 en Vendée et 595 en Charente-Maritime, figurent dans les «zones noires» délimitées par l’Etat «où les risques peuvent être mortels» a précisé le porte-parole en rendant compte d’une communication du ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo pendant le Conseil des ministres. «Ces zones appelées zones noires doivent donc retourner à l’état naturel (…). Il n’est pas acceptable de laisser les habitants se réinstaller dans leurs logements», a-t-il expliqué, conformément aux souhaits de Nicolas Sarkozy.

Le déménagement des occupants de ces habitations pourra se faire soit par «acquisition à l’amiable des biens», soit par «procédure d’expropriation engagée par l’Etat». «Cette dernière procédure ne sera menée que si nécessaire», a-t-il ajouté, précisant que l’expropriation garantissait «le respect des droits et des intérêts des propriétaires».

L’Etat a par ailleurs défini des «zones jaunes», c’est-à-dire des «zones exposées au risques mais qui peuvent être protégées», a poursuivi le ministre de l’Education. Ces secteurs «devront faire l’objet d’un programme de protection basés sur des systèmes d’alerte, d’évacuation, de prescription technique sur les bâtiments ou encore de protection collective», a-t-il dit.

L’angoisse de certains habitants

Les maires des communes sinistrées sont informés ce mercredi à huis clos par leurs préfectures respectives du nombre de maisons vouées à la destruction. A l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée), le maire n’a pas caché sa colère après la réunion sur les zones non reconstructibles.

A La Faute-sur-Mer, l’inquiétude plane. Dans l’attente des zonages officiels , «il y a des gens qui sont très angoissés», a expliqué Xavier Machuron-Mandard, de l’association des habitants de La Faute-sur-Mer (AVIF).Les propriétaires seront officiellement avertis jeudi.

Un total de 1.393 logements – 798 en Vendée et 595 en Charente-Maritime – situés en zones jugées d’ « extrême danger » seront détruits dans les régions ravagées fin février par la tempête Xynthia, a annoncé mercredi le gouvernement.

07/04/2010 | Mise à jour : 13:37

Le maire de l’Aiguillon-sur-mer, Maurice Milcent, s’est déclaré « pas content du tout » à l’issue de la réunion ce matin à huis clos avec le préfet de Vendée qui a notamment présenté la nouvelle cartographie des zones à risque de la commune après le passage de Xynthia

Les conseillers municipaux sont sortis sans un mot de la mairie, le visage fermé. Seul le maire de l’Aiguillon s’est arrêté un instant devant les journalistes pour signifier « je ne suis pas content du tout », tout en précisant que sa colère, dont il n’a pas expliqué les raisons, ne concernait pas les mesures d’indemnisation. Maurice Milcent a simplement invité les journalistes à la réunion publique d’information jeudi à 10h30 dans sa commune.

Lors de cette réunion qui a duré deux heures, la première en Vendée avant celle de La Faute-sur-mer dans l’après-midi, le préfet Jean-Jacques Brot a présenté la nouvelle cartographie des zones à risque après le passage de la tempête Xynthia le 28 février ainsi que les mesures d’indemnisation et de relogement prévues pour les propriétaires qui ne pourront plus habiter sur les lieux.

les sinistrés inquiets

Lire la suite de cette entrée »

Madame, Monsieur,

Le 28 février , la tempête XYNTHIA a ravagé une partie de la commune de La Faute sur Mer et a causé la mort tragique de 29 personnes. Après ce drame et les dégâts considérables qu’il a occasionné, des mesures doivent être prises pour éviter qu’une telle catastrophe ne se reproduise pas.

A la demande du Président de la République, les services de l’Etat on élaboré une cartographie des zones d’extrême danger où il ne sera plus possible d’habiter, ainsi que des zones où l’habitat reste possible sous réserve d’aménagements spécifiques dans les maisons.

Cette cartographie vous sera présentée à l’occasion d’une réunion publique :

Jeudi 8 avril 2010

à 15H00

au Pavillon des Dunes

à La Faute sur mer

Je vous invite à assister à cette réunion au cours de laquelle les mécanismes d’indenisation et les procédures de relogement seront également présentés.

Chaque propriétaire d’habitation concernée par ces mesures spécifiques sera informé par courrier dès le vendredi 9 avril. Je veillerai à ce que chaque situation fasse l’objet d’un suivi attentif et personnalisé par le biais d’un bureau d’information et d’accompagnement qui sera mis en place dès le vendredi 9 avril dans votre commune.

Conscient de l’épreuve que vous traversez et des difficultés que vous rencontrez, je tiens à vous assurer que je mets tout en oeuvre pour vous aider et vous soutenir dans ces moments difficiles.

Jean Jacques BROT

Sinistrés: des terrains à la Tranche.

Lire la suite de cette entrée »

Ne pas oublier
(Environ 40 minutes de vidéo, 8 films) Passez en mode plein écran en cliquant dans le coin bas/droit de la vidéo
Voir directement sur Youtube
Connexion
Attention

Afin d'éviter tout abus, vous devez maintenant vous enregistrer sur le blog afin de pouvoir faire un commentaire.
Cliquez ici pour vous enregistrer
Cliquez ici pour modifier votre profil
Cliquez ici si vous avez oublié votre mot de passe
Stats
Précisions
Ce site n'est pas le site de l'AVIF, ni d'aucune autre association.
C'est un site qui appartient à une société privée et relate ce qu'il se dit dans la presse, associations, localement ... depuis le 28/02 en laissant la parole à chacun et ceci sans censure ni pression.
Si vous souhaitez accéder au site officiel de l'AVIF, veuillez cliquer ici
Faites un don
Aidez à l'hébergement de ce site sur serveur dédié.
Merci d'avance aux donateurs.

Com. récents
Historique
avril 2021
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Téléchargements
Voici les liens des plus longues vidéos concernant la tempête xynthia
N'oubliez pas de faire clic droit enregistrer sous:

Zone interdite (mkv)

Des catastrophes pas si naturelle que ça (flv)

Documentaire de l'agence CAPA diffusé sur FR3 (wmv)

Débat avec PPDA sur FR3 (wmv)

Audition du préfet au sénat (flv)

Vous pouvez lire toutes ces vidéos avec VLC
Vidéos
Suite à une mise à jour, certaines vidéos ne sont plus accessibles sur le site, nous y travaillons et rien n'est perdu. Si toutefois vous souhaitez en voir une en particulier envoyer l'adresse de la page concernée à contact@lafautesurmer.net nous la traiterons en priorité. Merci